Version classiqueVersion mobile

L’intervention en santé mentale

 | 
Claude Villeneuve

Deuxième partie. Les approches thérapeutiques de la famille

Chapitre 4. La sous-utilisation des interventions familiales

Texte intégral

1Peu de cliniciens utilisent aujourd’hui la famille comme cible d’intervention de façon quotidienne. Même dans des domaines où son emploi paraît des plus logiques, tel le traitement des problèmes émotifs des enfants et des adolescents, la thérapie familiale n’est plus utilisée de façon systématique. L’engouement qu’elle a suscité dans les années 1960 jusqu’au début des années 1980 a disparu.

2Certains parlent de la perspective systémique au passé. Bourgeois (1997) constate sa disparition progressive et la fin des illusions que ce modèle a apportées. Selon lui, la systémique était, à son apogée, soutenue par un climat économique qui faisait en sorte que même les compagnies y voyaient des avantages intéressants. Nous ne pouvons souscrire à cette position extrême car l’apport théorique de la systémique est toujours d’actualité de même que la pertinence et l’efficacité de la thérapie familiale sont indéniables. Force est de constater toutefois que la thérapie familiale est sous-utilisée, même en service social. Les soignants préfèrent rencontrer les clients seuls, par exemple la mère seulement plutôt que les deux parents ou la famille, et font rarement d’entretien familial initial.

3Une recension des périodiques de psychologie et des autres disciplines reliées à la santé mentale nous permet de constater qu’il n’y a pratiquement plus d’articles concernant la thérapie familiale dans ces périodiques. Dès 1992, Liddle (Coyne et Liddle, 1992) en était déjà arrivé à cette conclusion. De même, les conférences et ateliers se rapportant à la psychothérapie ne font plus guère mention de la thérapie familiale. Les thérapeutes de la famille sont de plus en plus isolés intellectuellement et leurs théories ne sont plus discutées. Les répercussions de cette marginalisation sont importantes. Ce phénomène a des effets négatifs sur la prévention des problèmes émotionnels et peut mener à une banalisation des problèmes familiaux. La famille est une composante incontournable de la prévention des troubles de même qu’elle est au cœur du développement normal et pathologique de l’humain (Bronfenbrenner, 1986).

4Il est paradoxal que la systémique qui est spécifiquement dédiée à l’étude des interconnexions n’ait pas suffisamment utilisé ses propres principes pour établir des échanges et nouer des liens durables avec les disciplines connexes de la santé mentale. Les étudiants apprennent à penser en termes d’interdépendance et de non-linéarité comme les cliniciens apprennent aux familles à concevoir leurs comportements en termes d’influences réciproques alors qu’ils pratiquent le séparatisme et minimisent les échanges avec leurs collègues des autres disciplines cliniques.

5Dans ce chapitre, nous allons traiter de la sous-utilisation de la systémique et en aborder certaines causes à travers les étapes du développement de la thérapie familiale. Des difficultés inhérentes à sa pratique et qui en limitent l’usage seront également discutées. Ce bref tour d’horizon permettra de remettre en question la pertinence de certaines connaissances et pratiques se rapportant à la thérapie familiale et ouvrira la voie à la discussion concernant les éléments qui doivent être conservés.

La marginalisation et les débuts de la théorie systémique

6La marginalisation de la thérapie familiale est intimement liée aux origines du mouvement. Au départ, la majorité des pionniers de cette discipline se sont situés dans un mouvement en rupture avec les autres disciplines de la santé mentale, contre l’establishment psychiatrique et les psychothérapies traditionnelles. En réalisant que la psychanalyse ne répondait pas aux exigences de leur pratique quotidienne, ces pionniers se sont alors centrés sur le système familial plutôt que sur l’individu pour développer de nouveaux modèles de traitement des maladies mentales.

7Ainsi, pour se démarquer du corpus théorique psychanalytique qu’ils considéraient réducteur, les systémiciens de la première heure ont remplacé la primauté de l’individu et de son inconscient par celle de la famille. Ces phénomènes n’ont pas eu que des conséquences heureuses. Les prémisses de la systémique ont été d’abord appliquées aux familles de jeunes patients souffrant de schizophrénie dans lesquelles de prétendus troubles de la communication furent détectés et des généralisations, rapidement faites. L’application de nouvelles théories, en particulier la fameuse théorie du double lien de Bateson (1956), a beaucoup contribué à la marginalisation de la thérapie familiale.

8Dans un article choc publié en 1983 dans la revue Family Process, Terkelsen fait une critique acerbe de la thérapie basée sur l’étiologie familiale de la schizophrénie. Cet auteur décrit comment l’usage intempestif de la thérapie familiale avec des familles dont un membre souffre de schizophrénie peut avoir des effets négatifs importants sur ces familles. Selon Terkelsen (1983), les insinuations du thérapeute que la famille a causé la psychose d’un de ses membres provoquent des réactions normales de déni et de retrait. Terkelsen comprend plutôt les « troubles de la communication » dans ces familles comme une réaction d’adaptation au blâme subtil ainsi qu’au manque de soutien et d’information de certains cliniciens lorsqu’ils s’entretiennent avec les membres de ces familles. Cette réaction de la famille avait été interprétée par plusieurs équipes de chercheurs comme constituant des troubles inhérents au fonctionnement de ces familles. On sait que Wynne, qui était un des principaux auteurs de ces études sur la communication dans les familles de schizophrènes, a exprimé plus tard son regret d’en être venu à de telles conclusions (Wynne et al, 1987).

9Les années 1960 et 1970 amènent un foisonnement d’idées et de techniques qui contribuent à l’expansion rapide du mouvement et à la formation d’écoles de thérapie familiale. Ces écoles apportent une contribution significative tout autant théorique que pratique au développement de la thérapie familiale et au travail clinique en général. Il faut mentionner, entre autres, les diverses approches stratégiques (Haley, 1973), l’approche structurale de Minuchin (1974), l’approche d’inspiration existentielle de Whitaker (Whitaker et Keith, 1981), l’approche intergénérationnelle de Bowen (1984) et l’approche contextuelle de Boszormenyi-Nagy et Framo (1965). En apportant des éléments nouveaux, ces écoles révolutionnent le travail avec les familles face à la pauvreté des ressources thérapeutiques de l’époque.

10Certaines approches qui naissent de ces écoles contribuent cependant à faire de la thérapie familiale un monde marginalisé et divisé plutôt qu’une orientation bien constituée qui aurait pu devenir une composante des approches cliniques traditionnelles. Les approches stratégiques en sont une bonne illustration. Dans les approches stratégiques dites « paradoxales » (voir Hale y, 1973), un rapport de pouvoir prévaut et le travail relationnel n’est guère utilisé. Il ne faut pas oublier que le mot « stratégie » vient du vocabulaire de la guerre. Le contact reste froid, le thérapeute prend une attitude de spécialiste et semble détaché. Ces approches sont souvent inappropriées dans les problématiques où la relation thérapeute-famille est importante, ce qui ne signifie pas pour autant que ces interventions n’ont pas leur place en clinique. Leurs conditions d’utilisation doivent cependant être balisées.

11Par ailleurs, certains thérapeutes familiaux d’orientation existentielle empruntant, entre autres, aux mouvements populaires qui ont pris naissance en Californie dans les années 1950 et 1960, et à la contre-culture, mettent l’accent sur l’expression des émotions. C’est ainsi que le culte de l’émotionnalité se répand dans certains cercles de thérapie familiale. Ces thérapeutes familiaux considèrent que la libre expression des sentiments dans la famille est une source de croissance personnelle et familiale et le moyen par excellence de traitement, entretenant par le fait même le mythe que la thérapie familiale est un lieu pour faire face à toutes les émotions.

12Il semble à propos d’ouvrir ici une parenthèse pour mentionner les travaux d’Ackerman (1958) de même que ceux de Bowen (1984) et de Boszormenyi-Nagy (Boszormenyi-Nagy et Framo, 1965) cités plus haut, et leur influence sur le mouvement de la thérapie familiale. Ces pionniers se démarquent des systémiciens puristes de leur temps et ils ne rompent pas avec la psychanalyse. Ils intègrent plutôt la systémique et la psycho-dynamique. Clinicien avant tout, Ackerman (1958) évite la dichotomie psychisme-environnement et démontre comment les psychopathologies individuelles sont imbriquées et complémentaires dans le système familial. L’œuvre de ce psychanalyste new-yorkais témoigne en même temps de l’évolution du mouvement de guidance infantile aux États-Unis vers la thérapie familiale. Ackerman a encore aujourd’hui une profonde influence sur un bon nombre de cliniciens d’orientation psycho-dynamique qui ont su intégrer les principes systémiques dans le traitement des difficultés émotionnelles.

13En explorant un champ tout à fait nouveau et fascinant de la connaissance humaine, les systémiciens de cette période ont suscité un engouement dans les milieux cliniques. Cependant, la théorie de la double contrainte, les approches stratégiques pures et dures et la quasi-folie de l’utilisation de paradoxes à toutes les sauces ont rapidement refroidi l’ardeur des cliniciens aux prises au quotidien avec les problèmes émotionnels. Malgré l’originalité et l’efficacité de ces approches, il semble qu’il n’y a pas eu suffisamment d’effort pour intégrer ces modalités dans l’ensemble des connaissances et pratiques cliniques de l’époque.

Les approches contemporaines

14Depuis le début des années 1980, la popularité de la théorie générale des systèmes a diminué sous l’influence de nouveaux courants sociaux et en raison du rejet des approches stratégique et structurale, en particulier, qui mettent l’accent sur la hiérarchie du pouvoir et sur l’autorité du thérapeute et son dirigisme. Avec l’avènement de nouveaux courants en vogue dans les sciences humaines, surtout le postmodernisme et le féminisme, les années 1980 voient apparaître une multitude d’approches familiales nouvelles qui prennent mieux en considération la subjectivité humaine et mettent plus ou moins en veilleuse la perspective systémique. L’apparente incapacité de la systémique de tenir compte de la subjectivité humaine a en effet conduit à son quasi-rejet et au passage de la métaphore de la famille comme système à la métaphore narrative comme paradigme et comme lieu d’interprétations, donnant ainsi préséance aux significations et à l’intersubjectivité. L’accent passe des comportements aux idées.

15Ce changement de paradigme est une des plus grandes innovations de la thérapie familiale contemporaine. Du temps de sa grande popularité dans les années 1960, on utilisait des métaphores cybernétiques (la cybernétique est l’étude des processus de contrôle dans les systèmes), puis on est passé dans les années 1980 à une orientation plus respectueuse de la clinique. La théorie systémique laisse ainsi place à des approches basées sur une collaboration plus grande entre le thérapeute et la famille. Il en résulte une meilleure compréhension de la complexité humaine et une prise en considération plus adéquate du contexte accompagnant les problèmes. Les thérapeutes de la famille sont alors attirés par ces approches plus humanistes et par ces modèles ouverts favorisant le dialogue avec la famille. Sous l’influence du postmodernisme, les thérapeutes familiaux adhèrent alors à un nouveau mode de pensée qui critique les croyances traditionnelles et certaines structures de la société, telles que la dichotomie entre l’expert et le non-expert et le pouvoir du savoir (Foucault, 1975). On met un bémol sur la confiance en la science et les progrès croissants tels qu’ils sont explicités par le modernisme. On prône la diversité en se basant sur l’idée qu’il n’y a pas de vérité absolue mais seulement des perspectives et que ces divers points de vue influencent la vie des gens.

16Ainsi, la thérapie familiale emprunte au constructivisme et au constructionisme social qui sont étroitement associés au postmodernisme. Selon les formulations constructivistes de Maturana et Varela (1980) et du cybernéticien von Foerster (1981), l’individu a des images ou des construits de lui-même et des autres qui structurent et orientent ses attitudes et ses actions. La connaissance n’est pas reçue de façon passive par l’intermédiaire des sens mais elle est construite de façon active par le sujet. Ainsi, l’observateur fabrique la réalité plutôt qu’il ne la découvre. Ces idées ne sont évidemment pas nouvelles ; elles s’inscrivent dans une longue tradition constructiviste (Kelly, 1955) et psychanalytique. En termes systémiques, il s’agit de la deuxième cybernétique ou la cybernétique du second ordre. Le système observateur soignant est influencé par la famille car les deux instances sont en interinfluence. La première cybernétique était centrée sur la rétroaction négative, qui maintient l’homéostasie conçue comme le mode principal d’équilibration des familles et comme une tendance au non-changement. On est alors passé d’une thérapie où le thérapeute observe à celle où il s’observe, s’implique et finalement reflète à la famille ses perceptions.

17Pour sa part, le constructionisme social s’oppose aux approches familiales des années 1970 basées sur la structure de la famille et les interactions. Ce nouveau modèle met l’accent sur les échanges sociaux en tant que générateurs de croyances, d’idées et de récits, et fait ainsi contrepoids aux théories basées sur la biologie et la psychologie. Les tenants de cette nouvelle théorie soulignent le pouvoir des facteurs sociaux dans la genèse des idées et des récits qui circulent dans les diverses cultures (voir Gergen, 1994). Ainsi, dans divers pays occidentaux, des approches familiales nouvelles basées sur ces théories voient le jour : l’approche narrative de White et Epston (1990) en Australie et en Nouvelle-Zélande, l’équipe réfléchissante du psychiatre norvégien Andersen (1987) et l’approche centrée sur la solution (Shazer, 1988) à Milwaukee. Tous ces cliniciens novateurs apportent des perspectives attrayantes qui prônent la coconstruction de récits familiaux nouveaux non basés sur la pathologie. Le pouvoir et l’autorité du thérapeute sont mis de côté au profit de dialogues entre le thérapeute et la famille visant à l’émergence d’un nouveau récit familial.

18L’approche narrative, telle qu’elle est développée par White et Epston (1990), permet au patient et au clinicien d’avoir accès au processus de formation du problème et du récit qui l’entoure (déconstruction), et de modifier ce récit (reconstruction). Les thérapeutes familiaux narrativistes mettent l’accent sur les aspects socioculturels et politiques des problèmes humains, et remplacent ainsi la famille comme objet d’étude. Pour ces auteurs, le problème ne se situe pas à l’intérieur de l’individu ou dans le système familial, il faut plutôt l’aborder dans son contexte socioculturel. D’après la théorie qui sous-tend l’approche narrative, le problème n’est pas d’ordre biologique ou relié aux dynamiques individuelles ou familiales mais il dépend davantage des effets nocifs des narrations culturelles qui déterminent les croyances. Au cœur de la rencontre thérapeutique, il y a un récit. Le thérapeute narrativiste facilite le dévoilement de cette narration dominée par un problème (la psychose, l’anorexie) pour que l’individu se libère de l’emprise de ce « diagnostic » et pour que le problème n’ait plus de rôle. En dialoguant avec le patient, le clinicien s’efforce de lui faire découvrir les constantes de cette narration et d’en dégager un sens nouveau afin de reconstruire un récit libérateur et plus optimiste.

19L’outil de base est le questionnement narratif. Plutôt que de générer de l’information comme c’est souvent le cas, les questions du thérapeute narrativiste visent surtout à faire émerger de nouveaux sens pour que le patient découvre par lui-même le sens des événements qui le concernent. En début d’intervention, le thérapeute narrativiste va s’efforcer par ses questions de déconstruire le récit problématique du patient qui concerne son problème et lui montrer que son récit s’est développé dans un contexte bien particulier. Une des prémisses de l’approche narrative est que la personne n’est pas le problème. Ne pas suivre les recommandations du médecin concernant son diabète, par exemple, ne relève pas d’un désordre de personnalité mais constitue un problème extérieur à l’individu et causé par les pressions sociales concernant les attitudes à avoir vis-à-vis de la maladie dans certains milieux (l’externalisation du problème). Il s’agit ensuite de reconstruire un récit plus positif que le patient préférera à son récit problématique en cherchant des idées ou des situations qui ne correspondent pas au récit présenté. « Est-ce que vous avez déjà vécu des moments où le fait de ne pas soigner adéquatement votre diabète ne vous a pas dominé ? »

20Cette approche a rapidement perdu de sa popularité et a peut-être nui à l’utilisation de la thérapie familiale par les cliniciens, car il y a danger que la thérapie familiale devienne une position politique et s’éloigne du rôle pratico-pratique qu’on lui connaît. On ne peut pas conceptualiser les symptômes psychiatriques, par exemple, comme étant principalement une résultante de préjugés sociaux.

21L’approche centrée sur la solution fait de l’exploration d’exemples d’exception le point central de l’intervention de Steve de Shazer et de ses collègues (Insoo Kim Berg et Scott Miller) au Brief Family Therapy Center de Milwaukee (de Shazer, 1988). William O’Hanlon est un autre représentant de ce modèle (O’Hanlon et Weiner-Davis, 1989). Ces auteurs s’intéressent exclusivement à la découverte de solutions plutôt qu’à la cause des problèmes. Ils passent ainsi d’une approche centrée sur le problème à une approche centrée sur la solution. Ils s’appliquent à cette tâche en mettant l’accent sur les ressources latentes des clients qui demandent de l’aide. Pour De Shazer, les gens ont déjà les capacités de résoudre ces problèmes mais ils les ont perdues de vue parce que leurs problèmes leur semblent insurmontables. Il se fonde également sur l’hypothèse que toute personne dans la même situation aurait le même problème. Par voie de conséquence et en empruntant au constructivisme, De Shazer considère ce problème comme situationnel et ancré dans la perception de l’individu plutôt que lié à une psychopathologie ou à un dysfonctionnement familial.

22Le thérapeute de cette école cherche rapidement à amorcer un changement sans pour autant bien connaître au préalable le problème ou la personnalité de celui qui en souffre. Il pose des questions (questions d’exception) qui détournent l’attention et explorent les situations passées où le client n’a pas vécu le problème alors que normalement il aurait dû le vivre. En explorant ces moments et en exposant ce qui était alors différent, la famille découvre des indices de ce qui peut maintenant être fait pour reproduire ces moments d’exception. Cette approche s’est rapidement répandue aux États-Unis. Insoo Kim Berg, la cofondatrice du Brief Family Therapy Center, s’est particulièrement intéressée aux cas dits difficiles : l’alcoolisme, la toxicomanie, les familles à problèmes multiples (voir, entre autres, Berg et Miller, 1992).

23Par ailleurs, Andersen (1987) rapporte qu’il a développé l’approche de l’équipe réfléchissante en réaction à l’approche de Milan (Selvini et al., 1978) qu’il considère trop directive. Dans l’approche d’Andersen, une équipe de thérapeutes observe derrière un miroir sans tain l’entretien de l’un d’eux avec la famille, puis le commente devant elle. Les thérapeutes utilisent un langage simple mettant en valeur les diverses perspectives des membres de la famille et leur dilemme face au changement. Par la suite, la famille commente elle-même les remarques de l’équipe. L’idée sous-jacente de cette approche se révèle dans les règles de procédure utilisées. Les réflexions de l’équipe doivent d’abord se faire à partir de ce qui a été exprimé au cours de l’entretien familial. Elles n’incluent aucune critique de la famille. Les thérapeutes parlent entre eux et non aux membres de la famille pour permettre à ces derniers de ne pas écouter s’ils le veulent. On doit laisser à la famille la possibilité d’être en désaccord et de n’accepter que ce qu’elle veut des commentaires des thérapeutes. On vise ainsi l’émergence de nouvelles perspectives pouvant mener à de nouveaux sens et à des narrations mieux adaptées.

24Finalement, il est intéressant de constater que certaines approches individuelles actuellement populaires servent de modèle aux approches les plus récentes en thérapie familiale, ce qui montre que cette modalité s’intégre peu à peu aux grands courants de psychothérapie. Ainsi, l’approche cognitivo-comportementale (Dattilio, 2004) et l’approche intégratrice sont de plus en plus utilisées en thérapie familiale (voir la description de l’approche intégratrice de Pinsof au chapitre 5). La théorie de l’attachement trouve également des applications en thérapie familiale (Byng-Hall, 1990).

25Ce bref tour d’horizon nous permet de réaliser que les grandes étapes du développement de la thérapie familiale sont étroitement liées à l’évolution des courants de pensée contemporains. Ainsi, la malléabilité de son cadre thérapeutique aidant, la thérapie familiale est en changement continuel. Plus que toute autre modalité psychothérapeutique, cette discipline est, pour le meilleur et pour le pire, influencée par les modes qui s’infiltrent dans les milieux de psychothérapie. L’accent n’est pas suffisamment mis sur les processus qui permettent l’évolution des connaissances, ce qui contraste avec les principes unificateurs de l’approche psychodynamique et son corpus théorique plus général. Ce phénomène peut rebuter les cliniciens.

26Il est par ailleurs difficile d’envisager que la postmodernité puisse servir de fondement théorique aux cliniciens qui font face à la dure réalité des problèmes émotionnels et qui ont besoin de points de référence basés sur des faits. Cette orientation peut ainsi diminuer l’importance d’éléments thérapeutiques essentiels. Par exemple, le système familial ne semble guère utilisé en thérapie, d’ailleurs le travail ne se fait souvent qu’avec un individu. N’y a-t-il pas un certain retour à l’individualisme ? Pourtant, la théorie systémique avec ses principes d’émergence et de circularité et sa capacité à appréhender le complexe est plus appropriée pour l’étude et le traitement de la famille que tout autre modèle clinique.

Les difficultés d’application

27La sous-utilisation de l’approche familiale est également reliée à certaines difficultés qu’elle pose au clinicien. Intervenir auprès des familles est une tâche généralement assez lourde. Au cours d’un entretien familial, le clinicien est bombardé par une masse imposante d’informations (le nombre d’interactions verbales et non verbales est phénoménal), par des émotions très variées et par divers contenus qui relèvent autant des dynamiques individuelles que familiales. Traiter ensemble des personnes formant généralement plusieurs générations augmente aussi la complexité de la tâche. Les problèmes familiaux surgissent d’ailleurs rapidement et souvent dès le premier entretien. La famille peut vivre d’emblée des moments intenses et attendre alors du thérapeute qu’il joue divers rôles comme celui du sauveur qui va régler tous les problèmes ou encore d’être le juge qui va prendre parti pour un membre contre un autre dans les conflits.

28Le praticien est souvent sur la corde raide et dans une position instable. Il veut apporter des changements mais ces changements sont souvent perçus comme menaçants. Il arrive parfois qu’une ou plusieurs personnes dont la présence est nécessaire pour la résolution des conflits refusent d’être présentes aux entretiens. Elles peuvent être en désaccord à propos de la nature du problème ou de leur propre contribution à ce problème. De plus, la poursuite des entretiens avec une famille dite résistante, au delà d’une première rencontre, exige beaucoup du thérapeute. La compétence de l’intervenant peut être mise en doute par cette famille. Même si ce phénomène n’est pas exclusif aux interventions familiales, l’impact sur le thérapeute peut être beaucoup plus important que dans les interventions individuelles. Dans le feu de l’action, il est difficile par ailleurs pour le praticien de tout métaboliser. S’il est inexpérimenté, le clinicien peut facilement devenir confus et ne plus savoir quoi faire. Ce n’est souvent qu’après la séance qu’il pourra pleinement réfléchir à ce qui s’est passé et en faire une synthèse.

29Ces diverses situations, en particulier les dilemmes de la famille face aux changements, engendrent des réactions négatives souvent intenses chez le thérapeute. Ce dernier n’a pas toujours le temps d’analyser si ses « résonances » (Elkaïm, 1989) sont générées par la famille ou si elles sont plutôt engendrées par sa propre expérience de vie. Le contrôle de soi du thérapeute est d’autant plus difficile que l’activité de ce dernier n’est pas nécessairement reliée à ce que lui dicte son schéma théorique. En présence de la famille, le praticien doit souvent agir spontanément car les réactions émotives conscientes et inconscientes que la famille suscite chez lui peuvent changer très rapidement et ne pas se développer selon une séquence prévisible comme c’est plus souvent le cas en psychothérapie individuelle. Il a moins le temps de réfléchir et de pondérer ses réponses. De plus, étant donné que le travail familial exige que le thérapeute soit généralement actif et transparent, ses réactions affectives deviennent facilement manifestes. Le danger d’un débordement affectif est alors plus grand.

30Ces problèmes ne doivent toutefois pas laisser croire que la tâche est impossible ou que les résonances du thérapeute ne sont pas utiles. Au contraire, nous verrons que la souplesse du cadre thérapeutique permet au clinicien de bien maîtriser ses réactions et de s’utiliser pour comprendre la famille ou pour être moteur de changement. Il faut ajouter que la famille soulève également des sentiments très positifs chez le clinicien, entre autres une grande satisfaction lorsque la famille se reprend en main et poursuit son évolution malgré l’adversité.

31Il y a aussi des problèmes d’ordre instrumental, par exemple trouver un temps de rencontre qui convienne à toutes les personnes impliquées ou encore un problème d’espace, les cabinets de travail n’étant généralement pas faits pour des interventions familiales. Finalement, le contexte de travail n’est pas toujours propice au travail familial systémique, comme peuvent l’être le peu d’enthousiasme ou les réactions négatives des collègues face à cette modalité thérapeutique. Si le clinicien se sent isolé ou s’il a l’impression d’aller à l’encontre des standards acceptés dans son milieu, il pourra réagir en faisant preuve, par exemple, d’un enthousiasme exagéré ou bien en prenant une position opposée et en n’utilisant plus cette modalité thérapeutique.

32Il faut sortir la thérapie familiale de son isolement intellectuel qui freine sa reconnaissance par les praticiens et l’intégrer dans les disciplines de base en santé mentale. Des progrès se font d’ailleurs en ce sens. L’Association américaine de psychologie a maintenant une section dédiée à l’étude de la famille, ce qui permet de tisser des liens entre la famille et son traitement et les autres champs de la psychologie. Nous ne pouvons faire l’économie de la systémique et ignorer les connaissances que cette théorie nous a apportées. Les approches contemporaines en sont une preuve tangible. Ces approches conduisent facilement au pluralisme et se caractérisent par l’originalité des méthodes utilisées, par leur intégration et leur diversité. Il suffît de penser à la méthode de l’équipe réfléchissante et à l’emploi de messages écrits. La diversité inhérente au mouvement de thérapie familiale a donc ses bons côtés. Cette diversité facilite de plus l’exploration de moyens thérapeutiques nouveaux avec les familles dites difficiles, en particulier. En bout de ligne, le clinicien et les familles devraient en profiter.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search