Version classiqueVersion mobile

L’intervention en santé mentale

 | 
Claude Villeneuve

Introduction

Texte intégral

1Il ne fait maintenant plus aucun doute que la psychothérapie est une intervention efficace et rentable. Elle diminue, entre autres, la fréquence des recours aux services médicaux et chirurgicaux et la consommation de psychotropes. Les recherches récentes permettent d’affirmer que la psychothérapie devrait faire partie des soins essentiels au même titre que les soins médicaux de base. En ce début de millénaire, la psychothérapie fait pourtant face à des problèmes majeurs et son avenir est incertain. Cette modalité thérapeutique est à la croisée des chemins et subit des mutations importantes. La psychothérapie traditionnelle est en déclin dans la plupart des pays occidentaux et, dans certains milieux, elle est remise en question, voire menacée de disparition. Les changements drastiques dans la distribution des soins en santé mentale font en sorte qu’aujourd’hui les facteurs biologiques et socioéconomiques prédominent sur les facteurs psychosociaux.

2Cette évolution influence la pratique de la psychothérapie. Par exemple, la surspécialisation qui envahit le champ de la psychothérapie mène logiquement à des interventions pointues et ciblées. Dans ses formes actuelles, la psychothérapie n’est guère disponible à ceux qui en ont le plus besoin, en particulier les individus souffrant de conditions mentales sévères, les classes défavorisées et les migrants. Cette modalité d’intervention ne peut continuer à se développer en ignorant les besoins d’une grande partie de la population. Comment rejoindre cette population et lui offrir des services psychothérapeutiques adéquats ?

3Ces bouleversements forcent les praticiens à se remettre en cause et à repenser leurs pratiques. Rationaliser le psychosocial dont fait partie la psychothérapie et l’intégrer au biomédical sont un des grands défis du clinicien au seuil du XXIe siècle. Pour y faire face, les psychothérapeutes auraient certainement intérêt à modifier leur pratique dans le sens d’une plus grande diversification et d’une intégration des connaissances. Les approches individuelles ne peuvent sûrement pas suffire. En fait, il faut se poser des questions sur la pertinence d’une pratique essentiellement individuelle et s’intéresser à d’autres formes d’approches. Les forces collectives, les ressources familiales, entre autres, ont souvent été ignorées ou perçues comme suspectes. La famille est généralement une ressource thérapeutique et non une source de problèmes.

4La thérapie familiale est par ailleurs sous-utilisée et quelque peu marginalisée dans les milieux cliniques, principalement aux États-Unis où elle a pourtant pris naissance et s’est développée. Cette modalité thérapeutique est à un point tournant de son évolution. Il paraît donc opportun d’en analyser l’état et de répondre à certaines interrogations qu’elle pose au clinicien. Quelles sont les raisons de son impopularité ? Parmi ses applications, lesquelles sont les plus susceptibles d’être retenues ? Répondre à ces questions nous conduira à proposer quelques pistes d’intervention.

5Nous pensons qu’il est nécessaire de mieux ancrer l’intervention familiale systémique dans le quotidien et l’expérience du clinicien. Les préjugés qui minent sa crédibilité dans les milieux cliniques devraient alors s’estomper. Notre démarche s’inscrit dans une recherche de moyens thérapeutiques alternatifs pour faire face à la diversité des problèmes que le clinicien doit affronter et à la demande croissante d’aide. Il faut, selon nous, prendre une position anti-élitiste de la psychothérapie et prôner un retour à des pratiques de base en utilisant davantage les aidants naturels et leur capacité d’entraide. Réhabiliter le travail clinique auprès de ces personnes devrait être aujourd’hui une priorité. Nous verrons que les interventions qui mettent à contribution les proches du patient sans être des thérapies familiales « pures et dures » peuvent avoir une place importante parmi les modalités psychothérapeutiques. Les soignants peuvent utiliser l’approche familiale sans être des spécialistes en la matière. Ainsi, le travail de ceux qui ne craignent pas de rencontrer le patient et son entourage, travail difficile et complexe, devrait être davantage valorisé.

6La première partie de cet ouvrage dresse un portrait des bouleversements qui secouent actuellement les systèmes de santé et affectent les familles. Dans la deuxième partie, nous présentons les abords thérapeutiques de la famille. Nous discutons d’abord de la perspective interpersonnelle. Les avantages et les limites de l’approche « interpersonnelle-systémique » de même que son intégration à l’ensemble du traitement sont également présentés. Dans la troisième partie, cette approche est appliquée à diverses situations cliniques et groupes d’âge. Dans la dernière partie, nous discutons de la formation de base qui doit permettre à tout clinicien de faire du travail familial systémique.

7Ce livre s’adresse aux cliniciens quelles que soient leurs pratiques, aux soignants de première ligne qui sont les premiers à faire face aux problèmes émotionnels de même qu’aux professionnels en santé mentale et aux étudiants des diverses disciplines qui s’y rattachent (psychiatrie, psychologie, service social, sciences infirmières, autres disciplines connexes).

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search