Version classiqueVersion mobile

Partir du bas de l’échelle

 | 
Ginette Paquet

Chapitre 4. L’influence de la petite enfance sur la santé à l’âge adulte

Texte intégral

Les principaux constats dans les pays industrialisés

1Les relations fondamentales entre les conditions de vie durant l’enfance, d’une part, et l’apprentissage, les difficultés d’adaptation sociale et la vulnérabilité aux problèmes de santé à l’âge adulte, d’autre part, commencent à être mieux connues. Par exemple, il semble que pendant la période cruciale de la petite enfance, c’est-à-dire la première année de vie, la présence ou l’absence d’un soutien matériel et affectif adéquat soit déterminante dans le développement du système nerveux central : c’est un moment de la vie où le cerveau est particulièrement malléable et où le cortex cérébral se développe le plus rapidement. Ce développement est lui-même fortement impliqué à son tour dans l’action des systèmes immunitaire et endocrinien, particulièrement en ce qui concerne leur capacité de réagir adéquatement aux « stress ». Bref, cette période serait le moment privilégié de constitution du système de défense de l’organisme contre les multiples agressions qui forment à des degrés divers le lot commun d’une vie humaine dans un environnement social. Cela indique la présence d’un effet cumulatif dont on commence à identifier les facteurs précurseurs (Case et al, 2001 ; Eming-Young, 2002 ; McCain et al, 1999 ; Paquet, 1998 ; Rahkonen, 1997 ; Syme, 1998, Wadsworth, 1991). Comme les enfants ne naissent pas dans des ménages disposant d’un accès égal aux ressources monétaires, affectives, sociales et culturelles, et comme ces désavantages semblent être reliés, on peut aisément reconnaître que la petite enfance participe à la (re)production des inégalités sociales de santé. Plusieurs études longitudinales viennent confirmer cet effet du statut socioéconomique de la famille sur la santé des enfants, mais surtout sur les parcours sanitaires à long terme des individus.

2Une étude longitudinale britannique montre que l’état de santé à l’âge de 33 ans est prédit de façon optimale par une combinaison de facteurs sociaux et biologiques transmis (faible poids et petite taille à la naissance, entre autres) et d’expositions ultérieures à des événements et des comportements défavorables pour la santé (Power et al, 1996). Cet effet cumulatif n’est pas simplement l’addition de facteurs défavorables, mais plutôt le résultat de cheminements marqués par des interactions entre les conditions défavorables et les événements qui se succèdent tout au long du cycle de vie. Ainsi, avoir une situation socialement défavorable et un mauvais état de santé dans l’enfance amènent une plus forte probabilité d’avoir une mauvaise scolarité qui, elle-même, accroît les chances d’obtenir des emplois moins qualifiés, ce qui entraînera des conditions de travail plus difficiles et des expositions à des produits dangereux, ainsi qu’une plus grande précarité professionnelle.

3Pendant longtemps, le seul indicateur de santé des nourrissons était la mortalité infantile, qui a souvent été utilisé non pas en tant que tel, mais comme indicateur de développement d’un pays, d’une région ou d’un quartier. Plusieurs études ont montré que la mortalité périnatale et infantile variait de manière importante en fonction du statut socioéconomique (SSE) du père, de la mère ou du couple, prenant souvent la forme d’un gradient. Des données britanniques (Botting, 1997), françaises (Kaminski et al, 2000) et suédoises (Leon et al., 1992), entre autres, convergent à propos de cette question. Lorsque l’information est disponible, il semble que des différences de SSE soient notables pour toutes les causes principales de décès (malformation, prématurité, infection) (Olsen et al, 1993). Ce gradient apparaît dans tous les pays industrialisés, malgré une baisse importante et stable de la mortalité infantile. Prenons l’exemple du Québec. Selon des données de l’Institut de la statistique du Québec, la mortalité périnatale, néonatale et infantile a diminué considérablement depuis les 25 dernières années. Néanmoins, la mortalité fœtale et infantile demeure étroitement liée au niveau de scolarité de la mère (Chen et al, 1998). Toute volonté d’intervenir sur cette mortalité spécifique devrait tenir compte des inégalités sociales. En effet, comme le mentionnent Chen et ses collègues (1998, p. 57) : « Si les taux de mortalité pour chaque niveau de scolarité étaient aussi faibles que pour le niveau de scolarité le plus élevé, le nombre de morts fœtales et infantiles diminuerait d’environ 20 %. »

4Plus fréquentes sont les situations où un enfant est né prématurément ou avec un poids insuffisant. Des données de divers pays européens concluent à l’existence d’un gradient social de prématurité et d’hypotrophie, que le SSE soit défini par le niveau d’éducation de la mère ou par la catégorie professionnelle des parents (Berkowitz et al., 1993 ; Kramer et al, 1998). Ainsi, dans une enquête longitudinale auprès de femmes enceintes à Londres, il est apparu que l’appartenance à une classe sociale défavorisée, un faible niveau de scolarité et un bas revenu sont tous associés à une augmentation du risque de naissance prématurée (Peacock et al., 1995).

5De plus, des chercheurs américains (Starfield et al., 1991) ont montré que, pour les familles à faible revenu, la prise en compte du profil de pauvreté (persistant ou temporaire) était particulièrement révélatrice. Leurs résultats mettent en lumière des différences importantes d’incidence de naissances à faible poids selon que la pauvreté est mesurée par sa persistance sur plusieurs années ou simplement par le revenu pendant l’année de la grossesse. Des études britanniques incontournables ont été menées à l’aide de données provenant d’enquêtes de cohortes de naissances. Parmi celles-ci, les travaux de Barker et ses collaborateurs (Barker et al, 2001 ; Barker, 1997) sont exemplaires. Leurs recherches ont d’abord réaffirmé la relation observable entre le poids à la naissance et les risques de mourir de maladies cardiovasculaires beaucoup plus tard à l’âge adulte. La mort « précoce » due aux maladies cardiovasculaires à l’âge adulte serait donc en partie explicable par une variable biologique : la malnutrition prénatale. Par ailleurs, une analyse multivariée plus fine permet d’illustrer l’interaction entre les conditions de l’enfance et de l’âge adulte, ainsi qu’entre des facteurs de nature biologique et socioéconomique. Par exemple, si le poids à la naissance est précurseur des maladies cardiovasculaires, les hommes de faible poids à la naissance seront plus vulnérables à un statut socioéconomique désavantageux à l’âge adulte. Les individus nés avec un poids normal tendent à être plus « résilients » quant aux effets négatifs de mauvaises conditions socioéconomiques. L’analyse de ces données britanniques longitudinales illustre l’interaction entre le biologique et le social.

6Par ailleurs, des travaux américains (Duncan et al., 1994), utilisant des données longitudinales du Infant Health and Development Program, ont montré que le revenu des familles était fortement lié au développement cognitif et à la présence de problèmes comportementaux chez des enfants de 5 ans. Ainsi, le revenu familial s’est révélé très fortement corrélé aux résultats d’un test de qi (enfants de 5 ans) ainsi qu’à la présence de problèmes de comportement. De plus, la pauvreté persistante s’avère deux fois plus influente que la pauvreté transitoire sur le résultat au qi, et de 60 à 80 % plus influente sur les problèmes de comportement.

7Autre illustration : utilisant une enquête de cohorte d’hommes écossais pour départager le rôle respectif des conditions socioéconomiques désavantageuses dans l’enfance et celles de l’âge adulte, Davey-Smith et ses collaborateurs (1998) ont tracé un portrait des déterminants de la mortalité à l’âge adulte. Ils concluent que les conditions socioéconomiques pendant l’enfance sont fortement liées à la mortalité par accident, par cancer du poumon, et qu’elles entrent (conjointement avec les conditions socioéconomiques à l’âge adulte) dans l’étiologie des maladies respiratoires et des maladies cardiovasculaires. Dans une autre étude, Davey Smith et al. (1997) analysent l’influence du SSE sur la mortalité durant l’enfance, durant le premier emploi et au moment de la dernière vague de l’enquête (les répondants ayant alors de 35 à 64 ans). Chacun de ces moments avait son importance dans l’explication de la mortalité prématurée à l’âge adulte.

8Pour sa part, l’enquête longitudinale néerlandaise (Longitudinal Study of Socio-economic Health Differences) a été conçue et planifiée dans le but de répondre aux enjeux soulevés par l’effet du sse sur la santé dans la perspective des parcours de vie ; l’hypothèse sous-jacente est que les désavantages liés à un bas sse s’accumulent tout au long de la vie (Van de Mheen et al, 1998). Les résultats de l’étude tendent à confirmer cette hypothèse. Ainsi, le sse durant l’enfance explique environ 10 % des inégalités de santé à l’âge adulte (santé perçue et maladies chroniques), cet effet étant indépendant des conditions économiques à l’âge adulte. Cette relation ne s’explique que partiellement par la présence plus importante, chez les familles à faible sse, de comportements nocifs pour la santé. Par contre, une large part de la variance peut être expliquée par certains facteurs psychosociaux, comme le sentiment de contrôler sa destinée ou la force de l’appartenance à une communauté locale. La moitié de l’effet du SSE de l’enfance sur l’état de santé à l’âge adulte passerait par ces facteurs.

  • 1 Enquête de cohorte débutée en 1955 sur le développement des enfants nés sur l’île de Kauai, Hawaï. (...)

9Une étude américaine de cohorte, « Les enfants de Kauai1 » (Werner, 1992), vient apporter elle aussi des informations sur l’importance de la qualité des relations sociales et communautaires dans les parcours de vie des individus. Cette enquête longitudinale a d’abord documenté les effets « dévastateurs » de la pauvreté sur le développement des enfants, en particulier les désordres d’apprentissage, les problèmes de santé mentale et la présence de comportements « antisociaux ». Elle a aussi montré que ces différents problèmes se traduisaient par des atteintes à l’état de santé à l’âge adulte. Mais surtout, l’enquête s’est penchée sur un sous-groupe de jeunes de milieux très pauvres qui, tout en présentant un nombre considérable de facteurs de risque, ont connu un développement normal et harmonieux. Les chercheurs se sont intéressés en fait à un groupe de jeunes « résilients ». Au fondement de cette capacité de surmonter une origine sociale désavantageuse, ces jeunes avaient entre autres comme point commun de pouvoir compter sur la présence et le soutien d’un adulte significatif à l’extérieur de la famille immédiate, adulte qui semblait agir comme un guide. Cet adulte-phare apportait un soutien émotif à l’enfant en plus, bien souvent, de représenter pour lui un modèle à suivre.

10En résumé, les études longitudinales révèlent la présence d’un effet spécifique du SSE durant l’enfance sur la santé à l’âge adulte ; cette relation se déploie en partie à travers des mécanismes psychosociaux et, dans une moindre mesure, par l’adoption de comportements nocifs pour la santé. De plus, ces résultats témoignent de la précarisation précoce d’une partie des membres de la société, vulnérabilité qui semble avoir des effets sur la santé tout au long de la vie. Néanmoins, à l’échelle internationale, quelques études longitudinales et la réussite de certains programmes de stimulation précoce et d’éducation préscolaire en milieu défavorisé indiquent qu’il n’y a rien de fatal ou d’inéluctable pour la santé dans le fait de vivre les premières années de son enfance dans une famille de faible niveau socioéconomique. Comme nous l’exposerons dans le dernier chapitre, le succès de ces programmes repose toutefois sur l’identification rigoureuse de facteurs dits protecteurs, favorisant la résilience et, par le fait même, l’égalité des chances de réussite.

La situation des petits Québécois

11Que savons-nous de la situation sociale et sanitaire des jeunes enfants au Québec ? L’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (éldeq) nous procure une remarquable occasion d’approfondir la question. Rappelons que l’éldeq a été menée par l’Institut de la statistique du Québec auprès d’une cohorte de près de 2000 enfants suivis annuellement de l’âge de 5 mois à l’âge d’environ 4 ans. Enfin, nous pouvons décrire les changements qui surviennent dans la vie des enfants et de leur famille entre la naissance et leur entrée à l’école. Comme nous l’avons montré dans le deuxième chapitre, les données de l’éldeq nous ont permis de scruter l’influence de la position sociale de la famille sur la santé des jeunes enfants âgés de 5 mois à 4 ans. Mais nous avions aussi pour objectif de déceler des facteurs qui pourraient déjouer l’influence néfaste de l’adversité sur le développement des enfants et ainsi permettre des avancées dans les interventions de santé publique en milieu vulnérable.

12Avant de présenter les résultats à propos des facteurs de protection, il faut rappeler que nos analyses du deuxième chapitre ont révélé que, dans la plupart des cas, le lien entre les indicateurs de la santé de l’enfant et la position sociale qu’occupe la famille depuis sa naissance persiste, même lorsque la distribution sociale inégale de nombreux facteurs de risque ou caractéristiques est prise en compte. Nous avons notamment constaté qu’à la fin des années 1990, le fait qu’un bambin québécois d’environ 29 mois vive depuis sa naissance au sein d’une famille située au bas de l’échelle sociale accroît son risque d’avoir une santé précaire. De plus, nous verrons qu’une position sociale faible de façon persistante demeure associée à une probabilité plus élevée d’avoir été vu par un médecin généraliste, alors qu’à l’inverse, elle est associée à une probabilité plus faible d’avoir été vu par un pédiatre. Il en va de même pour un enfant d’environ 4 ans ; vivre depuis sa naissance au sein d’une famille située au bas de l’échelle sociale quant au revenu du ménage, au niveau de scolarité des parents et au prestige de leur profession accroît dans la plupart des cas sa probabilité d’avoir une santé et un développement compromis. Par exemple, même lorsque l’on tient compte des autres facteurs liés au surplus de poids, le risque que cet enfant de 4 ans soit aux prises avec de l’embonpoint augmente de près de 42 % par rapport à des enfants du même âge provenant d’un milieu aisé. Comparativement à ses pairs issus d’un milieu favorisé, il a également environ 112 % plus de risques d’avoir des caries. On a aussi observé que les jeunes enfants de 4 ans provenant d’un milieu social défavorisé étaient conduits chez le pédiatre ou le dentiste moins fréquemment que les enfants évoluant dans un milieu favorisé : un risque de non-consultation plus grand d’environ 34 % pour le pédiatre et de près de 48 % pour le dentiste.

L’identification des facteurs de protection

13Comme nous l’avons exposé dans le deuxième chapitre, certains facteurs de risque n’expliquent que partiellement l’association entre la position sociale et nos indicateurs de santé. Ici, nous allons voir si certains facteurs de protection peuvent dissiper l’influence de la position sociale sur la santé des jeunes enfants. Pour déceler cet effet de protection, nous n’avons pas pu utiliser les méthodes habituelles d’interactions multiplicatives, puisque la plupart des interactions testées dans nos modèles sont peu significatives sur le plan statistique dû à la faible taille de l’échantillon. Mentionnons aussi la prévalence peu élevée de problèmes de santé observée parmi les enfants, contrairement à ce que l’on pourrait trouver dans une cohorte comportant le même effectif, mais composée de personnes âgées.

  • 2 Voir G. Paquet et D. Hamel, op. cit. ; J. D. Willms, op. cit. ; P. M. Bernard et C. Lapointe (1991) (...)

14Puisque l’identification de facteurs de protection nous apparaissait essentielle, nous avons eu recours à la méthode de l’analyse des contrastes. Ainsi, nous avons construit et testé certains contrastes bien définis sur les variables impliquées dans tous nos modèles incluant les interactions (Bernard et al, 1991 ; Kleinbaum, 1982). Pour détecter les effets modifiants de certaines variables, des interactions doubles entre la position sociale et les variables potentiellement modifiantes sont introduites dans l’analyse2. Ces effets sont vérifiés en ajoutant les interactions une à la fois. Une interaction statistiquement significative (le seuil est fixé à 10 %) indiquerait d’emblée la présence d’un effet modifiant. On s’intéresse surtout à la partie de l’interaction touchant les deux groupes extrêmes. À moins d’avis contraire, les valeurs p présentées au bas des figures représentent les niveaux de signification observés pour cette partie de l’interaction. Cependant, puisque la puissance de ces tests est relativement faible compte tenu de la taille de l’échantillon dans certains sous-groupes et de la sévérité de l’indicateur de faible position sociale persistante, nous avons aussi construit et testé certains contrastes bien définis en utilisant les termes de l’interaction. Cela avait pour but d’identifier de nouvelles pistes de réflexion pour l’intervention. Notre attention s’est dirigée vers les facteurs pour lesquels la relation entre la position sociale et l’indicateur de santé ou de développement est presque inexistante pour certains sous-groupes alors que pour d’autres, elle semble persister, une fois les autres facteurs de contrôle pris en compte.

15Les figures qui sont présentées ci-après illustrent en quelque sorte la présence d’interaction par catégorie de facteur. Par conséquent, il importe d’avoir recours aux tableaux décrivant la modélisation d’un indicateur de santé, si l’on veut connaître la réelle probabilité qu’il survienne. Ces tableaux ont été présentés dans le deuxième chapitre. La présente section a donc pour objectif de révéler des facteurs qui pourraient contrer l’influence de la position sociale sur la survenue de problèmes de santé chez les jeunes enfants ou sur le choix de leurs parents de consulter certains professionnels de la santé. En d’autres mots, les résultats qui suivent suggèrent des facteurs qui pourraient rendre les enfants de 2 et de 4 ans un peu plus égaux socialement devant la santé.

Des facteurs de protection pour les jeunes enfants de 2 ½ ans

L’allaitement et l’hospitalisation

16Comme nous l’avons vu au chapitre 2, en plus du statut socioéconomique, d’autres facteurs augmentent la probabilité des jeunes enfants de passer au moins une nuit à l’hôpital : vivre dans une famille monoparentale, être un garçon, avoir une mère qui n’est pas immigrante, et ne pas avoir été allaité pendant six mois. Mais après avoir effectué l’examen des contrastes par catégorie, on constate à la figure 4.1 que parmi les enfants qui n’ont pas été allaités pendant six mois, l’influence de la position sociale sur la probabilité d’avoir séjourné une nuit à l’hôpital est forte, alors qu’elle n’est pas significative sur le plan statistique chez ceux l’ayant été. Concrètement, pour les enfants ayant été allaités pendant six mois, l’influence du niveau socioéconomique sur la probabilité d’avoir séjourné au moins une nuit à l’hôpital depuis leur naissance ne joue plus. Peu importe l’appartenance sociale, les probabilités d’avoir été hospitalisé une nuit sont plus faibles dans ce groupe que dans les familles où l’enfant n’a pas été allaité pendant au moins six mois. Ces résultats révèlent un premier facteur protecteur : l’allaitement pendant au moins six mois.

Figure 4.1 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hospitalisation de l’enfant pour au moins une nuit selon le mode d’alimentation, Québec, 1998,1999 et 2000.

Figure 4.1 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hospitalisation de l’enfant pour au moins une nuit selon le mode d’alimentation, Québec, 1998,1999 et 2000.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

Le soutien des grands-parents, une mère en très bonne santé et la santé de l’enfant

17Comme nous l’avons vu dans le chapitre 2, outre l’influence du statut socioéconomique, d’autres facteurs augmentent la probabilité d’être perçu par sa mère comme n’ayant pas une très bonne santé : vivre dans une famille monoparentale à au moins un des trois volets, avoir une mère qui s’est déclarée ne pas être en très bonne ou en excellente santé, avoir des frères et des sœurs et vivre dans une famille qui ne reçoit pas de soutien des grands-parents. L’analyse des contrastes nous révèle que pour les enfants qui vivent dans une famille de position sociale inférieure de manière continue, la probabilité plus élevée d’être considérés comme n’ayant pas une très bonne santé semble disparaître avec le soutien instrumental ou émotif des grands-parents (figure 4.2), ainsi qu’avec le fait d’avoir une mère se percevant en très bonne ou en excellente santé (figure 4.3).

Figure 4.2 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la santé de l’enfant perçue comme n’étant pas très bonne à au moins un des trois volets, selon la présence ou non d’un soutien des grands-parents, Québec, 1998,1999 et 2000.

Figure 4.2 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la santé de l’enfant perçue comme n’étant pas très bonne à au moins un des trois volets, selon la présence ou non d’un soutien des grands-parents, Québec, 1998,1999 et 2000.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

Figure 4.3 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la santé de l’enfant perçue comme n’étant pas très bonne à au moins un des trois volets selon la santé de la mère, Québec, 1998,1999 et 2000.

Figure 4.3 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la santé de l’enfant perçue comme n’étant pas très bonne à au moins un des trois volets selon la santé de la mère, Québec, 1998,1999 et 2000.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

18Pour le soutien des grands-parents, nous avons obtenu des résultats un peu inattendus. En effet, celui-ci se répartit également dans toutes les catégories sociales de sorte que peu importe la position sociale de la famille, près de 30 % des parents déclarent recevoir du soutien instrumental et émotif des grands-parents maternels ou paternels (voir figure 2.4). Mais, dans les familles où les grands-parents apportent leur soutien, de même que dans celles où la mère déclare être en très bonne ou en excellente santé, la faible position sociale ne serait plus associée à la santé déclarée des jeunes enfants une fois pris en compte l’ensemble des autres facteurs. Il s’agit donc là de deux autres facteurs protecteurs pour les enfants vivant dans des familles désavantagées sur le plan socioéconomique. En ce qui a trait au rôle protecteur des grands-parents que nous avons observé, précisons que celui-ci s’inscrit dans la même perspective que les résultats de l’étude de cohorte des « Enfants de Kauai » (Werner, 1992). Rappelons que dans cette étude, les jeunes qui avaient surmonté une origine sociale désavantageuse présentaient comme point commun le fait d’avoir pu compter sur le soutien d’un adulte-phare à l’extérieur de la famille immédiate.

Le mode de garde et les infections des voies respiratoires

19Nous avons déjà indiqué que pour un jeune enfant de 29 mois, plus la position sociale de sa famille décroît, plus la probabilité d’avoir eu une infection des voies respiratoires augmente. De plus, être né de façon prématurée accroît les risques d’avoir déjà eu un tel problème de santé. Nos analyses d’interaction par catégorie de facteur révèlent que parmi les enfants de 2½ ans, le lien entre les infections des voies respiratoires et la position sociale semble disparaître chez ceux qui sont allés à la garderie à l’âge de 17 et 29 mois (figure 4.4). En pratique, cela signifie que pour les infections des voies respiratoires, les enfants qui fréquentent la garderie courent les mêmes risques élevés peu importe le niveau socioéconomique de leurs parents. Il en va autrement pour les enfants qui ne se font pas garder à l’extérieur de la maison : la probabilité de souffrir d’une infection respiratoire est étroitement liée à la position sociale de la famille ; plus la position sociale de la famille diminue, plus la probabilité augmente.

20En somme, l’influence du statut socioéconomique est forte lorsque les enfants restent à la maison ; les enfants défavorisés ont alors une plus grande probabilité que les autres d’avoir des infections des voies respiratoires. Mais parmi les enfants qui vont à la garderie, on ne retrouve plus de telles différences liées à la position sociale : les jeunes enfants présentent tous une probabilité élevée d’avoir une infection des voies respiratoires, peu importe la position sociale de leurs parents. On sait par ailleurs, grâce à des études longitudinales (Denny et al., 1986 ; Presser, 1988 ; Palacio-Quintin et al, 1999), que le risque élevé d’avoir des infections des voies respiratoires est présent pendant les deux premières années de fréquentation d’une garderie ; mais ces mêmes études indiquent que les enfants ayant fréquenté une garderie ont moins d’infections des voies respiratoires lors de leurs premières années en milieu scolaire. Avec les volets futurs de l’éldeq, il sera intéressant de vérifier si ce phénomène se confirme au Québec.

Figure 4.4 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la présence d’infections des voies respiratoires chez les enfants âgés d’environ 29 mois selon le principal mode de garde, Québec, 1998,1999 et 2000.

Figure 4.4 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la présence d’infections des voies respiratoires chez les enfants âgés d’environ 29 mois selon le principal mode de garde, Québec, 1998,1999 et 2000.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

Tableau 4.1 Facteurs explicatifs de la relation entre la position sociale de la famille et la consultation d’un pédiatre à l’âge de 5, 17 et 29 mois, Québec, 1998,1999 et 2000.

Rapport de cotes

Position sociale depuis la naissance

Élevée

2,30

Moyenne

1,47

(faible)*

Épisode de monoparentalité aux trois volets**
(biparentalité à au moins un volet)

1,55

Mère/conjointe immigrante
(non immigrante)

1,93

Soutien des grands-parents maternels et/ou paternels
(aucun soutien)

1,47

Nombre d’enfants dans le ménage (volet 2000)

2 enfants

1,08

3 enfants ou plus
(un seul enfant)

0,70

Consommation de boissons gazeuses ou aux fruits moins d’une fois/jour (volet 2000)
(une fois ou plus/jour)

1,62

* La catégorie de référence est inscrite entre parenthèses.
** Paramètre non significatif à un seuil de 5 %.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

Une famille de trois enfants et plus et la consultation d’un pédiatre

21Une position sociale supérieure est liée à une probabilité plus forte de consulter un pédiatre. Nous avons pourtant vu qu’un état de santé précaire est davantage le lot des jeunes enfants de faible position sociale. On peut légitimement s’étonner de cette distribution sociale de la consultation d’un pédiatre. Ne devrait-on pas plutôt observer le contraire ? En plus d’un statut socioéconomique élevé, d’autres facteurs augmentent la probabilité des jeunes enfants d’avoir été vus par un pédiatre dans les douze mois précédant chacun des volets de l’enquête : disposer d’un soutien des grands-parents, consommer peu de boissons gazeuses ou à saveur de fruits (moins d’une fois par jour) et avoir une mère immigrante. Le tableau 4.1 révèle la persistance de ce lien particulier entre la consultation d’un pédiatre aux premiers trois volets de l’enquête et la position sociale qu’occupe la famille depuis la naissance de l’enfant, même lorsque sont pris en compte les effets des facteurs potentiellement confondants.

22De plus, nous avons observé que l’influence de la position sociale sur la consultation d’un pédiatre diminue avec l’accroissement du nombre d’enfants dans la famille (figure 4.5). Pour les enfants uniques ou dont la famille compte deux enfants, la probabilité d’être vus par ce type de spécialiste est plus grande s’ils proviennent de familles de position sociale élevée que s’ils sont issus de familles plus défavorisées. Ces résultats dévoilent un facteur susceptible d’éliminer cette curieuse association : vivre dans une famille de trois enfants ou plus. En pratique, pour les enfants dont la famille compte trois enfants ou plus, l’influence de la position sociale ne semble pas jouer sur la probabilité d’avoir consulté un pédiatre aux trois premiers volets.

Figure 4.5 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la consultation d’un pédiatre à l’âge de 5, 17 et 29 mois selon le nombre d’enfants dans le ménage, Québec, 1998,1999 et 2000.

Figure 4.5 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la consultation d’un pédiatre à l’âge de 5, 17 et 29 mois selon le nombre d’enfants dans le ménage, Québec, 1998,1999 et 2000.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

23Avançons quelques hypothèses pour interpréter ces derniers résultats à partir des connaissances disponibles. On sait, qu’en moyenne, les personnes appartenant aux classes sociales les moins favorisées auraient tendance à « surévaluer » leur état de santé ou à en avoir une vue partielle centrée sur les aspects fonctionnels du corps (Sen, 2002 ; Girard et al, 2000 ; Paquet, 1990). De plus, un certain fatalisme règne dans les milieux défavorisés à l’égard de la maladie (Paquet, 1990). Rappelons brièvement ce que nous avons exposé dans le troisième chapitre : les personnes de faible niveau socioéconomique ont en général une exposition plus grande à des conditions de vie stressantes et moins de ressources protectrices. Un renforcement négatif répété amène des attentes pessimistes et moins de maîtrise. En revanche, chez les parents de position sociale élevée, la très forte préoccupation pour la santé (Paquet, 1990) ne serait-elle pas aussi accompagnée d’une certaine nervosité, de sorte que même si l’enfant n’est pas gravement malade, les parents de classes sociales supérieures solliciteraient l’avis d’un spécialiste pour se rassurer ? Nos résultats indiquent que cette possible nervosité des parents de niveau socioéconomique élevé à l’égard des petites maladies infantiles s’estompe avec l’expérience acquise après deux enfants. On peut aussi penser que le lieu de pratique des pédiatres, probablement distant des quartiers défavorisés et des lieux de consultation privilégiés par les clientèles de faible position sociale, par exemple l’urgence, contribue à accentuer cet effet. De même, le manque de pédiatres en milieu rural et leur concentration dans les grandes villes universitaires peuvent aussi être considérés comme des hypothèses à vérifier.

Des facteurs de protection pour les enfants de 4 ans

L’allaitement, le soutien des grands-parents et l’hospitalisation

24Dans le chapitre 2, nous avons vu qu’en plus d’un faible statut socioéconomique, d’autres facteurs augmentent la probabilité pour les enfants de 4 ans de passer au moins une nuit à l’hôpital : vivre dans une famille monoparentale à au moins un des volets, ne pas avoir été allaité pendant au moins six mois, et avoir une mère non immigrante et qui déclare ne pas être en très bonne santé à au moins un des volets.

25Regardons maintenant ce que révèle l’examen des effets modifiants, c’est-à-dire la présence de facteurs en mesure de modifier l’association entre l’hospitalisation et la position sociale de la famille. En premier lieu, on constate que parmi les enfants qui n’ont pas été allaités pendant au moins six mois, l’influence de la position sociale sur la probabilité d’avoir séjourné au moins une nuit à l’hôpital est forte, alors qu’elle se dissipe chez ceux l’ayant été. Concrètement, pour les enfants ayant été allaités pendant six mois, l’influence du statut socioéconomique sur la probabilité d’avoir séjourné au moins une nuit à l’hôpital depuis leur naissance ne semble pas jouer. Il est à noter que, peu importe l’appartenance sociale, les probabilités d’avoir été hospitalisé au moins une nuit sont plus faibles dans ce groupe que dans les familles où l’enfant n’a pas été allaité pendant au moins six mois.

Figure 4.6 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hospitalisation de l’enfant selon le mode d’alimentation et la présence ou non du soutien des grands-parents, Québec, 1998-2002.

Figure 4.6 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hospitalisation de l’enfant selon le mode d’alimentation et la présence ou non du soutien des grands-parents, Québec, 1998-2002.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale du même groupe.
Interactions : allaitement p = 0,10 ; soutien des grands-parents p = 0,20.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

26Maintenant, bien que l’interaction ne soit pas statistiquement significative au seuil retenu, nous avons procédé à l’examen des contrastes quant au soutien instrumental et émotif reçu des grands-parents. Même si la taille de l’échantillon et la sévérité de notre indicateur de faible position sociale persistante ne nous permettent pas d’obtenir le seuil de signification statistique souhaité, les données observées vont tout de même dans le sens attendu et offrent une piste d’intervention : le soutien instrumental et émotif des grands-parents. Ce dernier pourrait atténuer la relation entre l’hospitalisation de l’enfant pour au moins une nuit et la position sociale qu’occupe sa famille. En d’autres mots, dans les familles défavorisées où les grands-parents apportent leur soutien, la faible position sociale aurait un impact beaucoup plus modeste sur la probabilité d’avoir été hospitalisé, une fois pris en compte l’ensemble des autres facteurs. Ces résultats révèlent le potentiel de protection de deux facteurs : l’allaitement maternel pour une période d’au moins six mois, d’une part, et, d’autre part, le rôle bénéfique possible du soutien des grands-parents.

L’absence de fumée secondaire, une mère en très bonne santé et l’asthme

27L’examen des effets modifiants nous apprend ce qui suit (figure 4.12). Pour les enfants de 4 ans qui vivent dans une famille de faible position sociale depuis la naissance, la probabilité plus élevée d’avoir subi une crise d’asthme s’estompe quand ceux-ci vivent dans une demeure où il n’y a pas de chien ni de chat. En pratique, cela signifie que, dans les familles où il n’y a pas de chat ni de chien, les jeunes enfants courent les mêmes risques élevés d’avoir une crise d’asthme indépendamment de leur appartenance sociale, une fois pris en compte l’ensemble des autres facteurs.

Figure 4.7 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et les crises d’asthme selon la présence de chien ou de chat à la maison et l’exposition à la fumée secondaire au domicile, Québec, 1998-2002.

Figure 4.7 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et les crises d’asthme selon la présence de chien ou de chat à la maison et l’exposition à la fumée secondaire au domicile, Québec, 1998-2002.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale du même groupe.
Interactions : chien ou chat p = 0,03 ; fumée secondaire p = 0,18 pour le test si la différence entre les positions sociales moyenne et faible est égale pour les enfants exposés et non exposés.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

28Nous avons, une fois de plus, examiné les contrastes concernant la « présence de fumée secondaire dans la maison » et la « santé de la mère », bien que les tests d’interaction n’aient pas donné de résultats statistiquement significatifs. Les tendances observées nous amènent à penser que les désavantages liés à la position sociale de la famille s’amenuisent pour les enfants vivant dans une maison où il n’y a pas de fumée secondaire ou encore pour ceux vivant avec une mère se déclarant en très bonne santé.

29Ainsi, sur le plan de la santé, deux autres facteurs sont susceptibles de rendre un peu plus égaux socialement les enfants d’environ 4 ans : la non-exposition à la fumée secondaire et une mère en très bonne ou en excellente santé. Par ailleurs, précisons que l’absence de chien ou de chat dans la maison familiale semble faire perdre aux enfants favorisés leur position avantageuse quant au faible risque de subir une crise d’asthme. En milieu favorisé, le fait pour un enfant en bas âge d’avoir un chat ou un chien pourrait être bénéfique au développement de son système immunitaire. Un tel effet a déjà été observé dans d’autres études longitudinales (Ownby et al., 2002 ; Celedon et al., 2002).

Aucun facteur de protection contre l’embonpoint

30En plus d’un faible statut socioéconomique ou d’un statut moyen, le fait de vivre dans une famille monoparentale augmente la probabilité pour les jeunes enfants de 4 ans de présenter de l’embonpoint. Après avoir procédé à l’examen des effets modifiants, on constate que peu importe le type de famille (données non présentées), l’association observée entre la position sociale et l’embonpoint persiste. Selon nos résultats, aucun des facteurs que nous avons analysés ne semble en mesure de protéger les jeunes enfants vivant au bas de l’échelle sociale du risque accru d’avoir un surplus de poids. À titre d’exemple, nous avons vérifié les effets du poids à la naissance, du temps passé à regarder la télévision ou encore de celui dévolu à l’ordinateur, en plus d’examiner quelques indicateurs pertinents traitant de certains aspects de l’alimentation des enfants.

L’allaitement et l’hyperactivité et l’inattention

31Outre l’influence du statut socioéconomique, d’autres facteurs augmentent la probabilité d’être perçu par sa mère comme étant hyperactif/inattentif : être un garçon, vivre dans une famille où il y a des pratiques parentales coercitives et de la fumée secondaire, avoir une mère qui déclare ne pas être en très bonne ou en excellente santé, ne pas avoir été allaité pendant au moins quatre mois et vivre dans un quartier perçu comme étant dangereux pour les enfants et où il y a peu d’entraide.

Figure 4.8 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hyperactivité/inattention selon le mode d’alimentation, Québec, 1998-2002.

Figure 4.8 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hyperactivité/inattention selon le mode d’alimentation, Québec, 1998-2002.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale faible du même groupe.
Interaction : p = 0,22 pour le test si la différence entre les positions sociales moyenne et faible est égale pour les enfants allaités et non allaités.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

32En effectuant des analyses stratifiées, on constate que les données observées vont dans le sens habituel : le lien entre des comportements hyperactifs et inattentifs rapportés par la mère et la position sociale s’estompe pour les enfants qui ont été allaités pendant au moins quatre mois (figure 4.8). Bien que l’interaction ne soit pas jugée significative sur le plan statistique, une piste de réflexion pour une intervention de santé publique peut être dégagée. En effet, chez les enfants ayant été allaités pendant au moins quatre mois, l’influence du niveau socioéconomique sur la probabilité d’avoir des comportements hyperactifs et inattentifs ne semble plus jouer. Cela signifie que, peu importe l’appartenance sociale, les probabilités d’être hyperactif pourraient être plus faibles dans ce groupe que dans les familles où l’enfant n’a pas été allaité pendant au moins quatre mois. Ces résultats se greffent à d’autres déjà observés qui tendent à confirmer le potentiel de protection d’un allaitement qui dure au moins quatre mois pour les jeunes enfants vivant au bas de l’échelle sociale depuis leur naissance.

Avoir ses deux parents et la consultation d’un pédiatre

33À l’âge de 4 ans, d’autres facteurs augmentent la probabilité des jeunes enfants de ne pas avoir été vus par un pédiatre dans les 12 mois précédant chacun des volets de l’enquête : ne pas recevoir de soutien instrumental ou émotif des grands-parents, vivre dans une famille de trois enfants et plus, avoir une mère non immigrante et qui a consommé de l’alcool pendant la grossesse.

34De plus, on a observé la présence de facteurs en mesure de modifier ce lien. En effectuant les analyses stratifiées, on remarque que parmi les jeunes enfants de 4 ans dont les parents se sont séparés, le lien entre la non-consultation d’un pédiatre et la position sociale se dissipe (figure 4.9). Cela signifie que les enfants dont les parents biologiques ont cessé de vivre ensemble entre la naissance et l’âge d’environ 3 ans présentent les mêmes probabilités de ne pas avoir été vus par un pédiatre, peu importe le niveau socioéconomique de leur famille. Le fait d’avoir des parents biologiques séparés semble faire perdre aux jeunes enfants les avantages associés à une famille de position sociale élevée quant à la fréquentation d’un pédiatre.

Aucun facteur de protection contre les caries

35En plus d’un faible statut socioéconomique, un autre facteur augmente la probabilité des jeunes enfants d’avoir des caries : ne pas fréquenter une garderie. Voyons maintenant ce que révèle l’examen de facteurs susceptibles de modifier ce lien. En fait, pour les enfants de 4 ans vivant dans une famille de position sociale inférieure depuis leur naissance, aucun des nombreux facteurs analysés n’apparaît en mesure de les protéger de la probabilité élevée d’avoir des caries (données non présentées).

Figure 4.9 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la non-consultation d’un pédiatre selon la présence des deux parents biologiques, Québec, 1998-2002.

Figure 4.9 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la non-consultation d’un pédiatre selon la présence des deux parents biologiques, Québec, 1998-2002.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale faible du même groupe.
Interaction : p = 0,08.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

Avoir ses deux parents, être enfant unique et la consultation du dentiste

36Au Québec, pour les enfants de moins de 10 ans, la plupart des services dentaires sont gratuits, c’est-à-dire payés par notre régime public d’assurance-maladie. Or, nos analyses indiquent qu’une position sociale inférieure est liée à une probabilité élevée de ne pas avoir été vu par un dentiste avant l’âge d’environ 4 ans. Ce lien entre la non-consultation d’un dentiste et la position sociale qu’occupe la famille depuis la naissance de l’enfant persiste, même lorsque sont pris en compte les effets des facteurs potentiellement confondants (voir le tableau 2.4). Entre l’âge d’environ 2 et 4 ans, les enfants défavorisés socialement ont un risque de près de 48 % plus grand de ne pas avoir été conduits chez le dentiste, comparativement aux enfants provenant d’un milieu favorisé. En plus d’un faible statut socioéconomique, certains facteurs augmentent la probabilité des jeunes enfants de ne pas avoir été vus par le dentiste : être un enfant unique, ne pas fréquenter un jardin d’enfants ou ne pas participer à des activités éducatives, et avoir une mère immigrante.

37On remarque en outre la présence de deux facteurs en mesure de modifier ces liens : être un enfant unique et vivre dans une famille dont les parents biologiques sont séparés. D’une part, nos résultats révèlent que les enfants n’ayant ni frère ni sœur ont une probabilité élevée de n’être jamais allés chez le dentiste, peu importe le niveau socio-économique de leur famille (figure 4.10). Alors que si les enfants vivent dans une famille de trois enfants et plus, plus la position sociale de la famille est faible, plus la probabilité de ne pas aller chez le dentiste augmente. De sorte que le fait d’être un enfant unique semble faire perdre l’avantage dont bénéficient les enfants favorisés en matière de consultation précoce d’un dentiste.

38D’autre part, pour les enfants dont les deux parents biologiques ne vivent plus ensemble, l’influence de la position sociale ne joue pas sur la probabilité de ne jamais avoir été vu par un dentiste avant l’âge d’environ 4 ans (figure 4.10). Les enfants qui vivent dans une famille dont les parents biologiques sont séparés courent donc les mêmes risques, peu importe le niveau socioéconomique de leurs parents. Il en va autrement pour les enfants dont la famille est intacte : la probabilité de ne pas avoir effectué une visite chez le dentiste durant la petite enfance est étroitement liée à la position sociale de la famille puisque plus la position sociale de la famille est faible, plus la probabilité de ne pas avoir consulté un dentiste augmente. En réalité, avoir des parents qui sont séparés semble faire perdre aux enfants favorisés les atouts conférés par la position sociale élevée de leur famille.

Des pistes pour l’intervention en milieu vulnérable

39Avant de poursuivre, il importe de rappeler certaines limites de notre étude. La taille de l’échantillon, la faible prévalence de problèmes de santé et de développement parmi les jeunes enfants, contrairement à une cohorte composée de personnes âgées, de même que la sévérité de l’indicateur de faible position sociale persistante utilisé font en sorte que l’on n’obtient pas toujours des seuils irréprochables de signification statistique. Néanmoins, en nous inspirant des tendances observées et des résultats obtenus avec d’autres études longitudinales, nous sommes persuadée que l’éldeq procure une occasion inouïe de déceler des facteurs qui pourraient diminuer l’inégalité sociale des jeunes enfants devant la santé.

Figure 4.10 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la non-consultation d’un dentiste selon la présence des deux parents biologiques et du nombre d’enfants, Québec, 1998-2002.

Figure 4.10 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la non-consultation d’un dentiste selon la présence des deux parents biologiques et du nombre d’enfants, Québec, 1998-2002.

* Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale faible du même groupe.
Interactions : famille intacte p = 0,01 ; nombre d’enfants p = 0,05.
Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.

40En bref, nos résultats indiquent que, pour un bambin, vivre depuis sa naissance au sein d’une famille située au bas de l’échelle sociale quant au revenu du ménage, au niveau de scolarité des parents et au prestige de leur profession accroît dans la plupart des cas la probabilité que sa santé et son développement soient compromis. De plus, le fait qu’un état de santé précaire soit davantage le lot des jeunes enfants de faible position sociale ne peut être entièrement expliqué par la présence accrue des facteurs de risque habituels observée en milieu défavorisé. La position sociale de la famille joue un rôle distinct sur l’état de santé des enfants.

41Certes, pour réduire les inégalités sociales de santé, il faut diminuer les inégalités socioéconomiques au sein de la société québécoise. Toutefois, d’ici l’atteinte de cet objectif, la présente étude révèle certaines orientations à donner aux interventions en santé publique destinées aux populations vulnérables. Nous avons en effet levé le voile sur certains facteurs ou caractéristiques qui pourraient expliquer les liens observés entre la position sociale défavorable de la famille et les problèmes de santé ou de développement, alors que d’autres facteurs pourraient déjouer l’adversité. À la lumière de ces résultats, voici quelques pistes de réflexion pour l’intervention dans un contexte de vulnérabilité.

42Tout en adoptant une attitude non culpabilisante et respectueuse auprès des familles appartenant à un milieu social différent, l’ensemble des intervenants devrait promouvoir et soutenir l’allaitement maternel en milieu défavorisé, car ce dernier peut protéger la santé des enfants de faible position sociale. En témoignent les résultats portant sur l’hospitalisation et la santé déclarée, ainsi que, dans une moindre mesure sur le plan statistique, ceux concernant l’hyperactivité/inattention. Une attention spéciale devrait également être accordée aux familles monoparentales ainsi qu’à celles dont les parents sont eux aussi nés au Québec, les résultats ayant montré l’effet net de ces deux facteurs sur la prédisposition à être hospitalisé. On devrait aussi mettre en œuvre des actions qui encouragent le resserrement des liens intergénérationnels, puisque l’aide instrumentale ou émotive fournie par les grands-parents a été reconnue comme pouvant protéger la santé de leurs petits-enfants désavantagés. Retenons aussi que les programmes de santé publique visant à améliorer la santé des mères vivant en milieu défavorisé sont susceptibles de faire d’une pierre deux coups : sauvegarder aussi celle de leurs enfants.

43Des mesures non culpabilisantes visant à éliminer la fumée secondaire dans les maisons devraient également s’avérer bénéfiques pour protéger de l’asthme les jeunes enfants défavorisés. De plus, souvenons-nous que le tabagisme est associé au risque accru de comportements hyperactifs et inattentifs. Pour les crises d’asthme et pour l’hyperactivité/inattention, les garçons présentent une plus grande vulnérabilité que les filles. Il importe aussi de savoir que la plus grande prévalence de comportements hyperactifs et inattentifs rapportés parmi les enfants de faible niveau socioéconomique est également associée à des pratiques parentales coercitives, au fait de vivre dans un quartier dangereux pour les enfants et n’offrant que peu d’entraide, et au fait d’avoir une mère qui déclare ne pas être en très bonne santé à au moins un des volets de l’étude.

44Par ailleurs, dans l’élaboration de programmes de prévention des infections des voies respiratoires, une attention particulière devrait être accordée aux familles de faible niveau socioéconomique dont les enfants ne fréquentent pas la garderie, puisque ceux-ci ont davantage d’infections des voies respiratoires que leurs pairs de milieu favorisé qui restent à la maison.

45D’autre part, dans l’élaboration de programmes de santé publique visant à prévenir l’embonpoint ou la carie dentaire, une attention particulière devrait être accordée aux familles de faible niveau socioéconomique, puisqu’il semble fort difficile de contrer l’influence de l’adversité. On devra accorder une attention toute particulière aux jeunes enfants présentant un surplus de poids et qui vivent dans une famille monoparentale ; les familles dont les enfants ne vont pas à la garderie nécessiteront un suivi spécifique afin de prévenir la carie dentaire. D’ailleurs, il faut accroître sensiblement les efforts visant à encourager les parents de faible position sociale à conduire précocement leurs enfants au cabinet du dentiste. En ce qui a trait à la non-consultation du dentiste en milieu défavorisé, on devra accorder une attention particulière aux familles ayant trois enfants et plus, où la mère est immigrante et où les bambins ne fréquentent pas une garderie ou ne prennent pas part à d’autres activités éducatives structurées.

46Enfin, il faut poursuivre les efforts visant à encourager les Québécoises et les Québécois à se doter d’un médecin de famille. Toute mesure qui favorisera l’accès à des services de première ligne bien organisés pourrait diminuer la propension des parents de niveau socioéconomique élevé à recourir au pédiatre. Des ressources médicales spécialisées pourraient ainsi être libérées pour les soins à donner aux jeunes enfants vraiment malades.

47Ajoutons que certains facteurs peuvent faire perdre aux enfants vivant dans des familles aisées les avantages en matière de santé propres à leur position sociale. Ainsi en est-il des enfants dont les parents ont vécu une séparation (consultation d’un pédiatre ou d’un dentiste), des familles qui n’ont pas de chien ou de chat (asthme) ou encore de celles ayant un seul enfant (consultation d’un dentiste).

48Somme toute, la réduction des inégalités sociales de santé ne devrait-elle pas constituer l’objectif prioritaire visé par les actions de santé publique ? Ignorer cet important défi serait ne pas voir assez loin puisque, dans les pays industrialisés, il faudra diminuer les inégalités sociales de santé pour augmenter l’espérance de vie nationale. Par l’identification de facteurs protecteurs, nous souhaitons épauler chercheurs et planificateurs dans l’élaboration de véritables moyens pour favoriser l’égalité des chances sur le plan sanitaire des adultes de demain. Mais, pour vraiment contrecarrer l’adversité liée à une enfance vécue au bas de l’échelle sociale, il faudra de toute évidence plus que des programmes usuels de santé publique. On devra se préoccuper des effets à long terme sur la santé de l’environnement social de la petite enfance.

49Dans cette perspective, nous approfondirons dans le dernier chapitre les conditions de vulnérabilité sociale transmises aux enfants lors de la première socialisation, c’est-à-dire les chances inégales de départ dans la vie, et en particulier l’échec scolaire précoce. Concrètement, nous démontrerons qu’en milieu défavorisé, il est possible de contrer les attentes fatalistes à l’égard de l’avenir qui découlent de l’adversité, en favorisant le développement du sentiment d’emprise sur sa destinée dès la petite enfance.

Notes

1 Enquête de cohorte débutée en 1955 sur le développement des enfants nés sur l’île de Kauai, Hawaï. L'enquête a permis d’interroger les parents ou les enfants à partir de la grossesse de la mère jusqu’à ce que les « enfants » aient 32 ans.

2 Voir G. Paquet et D. Hamel, op. cit. ; J. D. Willms, op. cit. ; P. M. Bernard et C. Lapointe (1991). Mesures statistiques en épidémiologie, Québec, Presses de l'Université du Québec.

Table des illustrations

Titre Figure 4.1 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hospitalisation de l’enfant pour au moins une nuit selon le mode d’alimentation, Québec, 1998,1999 et 2000.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4.2 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la santé de l’enfant perçue comme n’étant pas très bonne à au moins un des trois volets, selon la présence ou non d’un soutien des grands-parents, Québec, 1998,1999 et 2000.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 4.3 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la santé de l’enfant perçue comme n’étant pas très bonne à au moins un des trois volets selon la santé de la mère, Québec, 1998,1999 et 2000.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4.4 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la présence d’infections des voies respiratoires chez les enfants âgés d’environ 29 mois selon le principal mode de garde, Québec, 1998,1999 et 2000.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4.5 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la consultation d’un pédiatre à l’âge de 5, 17 et 29 mois selon le nombre d’enfants dans le ménage, Québec, 1998,1999 et 2000.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 %.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4.6 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hospitalisation de l’enfant selon le mode d’alimentation et la présence ou non du soutien des grands-parents, Québec, 1998-2002.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale du même groupe.Interactions : allaitement p = 0,10 ; soutien des grands-parents p = 0,20.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4.7 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et les crises d’asthme selon la présence de chien ou de chat à la maison et l’exposition à la fumée secondaire au domicile, Québec, 1998-2002.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale du même groupe.Interactions : chien ou chat p = 0,03 ; fumée secondaire p = 0,18 pour le test si la différence entre les positions sociales moyenne et faible est égale pour les enfants exposés et non exposés.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4.8 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et l’hyperactivité/inattention selon le mode d’alimentation, Québec, 1998-2002.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale faible du même groupe.Interaction : p = 0,22 pour le test si la différence entre les positions sociales moyenne et faible est égale pour les enfants allaités et non allaités.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4.9 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la non-consultation d’un pédiatre selon la présence des deux parents biologiques, Québec, 1998-2002.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale faible du même groupe.Interaction : p = 0,08.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4.10 Comparaison des liens entre la position sociale de la famille et la non-consultation d’un dentiste selon la présence des deux parents biologiques et du nombre d’enfants, Québec, 1998-2002.
Légende * Rapport de cotes significatif au seuil de 5 % comparativement à la position sociale faible du même groupe.Interactions : famille intacte p = 0,01 ; nombre d’enfants p = 0,05.Source : Institut de la statistique du Québec, éldeq, 1998-2002.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14446/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search