Version classiqueVersion mobile

Les sciences infirmières

 | 
Yolande Cohen
, 
Jacinthe Pepin
, 
Esther Lamontagne
, 
et al.

Préface

Suzanne Kérouac

Texte intégral

1Il n’est pas rare d’entendre depuis quelques années déjà que les soins infirmiers sont en crise. Cette situation se retrouve dans plusieurs pays où les systèmes de santé sont ébranlés par de profondes transformations dues en grande partie aux contraintes financières. L’optimisation du travail infirmier constitue un défi majeur pour tous : planification des ressources infirmières, organisation du travail, interdisciplinarité et formation académique sont au centre des discussions. C’est dans ce contexte qu’il était manifestement urgent de publier ce livre.

2Les infirmières forment au Québec le groupe le plus important de professionnels de la santé. Le public lui manifeste son appui de manière soutenue : on reconnaît l’importance des soins infirmiers, la nécessité de salaires et de conditions de travail favorables compte tenu des exigences de la fonction. Les infirmières participent généreusement à la transformation du réseau de la santé et, dans des conditions relativement précaires, relèvent le défi de l’innovation pour répondre aux besoins de santé de la population.

  • 1 Yolande Cohen, Profession infirmière. Une histoire des soins dans les hôpitaux du Québec, Montréal (...)

3La question se pose moins sur « ce que font les infirmières » : en effet, tous et chacun ont eu l’occasion de l’observer à un moment ou l’autre de leur vie. Aussi, des ouvrages ont permis de l’expliquer au cours des dernières années et notamment de retracer l’évolution de la profession au Québec1 Par ailleurs, il est étonnant de constater aux différents paliers sociopolitiques une méconnaissance des enjeux auxquels fait face la profession, là même où des décisions primordiales se prennent sur son avenir. Serait-ce parce qu’elle représente une profession de femmes qu’il a fallu, depuis des décennies, expliquer à de nombreuses commissions la nature des soins infirmiers, la nécessité d’une formation de pointe et sa légitimité académique ? Le questionnement va plutôt vers « ce que font les infirmières à l’université ».

4Encore fallait-il trouver la manière rigoureuse, adroite et efficace de dire qu’elles y oeuvrent depuis un bon moment et que leurs réalisations sont porteuses d’espoir pour l’avenir.

5Cet ouvrage est essentiel. En premier lieu, il permet une prise de conscience des enjeux qui ont marqué l’histoire des savoirs infirmiers au Québec. Cinq décennies se seront écoulées avant qu’il ne soit question de formalisation des savoirs. En effet, partant de vertus et de valeurs morales, la profession a évolué au fil des événements professionnels, sociaux et politiques qui ont bousculé ses valeurs premières. La discipline s’est d’abord établie sur un premier champ qui la caractérise, l’hygiène, avec un savoir particulier et autonome et une formation supérieure universitaire. Par ailleurs, les structures hospitalières franco-catholiques ont su mettre en valeur le caractère de dévouement et de don de soi lié au travail de l’infirmière. Reconnu pour l’expression noble du caractère féminin plutôt que pour la maîtrise de savoirs spécifiques, le nursing cantonnera ses adeptes dans des emplois subalternes. Ces deux orientations — hygiène et nursing — coexisteront et se croiseront pour aboutir à un modèle particulier qui fondera son évolution sur l’éducation, le développement de savoirs exclusifs et l’autonomie professionnelle. Il n’en demeure pas moins que le domaine du soin (caring) placera longtemps les infirmières dans une situation où elles négocieront sans cesse leurs liens avec d’autres professionnels et seront confrontées aux exigences des décideurs du système de santé qui accordent plus ou moins d’importance au soin. Par conséquent, la façon dont les savoirs se sont transformés au fil du temps n’est pas sans soulever de nombreuses questions, au-delà de la pratique des soins, de la profession et de la discipline infirmière.

6La publication de ce livre est l’occasion de rendre hommage à la détermination des Soeurs Grises qui, dès les années 1920, présentent leur projet de formation supérieure en nursing aux autorités de l’Université de Montréal. Leur engagement prend racine dans une vision éclairée des concepts et des assises de la profession et dans une ouverture aux autres dont témoignent leurs fréquents entretiens avec les infirmières anglo-protestantes de l’époque. Ne sous-estimons pas la subtile complicité qu’elles ont su entretenir avec les médecins — souvent en admiration devant leur adresse — qui n’ont pas hésité à les aider à surmonter certaines réticences institutionnelles, par exemple lors de la fondation de l’Institut Marguerite d’Youville en 1934 et de la Faculté de nursing en 1962. Dès 1952, elles offrent un programme de baccalauréat de base où le concept de santé est le fondement qui vise à doter le nursing d’un ensemble de savoirs propres. Leurs dirigeantes sont aux premières loges en matière de formation infirmière et de planification de l’hôpital universitaire dont les bases ont été jetées il y a plusieurs décennies. Leurs diplômées occupent des postes clés en éducation et en administration.

7Deuxièmement, cet ouvrage est essentiel car il amorce une analyse critique sur la genèse des savoirs infirmiers et ouvre une fenêtre sur l’avenir. En ce sens, il faut rendre hommage à l’engagement des personnes qui ont hérité du message des Soeurs Grises. Au Québec, les années 1960-1970 ont été marquées par la laïcisation des institutions d’enseignement, la mise en place d’une profonde transformation des services de santé et d’éducation ainsi que par la professionnalisation de ses personnels. Avec l’avènement de l’éducation publique et non confessionnelle, une nouvelle dynamique et une autre logique prennent place. L’enjeu des connaissances à transmettre prend une autre forme. Professeurs de la Faculté, personnel clinique et étudiantes adhèrent au concept d’une formation spécifique et de haut niveau pour l’infirmière. On n’hésite pas à confronter sa vision des soins à celles d’autres groupes et à défendre haut et fort le caractère spécifique et essentiel de cette formation. L’affirmation est telle que la place déjà occupée par la Faculté dans des secteurs bien établis, comme ce fut le cas pour l’hygiène, l’éducation et l’administration des soins, échappe à la vigilance des protagonistes. Si la formation initiale demeure divisée entre deux secteurs, collégial et universitaire, et que la question reste en suspens au fil des années, c’est loin d’être faute de rapports, mémoires, prises de position, etc. Bien au contraire, leur nombre est impressionnant. L’éclatement témoigne plutôt de la distance du discours échangé entre les défenseurs de la profession, les administrateurs et les politiciens. Le statut de l’infirmière restera captif d’enjeux que l’argumentaire des porte-parole infirmiers arrive peu à ébranler.

8Si la reconnaissance de la profession reste difficile à confirmer au cours des trente dernières années, la transformation des savoirs pour le développement d’une discipline offre un potentiel jusqu’ici peu exploré. Explorant les grands courants de pensée qui ont marqué lexxe siècle, cet ouvrage entame une analyse critique sur la façon dont se sont développés les connaissances et les programmes éducatifs au cours des dernières décennies. Les programmes élaborés et enseignés à la Faculté fournissent la trame utilisée par les chercheurs. Ils nous permettent de tracer une évolution dont la base est bien ancrée sur nos valeurs, principes et convictions, qui s’épanouit en une ouverture aux autres pour en arriver à des collaborations et à un partage de la responsabilité collective de la santé.

9Les années 1970 sont marquées par l’importance des études de premier cycle, le début d’une formation de deuxième cycle et l’octroi des premières subventions de recherche accordées à des professeurs par des organismes subventionnaires reconnus. C’est au cours de cette décennie que les publications des professeurs porteront sur les fondements pratiques du nursing, parmi lesquels on peut citer les savoirs infirmiers de base, les soins spécifiques à des groupes cibles, l’administration des soins et l’éducation en nursing, les aspects sociaux, économiques, politiques et professionnels ainsi que la recherche.

10Dès les années 1980, la Faculté s’engage résolument dans la recherche subventionnée. Un développement remarquable prend place malgré d’importantes contraintes financières et la nécessité de modifier le corps professoral. Les savoirs se concentrent autour des fondements théoriques de la pratique infirmière : les soins à la famille incluant les soins à la mère, au nouveau-né, à l’enfant et à la femme ; les soins à la personne âgée incluant la situation de chronicité, la santé mentale et la psychiatrie ainsi que la qualité des soins. Les travaux des étudiants et des professeurs contribuent à la formalisation des savoirs infirmiers et au développement de la science infirmière. Ces nouveaux savoirs sur le soin portent sur les dimensions psychosociales de l’expérience de santé des individus et des familles, ainsi que sur les effets de l’intervention infirmière sur la santé.

11Au cours des années 1990, on assiste à la création de projets structurants qui permettent un rapprochement entre des savoirs spécifiques infirmiers et les soins à des groupes cibles. En ce sens, des équipes reçoivent des fonds importants d’organismes subventionnaires, notamment pour le développement des dimensions spécifiques aux sciences infirmières. La Faculté héberge en 1996 l’un des cinq centres d’excellence sur la santé des femmes au Canada et elle crée en 1998 une première chaire de recherche sur le soin à la personne âgée et à la famille. C’est aussi au cours de cette décennie qu’apparaissent des sujets d’études portant sur l’efficacité des interventions et des services infirmiers réalisés en partenariat avec des chercheurs d’autres disciplines, d’autres universités ou d’autres secteurs. Le programme conjoint de doctorat en sciences infirmières — Université de Montréal et Université McGill —, implanté en 1993, témoigne du degré de maturité de la recherche réalisée à la Faculté. L’obtention de bourses de recherche ainsi que le recrutement de nouveaux professeurs et de stagiaires postdoctoraux permettent de renforcer l’essor de la recherche. Le nouveau programme de baccalauréat implanté en 1995 est le fruit d’une concertation facultaire qui témoigne de la convergence désirée entre l’enseignement et la recherche. De plus, la collaboration des milieux clinique et communautaire est un gage de la pérennité des projets de la Faculté. Les dernières décennies auront été marquées par l’objectif de réaliser une oeuvre conjointe entre les milieux de pratique, académique et administratif. Cette mission de développement et de transmission des connaissances vise la santé et le bien-être des individus, la continuité des soins et l’anticipation des changements.

12Soulignons que cet ouvrage est également un hommage aux diplômées de la Faculté. Elles ont à tout moment de leur programme d’études partagé l’ambition de développer un mouvement durable pour propulser les sciences infirmières vers l’avenir. Grâce à leur collaboration au développement des connaissances et au renouvellement des pratiques, les sciences infirmières représentent un nouveau système dans le monde du troisième millénaire. Des remerciements chaleureux sont adressés à nos diplômées et à des donateurs anonymes du Fonds Alma Mater de la Faculté qui ont rendu possible la réalisation de cette recherche.

13Enfin, cet ouvrage est essentiel car il pousse le public à s’interroger. C’est un pan de l’histoire des femmes québécoises qui est présenté ici. Ces femmes ont assuré, au fil du temps, les soins et services infirmiers à la population. Elles ont travaillé à la sauvegarde des valeurs et à la promotion d’une spécificité qui se confirme progressivement. Qu’elles aient été infirmières hygiénistes, soignantes, éducatrices ou administratrices, et plus tard conseillères, chercheuses ou professeures, c’est un engagement attentif et fidèle à la population qui émerge de leur mission. Dans cette perspective, elles ont partagé les longues marches entreprises pour la reconnaissance des femmes au XXe siècle et ont contribué sans relâche au développement de l’économie du savoir. En dehors des milieux de la santé, bien peu de gens réalisent l’existence et l’importance des savoirs spécifiques qui caractérisent le soin infirmier, domaine dit féminin. S’en trouve-t-il qui imaginent comment ces savoirs ont été construits ? C’est l’itinéraire que nous proposent les auteurs.

14La professeure Yolande Cohen, historienne, a réussi une heureuse alliance avec nos chercheurs en sciences infirmières. Je félicite chaleureusement les auteurs qui ont relevé avec brio le défi de retracer les grandes étapes du développement des sciences infirmières au Québec. Je les remercie pour la rigueur de leur travail et la finesse avec laquelle ils nous informent des nombreux bouleversements, imprévus et détours qui ont marqué notre passé. La richesse de l’intégration des perspectives historiques et scientifiques rend leur contribution inestimable. C’est précisément parce que nous nous connaîtrons davantage que nous pourrons mieux préparer l’avenir et prendre des décisions éclairées.

15Plusieurs courants sociaux ont influencé l’exercice des soins infirmiers et continueront de le faire. Pensons notamment aux changements démographiques, à l’augmentation de l’espérance de vie, à la hausse des maladies chroniques, à la transformation de la structure familiale, aux changements des rôles homme-femme et aux conséquences qui en découlent dans la vie de tous les jours. L’accumulation des situations de stress, la violence conjugale et familiale, la pauvreté et l’itinérance font trop souvent partie de la réalité des clientèles des services de soins et de santé. D’autres facteurs s’ajoutent à cette réalité, comme la prépondérance des technologies, la communication électronique, la mobilité des gens, l’augmentation du nombre d’immigrants, de réfugiés, de populations déplacées, l’existence de conflits culturels et le racisme. Tous ces facteurs modifient la façon de vivre des gens et font en sorte que la demande de soins n’ira pas en décroissant, bien au contraire... Les infirmières sont très près des expériences quotidiennes des patients, des personnes et de leur famille. Leur pratique est fondée sur une disposition à travailler avec les personnes dans leur propre milieu, permettant de trouver avec elles forces et ressources plutôt que de regretter les déficits. Si on a souvent référé au soin infirmier à la personne, à la famille, au groupe et à la communauté, on peut insister en fonction de l’avenir sur le « soin humain », qui tient compte des caractéristiques culturelles et reconnaît l’importance des façons de vivre et des convictions des personnes.

16Depuis quelques années et dans plusieurs pays, on déplore ouvertement une pénurie de personnel infirmier qualifié pour répondre aux demandes en soins de santé. Des conditions de travail difficiles, l’absence d’un plan de carrière, l’inadéquation des politiques guidant la pratique infirmière, une formation souvent insuffisante en soins de première ligne sont tenues responsables de la récurrence de ce problème. De plus, l’instabilité économique et politique de certains pays contribue à la précarité de la situation. Il n’est pas exagéré d’affirmer qu’il s’agit d’une problématique sans frontières...

17Plus près de nous, les transformations rapides du système de santé ont occasionné des changements majeurs dans les environnements de soins. Le départ prématuré d’infirmières qualifiées, la prolifération d’emplois à temps partiel, un environnement de travail souvent inadéquat, un manque de planification des ressources infirmières entraînent une situation de crise sans précédent. Le caractère restrictif des politiques concernant le personnel infirmier a offert peu d’occasions pour la pratique avancée des infirmières et a sous-estimé la valeur de leur contribution à l’administration des institutions de soins. À un moment où les infirmières sont appelées à être des partenaires à part entière des équipes interdisciplinaires, elles se retrouvent en nombre insuffisant, souvent avec une formation académique lacunaire et ne cachent plus leur colère face aux conditions de travail dans les institutions de soins. Combien de fois ont-elles dénoncé le fait de ne plus avoir le temps de « soigner » et de travailler souvent dans des conditions chaotiques ? Un tel contexte pose à l’ensemble des professionnels de la santé des défis de taille qu’ils avaient peu ou pas prévus et crée un impact majeur sur l’organisation, sur la prestation des soins ainsi que sur les rôles des différents acteurs du système.

18Bien que les infirmières et infirmiers représentent le groupe occupationnel le plus nombreux dans le domaine de la santé, peu de travaux à l’échelle canadienne ont cherché à étudier les relations entre les politiques gouvernementales et l’évolution de la profession infirmière, l’organisation des soins et services infirmiers ainsi que les variations du cadre juridique qui régit l’exercice infirmier. N’est-il pas étonnant de constater que la perspective de leurs caractéristiques, activités, conditions de travail et perceptions demeure fragmentaire ? En 1999, l’annonce d’un fonds de recherche réservé au développement des connaissances en sciences infirmières, à l’occasion de la création des instituts de recherche en santé du Canada, a été saluée avec optimisme. Une telle annonce est venue confirmer la nécessité de la contribution des infirmières à l’évolution du savoir scientifique dans le domaine de la santé. La mission dévolue aux sciences infirmières, soit le développement d’une capacité de recherche dans un contexte de rareté des ressources infirmières, ne relève-t-elle pas du défi ? L’histoire nous fournit-elle quelques éléments de réponse ?

19Les sciences infirmières sont un domaine d’avenir et le caractère académique de la discipline ne fait pas de doute. En ce sens, l’expertise de la Faculté est recherchée. Les auteurs démontrent que les sciences infirmières ont relevé ou entrevu les défis de taille auxquels elles ont été confrontées : heureux présage pour l’avenir. Je suis persuadée que les infirmières y verront une source d’encouragement à poursuivre avec fierté la réalisation de leur mission. Je souhaite aux lecteurs un vif plaisir à ce rendez-vous avec l’histoire qui invite à une compréhension renouvelée de la discipline infirmière. Le danger est d’oublier d’où l’on vient... Ce qui serait très triste...

20C’est un honneur et un privilège de saluer la parution de cet ouvrage qui retrace l’évolution des savoirs infirmiers à travers l’histoire de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal. Ce livre rend hommage à toutes les pionnières qui ont partagé l’idéal de l’élaboration des savoirs infirmiers pour que soit forgée la base scientifique d’une discipline. Il aura fallu la vision, l’énergie, la volonté et la cohésion d’un grand nombre pour tracer et assurer la voie qui a permis aux sciences infirmières de dépasser la modernité. C’est une chance de célébrer ce moment !

Notes

1 Yolande Cohen, Profession infirmière. Une histoire des soins dans les hôpitaux du Québec, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2000 ; Olive Goulet et Clémence Dallaire, Soins infirmiers et société, Québec, Gaëtan Morin, 1999.

Auteur

Professeure titulaire à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search