Version classiqueVersion mobile

Les sciences infirmières

 | 
Yolande Cohen
, 
Jacinthe Pepin
, 
Esther Lamontagne
, 
et al.

Remerciements

Yolande Cohen

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une réflexion collective menée durant ces trois dernières années par les auteurs sur le passé et l’avenir des sciences infirmières. L’étude spécifique de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal a été menée à la demande de Suzanne Kérouac, alors doyenne de la Faculté, qui a pris cette initiative et a su trouver les fonds nécessaires auprès du Fonds de dotation pour l’enseignement et la recherche de la faculté (Fonds Alma Mater). Nous lui adressons nos plus sincères remerciements pour le courage qu’elle a eu en faisant appel à une équipe d’historiennes et de professeurs chercheurs de la Faculté en vue de mener à bien ce projet. Nous espérons amorcer ainsi une réflexion plus globale sur la place et le statut des sciences infirmières dans la société, à partir de l’étude d’un cas et dans une perspective bidisciplinaire.

2Nous souhaitons également exprimer nos sincères remerciements à la doyenne actuelle, Christine Colin, qui, dès son arrivée à la Faculté en septembre 2000, a immédiatement apporté son soutien entier au projet, et nous a assuré de l’importance qu’elle accorde à cet ouvrage.

3Tout ouvrage collectif est marqué par une collaboration particulière qui s’établit entre les auteurs au fil du travail requis. Pour réaliser celui-ci, nous avons tenté de concilier nos différents horizons disciplinaires ainsi que nos méthodologies particulières. Aux historiennes Yolande Cohen et Esther Lamontagne l’analyse sociohistorique du contexte et du développement institutionnel des sciences infirmières s’est d’emblée imposée ; aux spécialistes des sciences infirmières est revenue l’analyse des savoirs et de leur transformation. Toutefois, ne voulant pas diviser le livre en deux parties, ce qui lui aurait enlevé sa cohérence et son ambition bidisciplinaire, nous avons convenu de travailler ensemble tous les chapitres, Yolande Cohen étant la responsable du projet et la rédactrice principale de l’ouvrage. Néanmoins, chaque chapitre porte la marque d’un auteur qui y a plus particulièrement mis sa griffe personnelle. C’est ce que nous voulons reconnaître en identifiant, dans l’ordre, les crédits pour chaque chapitre séparément :

4l’introduction, les chapitres 1, 2, 3 et la conclusion ont été rédigés par Yolande Cohen et Esther Lamontagne ;

5le chapitre 4 a été rédigé par Yolande Cohen, Jacinthe Pepin, Esther Lamontagne et André Duquette ;

6le chapitre 5 a été rédigé par André Duquette, Jacinthe Pepin, Yolande Cohen et Esther Lamontagne ;

7le chapitre 6 a été rédigé par Jacinthe Pepin, André Duquette, Esther Lamontagne et Yolande Cohen.

8Nous remercions Suzanne Kérouac de nous avoir aidés à approfondir notre réflexion concernant le dernier chapitre.

9Une telle histoire ne peut s’écrire sans la contribution d’un grand nombre de personnes. Nous voulons ici remercier particulièrement Evelyn Adam, Julienne Provost, Fabienne Fortin et Marie-France Thibaudeau pour l’aide précieuse qu’elles ont bien voulu nous apporter et pour leurs remarques pertinentes. Les anciennes doyennes Diane Goyette et Marie-France Thibaudeau et les professeures sœur Marie Bonin, sœur Jeanne Forest et Jeannine Pelland ont également accepté avec beaucoup d’enthousiasme de répondre à nos questions, de vérifier nos données et même d’apporter leur contribution particulière à cette histoire qu’elles connaissent mieux que quiconque. Qu’elles soient ici vivement remerciées pour leur précieuse collaboration à cet ouvrage, dont par ailleurs elles ne peuvent porter la responsabilité qui nous incombe entièrement. Les archivistes sœur Gaëtane Chevrier (de la Congrégation des Sœurs de la Charité de Montréal) et Denis Plante (du service des archives de l’Université de Montréal) nous ont été d’un secours constant. Quelques donateurs anonymes ont confirmé leur soutien aux sciences infirmières et, via le fonds de dotation Alma Mater, ont fait preuve d’une grande générosité en finançant le projet. Ces fonds, ainsi que ceux obtenus du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada par Yolande Cohen, ont pu être utilisés pour engager Esther Lamontagne qui a en outre bénéficié d’une bourse de doctorat du Hannah Institute for the History of Medicine.

10Nous tenons également à remercier Françoise Acker qui a bien voulu lire le manuscrit et nous adresser ses commentaires, dont nous avons apprécié la pertinence, en particulier sur les questions du curriculum et de la formation des infirmières, ainsi que Nadia Famy-Eid, dont les conseils nous sont toujours précieux. Et à Marcel Fournier qui m’a soutenue tout au long de ce projet, durant la relecture et la correction des dernières épreuves, ma plus profonde gratitude.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search