Version classiqueVersion mobile

L’avènement de la médecine clinique moderne en Europe

 | 
Othmar Keel

Remerciements

Texte intégral

1Nous tenons d’abord à rendre hommage aux personnes, aujourd’hui disparues, qui ont autrefois assisté à la gestation et à la première genèse des idées et de la problématique mises en œuvre dans cet ouvrage, à savoir les professeurs Georges Canguilhem et Erna Lesky. M. Canguilhem a d’ailleurs été à l’origine de la démarche comparative que nous avons poursuivie depuis. En effet, tout en saluant jadis, lors de son séminaire, le livre de Michel Foucault sur La naissance de la clinique, il ne manquait jamais d’ajouter qu’il restait à faire un parallèle entre la France et l’Autriche. Et découvrant l’intérêt que nous portions à l’histoire de la médecine clinique, il nous avait proposé d’emblée, comme sujet de thèse de doctorat, d’entreprendre une telle étude comparative entre les écoles médicales de Paris et de Vienne. De là, quelques années plus tard, notre thèse sur Cabanis et la généalogie épistémologique de la médecine clinique (1977) dont il fut, toujours exigeant et stimulant, le directeur, conjointement avec le professeur Raymond Klibansky du département de Philosophie de l’Université McGill. Depuis lors, comme on le voit par le présent livre et nos autres publications, nos travaux se sont toujours poursuivis dans le cadre de cette approche et de cette problématique comparatives, mais avec une élaboration et un approfondissement continus, et dans une perspective européenne toujours plus large.

2Les travaux de deux de nos collègues et amis chers, qui nous ont quittés bien trop tôt, William Coleman et Jacques Léonard, sont toujours demeurés pour nous des plus stimulants. Les échanges de vues si enrichissants que nous avons eus avec eux de vive voix ou par écrit ont continué à nous inspirer. Nous avons déploré aussi la disparition récente de Mirko D. Grmek qui, peu avant son décès, avait pris la peine de lire notre manuscrit et de le commenter, et qui en attendait la publication imminente dans la collection « Penser la Médecine », dirigée par lui, et disparue avec lui.

3Nos remerciements s’adressent ensuite à Madame Andrée Yanacopoulo. Tout au long de la préparation de cet ouvrage, elle nous a assuré d’un soutien indéfectible. Elle a fait preuve d’une générosité sans mesure en acceptant d’abord de lire et de commenter ce manuscrit à chaque étape de son élaboration ; ensuite, en révisant avec la plus grande minutie le texte des versions successives, aussi bien pour le fond que pour la forme. Notre dette à son égard, vu l’ampleur de l’aide qu’elle nous a apportée, n’est tout simplement pas mesurable. Et nous ne saurions trop lui en témoigner de reconnaissance. Sans elle, cet ouvrage n’aurait certainement pas vu le jour sous sa présente forme.

4Notre gratitude va aussi à ceux de nos collègues qui ont lu le manuscrit en entier et nous ont fait part de leurs commentaires éclairés. Nos plus vifs remerciements donc à Charles C. Gillispie et à Matthew Ramsey qui ont accepté généreusement cette lourde tâche. Notre ouvrage a bénéficié aussi des échanges que nous avons eus ces dernières années avec nombre de collègues ou amis sur un certain nombre de questions et de problèmes dont nous traitons ou sur des questions de problématiques et de méthodes en histoire des sciences et de la médecine. Parmi eux, nous voulons remercier particulièrement Ann La Berge, Martin Staum, William Albury, Sergio Moravia, Caroline Hannaway, Jean-Pierre Goubert, Olivier Faure, Pauline Mazumdar, Richard Jarrell, Samuel Kottek, Pietro Corsi, Bernardino Fantini, Jean Théodoridès, Lydie Boulle et Jacques Postel. Merci également aux évaluateurs qui ont lu notre manuscrit pour les éditeurs.

5Les travaux menés depuis plusieurs années par l’équipe de recherche sur l’histoire de la santé publique au Québec, sous notre direction conjointe avec Georges Desrosiers et Benoît Gaumer, ont contribué à stimuler nos recherches. Merci donc à tous les membres de l’équipe ainsi qu’aux participants du séminaire sur l’histoire de la santé, organisé sous notre égide commune par la faculté de Médecine et la faculté des Arts de l’Université de Montréal. Notre réflexion a été enrichie également, ces dernières années, par nos échanges et nos discussions avec les étudiants de notre séminaire de recherche aux études supérieures du Département d’Histoire de l’Université de Montréal. Qu’ils trouvent, eux aussi, ici de justes remerciements. Que Philippe Hudon et Guy Grenier, alors doctorants au département d’Histoire de l’Université de Montréal et qui nous ont assisté dans nos recherches à différentes étapes soient eux aussi bien chaleureusement remerciés. Le chapitre 3 de notre ouvrage, est le fruit remanié d’un travail mené en commun avec Philippe Hudon, qui avait paru d’abord en 1997 sous forme d’article (voir la Bibliographie à la fin de l’ouvrage). Merci aussi à Yves Lajoie qui a été, ces derniers temps, notre assistant de recherche.

6Le professeur Karl Holubar, directeur de l’Institut für Geschichte der Medizin der Universität Wien, a grandement facilité nos recherches en répondant toujours à nos questions sur la médecine en Autriche et en Allemagne et en nous aidant à localiser, voire à nous obtenir, certains documents très difficiles à se procurer. Qu’il en soit très vivement remercié, ainsi que Madame Brigitte Maurer, du service des Archives documentaires de la même institution. Nous tenons à remercier aussi notre collègue Axel Bauer qui met à la disposition des chercheurs, sur la toile, le site de sa précieuse International Bibliography on the History of Pathology. Cet instrument de recherche nous a permis de découvrir certaines références fort utiles pour les sources secondaires.

7Il serait trop long d’énumérer toutes les institutions et toutes les personnes qui nous ont apporté leur concours pour nos recherches dans divers pays, en nous facilitant l’accès à la documentation dans les bibliothèques et les archives ou en nous procurant des documents très difficiles à trouver. À tous nos très vifs remerciements. Et plus particulièrement aux personnes mentionnées ci-après, qui nous ont offert une assistance constante au cours de nos recherches.

8À Montréal, Madame Geneviève Bazin, Chef du Service des Collections spéciales de la Bibliothèque de l’Université de Montréal, ainsi que Madame Henriette Couture et Monsieur Jean-Pierre Leclerc, ses adjoints. Également les bibliothécaires de la bibliothèque de la Santé de la faculté de Médecine de l’Université de Montréal et ceux de la Osler Library et de la McLennan Library de l’Université McGill.

9À Paris, Madame Bernadette Molitor, bibliothécaire responsable de l’Histoire de la médecine à la Bibliothèque interuniversitaire de médecine de Paris (Bibliothèque de l’ancienne faculté de Médecine) dont l’assistance irremplaçable ne nous a jamais fait défaut. Merci aux bibliothécaires de la Bibliothèque de l’académie de médecine et à ceux de la Bibliothèque centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Nos remerciements aux bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale ainsi qu’au service des Archives nationales. Nous remercions aussi Madame Mireille Vial, conservateur de la section Médecine de la Bibliothèque interuniversitaire de Monptellier et responsable du Fonds ancien de l’ancienne faculté de Médecine.

10À Londres, Madame Elizabeth Allen, conservatrice du Hunterian Museum du Royal College of Surgeons, nous a fort utilement aidé. Nos remerciements vont aussi aux bibliothécaires du Royal College of Surgeons, à ceux du Wellcome Institute for the History of Medicine et à ceux de la British Library. À Boston, nous remercions les bibliothécaires de la Countway Medical Library, qui nous ont permis d’accéder à des manuscrits importants et difficiles à trouver.

11Des remerciements particuliers à Madame Brigitte Clerc, responsable de la bibliothèque de l’Institut Jeantet d’histoire de la médecine de l’Université de Genève, qui, en plus de nous offrir le précieux service de son expertise bien connue, a pris la peine de relire notre bibliographie des sources secondaires.

12Merci aussi, à Genève, aux bibliothécaires et archivistes de la Bibliothèque publique et universitaire ainsi qu’à ceux de la Bibliothèque du Centre médical universitaire. La bibliothèque de l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique de Lausanne nous a aussi procuré des documents utiles ; merci donc à Madame Danièle Calinon, sa responsable. Nos remerciements également à Vincent Barras qui, pour le Comité éditorial de la Collection romande d’histoire de la médecine et de la santé, a bien voulu prendre en charge les délicates questions pratiques à régler pour assurer, du côté romand, la coédition de notre ouvrage par les Presses de l’Université de Montréal et les Éditions Georg.

13Enfin, last but not least, nous ne saurions passer sous silence tout ce que nous devons à Monique Deschaintres-Keel qui partage au quotidien les différents moments, les meilleurs comme les moins faciles, qui entourent les travaux qui mènent à un tel ouvrage, et sans qui, ces dernières années, rien ne se serait fait. Ici, elle le sait, des remerciements seraient trop peu. On aura deviné tout ce que nous exprimons à son endroit et que la discrétion d’usage demande de taire.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search