Version classiqueVersion mobile

Raconter et mourir

 | 
Thierry Hentsch

Deuxième partie. L’épreuve de la connaissance

L’épreuve de la connaissance

Texte intégral

1Très tôt dans l’histoire de la littérature, les mythes cherchent une explication des origines et interrogent chez l’homme la présence du désir de connaître. Cet intérêt pour la naissance du monde et pour les sources de la connaissance est peut-être même ce qui distingue en théorie le mythe de l’épopée. En pratique, la plupart des grands récits sont évidemment un mélange des deux, où les événements construisent le mythe et aboutissent à une représentation du monde. Ainsi La Théogonie d’Hésiode donne une explication de l’ordre cosmique, de la place qu’y occupent les humains (notamment de la manière dont, grâce à Prométhée, ils ont reçu le feu) en racontant l’épopée titanesque qui préside à la naissance des dieux olympiens : la narration est explicative.

2La narration homérique, rappelons-nous, est essentiellement événementielle. Elle ne s’intéresse ni au cosmos ni aux origines, elle met en scène des événements qui, pour être en partie fabuleux, ne s’en déroulent pas moins chez les hommes. L’Odyssée ne cherche ni à comprendre ni à expliquer, elle se contente de raconter. Sans doute, en racontant, dit-elle le monde à sa manière, tel qu’il se présente au regard du poète, qui n'échappe pas à la nécessité de donner ici et là des explications, d’obéir à certains canons. Indiscutablement, le narrateur lui-même est mû par des croyances, marqué par sa culture, bref, sujet plus ou moins conscient d’une connaissance. A l’inverse, nous savons aussi que tout discours, y compris le moins narratif dans son apparence et ses intentions, narre plus qu’il ne l’admet, raconte en partie ce qu’il ne voudrait peut-être qu’expliquer ou démontrer. Nulle forme rhétorique n’existe à l’état pur, tout est ici question de degré. Sur l’échelle de la narration, l'épopée homérique occupe, avec celle de Gilgamesh, la place la plus haute, et du coup peut-être aussi la plus ambiguë, de ce qu’elle n’a pas d’autre objectif avoué que de charmer. Elle enseigne pourtant. Mais cet enseignement est laissé à l’auditeur, au lecteur. Que L’Odyssée ne garde pour ainsi dire rien dans l’ombre, n’empêche pas la multiplicité de ses lectures, tout au contraire. Elle est, nous le savons, rien moins qu’univoque. Et si, par contraste, L’Énéide n’offre pas la même ouverture, la même polyvalence, c’est que, malgré les réticences de son auteur, elle est au service d’une cause, voire d’une politique.

3Avec le thème et les textes de cette deuxième partie, récits bibliques, théogonie, tragédies et dialogues philosophiques, nous entrons donc dans un ordre narratif très nettement différent, plus complexe dans son propos et ses intentions. Comme chez Virgile, il y a dans la Torah de l’histoire mythique, de l'histoire nationale. Sans vouloir l’ignorer, ma lecture ne lui donnera pas la première place. Les textes rassemblés ici m’intéressent principalement dans ce qui fait leur unité thématique : l’épreuve de la connaissance. Épreuve manifeste dans le récit de la Genèse, dans le mythe de Prométhée, et dans les tragédies de Sophocle. Épreuve que Platon, sans éluder ses difficultés, envisage pour sa part dans le souffle bouleversant d’Éros.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search