Version classiqueVersion mobile

Guide de la recherche documentaire

 | 
Maryse Gagnon
, 
Francis Farley-Chevrier

Préface

Benoît Melançon

Texte intégral

1Il est maintenant courant de dire que nous vivons dans une société du savoir. Peu importe que l’on désigne par là l’accroissement des connaissances ou leur circulation de plus en plus étendue et de plus en plus rapide : quelque chose aurait changé dans les rapports que chacun entretient avec la science, entendue dans son sens le plus large.

2Quoi qu’il en soit de la réalité de cette transformation, une chose est sûre : les savoirs les plus importants, hier comme aujourd’hui, sont des savoirs morts si on n’arrive pas à y avoir accès. Dans la vaste bibliothèque qu’est devenu le monde, des outils de navigation sont indispensables. Sans eux, le dialogue qui est au fondement de la découverte est impossible.

3Ce dialogue, on y participe toute sa vie, mais jamais plus activement que pendant ses études. De la maternelle au doctorat, les parcours d’apprentissage supposent des recherches, certaines ponctuelles, d’autres approfondies, que l’on règle en quelques secondes ou auxquelles on consacre des années. Voilà le prix du savoir, mais aussi ce qui en fait la beauté. Aucun chercheur n’est seul au monde.

4Mais on ne s’improvise pas chercheur. Il faut, pour découvrir les connaissances qui nous seront utiles, savoir où elles se trouvent, que ce soit dans une bibliothèque locale ou à l’autre bout du monde (Internet oblige). Il faut ensuite pouvoir évaluer leur pertinence et leur valeur, car toutes les sources ne se valent pas, loin de là. Il faut, enfin, maîtriser les codes du partage des connaissances : donner ses sources, ne pas s’approprier les travaux des autres, citer correctement, etc.

5La Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec le rappelait dans un rapport paru en août 2003 : en cette matière, la compétence des étudiants entrant à l’université n’est pas ce qu’elle devrait être. En fait, la CRÉPUQ lançait un véritable cri d’alarme. Selon elle, il fallait impérativement corriger la situation, notamment par la création de formations obligatoires en recherche documentaire.

6Les auteurs du Guide de la recherche documentaire n’ont pas la prétention de se substituer à de pareils enseignements, qui seraient destinés à l’ensemble des étudiants. Ils ne croient pas non plus que leur ouvrage remplacera les guides spécialisés que produisent les grandes bibliothèques, discipline par discipline. Ils ne visent pas plus à remplacer les bibliothécaires, ces urgentologues de la recherche.

7Plus modestement, ils ont souhaité offrir un ouvrage bref, mais couvrant l’ensemble des étapes et des facettes de la recherche documentaire. Ils l’ont voulu pratique, comme en témoignent les nombreux encadrés dans lesquels ils livrent conseils et anecdotes, ainsi que les définitions et les illustrations qu’ils ont disséminées au fil des chapitres. Le choix des dessins de Philippe Beha montre qu’ils ont aussi souhaité que leur ouvrage soit agréable à consulter.

8Les Presses de l’Université de Montréal sont heureuses de s’associer à Francis Farley-Chevrier et à Maryse Gagnon pour la réalisation de ce Guide. Le mandat des PUM n’est-il pas précisément de faire circuler le savoir le plus sûr, à la plus grande communauté possible ? La recherche documentaire, cette école d’intégrité, est bien l’affaire de chacun : chercheur, lecteur et éditeur.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search