Version classiqueVersion mobile

Profession lexicographe

 | 
Marie-Éva de Villers

4. Les défis du lexicographe

Texte intégral

1En vue de l’élaboration de son dictionnaire, le lexicographe doit répertorier les unités lexicales d’une langue déterminée. Il s’emploie ensuite à faire état de leurs formes comme de leurs significations. Pourquoi consulte-t-on un dictionnaire ? De nombreuses enquêtes révèlent que, dans la majorité des cas, c’est d’abord pour vérifier l’orthographe d’un mot que l’on ouvre un dictionnaire de langue. En deuxième lieu, c’est pour chercher la ou les significations d’un mot. Viennent ensuite la recherche de synonymes, la vérification de la construction syntaxique (ex. : le choix de la préposition après un verbe), les marques d’usage, s’il y a lieu (le mot est-il vieilli, régional, familier ?), les abréviations et symboles. Les premiers motifs de consultation d’un dictionnaire encyclopédique sont aussi l’orthographe et le ou les sens d’un mot, mais ensuite, ce sont les renseignements sur l’univers, sur les réalités que désignent les mots. Dans un ouvrage bilingue, c’est d’abord l’équivalent dans l’autre langue que l’on recherche, puis son orthographe.

2Quels sont les défis que relèvent les lexicographes ? Ils doivent d’abord établir la nomenclature, c’est-à-dire choisir les mots qui entreront au dictionnaire pour en former l’architecture, en quelque sorte, et y recevoir leur consécration. Par la suite, afin d’élaborer les articles de chacun des mots retenus, il leur faut cerner les significations, en faire un classement hiérarchique et s’attaquer à leur définition, ce qui constitue l’une de leurs tâches les plus ardues. Ils auront à rédiger des exemples pour illustrer les divers emplois, pour montrer les associations possibles de chaque mot ou puiser dans le trésor des citations. Si besoin est, ils situeront les mots répertoriés dans le temps et dans l’espace, ils détermineront leur domaine d’emploi et leur registre au moyen de marques d’usage. À l’occasion, ils pourront formuler des notes, des remarques. Les auteurs d’un dictionnaire encyclopédique doivent s’entourer de spécialistes pour rédiger les développements qui s’imposent et rechercher les illustrations, photos, tableaux qui apportent un complément d’information aux lecteurs.

Le choix des mots : la consécration du dictionnaire

[...] il m’a semblé qu’il fallait faire un choix, prendre les termes qui ont chance de se rencontrer et d’être de quelque besoin à un homme cultivé [...] et pour le reste s’en remettre aux dictionnaires spéciaux, qui seuls ici peuvent tout donner et tout faire comprendre. Telles sont les idées qui ont réglé la nomenclature de ce dictionnaire.
Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Préface (1863-1873)

3Une fois la taille de la nomenclature établie, le premier défi qui se pose au lexicographe est de définir la macrostructure de son ouvrage, c’est-à-dire de sélectionner les mots qui seront répertoriés, qui deviendront des entrées, et qui feront l’objet d’un article. Il est quelque peu illusoire de croire que le lexicographe ne fait que constater, photographier l’usage de façon objective, à la manière du botaniste, qui étudie les végétaux. En fait, l’auteur d’un dictionnaire doit constamment faire des choix – par définition arbitraires et porter des jugements de valeur. Sa première intervention porte sur la détermination des mots qu’il juge utile d’intégrer dans son ouvrage. En cela, le dictionnaire le plus descriptif qui soit comporte toujours une dimension normative considérable parce qu’il se trouve à consacrer l’usage d’un mot par le seul fait de le répertorier.

4Pour chacun des mots considérés, plusieurs questions se posent.

5Où ce mot se situe-t-il sur l’axe du temporel ? Est-il oublié par la plupart des usagers (ex. : affûtiaux, argousin) ou tellement récent qu’il n’est pas encore entré tout à fait dans l’usage (ex. : clavardage, pourriel) ?

6Où se place-t-il sur l’axe spatial ? Son emploi est-il partagé par tous les francophones ou est-il limité à un territoire donné (ex. : Québec, pour les mots cégep, pourvoirie) ou à une communauté particulière (ex. : l’emploi des noms bombe, canard et coquemar au sens de « bouilloire » respectivement pour l’est du Québec, l’ouest du Québec et l’Acadie) ?

7Le mot est-il trop spécialisé ? À titre d’exemple, doit-on intégrer dans un dictionnaire de la langue générale les mots autogreffe, bioéthique, génomique ou doivent-ils être réservés aux ouvrages destinés aux spécialistes du domaine médical ? En la matière, il est de plus en plus difficile de trancher, car bon nombre de termes techniques ou scientifiques, jadis exclusivement réservés aux initiés, font maintenant partie de l’usage courant (ex. : biodiversité, organisme génétiquement modifié).

8La question n’est pas nouvelle puisque les auteurs des premières éditions du Dictionnaire de l’Académie avaient décidé d’exclure les termes techniques et scientifiques. Cependant, à la même époque, au xviie siècle, Furetière en avait intégré un certain nombre dans son Dictionnaire universel. Au cours des dernières décennies, le lexique s’est enrichi de quantité de termes spécialisés en raison des développements des sciences et de la technologie. Dans ce contexte, le lexicographe ne peut exclure de son ouvrage des termes employés quotidiennement et dont les usagers sont susceptibles de vérifier l’orthographe et la signification. Au cours du xxe siècle, ce sont d’ailleurs les ajouts de la langue technique et scientifique qui constituent le plus important facteur d’évolution du lexique et, par conséquent, le principal enrichissement des nomenclatures de dictionnaires.

9Quels sont les critères qui guident le lexicographe dans le choix des emprunts à des langues étrangères ? Les emprunts à l’anglais email, software, package, snow-board, à l’arabe taboulé, au japonais karaoké, à la langue huronne atoca doivent-ils faire partie de la nomenclature ? Les faux amis très courants (ex. : irritant au sens de « problème », initier au sens de « lancer, instaurer », éligible au sens de « admissible ») et les calques d’emploi fréquent (ex. : centre d’achats, comité aviseur) doivent-ils être considérés ?

10Les multiples mots formés de préfixes ou de suffixes doivent-ils être tous intégrés ? Devrait-on répertorier la totalité des verbes auxquels les préfixes dé- ou re-pourraient théoriquement se joindre (ex. : déneiger, désyndicaliser, dézoner et redécouper, recongeler, repiéger) ou toutes les désignations d’établissements spécialisés formées à l’aide du suffixe -erie (ex. : charpenterie, grilladerie, saucissonnerie) ? Doit-on considérer la déclinaison complète de certains mots composés (ex. : porte-crayon, porte-gobelet, porte-tableau) ?

11Le niveau de langue très familier, voire vulgaire doit-il constituer un critère d’exclusion ? Ainsi, les jurons d’origine religieuse, les « gros mots » doivent-ils être recensés, définis et illustrés par des exemples ? Les mots d’argot, du verlan des cités en France (ex. : meuf, pour femme, jeune fille) devraient-ils figurer au dictionnaire ?

12Les mots composés de haute fréquence devraient-ils faire l’objet d’une entrée distincte comme dans les dictionnaires de l’anglais, par exemple ? Il est toujours étonnant de constater que le moindre dictionnaire anglais compte 100 000 entrées, que certains ouvrages vont jusqu’à 500 000, alors que Le Grand Robert de la langue française en neuf volumes, très complet, n’intègre que 75 000 articles et que le Trésor de la langue française, dictionnaire de la langue française le plus exhaustif, n’en comprend que 100 000. Est-ce à dire que le lexique anglais est plus riche, plus étendu que le lexique français ?

13En fait, ces écarts considérables dans le dénombrement des entrées résultent principalement du choix des lexicographes anglais ou américains de recenser comme des entrées distinctes dans leurs ouvrages les mots composés non soudés ni liés par un trait d’union, alors que les lexicographes français incorporent les mots composés dans l’article consacré au mot-clé. Par exemple, l’article consacré au nom maison comprend notamment les expressions maison de retraite, maison des jeunes, maison de la culture, maison de commerce. Selon la pratique lexicographique anglaise, ces expressions feraient l’objet d’autant d’articles et recevraient leur propre définition illustrée par des exemples.

14En outre, des centaines de locutions figées, des constructions verbe + préposition constituent des entrées distinctes et comptent donc pour des mots dans les dictionnaires anglais, ce qui n’est pas le cas dans les ouvrages français. Plutôt qu’un lexique moins diversifié, c’est ce traitement lexicographique différent qui explique en grande partie les nomenclatures plus étendues des dictionnaires de l’anglais par rapport à celles des dictionnaires du français. Si les auteurs du Grand Robert de la langue française avaient opté pour une macrostructure à l’anglaise, la nomenclature de la 2e édition de cet ouvrage ne compterait plus « de 70 000 à 80 000 entrées [...], mais 500 000 au moins », écrit Alain Rey dans sa préface.

15Voilà autant de questions auxquelles les lexicographes doivent répondre pour décider du sort des mots qui feront partie ou non de leur dictionnaire. Une fois la sélection des entrées arrêtée, ils s’attachent à définir l’information sémantique devant être communiquée aux lecteurs.

L’art de la définition

16Activité complexe et essentielle, l’élaboration des définitions requiert à la fois analyse et synthèse. En effet, le lexicographe doit rendre compte des traits particuliers qui composent la signification d’un mot, et ce, pour chacune des acceptions de ce mot. Cette étape du travail consiste à inscrire à la suite de l’entrée une périphrase de sens équivalent, un énoncé très succinct qui lui est sémantiquement comparable. Pour qu’une définition soit adéquate, il faut que cet énoncé puisse remplacer le mot défini, à la manière d’un synonyme, sans en altérer le sens.

17À cette fin, le lexicographe procède à une analyse du contenu du mot à définir et en extrait les éléments constitutifs. La définition comprend d’abord un générique, appelé aussi définisseur, généralement de la même catégorie grammaticale (ex. : un nom, un adjectif, un verbe) que le mot défini, dont le rôle sera d’indiquer la classe générale à laquelle appartient la chose, le concept désigné par le mot.

18À titre d’exemple, si l’on prend les définitions des noms chemise, corsage et tunique qui figurent dans Le Petit Robert (2003), on obtient les énoncés suivants :

chemise : « Vêtement de tissu couvrant le torse qui se boutonne sur le devant. »

corsage : « Vêtement féminin de tissu qui recouvre le buste. »

tunique : « Vêtement féminin, chemisier ou veste, long et ajusté. »

19On note que ces trois définitions comprennent le même trait générique, vêtement. À la suite de ce définisseur, les définitions énumèrent les traits spécifiques du concept défini qui permettront de le distinguer des autres concepts.

20La chemise est un vêtement caractérisé par les quatre traits spécifiques suivants :

  1. il est fait de tissu,
  2. il couvre le torse,
  3. il se boutonne,
  4. sur le devant.

21Le corsage est un vêtement caractérisé par les trois traits spécifiques suivants :

  1. 1 il est féminin,
  2. il est fait de tissu,
  3. il recouvre le buste.

22La tunique est un vêtement caractérisé par les quatre traits spécifiques suivants :

  1. 1 il est féminin,
  2. c’est un chemisier ou une veste,
  3. il est long,
  4. il est ajusté.

23Les divers traits sémantiques – nommés aussi sèmes – permettent de situer les concepts les uns par rapport aux autres, grâce à leurs similarités et à leurs différences. Dans le cas des exemples choisis, une illustration de ces trois vêtements aurait joué le même rôle que les définitions du Petit Robert, mais avec encore plus de précision. La définition doit comprendre autant de traits spécifiques qu’il est nécessaire pour distinguer le concept défini des autres concepts de la même classe.

24Lorsque la définition concerne un mot dérivé par préfixation ou par suffixation, il suffit de citer le mot de base et d’expliquer l’apport spécifique du préfixe ou du suffixe. Par exemple, la base du verbe analyser est le nom analyse auquel a été ajouté le suffixe -er servant à former un verbe. La définition du verbe analyser se lit ainsi : Faire l’analyse de. L’adverbe subtilement est formé par l’ajout du suffixe –ment à l’adjectif subtil au féminin. La définition de l’adverbe subtilement se lit ainsi : D’une manière subtile. L’adjectif disjoint est formé par l’ajout du préfixe dis- indiquant la séparation, le défaut à l’adjectif joint. La définition de l’adjectif disjoint se lit ainsi : Qui n’est pas, n’a pas été ou n’est plus joint.

25Dans le vocabulaire d’aujourd’hui, la proportion des mots issus de la dérivation ou de la composition est très élevée : Aïno Niklas-Salminen, auteur de La Lexicologie (Armand Colin, 1997), estime qu’« au moins 75 % des mots du lexique du français contemporain sont des dérivés ou des composés ». En conséquence, ce type de définition est très fréquent dans les dictionnaires actuels.

26Il est essentiel que les mots retenus par le lexicographe dans la formulation de ses définitions soient connus des utilisateurs de son ouvrage afin d’en faciliter la compréhension. Il choisira donc les mots les plus simples et les moins techniques pour préciser la classe générale et les différences spécifiques qui composent le sens des mots définis.

27L’usager consulte un dictionnaire soit pour comprendre un énoncé, soit pour en produire un. Au cœur de ce processus, ce sont justement les définitions qui lui permettent de décoder ou d’encoder des messages par l’organisation des significations qu’elles présentent au sein de chaque article et par l’énoncé succinct qui expose à la fois la classe générale du concept défini et ses traits distinctifs. Par rapport aux définitions, les exemples et les citations, qui caractérisent les dictionnaires de langue, sont complémentaires et illustrent le fonctionnement de la langue.

L’illustration des sens et des emplois par des exemples et des citations

On réduisait le dictionnaire [la première édition du Dictionnaire de l’Académie française, 1694] aux termes de la conversation, et la plupart des arts étaient négligés. Il me semble aussi qu’on s’était fait une loi de ne point citer, mais un dictionnaire sans citation est un squelette.
Voltaire, Correspondance, 1768

28L’exemple est un énoncé (une phrase, un membre de phrase) qui reprend l’entrée et qui est destiné à renseigner le lecteur sur ce mot relativement à ses diverses possibilités de combinaisons, à montrer comment il interagit dans l’usage. Ces illustrations de l’emploi du mot enrichissent la définition, présentent les constructions syntaxiques potentielles ainsi que les mots qui se rencontrent fréquemment ensemble, les collocations. Bref, les exemples servent à donner le mode d’emploi des mots.

29Les exemples peuvent être créés par le lexicographe – on parle alors d’exemples forgés – ou ils peuvent être extraits d’un corpus littéraire, journalistique ou autre – ce sont les exemples signés ou référencés. Un dictionnaire de langue très riche comme Le Petit Robert assortit ses définitions d’exemples forgés et de citations. Ces dernières sont souvent moins proches de l’usage courant, de l’usage réel, mais elles ont le mérite d’être auréolées par le prestige de leur auteur.

30La juxtaposition des différentes illustrations de l’usage doit permettre au lecteur de voir quel est l’entourage habituel d’un mot donné et comment il peut l’employer pour produire un énoncé et transmettre un message. À titre d’exemple, le nom courrier est le plus souvent construit avec les verbes dépouiller, distribuer, expédier, faire, lire, ouvrir, parcourir, poster, recevoir. Le lexicographe rédigera un exemple ou choisira une citation qui comprendra l’un ou l’autre ou plusieurs de ces verbes. Pour le nom courrier au sens de « correspondance reçue ou envoyée par la poste », Le Petit Larousse 2006 propose les exemples suivants : « Le courrier n’est pas encore distribué. Qu’y a-t-il au courrier ? Avoir du courrier à finir. » Le premier exemple intègre le verbe distribuer. Les deuxième et troisième exemples montrent deux constructions fréquentes du nom avec la préposition à. L’article du Petit Larousse comprend également le terme courrier électronique, qui est suivi du synonyme courriel. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’un simple exemple d’emploi du nom avec un adjectif, mais d’un syntagme, d’une expression qui acquiert une signification nouvelle et qui pourrait faire l’objet d’une entrée distincte aussi bien que d’une définition.

31Les auteurs du Trésor de la langue française (TLF) s’appuient sur un corpus immense de 500 000 citations littéraires numérisées, le plus important jamais constitué dans le domaine de la lexicographie française. Si les exemples signés (les citations des grands auteurs) abondent dans cet ouvrage remarquable, les exemples forgés illustrent bien les différents emplois des mots répertoriés.

32Le lecteur qui consulte l’article consacré au nom maison dans le TLF trouvera des exemples proposant les associations les plus fréquemment attestées ainsi que de nombreuses combinaisons formées avec ce nom :

33■ verbe + nom à titre de complément

34(acheter, construire une maison ; habiter une maison, loger, vivre dans une maison) ;

35■ nom + adjectif exprimant l’apparence

36(maison bourgeoise, cossue, humble, modeste, riche, somptueuse) ;

37■ nom + adjectif exprimant le type

38(maison arabe, basque, méridionale, provençale) ;

39■ nom + adjectif exprimant la situation

40(maison contiguë, individuelle, isolée, voisine) ;

41■ nom + à, de + complément

42(maison à deux, trois étages, de quinze pièces) ;

43■ nom + de + nom

44(façade, mur, ouvertures, toit d’une maison).

45La définition du sens 2 « bâtiment ou partie d’un bâtiment où l’on habite » n’est pas suivie d’exemples forgés, mais plutôt d’une suite de synonymes (chez soi, demeure, domicile, intérieur, logis, résidence) et d’une citation de Balzac (Il se plaignait [...] de ne pouvoir garder ni une volonté ni une pensée à lui, d’être un zéro dans sa maison, balzac, Lys, 1836, p. 112).

46Par contre, la définition du sens 3 « aménagement intérieur d’une maison, d’un logis » est illustrée à la fois par des exemples forgés comprenant les éléments nom + adjectif (maison bien tenue, confortable, inconfortable, intime, en désordre) et les éléments verbe + nom (décorer, équiper, installer, monter sa maison), ainsi que par une citation littéraire extraite du Survenant de Germaine Guèvremont (Marie-Amanda ne sait pas seulement assaisonner le manger, bien tenir une maison et élever une famille, guèvremont, Survenant, 1945, p. 259).

47Les exemples équilibrent la description lexicographique. Parce qu’ils sont concrets, ils servent de contrepoids aux définitions, abstraites par nature. Grâce à ses illustrations de l’usage des mots, réel ou forgé, le dictionnaire présente le fonctionnement de la langue et accroît sa dimension normative, car ce sont bien des modèles qu’il propose.

Le jeu des marques d’usage

48Les auteurs de dictionnaires poursuivent le travail d’explicitation de la langue au moyen de marques d’usage. Ils se donnent pour mission de rendre compte de la variation temporelle, spatiale et sociale des emplois linguistiques.

49La variation peut se situer dans le temps : ce sont des emplois qui sont perçus comme étant plus ou moins anciens ou récents. Dans les dictionnaires, cette variation s’exprime par des mentions qui accompagnent certaines entrées. Les mots, sens ou emplois vieillis sont précédés de la mention (vx), abréviation de vieux. Ces mots ou ces sens tendent à sortir de l’usage, tout en restant compris. Ils ne sont plus d’emploi courant. À titre d’exemple, le nom manufacturier est vieilli ; on emploie plutôt aujourd’hui les noms industriel, constructeur, fabricant.

50La variation joue parfois sur l’axe géographique : ce sont des emplois qui ne sont pas d’usage général, qui diffèrent selon les régions. Dans les dictionnaires, cette variation est marquée à l’aide des mentions régionalisme, québécisme, belgicisme, etc. ou par un nom de pays ou de région (Québec), (Belgique). Ainsi, le nom dépanneur est accompagné de la marque (Canada) dans Le Petit Robert et (Québec) dans Le Petit Larousse. Le terme fin de semaine reçoit les mêmes marques géographiques. L’adjectif dépareillé au sens de « exceptionnel, unique en son genre » demeure usité au Québec ; cette acception ne figure pas dans Le Petit Robert ni dans Le Petit Larousse ; cependant, elle est répertoriée dans Le Grand Robert (2001), où elle est accompagnée de la marque géographique (Centre de la France ; Canada).

51La variation sociale résulte de différences entre les usages des diverses classes sociales. Dans les dictionnaires, cette variation se traduit par la marque d’usage populaire, qui qualifie un mot ou un sens courant dans la langue parlée des milieux populaires qui ne s’emploierait pas dans un milieu social plus élevé. À titre d’exemples, les mots boustifaille au sens de « nourriture, repas », ciboulot au sens de « tête » (Il n’a rien dans le ciboulot), continuation au sens de « suite » (Bonne continuation), contrefoutre au sens de « se moquer complètement de », malpoli au sens de « mal élevé, grossier » (Espèce de malpoli) sont accompagnés de la marque pop., abréviation de populaire dans Le Petit Robert (2003). Du point de vue du français du Québec, ces marques d’usage pourraient varier. Ainsi, les mots ciboulot et malpoli ne sont pas perçus comme étant de niveau populaire, mais plutôt familier.

52La variation de niveaux de langue différencie les usages selon les situations de discours. Les dictionnaires ne marquent pas les emplois retenus par tous les usagers, les emplois neutres en quelque sorte, mais ils précisent les registres qui ne sont pas de la langue courante (familier, littéraire, etc.). À titre d’exemple, le nom bouffe est familier en français standard, alors qu’il est parfois considéré comme étant de registre soutenu au Québec. Le verbe œuvrer est jugé de registre littéraire au sens de « travailler, agir » dans les dictionnaires français, alors qu’il appartient à la langue courante au Québec.

53Enfin, certaines marques d’usage précisent le domaine d’emploi (ex. : botanique, astronomie, chimie, microbiologie). Les mots ainsi étiquetés proviennent de terminologies spécialisées, mais sont passés avec le temps dans la langue générale.

54La détermination des marques d’usage demande un bon jugement et des vastes connaissances de la part des lexicographes. Il est nécessaire de prendre conscience du fait que ces mentions sont largement subjectives et qu’elles peuvent varier d’un ouvrage à l’autre, d’une communauté linguistique à l’autre, ainsi qu’en témoignent les exemples cités pour le français de France et le français du Québec.

55Choix des mots qui feront l’objet d’un article du dictionnaire, détermination et classement des sens de ces mots, conception des définitions de chacune de ces acceptions, illustration au moyen d’exemples ou de citations soigneusement choisis, pondération des emplois au moyen des marques d’usage, s’il y a lieu : sans que la liste soit close, ce sont les principaux défis que doivent relever les lexicographes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search