Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Conclusion

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

1Les orientalistes français du XIXe siècle l’évoquaient. Saïda fut malmenée à travers son histoire, jusqu’à perdre son nom et gommer les traces d’une grandeur passée, comme le rapportait Alphonse de Lamartine dans ses écrits du Voyage en Orient. L’été 2006 viendra à nouveau marquer le dessein de cette petite ville côtière méditerranéenne. Mais de ses grandeurs, heurs et malheurs, s’est forgée une détermination, celle de prendre en main son devenir en induisant le dialogue entre les villes et les continents afin d’enrichir ses perspectives vis-à-vis de ses milieux de vie.

2L’expérience du WAT relatée dans ce recueil illustre cette ouverture sidonienne à l’autre. En accueillant cette activité internationale, la municipalité de Saïda démontrait très clairement sa volonté de transcender l’urbanisation effrénée des décennies passées pour générer un dialogue et formaliser des projets viables pour ses habitants. En interpellant l’idée de paysage dans cet atelier de l’automne 2005, elle pointait directement les termes d’un développement soucieux des valeurs sociales et culturelles locales. Ainsi, les neuf projets en paysage proposés misent sur les qualités du territoire comme des solutions au développement de la périphérie de cette ville.

3Face aux enjeux soulevés, les solutions d’aménagement, tout aussi diversifiées soient-elles, expriment très clairement la possible intégration du développement local à la mise en valeur identitaire des lieux. De ces perspectives paysagistes léguées à la municipalité de Saïda, les habitants renoueraient avec leur territoire puisque celui-ci évoquerait à la fois ce qu’il a été et ce qu’il peut être à nouveau comme cadre de vie. Par ce retissage ou cet amarrage qui mise sur la reconnaissance des valeurs réciproques entre le lieu et sa société, ces projets de paysage conviennent à l’expérience du territoire, à sa réappropriation individuelle et collective pour maintenir l’extraordinaire et fascinante quotidienneté de ces petites villes côtières historiques de la méditerranée orientale.

4Au lendemain des événements dramatiques et bouleversants de l’été 2006, le temps est à la reconstruction. Souhaitons que les projets de paysage produits dans le cadre de ce partenariat unique entre la municipalité de Saïda et le réseau de coopération internationale de la Chaire UNESCO en paysage et environnement (CUPEUM) puissent exemplifier les futurs aménagements de la périphérie de Saïda à l’enseigne d’un développement, d’un dialogue et d’une solidarité durable.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540