Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. À propos du Workshop_atelier/terrain

Le WAT : apprentissage et nouvelles approches paysagères

Léon Telvizian

Texte intégral

C’est depuis une petite ferme et son jardin d’oliviers et de mûres que nous eûmes notre premier coup d’oeil sur Sidon. C’est l’une des plus belles villes que j’ai eu l’occasion de voir dans ce pays. Cette noble cité, émergeant de son promontoire au-dessus de la mer, claire et bleue, est reliée à son ancien château par un pont et une chaussée ; au loin, le revêtement neigeux des cimes du Liban reflété dans la Méditerranée et dans les nuances d’un couché de soleil de Syrie, offre un superbe spectacle.
David Roberts (1796-1864)

1L’héritage urbain et paysager qui est le nôtre est difficile à appréhender et reste le lieu de problématiques très diverses. Les manifestations les plus fréquentes de la ville « héritée » sont les changements démographiques, les dégradations ponctuelles, ou massives, la mutation de ses espaces, les difficultés d’intervention liées à la structure urbaine et à celle de la propriété, ou aux extensions mal maîtrisées.

2Saïda n’échappe pas à cette logique territoriale complexe, elle concentre sur une petite surface une population importante et un ensemble de fonctions urbaines, marchandes, manufacturières, artisanales, culturelles et agricoles.

Cependant, les quartiers anciens et les nouveaux territoires mités ou farouchement urbanisés requièrent des politiques de requalification de très longue durée. Comment les engager ? Comment faire, dans un contexte de politiques publiques et d’aménagement ambiguës, visant la reconstruction et la réconciliation des territoires, des identités et des diversités culturelles pour que ces quartiers et ces territoires redeviennent lieux de convivialités et d’urbanités renouvelées ?
Le Workshop de Saïda aura permis de montrer que si les théories de l’urbain sont multiples, elles se sont avérées complémentaires. Autrement dit, il n’y a pas de modèle unique d’analyse et c’est dans le croisement des approches, des lectures et des analyses à plusieurs échelles et dans différents registres que l’on peut parvenir à comprendre les enjeux et rendre compte de la forme urbaine et paysagère. Ce décloisonnement des modes d’approche est essentiel pour une ville comme Saïda où la complexité sociale et spatiale réside non seulement dans son passé, mais aussi et surtout dans l’incohérence de son présent. L’éclairage historique permettrait ainsi de saisir ce qui fonde les usages contemporains et d’évaluer les mutations sociales dans leurs relations à l’espace et à l’altérité.
Ce sont ces relations qui, à Saïda, semblent caractériser les paysages et en situer les limites, en identifiant les discontinuités comme autant de fractures dans les tissus urbains et la constitution des différentes morphologies sociospatiales : un territoire en perpétuel processus d’adaptation et d’appropriation entre des acteurs sociaux, agents de mobilité, des usages et un espace. La problématique du quartier Al-Wastani dans le système urbain et paysager serait-elle donc la manifestation d’un conflit entre pratiques sociales, usages et formes ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540