Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. À propos du Workshop_atelier/terrain

La ville de Saïda à la recherche de nouvelles dimensions

Mostafa El Hassani

Texte intégral

1Comme plusieurs autres villes méditerranéennes fortement ancrées dans l’histoire, l’étude de Saïda, ainsi que son aménagement, pose de nombreux défis.

2Malgré sa situation de troisième ville en importance en terme de population, son statut de capitale du Sud libanais, et ses richesses sur les plans culturel, urbanistique, patrimonial et humain. Saïda éprouve effectivement un certain nombre de dysfonctionnements et de crises structurelles aiguës qui malmènent ses initiatives de développement.

Crise d’identité

3Jadis très liée à la mer, Saïda y tourne actuellement le dos en raison des ruptures introduites par les infrastructures routières mises en place de façon aléatoire. La ville ne paraît pas non plus s’identifier à la montagne malgré les extensions urbaines qui s’y développent.

4Saïda est plus que jamais en quête d’une nouvelle identité et d’une image de ville où la mer se marie à merveille avec la montagne.

Crise urbaine

5« Villes dans la ville », Saïda est déchirée par des infrastructures autoroutières en plusieurs entités urbaines. Elle doit repenser impérativement une nouvelle cohésion en phase avec une meilleure articulation des dimensions spatiale et sociale.

6La ville manque également d’une grande place capable d’attirer ses habitants et ses visiteurs, une place susceptible de devenir le lieu central de la cité.

7À ce titre, l’espace devant la municipalité ne peut aucunement être considéré comme une place à part entière, il s’agit plutôt actuellement d’un centre de distribution de la circulation. D’où la nécessité de repenser son aménagement. Se trouvant dans un état dégradé, l’ancienne médina exige un effort de réhabilitation en vue de créer une valeur ajoutée sur les plans touristique, culturel et urbain.

Crise écologique

8L’environnement à Saïda est plus que problématique : rejet des eaux usées sans traitement à la mer, pollution de la rivière, décharge publique, etc. La menace est telle qu’elle nécessite une intervention urgente et réfléchie pour trouver une solution durable à cet enjeu.

Crise fonctionnelle

9Reconnue comme centre économique très actif grâce à la diversité des activités commerciales, artisanales et industrielles qui y prennent place. Saïda connaît aujourd’hui un état de stagnation. De là l’importance de chercher de nouvelles fonctions économiques de haute qualité (ex. : tourisme d’affaires, télécommunication, technopôle, etc.) afin qu’elle devienne plus concurrentielle parmi les villes libanaises et méditerranéennes.

Crise de gestion

10Malgré que la ville ait connu au cours de son histoire récente l’arrivée de plusieurs équipes dirigeantes, aucun plan d’action cohérent ou schéma directeur à long terme n’a été mis en place. Aussi, le principe de bonne gouvernance oblige-t-il les décideurs aujourd’hui à mettre en place une stratégie définie, souple et ambitieuse qui puisse prendre en compte l’ensemble des acteurs de la ville (secteur privé, associations, administration publique, etc.).

11Dans ce contexte, le Workshop 2006 sous l’égide de [UNESCO constituait pour les professeurs et les étudiants une occasion unique afin d’établir un diagnostic objectif de la situation. Il leur permettait également de réfléchir sur les solutions à envisager dans une perspective de développement et d’aménagement durable du secteur Al-Wastani. Ce secteur représente un défi concret d’articulation de la ville à son environnement agricole immédiat, environnement qui se trouve actuellement sous forte pression foncière. Comment dès lors intégrer Al-Wastani dans l’agglomération de Saïda sans lui faire perdre son identité agricole, d’une part, et en faisant profiter la ville de la disponibilité foncière, de son extension nord, d’autre part ?

12Pour les professeurs encadrant le Workshop, celui-ci a permis de mettre en place une pédagogie appliquée sur le terrain (enquêtes, diagnostic, recherche de stratégies d’aménagement, design, etc.), alors qu’il représentait pour les étudiants la possibilité de mener une étude de cas en vue de comprendre les mécanismes de production de l’espace, d’assimiler les enjeux de la ville et de proposer des stratégies et des scénarios d’avenir favorisant de meilleurs choix d’aménagement.

13Ce Workshop était en définitive un exemple de coopération entre nations du Nord et du Sud et une occasion unique pour les étudiants et les professeurs de transcender les clivages traditionnels (nationaux, religieux, disciplinaires) et de travailler aux côtés des acteurs locaux sous l’égide de la Chaire UNESCO en paysage et environnement.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540