Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. À propos du Workshop_atelier/terrain

Des projets à l’écoute du site...

Mounia Bennani

Texto completo

1La multiplicité des réponses apportées par les neuf projets présentés au terme de dix jours de travail intense et passionné témoigne, non seulement de la complexité des enjeux et des défis auxquels renvoie le site Al-Wastani, mais également de la richesse de la réflexion, nourrie par une pléiade d’interventions et surtout par une implication particulièrement forte et engagée des collectivités locales et, de façon plus globale, des habitants de Saïda.

2Pour la première fois, le quartier Al-Wastani est présenté, non plus comme une enclave agricole en friche, vouée inexorablement à subir le remembrement au même titre que les quartiers limitrophes, mais comme un territoire porteur d’une nouvelle identité pour la ville de Saïda. À travers les différents projets d’étudiants se dégagent des enjeux et un défi communs : comment faire d’Al-Wastani un lieu de cohésion et d’intégration, capable d’engendrer une unité territoriale, face à un patchwork d’entités urbaines, paysagères et sociales ?

3La démarche paysagère adoptée par chacune des équipes pluridisciplinaires apporte un nouveau souffle, une nouvelle dynamique en élargissant le débat vers des perspectives d’interventions novatrices, fondées — c’est ce qui fait la force et la pertinence des projets — sur l’identité d’Al-Wastani : son histoire agricole.

4Les étudiants, grâce à une lecture attentive du site à différentes échelles — lecture imprégnée de la réalité physique, esthétique, sociale, économique, culturelle et environnementale du site — ont su proposer des solutions originales, parfois utopiques, qui ont toutes le mérite de tirer parti de l’existant.

5Parc agricole, ville-parc, parc public, parcours agricole, espace de connexion entre la ville ancienne et ses espaces agricoles périphériques, etc., la vocation agricole et culturelle du quartier Al-Wastani est celle qui se détache de l’ensemble des projets.

6En définitive, on ne peut que saluer le travail des étudiants qui se sont investis corps et âme dans cette aventure... Je tiens également à souligner l’importance que revêt le Workshop_ atelier/terrain de Saïda dans le débat, plus large, sur le paysage urbain et périurbain dans les villes du Moyen-Orient, où se pose, plus que jamais, la question de « comment inventer les paysages de la périphérie ? ».

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540