Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. Le quartier Al-Wastani en projets de paysage

Rivages_Shores

Gregor Becker, Karine Durocher, Nada Es-Saliak et Eddy Mahfouz

Texte intégral

1Rivages_Shores se concentre sur trois aspects de la problématique touchant le territoire de Al-Wastani : la perte de l'agriculture traditionnelle de la terrasse et ses effets sur le niveau de vie des populations ; les pressions de développement urbain exercées sur le piedmont et, finalement, le manque de cohésion physico-spatiale et sociale entre les différentes unités qui composent le territoire. Ces différents éléments de problématique fragmentent physiquement et socialement les grandes unités de territoire qui caractérisent Saïda, ville longitudinale parallèle au littoral. Éclaté en de multiples projets indépendants, ie territoire actuel établit peu de liens autres que routiers entre les éléments de repères identitaires et historiques du paysage sidien.

INTENTION

2Redonner une lisibilité claire au territoire d’Al-Wastani en structurant le site par des bandes horizontales parallèles au littoral, fortement distinctes sur le plan du paysage.

OBJECTIFS

VIABILITÉ

3Redéfinir te rôle de l'espace agricole dans le cadre urbain afin de repenser la cohabitation entre espaces verts et urbanisation ; assurer la perméabilité des interfaces ; favoriser la mixité des usages afin d’assurer les échanges entre les unités urbaines (espaces verts, espaces construits, espaces à vocation récréative ou patrimoniale)

LISIBILITÉ

4Redonner une lisibilité claire aux unités de territoire ; diriger le développement urbain selon une logique qui le rattache à son territoire ; diriger l’implantation du bâti dans ie piedmont et favoriser son intégration au relief

COHÉRENCE

5Assurer la cohérence du tissu urbain par la consolidation et l'établissement de liens entre les espaces isolés.

PROJET DE PAYSAGE_écho du littoral/rivages

6Rivages_Shores est une métaphore des traces laissées par la mer qui monte sur le rivage. Elle permet de découper le territoire en bandes distinctes parallèles au rivage et lui confère un schéma de lisibilité clair. Chacune des bandes se module en fonction du relief, de l’occupation urbaine et des potentiels du territoire tel que les coulées vertes et les cours d’eau et se développe autour d’un thème précis : la lisière du piedmont, la plage culturelle et l’orée urbaine. Ensemble, elles établissent un lien spatial entre le noyau de la ville centre, son seuil situé au moral et le pôle important qu'est le campus, le temple d'Echmoun et les berges de la rivière Al-Awali.

LA LISIERE DU PIEDMONT

7Pour contrer les effets de mitage du piedmont, deux stratégies d’insertion des constructions au relief sont proposées pour minimiser son altération et, par le fait même, la perte de son couvert végétal.

8En premier lieu, les constructions horizontales basses sont encouragées plutôt que tes hautes tours d’habitation. Un couvert végétal jouant le rôle d’espace communautaire et minimisant l’impact visuel est conservé en façade des constructions dont l’accès se fait par l’arrière.

9En second lieu, il est suggéré que l'implantation des bâtiments se fasse de façon ponctuelle sous forme de petits regroupements de bâtiments (2 ou 3), Un décalage est prévu entre ces groupes pour assurer un intermédiaire végétal suffisant et la conservation du relief.

LA PLAGE CULTURELLE

10Extension de l'éventuel pôle universitaire situé dans l’axe du stade, cette bande verte consolidée est un espace où cohabitent l'agriculture communautaire et des espaces publics à vocation éducative, culturelle et de récréation. Elle fait le lien entre la rivière Al-Awali, le site du temple d’Echmoun et le centre-ville de Saïda.

11Le design est une réinterprétation de l’expérience sensible des terres agricoles de Saïda perceptible dans la juxtaposition des essences végétales, des odeurs, des textures, des couleurs et des volumes. La viabilité de l’agriculture et de son rôle social, identitaire et patrimonial est assurée par des espaces agricoles communautaires issus de la mise en commun des poches d’agriculture urbaine existantes et par des systèmes d échanges locaux et des réseaux alimentaires directs. Cette bande collecte aussi l'eau de ruissellement du piedmont.

L’ORÉE URBAINE

12Cette bande se développe sur le thème des flux urbains. Située entre la plage culturelle et la zone de remembrement qui sera éventuellement densément bâti, elle constitue un espace de transit. Son rôle est d’établir une connexion latérale entre les rivages voisins ainsi qu’un lien longitudinal entre le centre-ville de Saïda et son seuil, situé à l’embouchure de la rivière Al-Awali au nord.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540