Version classiqueVersion mobile

Profession lexicographe

 | 
Marie-Éva de Villers

3. La boîte à outils du lexicographe

Texte intégral

[Les dictionnaires] ont le calme entêtement du bois dont ils sont issus, les arbres ne pouvaient pas nous faire de cadeaux plus beaux.
Gaétan Soucy, La Petite Fille qui aimait trop les allumettes, 1998

1La boîte à outils du lexicographe est d’abord une bibliothèque qui renferme les ouvrages fondamentaux de ses prédécesseurs : les dictionnaires d’Antoine Furetière, d’Émile Littré, de Pierre Larousse, de Paul Robert, le Grand Larousse de la langue française, le Trésor de la langue française, le Glossaire du parler français au Canada, pour ne citer que les plus remarquables.

2À ce patrimoine lexical patiemment rassemblé dans les dictionnaires français et québécois des derniers siècles s’ajoutent aujourd’hui de nouveaux outils : l’accès aux corpus lexicaux informatisés et aux banques de données en ligne. Dorénavant, le lexicographe ne s’appuie plus uniquement sur son jugement et sur sa mémoire, sur les ouvrages de ses prédécesseurs et sur les citations littéraires des auteurs du passé. Il est davantage en mesure de se fonder sur l’usage réel et actuel de la langue grâce aux corpus lexicaux numérisés de la presse et de diverses autres publications afin d’actualiser et d’enrichir sa description de l’usage. Il recourt aux moteurs de recherche pour explorer les sites Internet et il consulte les banques de données terminologiques en ligne afin d’inclure dans ses ouvrages les termes spécialisés qui passent de plus en plus dans la langue générale.

Les ouvrages des prédécesseurs

3Pour la description du français du Québec, les rayons de la bibliothèque du lexicographe regroupent les dictionnaires du grec, du latin, les dictionnaires historiques et étymologiques, les dictionnaires français des siècles précédents, les dictionnaires français contemporains, les dictionnaires québécois, les grammaires, les dictionnaires de difficultés, les guides de rédaction, les codes typographiques et tous les autres recueils qui portent sur l’une ou l’autre des multiples facettes de la langue. Comme le lexicographe est bien entouré au milieu de ses livres amis !

4Afin de remonter à l’origine de certains mots, de décoder les emprunts savants au grec et au latin, les termes techniques et scientifiques, de mieux comprendre les processus de création des néologismes, les dictionnaires du latin et du grec – réminiscences d’études classiques – sont utiles. Le Dictionnaire illustré latin-français de Félix Gaffiot (Hachette, 1934) et le Dictionnaire grec-français d’Anatole Bailly (Hachette, 1950) sont de fidèles compagnons.

5En plus de raconter l’histoire des mots, les dictionnaires étymologiques sont la source de découvertes nombreuses et de multiples plaisirs de lecture. Le Dictionnaire étymologique de la langue française d’Oscar Bloch et de Walther von Wartburg (5e édition, Presses universitaires de France, 1968) est une référence classique, tandis que le Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey (Dictionnaires Le Robert, 1992) constitue une synthèse remarquable des recherches étymologiques passées et contemporaines.

6La lexicographie française a un peu plus de trois siècles. Depuis la fondation de l’Académie en 1634 à l’initiative du cardinal de Richelieu et avec l’appui de Louis XIII, les lexicographes qui se sont succédé ont jeté les fondations et édifié progressivement un trésor de la langue française dont bénéficient largement les auteurs de dictionnaires d’aujourd’hui.

7Pour l’ancien français, mes préférences vont au Dictionnaire d’ancien français de Robert Grandsaignes d’Hauterive (Larousse, 1947), au Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du ixe au xve siècle de Frédéric Godefroy (Librairie des sciences et des arts, 1880-1902) et au Dictionnaire historique de l’ancien langage français (1875-1882) de Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (version électronique de L’atelier historique de la langue française).

8Les dictionnaires anciens permettent de repérer les usages qui se sont maintenus et ceux qui n’ont plus cours, ce qui s’impose pour l’étude du français du Québec parce qu’un certain nombre d’emplois venus avec les premiers habitants de la Nouvelle-France sont demeurés vivants au Québec (ex. : les mots achalandage, creux au sens de « profond », garde-robe au sens de « placard »), alors qu’ils n’appartiennent plus à l’usage français européen d’aujourd’hui. Ainsi, pour la description de l’usage des xvie et xviie siècles, je consulte avec grand profit le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (réimpression de l’édition originale de 1690 précédée d’une biographie de son auteur par Alain Rey, Dictionnaires Le Robert, ou version électronique de L’atelier historique de la langue française). Pour la description de l’usage français des xviiie et xixe siècles, je retiens tout particulièrement le remarquable Dictionnaire de la langue française (1863-1873) d’Émile Littré (version électronique de L’atelier historique de la langue française).

9Le rayon des dictionnaires contemporains est bien garni. Mes préférences vont au Trésor de la langue française, portant sur la langue française de 1789 à 1960 et qui est maintenant en ligne [http://zeus.inalf.fr/​], au Dictionnaire Quillet de la langue française, dont la dimension grammaticale est très étoffée (1959), au Grand Larousse de la langue française en sept volumes, dont l’introduction sur la formation des unités lexicales est particulièrement intéressante (1971-1978), au très riche Grand Robert de la langue française en 6 volumes, 2e édition augmentée par Alain Rey dans sa version électronique (2005), et à son abrégé Le Nouveau Petit Robert (2003), et au Petit Larousse illustré 2006, 101e édition, qui fait une plus grande place aux termes techniques que les dictionnaires de langue. Le lexicographe pourra aussi tirer profit du Robert Brio. Dictionnaire général et morphologique : analyse comparative des mots de Josette Rey-Debove, qui regroupe les mots d’une même famille linguistique (2004).

10Dans la section des dictionnaires québécois, les ouvrages que je consulte le plus souvent sont le Dictionnaire général de la langue française au Canada de Louis-Alexandre Bélisle (Beauchemin, 1979), le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui de Jean-Claude Boulanger (Dicorobert, 1992 et 1993) et le Dictionnaire québécois français de Lionel Meney (Guérin, 1999). Pour la dimension historique du français du Québec, mes ouvrages de prédilection sont le Dictionnaire canadien-français ou Lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens-français de Sylva Clapin (Beauchemin, 1894), l’intéressant Glossaire du parler français au Canada (L’Action sociale, 1930), la vaste enquête linguistique de Geneviève Massignon portant sur Les Parlers français d’Acadie (Klincksieck, 1962) et le Dictionnaire historique du français québécois publié sous la direction de Claude Poirier (Presses de l’Université Laval, 1998).

11Pour ce qui est des dictionnaires de difficultés de la langue française, j’apprécie le Dictionnaire des particularités de l’usage de Jean Darbelnet (Presses de l’Université du Québec, 1986), le Dictionnaire des difficultés du français de Jean-Paul Colin (Les usuels du Robert, 1993), les Pièges et difficultés de la langue française de Jean Girodet (Bordas, 1988).

12Mes grammaires préférées sont Le Bon Usage de Maurice Grevisse, 13e édition refondue par André Goosse (Duculot, 1993) – véritable bible grammaticale – et la Grammaire méthodique du français de Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat et René Rioul (Presses universitaires de France, 1999), excellente grammaire globale du français contemporain.

13En matière de recueils typographiques, je me fie principalement au Code typographique du Syndicat national des cadres et maîtrise du livre, de la presse et des industries graphiques (1971), au Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale (2002) et au Ramat de la typographie d’Aurel Ramat (2005). L’ouvrage le plus complet en ce qui a trait aux emprunts lexicaux, sémantiques (faux amis) et syntaxiques (calques) à l’anglais est Le Colpron. Le nouveau dictionnaire des anglicismes (Beauchemin, 1994).

14Enfin, les guides de rédaction les plus utiles et les mieux adaptés au contexte québécois sont Le français au bureau de Noëlle Guilloton et Hélène Cajolet-Laganière (Les Publications du Québec, 2005), le Guide de la communication écrite au cégep, à l’université et en entreprise de Marie Malo, où l’information est présentée de façon schématique sous forme de tableaux (Québec Amérique, 1996), et le Guide du rédacteur de l’administration fédérale (1996).

15D’autres ouvrages de divers types sont dignes de figurer dans ce palmarès : de très nombreux dictionnaires terminologiques dont l’excellent Dictionnaire de la comptabilité et de la gestion financière de Fernand Sylvain et Louis Ménard (ICCA, 2004), le Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage élaboré sous la direction de Jean Dubois (Larousse, 1994), le fort utile Dictionnaire des cooccurrences de Jacques Beauchesne (Guérin, 2001), qui énumère les adjectifs et les verbes les plus fréquemment employés avec un peu plus de 4 000 noms. La liste des dictionnaires et de leur objet – parfois étonnant, parfois amusant – pourrait être interminable. Qu’on me permettre de citer quelques préférés : Le Bouquet des expressions imagées de Claude Duneton (Seuil, 1990), Le Dictionnaire du français parlé de Charles Bernet et de Pierre Rézeau (Seuil, 1989), Le Dictionnaire des mots perdus d’Alain Duchesne et Thierry Leguay (Larousse, 1988) et Le Plaisir des mots. Dictionnaire poétique illustré de Georges Jean (Gallimard, 1982).

16Le bijou de ma bibliothèque est le Dictionnaire universel des synonymes de la langue française contenant les synonymes de Girard, de Beauzée, Boubaud, D’Alembert, Diderot et autres écrivains célèbres. À titre d’exemple, on y distingue les noms amitié, amour, tendresse, affection et inclination ou les adjectifs délicieux et délectable en exposant les traits caractéristiques de chacun de ces mots au sein d’un développement étoffé. Outre le fait de proposer des distinctions sémantiques très justes, ce dictionnaire en deux volumes à la reliure pleine peau a la particularité d’avoir été édité en 1818 par J.-B. Garnery, libraire, 14, rue du Pot-de-Fer. L’ex-libris de forme ovale qui orne la page de titre porte la mention suivante : « Les Nouettes, Cte de Ségur, Orne ». Qui sait ? Je me plais à penser que la comtesse de Ségur a peut-être consulté ce petit dictionnaire de synonymes alors qu’elle écrivait Les Petites Filles modèles ou Le Général Dourakine.

Les corpus littéraires

17Les auteurs des grands dictionnaires de langue ont tous dépouillé les œuvres des bons auteurs afin de recueillir les citations littéraires qui serviront à éclairer le sens des mots et à illustrer leurs emplois, que l’on songe au Dictionnaire universel d’Antoine Furetière, au Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré, au Oxford English Dictionary, au Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française de Paul Robert et à son digne successeur, Le Grand Robert de la langue française d’Alain Rey et de Josette Rey-Debove, ou au Trésor de la langue française.

18Ainsi, Littré cite abondamment les auteurs du passé, en écartant par prudence des contemporains pourtant déjà illustres tels Lamartine, Hugo ou Chateaubriand, parce qu’ils n’avaient pas encore subi l’épreuve du temps. Dans la préface de la 2e édition du Grand Robert (2001), Alain Rey fait état d’approximativement un million de fiches comportant des extraits littéraires référencés, qui vont du xvie au xxie siècle, soit plus d’un demi-millénaire, et ayant servi à étayer les définitions de cet ouvrage.

19Pour l’élaboration du Trésor de la langue française, un directoire constitué de linguistes a sélectionné des œuvres d’écrivains de la période retenue (de 1789 à 1960) à partir desquelles ont été extraites des citations totalisant 70 millions d’occurrences de mots. Il s’agit là d’un corpus littéraire d’une ampleur exceptionnelle, si on le compare aux corpus de 500 000 occurrences au maximum sur lesquels s’appuient les ouvrages antérieurs. C’est l’informatique qui permet aujourd’hui un dépouillement d’une telle envergure.

20De ce côté de l’Atlantique, le Secrétariat à la politique linguistique (SPL) du gouvernement du Québec a créé un réseau de corpus lexicaux québécois réunissant quinze fonds linguistiques de cinq universités : l’Université Laval, l’Université de Montréal, l’Université du Québec à Montréal, l’Université du Québec à Rimouski et l’Université de Sherbrooke. Ces fonds numérisés sont maintenant à la disposition des chercheurs qui peuvent en exploiter le contenu à des fins de production d’outils linguistiques, ainsi que l’indique le site Internet du SPL [http://www.spl.gouv.qc.ca].

21À titre indicatif, le corpus littéraire de la base de données textuelles QUÉBÉTEXT se compose de 102 textes publiés de 1837 à 1993 (romans, essais, chroniques, mémoires). Il est à noter toutefois que seules les œuvres affranchies du droit d’auteur sont accessibles en ligne ; les œuvres non encore affranchies du droit d’auteur doivent être consultées au centre de documentation du Trésor de la langue française au Québec (TLFQ), sous la supervision des chercheurs du centre. L’importance de l’œuvre, sa qualité formelle, son influence et la place qu’elle occupe dans l’enseignement de la littérature au Québec constituent les principaux critères de sélection des textes littéraires intégrés à cette base de données textuelles.

22Dans le réseau de corpus lexicaux québécois, il est également possible de consulter un échantillon d’environ 40 000 fiches portant sur des journaux et des textes littéraires récents. Ces fiches proviennent du Fichier lexical du Trésor de la langue française au Québec, qui en comprend environ 1 200 000 et qui a été constitué à partir du dépouillement de textes littéraires et scientifiques, de journaux et autres périodiques, de documents d’archives, de manuscrits de radioromans et de téléromans, d’enregistrements oraux, de relevés d’enquêtes, etc., couvrant la période qui s’étend du xvie siècle jusqu’à nos jours, selon ce qu’indique le descriptif du Fichier lexical du TLFQ.

23Les auteurs de dictionnaires des siècles précédents ont mis à contribution des collaborateurs dévoués qui se chargeaient d’extraire des citations des œuvres littéraires d’une période donnée, selon les consignes données. Ainsi, Émile Littré peut compter notamment sur sa femme et sur sa fille Sophie qui est plongée dans le Dictionnaire jusqu’au cou. En outre, « ses amis lui relèvent citations et formes rares », rapporte Alain Rey dans l’ouvrage qu’il consacre au lexicographe, Littré. L’humaniste et les mots (Gallimard, 1970). Rétrospectivement, on peut mesurer l’immense tâche que représentaient le dépouillement des œuvres littéraires et la constitution de milliers de fiches avant l’avènement de l’informatique.

24En Angleterre, il en est de même des recherches de James Murray qui travaille à l’élaboration du Oxford English Dictionary – véritable monument de la langue anglaise – dans son scriptorium tapissé de fiches dont plusieurs ont été rédigées par des correspondants recrutés à l’aide d’annonces placées dans les librairies anglaises. À ce sujet, je ne peux résister à l’envie de raconter une anecdote étonnante, mais véridique, d’après les historiens. Le correspondant le plus érudit et le plus productif de Murray est un chirurgien d’origine américaine qui lui transmet sans relâche des dossiers soigneusement préparés pendant plus de vingt ans. William Chester Minor semble disposer de tout son temps pour dépouiller des ouvrages littéraires, selon les directives reçues, à partir d’une impressionnante bibliothèque.

25Un jour, pour souligner la fin des travaux du dictionnaire, James Murray organise une fête à laquelle sont conviés ses correspondants les plus assidus. Le Dr Minor est invité, mais il se dit dans l’obligation de décliner l’invitation, sans préciser davantage. Les envois de Minor étant postés d’un petit village à proximité d’Oxford, le lexicographe décide de prendre rendez-vous et de lui rendre visite. Une fois parvenu à destination, à sa grande surprise, c’est le directeur d’une prison qui le reçoit et le conduit vers Minor : son correspondant le plus dévoué et le plus compétent était incarcéré, après avoir été condamné à perpétuité pour un meurtre commis à Londres alors qu’il souffrait d’une psychose paranoïaque !

26On a déjà évoqué la folie du dictionnaire dont sont atteints à des degrés divers certains auteurs et lecteurs de ces ouvrages : l’univers de la lexicographie réserve parfois bien des surprises !

Les corpus de la presse et de publications diverses

27À l’instar des œuvres littéraires numérisées et rendues accessibles, les titres de presse (journaux et revues) peuvent désormais alimenter de façon importante les recherches des lexicographes. Outre le fait que les textes des quotidiens et des périodiques ont le double mérite d’être parfaitement circonscrits dans le temps et dans l’espace, ils constituent l’expression vivante et, par définition, ancrée dans l’actualité d’une partie des usages linguistiques de la communauté à laquelle ils sont destinés.

28L’étude de corpus journalistiques ajoute une séance photographique, voire un examen radiographique d’une utilisation publique et actuelle de la langue. Ce procédé valide le travail lexicographique traditionnel et permet de l’actualiser dans la mesure où le corpus est contemporain, de préciser les marques d’usage, de mieux circonscrire les faits lexicaux propres à un environnement particulier et de suivre plus précisément l’évolution du lexique. Comparativement aux œuvres littéraires, susceptibles de souffrir d’un décalage dans le temps, en raison notamment des contraintes du droit d’auteur, les textes qui rendent compte de l’actualité permettent au lexicographe de mieux repérer la néologie, et ainsi de représenter de façon plus actuelle, plus complète et plus équilibrée les usages de la communauté linguistique.

29La société cedrom-sni met à la disposition de ses abonnés un corpus journalistique informatisé et numérisé baptisé Eureka – Biblio branchée, qui comprend l’ensemble des articles de plusieurs titres de presse québécois et français dont Le Devoir, La Presse, Le Soleil, L’Actualité et Voir pour le Québec et Le Monde, L’Express, Le Nouvel Observateur, Le Point et Courrier international pour la France. Ce corpus journalistique en ligne constamment mis à jour intègre tous les articles publiés par ces journaux et revues.

30La presse constitue un vecteur primordial de diffusion des créations lexicales nécessaires à la description d’un environnement en constante évolution. C’est pourquoi les auteurs des dictionnaires s’appuient également sur des attestations de la presse – usages éminemment actuels de la langue –, car les citations littéraires ne peuvent rendre compte de l’évolution du lexique que d’une manière tardive et lacunaire.

31La presse agit donc comme un intermédiaire entre la création lexicale d’un usager ou d’un groupe d’usagers et la consécration lexicographique, c’est-à-dire l’intégration de ce néologisme dans les dictionnaires. Par son tirage et son prestige conjugués, le titre de presse contribue non seulement à la diffusion de ce nouvel emploi linguistique, mais aussi à la confirmation de son existence en tant qu’unité lexicale.

32D’autres corpus réunissant des publications diverses sont maintenant à la disposition des lexicographes. On peut citer, par exemple, l’Index lexicologique québécois, qui est l’un des outils du réseau de corpus lexicaux québécois constitué par le Secrétariat à la politique linguistique du gouvernement du Québec. Réalisée par l’équipe du Trésor de la langue française au Québec de l’Université Laval, cette base de données est constituée de 468 000 renvois à des sources dans lesquelles des mots ou des expressions du français nord-américain (surtout du français québécois) ont fait l’objet d’une explication ou d’un simple commentaire. La base, qui regroupe près de 163 000 entrées, s’appuie sur le dépouillement d’environ 1 500 sources différentes s’échelonnant du milieu du xviiie siècle jusqu’au début des années 1980 : glossaires, manuels de bon usage, dictionnaires, articles dans des revues, chroniques de langage, thèses, etc. Grâce à cet outil, le lexicographe peut vérifier rapidement si un mot a fait l’objet d’un commentaire ou d’une étude depuis les années 1750 et obtenir la référence précise aux textes où le mot est traité, selon ce qu’indique le site Internet du Secrétariat à la politique linguistique [http://www. spl.gouv.qc.ca/].

33Enfin, on peut faire état d’une base de données textuelles constituée de chroniques québécoises de langage. Réalisé par des chercheurs de l’Université Laval et de l’Université de Sherbrooke, ce corpus vise à favoriser la diffusion, la consultation et l’exploitation à des fins de recherche de textes qui ont joué un rôle déterminant dans la construction de l’imaginaire linguistique des Québécois [http://www.tlfq.ulaval.ca/​lexique/​chroque/​].

34L’étude et l’exploitation des corpus lexicaux – de la presse et de publications diverses – modifient considérablement la pratique lexicographique. Il est permis de penser que l’accès facilité à ces textes permettra aux auteurs de dictionnaires d’effectuer une synthèse plus éclairée et plus représentative des usages actuels de la langue.

Les banques de données terminologiques

35Fruit de trois décennies de recherches par une équipe de terminologues de l’Office québécois de la langue française, Le Grand Dictionnaire terminologique (GDT) donne accès à près de trois millions de termes français et anglais du vocabulaire industriel, scientifique et commercial, dans 200 domaines d’activité. Cette immense banque de données terminologiques est accessible gratuitement dans Internet [http://www.oqlf.gouv.qc.ca/​].

36L’organisme chargé de la mise en œuvre de la Charte de la langue française diffuse également le Répertoire des avis linguistiques et terminologiques mai 1979 – novembre 1996. Les recommandations officielles les plus suivies portent principalement sur les néologismes destinés à nommer une nouvelle réalité (ex. : clavardage, téléavertisseur), une réalité proprement québécoise, canadienne ou nord-américaine (ex. : aluminerie, cégep, pourvoirie) ou à désamorcer l’usage d’un terme étranger (ex. : courriel, décrochage, gicleur). Au Québec, l’officialisation constitue un facteur d’implantation de la création lexicale, car elle rend obligatoire l’emploi de l’unité créée dans les utilisations publiques de la langue – notamment par l’Administration – et elle facilite le consensus des principaux utilisateurs de ce néologisme, la nécessité d’être bien compris étant une condition essentielle de l’emploi des mots nouveaux.

37La consultation des banques de données terminologiques est très utile pour la lexicographie, car l’on assiste aujourd’hui à une banalisation des terminologies scientifiques et techniques, à leur pénétration dans la langue générale en raison notamment de l’accès aux études universitaires d’une partie plus importante de la population. Ainsi que le signale John Humbley dans l’Histoire de la langue française 1945-2000 (CNRS Éditions, 2000), la vulgarisation des termes spécialisés constitue un facteur déterminant de la transformation du lexique au cours des cinq dernières décennies.

38La boîte à outils du lexicographe ne cesse de s’enrichir. Déjà, la bibliothèque – toujours accueillante – était abondamment garnie. Voilà qu’elle acquiert de nouvelles dimensions virtuelles grâce à la numérisation et à l’informatisation de corpus d’œuvres littéraires, de textes scientifiques ou techniques, de documents de la presse écrite ou électronique ainsi qu’à la diffusion en ligne d’immenses banques de données terminologiques ou linguistiques. Ces nouveaux outils sont appelés à modifier la pratique lexicographique, à l’orienter davantage vers l’usage actuel de la langue et à tenir compte plus rapidement de son évolution.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search