Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. Le quartier Al-Wastani en projets de paysage

Chemin d’expérimentation

Nathalie Kawkabani, Ghinwa Omran, Marjorie Pratte et Luigi Russo

Texte intégral

1La culture a une résonance bien particulière au pays du cèdre. Le Liban, creuset des civilisations passées et terre de refuge, a acquis une réputation basée sur la cohabitation, le territoire, les religions, les langues et les cultures très variées qui teinte le pays d’une couleur particulière. En matière de services, l’éducation est aussi au premier rang du secteur économique depuis le règne de l’émir Fakhreddin, alors que Saïda était carrefour des arts et des sciences. Chemin d’expérimentation s’inscrit dans cette tradition d’échange de savoirs et des cultures profitable aux diverses communautés de Saida.

CONSTATS

TOPOGRAPHIE

Enjeux sociaux

Enjeux sociaux

Le paysage entourant l’enclave de Al-Wastani se lit selon trois entités distinctes : le littoral, la plaine et la colline. Sur cette séquence se distribuent différents groupes socio-économiques allant des moins aisés, situés près du littoral, aux mieux nantis, qui profitent des vues à flanc de montagne. Cette disparité sociale a des effets significatifs sur le paysage, contrasté entre bidonvilles et villas luxueuses.

HYDROGRAPHIE

Enjeux environnementaux

Enjeux environnementaux

L’eau de ruissellement est acheminée naturellement par la topographie vers la mer. La localisation et l’orientation des égouts emmènent aussi leur contenu à s’y déverser, causant ainsi la contamination du littoral et de ses bergers. Le littoral présente actuellement une fonction portuaire plutôt que récréative.

DÉVELOPPEMENT URBAIN

Enjeux économiques

Enjeux économiques

Les pressions de développement sur la périphérie et sur la plaine de Al-Wastani menacent son caractère agricole. La réduction de la superficie des parcelles, l’augmentation du prix des terrains et le déplacement des cultures vers des zones moins fertiles nuisent à son potentiel économique. L’échelle inappropriée des constructions transforme aussi la qualité du paysage traditionnel du secteur.

PATRIMOINE

Enjeux culturels

Enjeux culturels

Ville phare ayant ponctué l’Histoire, Saïda est aujourd’hui un palimpseste de monuments et de traces historiques de différentes époques à forte valeur patrimoniale. L’absence de service et d’équipement touristique nuit cependant à leur conservation et à leur mise en valeur, qu’elle soit touristique ou culturelle.

INTENTION

2Assurer la poursuite de l’activité agricole sur le territoire de Al-Wastani en intégrant dans la programmation les résonances contemporaines des activités traditionnelles et historiques du lieu. Dans une optique de développement durable, il serait favorable qu’une grande place soit accordée à la population.

STRATÉGIE GLOBALE

PROJET DE PAYSAGE

ZONE D’EXPÉRIMENTATION AGRICOLE

3Un pôle universitaire d’agronomie unique à Saïda est : proposé sur le site d’Al-Wastani. À la fine pointe de la technologie l’institution serait capable de former une main-d’œuvre, des cadres, des techniciens et des élites dans le domaine de l’agriculture. Cette idée s’inscrit dans la continuité même de l’histoire de Saïda, carrefour historique des arts et des sciences ayant contribué à la renaissance culturelle du Liban.

4Il serait bénéfique que le territoire de la plaine et de la colline soit divisé par de multiples parcelles d’agriculture expérimentale contribuant à la promotion d’une grande variété de végétaux. À travers elles, seront disséminées plusieurs installations commerciales, petits commerces ou « pépinières » de fruits et d’espèces végétales utilisées Il est espéré que ces services de vente puissent contribuer à l’essor commercial de ce secteur générateur d’emploi. Un arboretum est aussi planifié. À vocation plus touristique, ce dernier se concentrerait au cœur de la vallée, sur le flanc de coltine, et se disperserait sur la plaine agricole telle une coulée verte.

CULTURES EXPÉRIMENTALES

PLANTATIONS FORMELLES

Cultures en plein champ et en terrasses

Cultures en plein champ et en terrasses

5La disposition des parcelles est définie par la structure cartésienne du parcellaire agricole. Disposées régulièrement, les parcelles s’orientent dans le sens de la topographie pour assurer un bon drainage.

6Deux axes de connexion sont planifiés : le premier correspond à des sentiers piétons orientés est-ouest qui délimitent les pourtours des parcelles tout en assurant plusieurs liens transversaux. Ces sentiers sont bordés par des chenaux de drainage plantés de roseaux qui accentuent leur orientation et les bonifient visuellement. Le second correspond à l’axe longitudinale et est associé à l’ancienne trajectoire du chemin de fer. Il assure le transport des piétons, cyclistes et véhicules motorisés de petit gabarit.

ARBORETUM

PLANTATIONS INFORMELLES

Bosquets d’arbres

Bosquets d’arbres

7Concentré au cœur de la vallée, l’arboretum forme un jeu de masses informelles, de bosquets d’arbres de hauteurs, de silhouettes et de formes variables épousant les formes du relief. Disposés selon une configuration en chapelet qui contraste fortement avec la rigidité des parcelles agricoles, les différents îlots ponctuant le paysage sont reliés entre eux par un sentier sinueux qui permet de les traverser. Ce sentier se prolonge jusqu’à la rivière Al-Awali, borde ensuite les berges de la Méditerranée et rejoint la médina. Il relie donc plusieurs éléments du patrimoine sidien et agit comme l’initiateur de leur mise en valeur.

COMPLEXE UNIVERSITAIRE

PAVILLONS

Petits laboratoires

Petits laboratoires

8Les étudiants du complexe universitaire proposé, dont les pavillons principaux se situent à l’extrême sud d’Al-Wastani, près du centre-ville, pourront bénéficier d’une multitude de petits laboratoires, postes d’observation et de travail, disséminés sur le terrain du projet selon la répartition des cultures et des écosystèmes

PERSPECTIVE 1

ARBORETUM

9Perspective à l’entrée du nouvel arboretum proposé, au cœur de la vallée, aux pieds des collines. Sur la plaine, les essences d’arbre utilisées sont principalement le pin parasol, le peuplier et le palmier. Leur silhouette élancée permet de conserver un accès visuel en filtrant la vue. Dans la vallée, où se concentre l’arboretum principal une gamme plus vaste de végétaux est utilisée, dont la hauteur culmine vers le sommet couronné de cèdres du Liban.

CULTURES EN PLEIN CHAMP

PERSPECTIVE 2

AXE LONGITUDINAL_ANCIEN CHEMIN DE FER

10Vue de la plaine vers les collines structurée par la dominance des parcelles expérimentales d’organisation régulière. L’usager peut voyager à travers une diversité de cultures (arbres fruitiers-agrumes, bananiers-, espèces herbacées) disposées dans le parcellaire à des hauteurs variables de façon à dynamiser le paysage. Les masses de peupliers et de pins parasols ponctuent le paysage en arrière-plan. Les parcelles sont divisées par des sentiers piétons droits bordés d’un chenail de drainage. Le lien visuel de pari et d’autres de la plaine est conservé.

Table des illustrations

Titre Enjeux sociaux
Légende Le paysage entourant l’enclave de Al-Wastani se lit selon trois entités distinctes : le littoral, la plaine et la colline. Sur cette séquence se distribuent différents groupes socio-économiques allant des moins aisés, situés près du littoral, aux mieux nantis, qui profitent des vues à flanc de montagne. Cette disparité sociale a des effets significatifs sur le paysage, contrasté entre bidonvilles et villas luxueuses.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-1.jpg
Fichier image/, 60k
Titre Enjeux environnementaux
Légende L’eau de ruissellement est acheminée naturellement par la topographie vers la mer. La localisation et l’orientation des égouts emmènent aussi leur contenu à s’y déverser, causant ainsi la contamination du littoral et de ses bergers. Le littoral présente actuellement une fonction portuaire plutôt que récréative.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-2.jpg
Fichier image/, 72k
Titre Enjeux économiques
Légende Les pressions de développement sur la périphérie et sur la plaine de Al-Wastani menacent son caractère agricole. La réduction de la superficie des parcelles, l’augmentation du prix des terrains et le déplacement des cultures vers des zones moins fertiles nuisent à son potentiel économique. L’échelle inappropriée des constructions transforme aussi la qualité du paysage traditionnel du secteur.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-3.jpg
Fichier image/, 92k
Titre Enjeux culturels
Légende Ville phare ayant ponctué l’Histoire, Saïda est aujourd’hui un palimpseste de monuments et de traces historiques de différentes époques à forte valeur patrimoniale. L’absence de service et d’équipement touristique nuit cependant à leur conservation et à leur mise en valeur, qu’elle soit touristique ou culturelle.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-4.jpg
Fichier image/, 84k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-5.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Cultures en plein champ et en terrasses
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-6.jpg
Fichier image/, 64k
Titre Bosquets d’arbres
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-7.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Petits laboratoires
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-8.jpg
Fichier image/, 20k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-9.jpg
Fichier image/, 260k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-10.jpg
Fichier image/, 224k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14099/img-11.jpg
Fichier image/, 156k

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540