Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. Le quartier Al-Wastani en projets de paysage

Introduction

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

1La municipalité de Saïda était l’hôte, en 2005, au Workshop_atelier/terrain (WAT) de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM). Rendez-vous automnal attendu pour plusieurs institutions du réseau scientifique de la CUPEUM, il rassemblait 37 participants, dont 13 étudiants du Département d’urbanisme de l’Institut des Beaux-Arts de l’Université Libanaise à Beyrouth (Liban), trois étudiants de ta Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Cadi Ayyad (Maroc), trois étudiants de l’École Nationale d’Architecture ce Rabat (Maroc), quatre étudiants du Département ce Planification du Territoire et de l’Urbanisme de l’Université de Rome La Sapienza (Italie), quatre étudiants du Département d’Architecture de cette même université italienne ainsi que huit étudiants de l’École d’architecture de paysage et deux étudiants de l’École d’architecture Ce la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal (Canada). Ces étudiants étaient encadrés par une équipe pédagogique de huit professeurs du Maroc, d’Italie, du Canada et du Liban.

2Cette activité pédagogique multidisciplinaire, qui réunissait principalement les domaines de [‘architecture de paysage, l’architecture, l’urbanisme et la géographie, a été un rendez-vous unique d’échanges, de réflexions et d’idées entre les étudiants et les professeurs des pays du Nord et du Sud. Inscrit dans les activités d’expérimentation de l’Observatoire international des paysages périphériques : ville et métropole de la CUPEUM, il s’agissait pour tous les participants — étudiants et professeurs — Ce réfléchir sur les phénomènes de développement et d’étalement urbain de la ville nord de Saïda, soit le quartier Al-Wastani.

3Face aux divers enjeux rapportés auprès des participants lors des visites de terrain et des rencontres avec les élus, les experts locaux et les organisations non gouvernementales (ONG), le défi était d’énoncer des stratégies d’aménagement de ce territoire pour la municipalité de Saïda. La problématique interpellait avant tout la mutation territoriale (friches agricoles), l’appropriation sociale et culturelle du territoire (développement résidentiel et commercial), la mise en valeur de certains usages (agriculture urbaine), la préservation Ces ressources environnementales (biomasse végétale), la protection de sites historiques et d’attraits archéologiques (temple d’Echmoun), la mise en valeur du paysage et de l’identité locale et, plus globalement, le développement économique et social de Saïda.

  • 1 Cette connaissance préalable du terrain et du contexte historique, économique, politique, social, c (...)
  • 2 La composition de chaque équipe de projet impliquait obligatoirement une mixité culturelle et disci (...)

4Sur la base d’une rapide mise en contexte commune à l’ensemble des participants1, le travail d’atelier, localisé dans les locaux de l’hôtel de ville de Saïda, a permis, dans un premier temps, d’esquisser des positionnements stratégiques vis-à-vis de l’ensemble du territoire de la périphérie nord de la ville de Saïda. Issus d’une analyse globale du territoire, ces énoncés menés par neuf équipes de projet2 ont permis l’identification de sites d’intervention localisés pour générer des propositions de design à diverses échelles (design urbain et scénarios d’aménagement).

5Menés avec une très grande intensité, les travaux du WAT de Saïda ont livré des hypothèses d’aménagement et des projets de paysage :

  • misant sur la valeur publique du territoire, l’intérêt collectif et la diversité d’un bien-être social et culturel ;

  • visant la préservation et la mise en valeur de certains usages agricoles du territoire et la requalifation de l’espace à travers le redéploiement de l’habitat et d’une économie locale pour assurer ainsi la viabilité d’un développement adapté à l’échelle de la ville et de ses contextes.

  • 3 Du 17 au 26 novembre 2005.

6L’implication enthousiaste de la ville de Saïda et de tous les élus municipaux et régionaux, et plus particulièrement celle de son maire, le Dr Abdul Rahman Bizri, a été remarquable tant sur le plan des visions urbaines que sur l’ouverture au dialogue, aux idées nouvelles. Elle a contribué très fortement à la réussite de cette activité internationale Bénéficiant de toutes les infrastructures nécessaires (logement, salle de conférence, atelier de travail muni d’Internet et périphérique informatique, etc.) et d’une hospitalité exceptionnelle, les participants ont su relever le défi de proposer plusieurs alternatives d’aménagement pour le devenir du quartier Al-Wastani de la ville de Saida, Au terme de dix jours de travail intensif3, les neuf équipes d’étudiants des différents pays impliqués regroupant de multiples savoirs aménagistes ont produit des projets de paysage qui ont été exposés à la fin du WAT dans le hall de l’hôtel de ville de Saida. Celte exposition ouverte au grand public rapportait chaque projet réalisé sous forme de textes, de photographies, de dessins et de plans couleur, l’essentiel des réflexions pertinentes soutenant la proposition d’aménagement à des échelles d’ensemble et de détail.

7Lors de celte cérémonie de clôture conduite sous la présidence du maire de la ville de Saïda, le Dr Abdul Rahman Bizri, le député de Saïda et du Liban du Sud, le Dr Oussama Saad, a souligné l’importance de cette activité internationale qui offre de nouvelles perspectives de développement pour la ville de Saïda. Ensuite, l’ambassadeur du Canada au Liban, Son Excellence monsieur Louis de Lorimier, a tenu à souligner l’importance de celte coopération internationale qui participe pleinement au dialogue des cultures et à la mise en œuvre des principes de développement durable. La présidente du jury, madame Brigitte Colin de l’UNESCO, a situé le contexte de cette activité de la CUPEUM à Saida en rappelant la tenue du Séminaire international de l’UNESCO en mai 2001 dans cette même ville, sur le thème « Développement urbain équilibré entre terre, mer et société », Pour elle, le WAT en est le prolongement, puisque, sur la base des recommandations des experts, « les autorités municipales et régionales libanaises ont manifesté officiellement à l’UNESCO leur volonté de remédier à certaines situations d’exploitation inadéquate du territoire urbain en zone littorale [de la ville de Saïda], constituant ainsi une démonstration tangible de l’utilisation des résultats de la recherche par des décideurs au niveau d’une stratégie de développement d’une ville ».

8Dans l’amphithéâtre face à un public enthousiaste, a remise des médailles de l’UNESCO du WAT de la CUPEUM à Saïda a donné lieu à plusieurs témoignages de la part des étudiants récipiendaires et de l’équipe pédagogique de cette activité. De l’avis des professeurs, l’ensemble des travaux réalisés et des projets exposés témoigne d’un engagement et d’une motivation remarquable. Les participants ont surpassé les défis imposés par une telle activité, et ô combien stimulants, d’une réflexion multidisciplinaire et d’un dialogue transculturel. Les responsables du WAT ont félicité tous tes participants — étudiants, professeurs, coordonnateurs et experts locaux — pour l’extraordinaire travail réalisé et ont tenu â exprimer leur profonde gratitude envers la municipalité.

  • 4 Extrait d’allocution des responsables du WAT, Philippe Poullaouec-Gonidec et Léon Telvizian.

L’implication [du maire et de ses conseillers] a été de tous les instants et elle est contributive du succès de cette activité. Le dialogue constant et quotidien entre tes pouvoirs publics, la société civile de Saida et les participants du Workshop_atelier/terrain a été une expérience hors du commun qui démontre l’importance et l’attente d’une telle réflexion sur le territoire périphérique de Saïda. […] L’exposition des neuf projets de paysage dans l’hôtel de ville de Saida doit dès maintenant interpeller un débat public [...]. Les résultats du Workshop_atelier/terrain de Saida imposent un lendemain ; un suivi concerté, soit qu’il porte à la mise en œuvre de certains scénarios d’aménagement suggérés soit qui induit, sur la base de cette réflexion intensive le développement de nouvelles stratégies pour la mise en valeur et le développement harmonieux et viable du quart er Al-Wastani de la ville de Saïda et au bien-être durable de sa population4.

Notes

1 Cette connaissance préalable du terrain et du contexte historique, économique, politique, social, culturel et environnement fut documentée par les étudiants de l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal dès le début de l’automne afin de diffuser l’ensemble de l’information aux participants internationaux du WAT par le biais du site Internet de la CUPEUM.

2 La composition de chaque équipe de projet impliquait obligatoirement une mixité culturelle et disciplinaire. Chaque institution universitaire, tout comme chaque discipline de l'aménagement (architecture, architecture de paysage, urbanisme et géographie) y était représentée.

3 Du 17 au 26 novembre 2005.

4 Extrait d’allocution des responsables du WAT, Philippe Poullaouec-Gonidec et Léon Telvizian.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540