Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Le Liban et Saïda des identités aux enjeux de paysages

Problématique urbaine et territoriale de Saïda et de sa périphérie

Léon Telvizian

Texto completo

1Les villes au Liban se sont développées, depuis le début du XXe siècle, autour de noyaux urbains déjà constitués par l’histoire et ayant eu, jusque-là, une croissance relativement lente dans une société restée majoritairement rurale et paysanne. Même aménagées et transformées pour mieux s’inscrire dans l’ère du progrès et de la modernité, elles ne pouvaient évidemment répondre aux besoins nouveaux issus des bouleversements économiques et sociaux du moment. Puis, de façon accélérée, à partir de l’indépendance et la guerre intestine des années 1970, le Liban est devenu essentiellement urbain et les villes se sont développées et étendues au point que les noyaux primitifs ne représentent plus aujourd’hui qu’une fraction limitée de la surface urbanisée et de la population des agglomérations contemporaines.

2Saïda n’échappe pas à ce cas de figure. On peut certes analyser son évolution en relation avec la capacité de ses anciens quartiers à s’adapter au changement important des modes de vie ; capacité elle-même tributaire de la morphologie de ces quartiers. Mais aussi, des démarches d’aménagement, engagées ou non, liées aux politiques, volontaires ou non, menées dans l’agglomération. En effet, les choix effectués en matière de développement résidentiel en périphérie et sur les collines, et plus largement les politiques d’expansion urbaine comme le projet de lotissement du quartier Al-Wastani, ne sont pas sans répercussions directes sur les quartiers anciens et leur devenir. Cette situation, accompagnée par les changements politiques, démographiques et économiques, entraîne un dépérissement, voire une désintégration, du centre historique et la dégradation de sa périphérie. Mais elle n’est toutefois pas spécifique à Saïda. Plus largement, la crise économique et sociale, non seulement au Liban, mais aussi au Moyen-Orient, transforme les villes historiques, ces produits culturels uniques, en espaces de crise sociale.

3Ainsi, l’histoire urbaine ne peut dès lors qu’intégrer l’échelle de [‘agglomération, qui se superpose à celle de la ville et à celle de ses quartiers.

Histoire urbaine de Saïda

L’époque ottomane : 1516-1918

4Autrefois importante et prospère cité phénicienne, Saïda, comme d’autres villes du littoral des Bilad Al-Sham (la Syrie), a connu la destruction aux XIIe et XIIe siècles durant les guerres constantes entre les croisés et les Ayyoubides/Mameloukes.

5Ceci a changé cependant après l’arrivée des Ottomans en 1516, et plus particulièrement après la première moitié du XVIe siècle. Avec l’expansion territoriale de l’empire ottoman. Saïda n’était plus située à sa lisière incertaine, mais devint une ville portuaire sur l’une des voies de communication des plus importantes de l’empire : la méditerranée. C’est effectivement dans cet effort conscient de renforcements et de consolidations des voies de commerce sur la méditerranée orientale que Saïda a été reconstruite. Les sultans ottomans ont investi considérablement dans la reconstruction de la ville qui devint le principal port du sud de la Syrie.

6En 1660, en plein essor, les Ottomans firent de Saïda, alors deuxième ville au sud des Bilad al-Sham, une capitale provinciale. Ce développement historique trouve son expression dans la structure même de la ville.

7Cette réurbanisation ottomane de Saïda est étroitement liée à son rôle comme ville portuaire et à la fondation d’une structure commerciale. Tous les khans et probablement tous les souks datent de cette époque ottomane et appartiennent aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Parmi les monuments les plus importants : le Khan al-Franj (1560), le Khan al-Ruzz (début XVIIe) et le Khan al-Qishla. Ces khans sont situés près du port et illustrent leur importance dans la vie commerciale de la ville et la raison de sa résurgence.

8Cependant, deux développements vont marquer l’évolution de la ville vers la fin de l’empire ottoman. Le premier est d’ordre technologique : la faible profondeur de la mer de Saïda ne permettant pas de recevoir les premiers bateaux à vapeur, c’est Beyrouth qui la remplace en 1830. Beyrouth prendra ainsi la relève du commerce extérieur, qui va s’intensifier à partir de cette date, accompagné d’un échange culturel croissant entre l’Est et l’Ouest.

9Le second est d’ordre politique : le vaste programme de réformes initié par l’Égyptien Ibrahim Pasha en 1830 va marquer l’ascension de Beyrouth au détriment des autres villes de l’empire. Cette période sera marquée par des ruptures profondes dans les relations avec le pouvoir militaire en place et dans les systèmes économiques et administratifs, ce qui entraîne l’isolement de Saïda des voies de commerce importantes.

10Saïda est ainsi contrainte de changer de vocation et devient principalement le centre agricole de la région. Cette mutation du commerce maritime vers le commerce rural-urbain s’exprime dans la concentration de nouvelles structures commerciales sur la partie est de l’ancienne ville. Beyrouth prendra ainsi la relève et l’histoire du XIXe siècle au Liban sera en effet étroitement associée à sa croissance dynamique.

Saïda était autrefois un important port phénicien.
Après l’arrivée des Ottomans en 1516, Saïda redevient une cité portuaire sur l’une des plus importantes voies de communication de l’empire : la Méditerranée.
L’urbanisation ottomane de Saïda est étroitement liée au rôle de son port et à l’existence de son infrastructure commerciale. Tous les süqs et tous les khans datant du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ; le Khān al-Franj (1560 ou 1574), le Khān al-Ruzz (début XVIIe siècle), la Qayãriyya (début XVIIe siècle), et le Khān al-Qishla qui étaient localisés prés du port jouèrent un rôle important dans l’essor el la vie commerciale de la ville.
Source : FONQURENIE, B. (1997), « Réhabilitation el mise en va sur du Centre ancien de Saïda » Madina, no 3, p. 148-157.

Première moitié du XXe siècle

11Saïda continue à se développer à l’intérieur de ses remparts et ne les dépasse que rarement. Ces quelques brèches anodines ouvertes dans l’enceinte sont cependant les premiers signes de l’expansion. La cité commence à se tourner vers l’est. De petites concentrations d’habitations se forment autour de certaines entreprises artisanales dont les conditions hygiéniques ou sociales exigent une implantation éloignée du centre historique, à l’exemple de l’abattoir et des usines d’argiles situées au sud de la médina avec les tanneries au nord.

12Il a fallu attendre les premières années du XXe siècle pour voir se déplacer un grand nombre de personnes aisées possédant des propriétés dans les vergers en quête d’une vie plus confortable que celle offerte par le centre ancien.

1949, la rue Riad el Solh

13Jusqu’en 1920, à la fin de l’empire ottoman, comme l’attestent certaines cartes anciennes ou photographies, les jardins vergers de même que les plantations d’orangers et de nèfles couvrent encore toute la plaine jusqu’aux abords même de l’enceinte. Cependant, la difficulté d’adapter la ville ancienne aux nouveaux modes de vie d’une part, et les nouvelles pratiques urbaines induites par le mandat français de l’autre, accéléra le développement des quartiers périphériques au-delà de l’ancienne fortification et les limites historiques furent largement dépassées. Ces développements provoquent la croissance rapide d’une ville à deux vitesses : la ville neuve comportant une population de classe moyenne, voire aisée, et le centre historique avec sa population marginalisée en voie de paupérisation et dont les conditions d’hygiène et de logement demeurent encore aujourd’hui en constante dégradation.

14Avec l’ouverture en 1949 du boulevard Riad el-Solh, c’est l’ensemble du Liban du Sud qui s’est vu directement et soudainement relié à la capitale Beyrouth Il va signaler non seulement la modernité, mais une nouvelle centralité, car de très nombreux commerces, cafés, banques, centres d’affaires, bureaux, magasins, nouvelles habitations viendront surtout s’implanter sur ses abords et notamment autour d’un nœud d’articulation important, la place de l’Étoile.

15Non moins important, un développement dramatique d’ordre politique viendra imprimer durablement le paysage bâti, social, économique et démographique de Saïda : la guerre de Palestine en 1948 Un déplacement massif de Palestiniens s’ensuivra. Beaucoup prendront refuge temporairement à Saïda en attendant le retour au pays.

Difficulté d’adaptation de la ville ancienne aux mutations économiques et politiques (mandat français)
Développement de quartiers extra-muros (sur la route de Beyrouth)
Saïda est déclarée capitale du Mhafazat du Sud
De petites concentrations d’habitation se forment autour de certaines entreprises artisanales pour de considérations hygiéniques ou sociales loin du centre (usine d’argile au sud – tannerie au nord)
Nombre grandissant de familles aisées possédant des propriétés dans les vergers s’y installent en quête d’une vie
Source : POIDEBARD A et LAUFFRAY, J. (1951). Sidon, aménagements antiques du port de Saïda. Beyrouth. Imprimerie catholique. 104 ».

Deuxième moitié du XXe siècle

Le séisme 1956

16En 1956, quelques années après l’ouverture du boulevard Riad el Solh, un séisme détruit plusieurs lots de maisons, marquant un virage dans le développement de la ville et son agglomération. En effet, la Direction de l’urbanisme fait appel à l’architecte-urbaniste français Michel Ecochard, alors Directeur du Service de l’urbanisme de Syrie. Plutôt que de reconstruire les habitations détruites, il engage une réflexion plus large sur l’aménagement global de la ville de Saïda. Enrichi de l’expérience syrienne, il s’appliquera à introduire des principes d’aménagement novateurs : un territoire de protection pour la ville ancienne, un plan de protection des zones archéologiques, un plan routier, des règlements sur les secteurs de la ville ancienne et la création de nouveaux pôles. Il sera rapidement en mesure d’assurer à près de mille familles de la ville ancienne de nouveaux logements dans la zone d’Ain Héloué, au sud-ouest du Grand Saïda. Quant au périmètre du cœur historique, les constructions dangereuses et instables seront, dans certains cas, restaurées el consolidées, les autres détruites et remplacées par un ensemble de logements, d’une qualité architecturale peu respectueuse cependant du caractère historique du site.

Nouvelle percée — rue de Riad el Solh qui relie le Liban du Sud à la capitale — traversée obligatoire de Saïda.
Installation de nouveaux commerces, cafés, banques centres d’affaires, bureaux, et magasins.
Source : POIDEBARD. A. ei LAUFFRAY J. (1951), Sidon, aménagements antiques du port de Saïda, Beyrouth Imprimerie catholique, 104 p.

17Tous ces bouleversements, ajoutés au déplacement des familles aisées vers Beyrouth ou la zone des vergers, contribueront à modifier peu à peu le visage de la ville ancienne.

Les familles aisées se déplacent vers Beyrouth ou vers la zone des vergers.
Source : TELVIZIAN. L (2004) d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et la production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saida

Source : TELVIZIAN. L (2004) d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et la production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saida

L’explosion urbaine des années 1960

18La ville s’est particulièrement développée et étendue durant les années 1960. Cette croissance urbaine s’accompagne par l’apparition de nouveaux quartiers marqués par la taille et la hauteur des constructions au détriment des jardins d’agrumes qui se morcellent.

19Cette urbanisation accélérée pousse les autorités centrales, en 1967, à établir un plan déménagement général de la ville afin d’en maîtriser les effets. Cependant, aucune provision n’est prévue en guise de protection de l’environnement de la ville historique. Occultant complètement l’importance des vergers, ce schéma directeur propose une grille de voies larges et disproportionnées par rapport aux besoins réels de l’agglomération.

20De plus, les règlements d’urbanisme et les coefficients d’exploitation des sols relativement importants contribuent largement à l’élimination des vergers qui avaient par le passé fait la réputation de Saïda. L’axe reliant le nord au sud ainsi que le tracé de la voie de chemin de fer mettent un terme au potentiel économique agricole encore existant à cette époque. Les jardins fruitiers ainsi morcelés ne deviennent plus rentables de sorte que la ville perd pratiquement toute sa fonction rurale pour tenter de s’initier à l’industrie.

21Ces nouveaux règlements offrent donc de nouveaux territoires autrefois agricoles à rurbanisation et à la spéculation foncière. L’explosion démographique aidant, l’agglomération de Saïda et son voisinage connaissent un développement économique inattendu, pour devenir des lieux d’investissement et de promotion immobilière et foncière. Nombre d’habitants et de citadins abandonnent peu à peu la plaine pour s’installer dans les collines encore vierges qui entourent la ville. Cependant, l’action des promoteurs immobiliers, cherchant à maximiser les profits, urbanisent à outrance ces collines. La réaction des autorités se faisant attendre, la situation à présent s’en trouve irréversible.

Les effets de la guerre civile et le conflit régional

22Outre l’absence de l’autorité de l’État et de la municipalité au profit des milices durant les années de la guerre libanaise entre 1975 et 1990, deux événements majeurs marqueront la ville. Le premier est en rapport avec le déplacement des populations qui fuient les régions touchées par la guerre civile et surtout la capitale Beyrouth et son centre commercial. Ces populations vont prendre refuge et regagner leurs lieux et villes d’origine afin de s’y installer et de relancer leurs activités. Saïda aura donc son tôt de ressortissants et se trouvera à accueillir une nouvelle population assez aisée qui va chercher à s’installer dans l’urgence Elle verra ainsi un nombre d’édifices de commerce et d’habitat, peu respectueux de la typomorphologie des lieux, masquer les accès de la ville ancienne et dénaturer la silhouette traditionnelle de son paysage urbain.

23Le deuxième est en rapport avec l’invasion israélienne de 1982. Son action militaire a profondément marqué la façade maritime du centre ancien par la destruction d’un certain nombre de monuments historiques de grande valeur architecturale, dont la grande mosquée Al Omari (1291) et le hammam et Mir situé à proximité du Khan el Franj.

24Ce double phénomène de guerre interne et externe a été paradoxalement un véritable accélérateur de transformation urbaine dont on ressent encore les effets. De nouveaux schémas d recteurs el de projets urbains de grande envergure verront le jour, qui autrement auraient mis des décennies à se manifester. À signaler particulièrement dans ce contexte, le projet fortement contesté du front maritime, qui mènera à la séparation de la ville de son littoral par l’implantation d’une autoroute interurbaine à double voie. Avec une esplanade empiétant sur l’ancien port de pêche, ce projet repousse encore plus la limite du rivage au détriment du bassin inférieur, portant ainsi atteinte à l’intégrité environnementale et historique du site.

25En résumé, tous ces changements affectent durablement la ville dans son ensemble et surtout son image et, par voie de conséquences, entraînent son rétrécissement géopolitique. Cette situation se concrétise par une introversion de la population sur elle-même, d’une dégradation du bâti, d’une augmentation du chômage et de l’émigration des jeunes instruits.

Source : TELVIZIAN. L. (2004), d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et a production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saïda.

Aménagement de la façade maritime

26Ce phénomène crée d’autre part, une dépendance envers l’État et ses propres politiques de développement qui ne prendront pas nécessairement en considération les problèmes réellement posés à Saïda. Ce qui entraîne, à terme, des projets sectoriels dont les effets demeurent irréversibles.

Problématiques et enjeux

27Actuellement, plusieurs morphologies sociales et physiques composent l’agglomération sous forme de quartiers ou de villes dans la ville : une ville ancienne et ses quartiers, des extensions urbaines, un camp palestinien, une infrastructure routière lourde, des projets de remembrement et de lotissement ainsi qu’une élite qui, tout en profitant de la ville, réside en dehors de ses limites, sur les collines qui l’entourent.

L’ancienne ville

28Sur le plan morphologique la ville ancienne souffre d’un environnement physique passablement dégradé. Le tissu de qualité patrimoniale est mal entretenu : façades délabrées, nuisances diverses et juxtaposition d’activités non cohérentes entre elles. L’identité même du cadre bâti est menacée par les différents ajouts, aussi bien au rez-de-chaussée qu’aux étages.

29Sur le plan social, la ville ancienne tend à se paupériser avec le départ des couches moyennes qui souhaitent vivre dans des territoires de meilleure qualité. En revanche, la ville attire toujours les populations pauvres à la recherche d’un logement abordable.

30Sur le plan culturel, la ville est en perte de diversité culturelle et de mixité sociale, caractérisée actuellement par un marquage social associé à un repliement communautaire.

31Sur le plan économique, le souk comme opérateur de valorisation économique et de transformation sociale se trouve, à l’état actuel, handicapé. Il a cessé d’être un pôle d’attraction. On assiste depuis quelque temps à la reconversion de son activité commerciale habituelle, de son artisanat et du départ de certains commerces, et à l’installation de métiers de substitution, voire d’activités informelles, comme le commerce itinérant de fripes ou de légumes avec leur étalage empiétant dans l’espace de passage.

La zone centrale

32Cette zone est située à la périphérie est de l’ancienne ville. Lieu de mixité fonctionnelle et de brassage social, elle est le centre géographique et concentre l’essentiel des fonctions commerciales, administratives et économiques de la ville.

33Elle est structurée essentiellement autour d’une place centrale, la place de l’étoile, qui sert aussi comme nœud routier reliant la ville au sud à l’arrière-pays et à la montagne.

34Le commerce de type modeste est principalement situé autour de la place de l’étoile, à proximité et en continuité avec les anciens souks, tandis que le commerce haut de gamme se retrouve sur les axes routiers menant vers les extensions à l’est et vers les collines (les rues Jezzine et Aabra) où résident les familles aisées et riches.

35La fonction administrative dépasse les limites de la ville pour couvrir tout le sud du pays Cette zone abrite le palais de justice et la fédération des municipalités de la région, La fonction économique est concordante avec son statut de centralité et concentre la plupart des banques, les centres d’affaires et les institutions financières nationales, régionales et locales.

36Cependant, l’environnement urbain est assez hétéroclite. L’espace public souffre d’identité spatiale cohérente. Le bâti dans son ensemble révèle le caractère social assez modeste du lieu dont les occupants arrivent difficilement à investir pour le requalifier.

La zone sud

37Zone de contradictions et de paradoxes. Elle abrite d’une part un quartier industriel, qui avec son lot de nuisances et de pollution, empêche l’extension naturelle de la ville vers le sud, et de l’autre un littoral classé touristique qui sert de dépotoir et qui empêche tout investissement touristique ou de loisir.

La zone de collines

38Cette zone est située à la périphérie de la ville, hors la commune et ses limites administratives. Elle est formée essentiellement de collines et constitue un véritable promontoire surplombant l’ensemble de la vieille ville et la mer. Elle est investie par une classe sociale très aisée qui occupe des résidences de luxe d’un ou de deux étages sur des parcelles relativement grandes et traitées en jardin.

39Cependant, la forte urbanisation a fait perdre à ces collines leur positionnement stratégique et environnemental.

Source : TELVIZIAN. L. (2004), d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et a production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saïda.

Le camp d’Ain El-Helwe

40Désigné par Ecochard comme site pour le développement de la ville moderne, Ain El-Helwe a été graduellement occupé par les réfugiés palestiniens pour devenir le plus grand camp palestinien au Liban, D’une surface relativement restreinte, il abrite à l’intérieur de son périmètre autant d’habitants que l’agglomération et constitue un bassin de main-d’œuvre abordable dans les secteurs de l’agriculture et de la construction pour toute la région du sud. Cependant, ses habitants vivent dans des conditions urbaines, démographiques, sociales et économiques de plus en plus difficiles.

La zone d’Al-Wastani

41Le quartier Al-Wastani ou le « secteur central », d’après sa traduction de l’arabe, est la zone de Saïda au nord de l’axe « place de l’Étoile – rond-point Aabra » qui s’étale d’est en ouest, du bas des collines jusqu’à la mer, et vers le nord jusqu’au fleuve Al-Awali. Cet espace, qui fait plus de 3.5 km de long sur une largeur moyenne de 1 km, semble aujourd’hui le nouvel horizon de Saïda.

  • 1 Pratiques héréditaires divisant la parcelle en bandes longitudinales égales entre les héritiers.

42Autrefois plaine agricole entourant la ville, l’Al-Wastani a cessé à présent de remplir sa fonction nourricière. Les changements socioéconomiques et le mitage d’une part, ainsi que l’importante fragmentation du parcellaire d’autre part1, rendent impossible la mise en œuvre de grandes exploitations agricoles. Il faut ajouter aussi la concurrence régionale et la dégradation des infrastructures.

43Territoire situé stratégiquement à la périphérie immédiate de la ville, avec des caractéristiques de friche agricole et de réserve foncière, l’AI-Wastani devient ainsi l’objet d’enjeux multiples, impliquant des acteurs publics et privés.

44En effet, la partie ouest du Al-Wastani avait fait l’objet d’un projet de remembrement initié par la municipalité en 1980. Ce projet, à l’instar des « grands projets » en vogue dans les années 1980 et 1990, proposait une « nouvelle Saïda » prête à concurrencer les autres villes sur le plan des investissements et des développements. Le remembrement, faut-il le noter, est l’outil urbanistique de prédilection au Liban, Il permet de recomposer et de régulariser le sol ou un patrimoine parcellaire héréditaire anarchique, en parcelles géométriques constructibles. Ce type d’opérations peut cependant conduire à des configurations et à des morphologies sans lien identitaire, voire en rupture totale avec l’organisation de la ville constituée par l’histoire. En effet, étranger à la mémoire des lieux et des traditions sociales, le remembrement d’Al-Wastani s’est substitué avec le temps au parcellaire agricole initial par une géométrie somme toute banale, ne tenant compte que des enjeux purement fonciers et immobiliers.

45Il importe de comprendre, dans ce contexte, que le foncier a une logique toute particulière au Liban. La valeur foncière pourrait atteindre 50 % de la valeur de l’investissement immobilier. Comme la taxe sur le sol est inexistante, deux logiques dominent : d’une part, la tendance chez les propriétaires de ne pas céder leur terrain, car aucun investissement productif ne serait plus rentable que la vente du terrain au « bon prix », et, d’autre part, celle d’attendre la mise en place de projets de remembrement qui rendent ces terrains constructibles avec une valeur ajoutée qui atteint parfois vingt fois le prix du mètre carré initial. Ainsi, la partie est d’Al-Wastani est en quelque sorte une zone de remembrement en attente.

Perspectives d’aménagement

46Dans ce contexte il semble que les points les plus saillants à considérer sont les suivants :

  1. Une image urbaine dévalorisée. Elle est marquée par : a) les grandes coupures des infrastructures routières qui pourraient bloquer les tentatives de réaménagement (fortes contraintes et inerties) ; b) un tissu urbain de médiocre qualité et souvent anarchique : et c) une juxtaposition de secteurs anciens assez dégradés, de zones commerciales le long des autoroutes et de zones industrielles.

  2. Un environnement dégradé. Si cela concerne l’ensemble de la commune, c’est en particulier le cas de la zone littorale qui est coupée du reste du territoire communal par les infrastructures routières et où se concentrent des activités dévalorisantes (déchets, industries, station d’épuration), au mépris de toute considération écologique et paysagère.

  3. Des dynamiques sociorésidentielles peu favorables. Avec le départ des couches moyennes et supérieures vers d’autres municipalités, population souhaitant vivre dans des territoires de meilleure qualité. En revanche, la ville attire toujours les populations modestes à la recherche de logements abordables.

  4. Un tissu économique intéressant. Saïda a toujours été un centre économique actif pour tout le sud du pays, concentrant des activités artisanales, industrielles et commerciales

  5. La faible capacité d’intervention et de marges de manœuvre de la municipalité. Ce constat s’applique à la majorité des municipalités libanaises.

47Cependant, la ville de Saïda conserve des qualités multiples :

  • Elle est la troisième ville du Liban et la capitale du sud.

  • Elle a une position géographique importante sur la côte méditerranéenne.

  • Elle possède des axes de liaison rapides avec le sud, l’arrière-pays et Beyrouth.

  • Elle possède un patrimoine culturel riche.

  • Elle possède un potentiel humain jeune considérable et des associations actives aspirant à plus de participation dans la vie politique et la gestion urbaine.

  • Elle possède de grands équipements même s’ils échappent à son contrôle communal comme le stade olympique et le port.

48Toutes ces qualités font que Saïda pourrait et devrait assumer un rôle majeur sur plusieurs plans.

Conclusion

49Cependant, les paris les plus importants concernent les enjeux liés à la rupture entre la ville et son littoral, la consolidation des quartiers centraux de la ville, la revalorisation du patrimoine historique et de l’espace public, de même que la reconnaissance de conduire des actions afin de combattre les marquages sociaux, de rendre la ville accessible à tous ses habitants, d’atténuer les effets du découpage routier, de trouver de nouvelles vocations aux friches agricoles et des terrains en attente d’urbanisation et de requalifier plus largement le paysage urbain et environnemental.

50En effet, la question majeure semble tourner autour de la nécessité pour la ville de concevoir un développement visant à améliorer l’intégration de son territoire et de sa société. Cette notion d’intégration est centrale si l’on observe que Saïda ne constitue pas un espace partagé ou intégré, dans la mesure où elle est composée d’entités morphologiques juxtaposées ayant chacune tendance à s’autonomiser. Cette disposition est, certes, le résultat de processus historiques, spatiaux et sociaux anciens et récents, mais qui risque de se renforcer sous la pression des processus de recomposition économique, sociale et immobilière qui se mettent en place.

51Ainsi, il est important de ne pas se limiter à une vision aménagiste et morphologique des projets. L’enjeu principal nous semble porter sur la revalorisation du territoire : une vision cohérente et réfléchie du devenir du territoire de la commune ; c’est-à-dire sur des stratégies politiques, sociales, économiques et environnementales resituées à l’échelle du Grand Saïda.

52Le Workshop_atelier/terrain sur Saïda permettra-t-il de faire émerger un projet tourné vers l’avenir et la modernité, puisant dans les caractéristiques propres de son territoire ? Répondant aux besoins réels des habitants ? Respectueux de l’identité et de la mémoire cumulée des l eux dans lesquels il s’inscrit ?

53Tel a été le défi. Le portage politique et culturel du projet reste cependant une question ouverte. Seuls des efforts fournis par la société locale peuvent requalifier et renouveler un environnement urbain et naturel en crise.

Notas

1 Pratiques héréditaires divisant la parcelle en bandes longitudinales égales entre les héritiers.

Índice de ilustraciones

Leyenda Saïda était autrefois un important port phénicien.Après l’arrivée des Ottomans en 1516, Saïda redevient une cité portuaire sur l’une des plus importantes voies de communication de l’empire : la Méditerranée.L’urbanisation ottomane de Saïda est étroitement liée au rôle de son port et à l’existence de son infrastructure commerciale. Tous les süqs et tous les khans datant du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ; le Khān al-Franj (1560 ou 1574), le Khān al-Ruzz (début XVIIe siècle), la Qayãriyya (début XVIIe siècle), et le Khān al-Qishla qui étaient localisés prés du port jouèrent un rôle important dans l’essor el la vie commerciale de la ville.Source : FONQURENIE, B. (1997), « Réhabilitation el mise en va sur du Centre ancien de Saïda » Madina, no 3, p. 148-157.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 300k
Leyenda Difficulté d’adaptation de la ville ancienne aux mutations économiques et politiques (mandat français)Développement de quartiers extra-muros (sur la route de Beyrouth)Saïda est déclarée capitale du Mhafazat du SudDe petites concentrations d’habitation se forment autour de certaines entreprises artisanales pour de considérations hygiéniques ou sociales loin du centre (usine d’argile au sud – tannerie au nord)Nombre grandissant de familles aisées possédant des propriétés dans les vergers s’y installent en quête d’une vieSource : POIDEBARD A et LAUFFRAY, J. (1951). Sidon, aménagements antiques du port de Saïda. Beyrouth. Imprimerie catholique. 104 ».
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 132k
Leyenda Nouvelle percée — rue de Riad el Solh qui relie le Liban du Sud à la capitale — traversée obligatoire de Saïda.Installation de nouveaux commerces, cafés, banques centres d’affaires, bureaux, et magasins.Source : POIDEBARD. A. ei LAUFFRAY J. (1951), Sidon, aménagements antiques du port de Saïda, Beyrouth Imprimerie catholique, 104 p.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 100k
Leyenda Les familles aisées se déplacent vers Beyrouth ou vers la zone des vergers.Source : TELVIZIAN. L (2004) d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et la production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saida
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 260k
Leyenda Source : TELVIZIAN. L (2004) d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et la production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saida
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 452k
Leyenda Source : TELVIZIAN. L. (2004), d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et a production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saïda.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 568k
Leyenda Aménagement de la façade maritime
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 384k
Leyenda Source : TELVIZIAN. L. (2004), d’après une photo aérienne de l’armée libanaise et a production de l’atelier urbain du Département d’urbanisme sur Saïda.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14090/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 480k

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540