Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Le Liban et Saïda des identités aux enjeux de paysages

Récits de voyage orientaliste et traits de paysage

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

  • 1 Définition : « Qui se rapporte à l’orientalisme ». Orientalisme « Genre pictural et littéraire, trè (...)

1Les paysages du Liban se sont particulièrement révélés au XIXe siècle par les orientalistes1 européens. Leurs récits de voyage, qui oscillent entre le réel et l’imaginaire, livrent les singularités d’un pays dans un temps donné et, surtout, proposent une lecture d’un pays dans sa contemporanéité. Regards exogènes, ils conviennent à un univers de sensibilités qui a contribué à fabriquer le caractère identitaire de ce territoire. Le propos qui suit esquisse l’apport de l’un de ces auteurs aux particularismes de l’Orient et indirectement aux paysages du Liban, L’analyse interprétative du récit de voyage de Gérard de Nerval, proposé dans le texte qui suit, met en évidence les attributs d’un paysage libanais et évoque quelques spécificités paysagères de la ville de Saïda, Ce balisage jette un éclairage singulier à travers ce récit d’une époque certes révolue, mais qui prend toute sa cohérence face au dessein actuel d’un territoire de plus en plus soucieux de la mise en valeur de ses lieux.

L’invention de l’Orient

  • 2 « Jusqu’au premier tiers du XIXe siècle, le mot (Orient) est rare dans la littérature de voyage. On (...)
  • 3 Ibid., p. 3.

2Extension des multiples voyages entrepris dès la fin de la Renaissance par les Européens vers certains pays méditerranéens du Nord-Ouest, les romantiques du XIXe siècle ont inventé l’Orient2. Comme le souligne Jean-Claude Berchet, « ce que les romantiques ont en revanche bien inventé (dans le double sens : découvrir/imaginer), c’est le terme de “voyage en Orient”, singulier complexe qui opère la réduction du multiple antérieur, pour lui conférer une nouvelle signification3 ».

3À ces voyageurs du « grand tour », nous devons l’invention de paysages. Ces paysages de montagne, de mer et de campagne fabriqués par la littérature et la peinture paysagiste au Siècle des lumières resteront emblématiques pour être, jusqu’à ce jour, adulés et courus de nous tous.

  • 4 Ibid., p. 4.

4Les « voyages en Orient » des voyageurs français au XIXe siècle sont à plusieurs égards fascinants parce que le terme « Orient » évoque une contrée plus ou moins définie qui sera canonisée au singulier par Lamartine en 1835 (Voyage en Orient) pour ensuite entrer dans l’imaginaire collectif et touristique de la société occidentale. « [U]n Orient [...] désigne bien un espace touristique au sens moderne (toute la pratique du voyage au siècle dernier), mais aussi un système de représentation de plus en plus codé, un "espace" de lecture/écriture […]4. »

5En effet, ces voyages, induits par le rêve et le désir, seront entrepris par de nombreux écrivains français, tels que. Maurice Barrés, François de Chateaubriand, Gustave Flaubert, Théophile Gautier. Alphonse Lamartine, Pierre Loti et Gérard de Nerval. Ils rapporteront tous, à travers cette littérature de voyage, des regards contrastés et des parcours de vie où se mêlent descriptions, expériences, quêtes et aventures romanesques.

6Le voyage en Orient, comme le rapporte Jean-Claude Berchet, implique pour ses voyageurs :

  • 5 Ibid., p. 14-15.

une possibilité de renaissance, un élan vital sans cesse renouvelé, un baptême matérialiste : partir, pour renaitre. (...) Orient : ce vocable amianté « oriente », comme un champ magnétique le désir du XIXe siècle vers un objet magique, surchargé de sens, qui hante son imaginaire. Plus qu’un espace géographique, il désigne un espace mythique, traversé de pulsions contradictoires, à la fois nature et histoire : « image même du chaos dans sa splendide nudité » pour un Maxime Du Camp : ou bien, au contraire, archive, texte, saturation de signes. Antérieur à toute histoire, pour le Loti du « Désert », qui évoque un univers minéral, infra-humain : ou bien, au contraire, débris de toutes les histoires. Enfin, des Saintes Montagnes du Parthénon, lieu même de la parole prophétique, de la révélation du divin sous toutes ses formes. Pour les imaginations romantiques comme celle de Berlioz, c’est un « horizon poétique », par « le silence de ses ardentes solitudes » ou « la majesté de ses ruines immenses »5.

  • 6 Gérard de Nerval, Voyage en Orient, 3e édition Paris, Charpentier 1851.

7Cette littérature de l’Orient permet dans certains cas de cerner les singularités des contrées et des pays traversés. Le Liban trouve bien évidemment une place importante chez les orientalistes de cette époque. Retenons le cas de Gérard de Nerval qui, à travers son récit de l’Orient6, relate les paysages du Liban et de Saïda.

  • 7 « [P]aru en revue, puis en volumes sous le titre provisoire de Scènes de la vie orientale (Les Femm (...)
  • 8 Ibid.

8Cet auteur, écrivain romantique français (1808-1855) dont l’œuvre fut marquée pour l’épanchement du rêve dans la réalité et du passé dans le présent, effectua un voyage d’une année en Orient (1843), dont un mois et demi au Liban. Il publiera par la suite à son retour le récit de son périple sous le titre Voyage en Orient (1851)7. Celui-ci, fidèle à son écriture mélangeant le réel à la fiction et qualifiée de « réalisme poétique »8, consacre la première partie de son livre au Liban sous l’intitulé « Séjour au Liban » divisé en quatre chapitres (sur 147 pages), dans lesquels se mêle un ensemble de descriptions pittoresques intercalées d’histoires et do personnages particuliers.

  • 9 Chapitre I : Druses et Maronites. Chapitre II ; Le prisonnier. Chapitre III : Histoire du calife Ha (...)
  • 10 L’exploration thématique a été réalisée avec le logiciel Adobe Reader version 7.0.5 qui a permis la (...)

9L’exploration thématique des quatre premiers chapitres9 de son récit par l’analyse des occurrences10 retiendra notre attention, puisqu’elle nous permet de saisir l’importance accordée à certaines descriptions du territoire libanais et de la prégnance de certains mots qui se réfère à l’idée du paysage et à ses attributs particuliers. À ce titre, l’analyse du chapitre 4 (Les Akkals – L’Anti-Liban – p. 106-147) s’avère fort intéressante par les descriptions paysagères rapportées.

10Même si les résultats de l’analyse de ce récit ne peuvent pas être généralisés à l’ensemble des descriptions paysagères rapportées par les voyageurs du XIXe siècle au Moyen-Orient, ce balisage constitue un riche substrat pour rendre compte des mots et des termes employés dans la description des lieux et pour en dévoiler les sensibilités.

Narrations et attributs de paysage

11La première considération à propos de ce récit de voyage est de constater le très faible usage du terme paysage (une occurrence). Étonnamment, l’une des principales occurrences fait référence aux montagnes des Alpes, si chères aux voyageurs du Siècle des lumières. Celle-ci pose un regard analogique entre l’Europe et l’Orient : « je songeais déjà à retourner dans la plaine, me disant, après tout, que je n’étais pas venu en Orient pour passer mon temps dans un paysage des Alpes » (p. 25).

12La maison (33) et la ville (30) sont les termes dominants de ce récit. La maison est la figure centrale des rendez-vous, des lieux-dits, de ses habitants : « Le cheik m’a conduit à son humble maison, dont le toit plat est traversé et soutenu par un acacia (l’arbre d’Hiram) » (p. 146). Aussi, toujours à propos des maisons de Saïda : « une maison située au bord de la mer, qui fut habitée par Bonaparte à l’époque de la campagne de Syrie » (p. 117) ; « la maison de madame Cariés » (p. 45), « du boulanger » (p. 71), « de la Vierge » (p. 119), etc.

Maison dans la Médina de Saïda

Ruines de Biblos

13La ville est le creuset de toutes les histoires (par exemple, l’histoire du calife Hakem) tout comme elle est l’élément marquant d’un séjour. En référence à son passage à Saïda :

[L]e calife Hakem, après avoir observé la disposition des astres et compris qu’aucun danger ne le menaçait immédiatement, quittait ses habits ordinaires, prenait ceux de l’esclave, qui restait à l’attendre dans la tour, et, s’étant un peu noirci la figure de manière à déguiser ses traits, il descendait dans la ville pour se mêler au peuple et apprendre des secrets dont plus tard il faisait son profit comme souverain [...]. (p. 68)

La ville moderne est bâtie à un mille de l’ancienne, dont les ruines entourent un mamelon surmonté d’une tour carrée du moyen âge, autre ruine elle-même. (p. 114)

14La terre (23) et la mer (23) constituent les caractères prédominants de cette lecture du territoire. Le terme « terre » réfère principalement aux évocations lyriques et mystiques : « mais allons vieillir en Orient, le pays des hommes dignes de ce nom, la terre des patriarches ! » (p. 35) ; « je m’arrête aux confins de la terre promise » (p. 36) ; « Malgré le nom dont la terre la nomme, c’est l’épouse de mon âme divine, la vierge qui me fut destinée dès les premiers jours de la création » (p. 65).

15La mer est employée pour situer à la fois l’espace géographique et l’esthétique des lieux.

C’est près de l’endroit où cette rivière se jette dans la mer qu’est situé Djébaïl, l’ancienne Byblos, où naquit Adonis [...]. (p. 22)

[...] Âpres montagnes, noirs abîmes, où les feux de midi découpent des cercles de brume, fleuves et torrents, illustres comme des ruines, qui roulez encore les colonnes des temples et les idoles brisées des dieux ; neiges éternelles qui couronnez des monts dont le pied s’allonge dans les champs de braise du désert ; horizons lointains des vallées que la mer emplit à moitié de ses flots bleus ; forêts odorantes de cèdre et de cinnamome. (p. 134-135)

16Autre élément marquant, la montagne (21) est décrite comme point de repère et lieu d’excursion aux coutumes étranges.

La montagne d’Élie [Mar-Élias] sainte pour les Turcs comme pour les chrétiens et les Druses, se dessinait à gauche de la ville [Saïda], et la masse imposante du khan français ne tarda pas à attirer nos yeux. (p. 116)

Conversation avec un ami : « Moi je suis resté longtemps à Tripoli ; je faisais des affaires avec un de mes compatriotes qui avait établi une filature de soie dans la montagne ; il connaissait bien tous ces gens-là ; ce sont des peuples où les hommes, les femmes mènent une vie bien singulière. » (p. 125)

[T]e parlerai-je de mes pérégrinations dans la montagne parmi des lieux qui n’offriraient qu’une topographie aride, au milieu d’hommes dont la physionomie ne peut être saisie qu’à la longue, et dont l’attitude grave, la vie uniforme, prêtent beaucoup moins au pittoresque que les populations bruyantes et contestées des villes ? (p. 137)

17La vallée fait l’objet aussi de nombreuses occurrences (15). Figure dominante des parcours de l’auteur dans le pays, elle est le lieu des descriptions paysagères les plus complètes qui expriment très bien l’organisation d’un territoire habité. La vallée semble être le fieu de l’enchantement, telle une « Arcadie » aux yeux de cet auteur romantique.

Il fait déjà grand jour, nous avons dépassé le promontoire fertile de Beyrouth qui s’avance dans la mer d’environ deux lieues, avec ses hauteurs couronnées de pins parasols et son escalier de terrasses cultivées en jardins ; immense vallée qui sépare deux chaînes de montagnes étend à perle de vue son double amphithéâtre, dont la teinte violette est constellée çà et là de points crayeux, oui signalent un grand nombre de villages, de couvents et de châteaux C’est un des plus vastes panoramas du monde, un de ces lieux ou l’âme s’élargit, comme pour atteindre aux proportions d’un tel spectacle. Au fond de la vallée coule le Nahr-Beyrouth, rivière l’été, torrent l’hiver, qui va se jeter dans le golfe, et que nous traversâmes à l’ombre des arches d’un pont romain, (p. 4)

Cependant nous montions à l’ombre d’une forêt de pins […] Un quart d’heure après, nous nous trouvâmes au bord dure vallée moins profonde que Vautre, et formant comme un amphithéâtre de verdure. Des troupeaux paissaient herbe autour d’un petit lac, et je remarquai là quelques-uns de ces moutons syriens [...]. Nous descendîmes pour faire rafraîchir les chevaux jusqu’à une fontaine couverte d’un vaste arceau de pierre et de construction antique [...]. Plusieurs femmes, gracieusement drapées, venaient remplir de grands vases, qu’elles posaient ensuite sur leurs têtes [...], c’étaient des jeunes filles ou des servantes, (p. 7)

Nous remontâmes à cheval vers trois heures et nous redescendîmes dans la vallée au fond de laquelle coule une petite rivière. En suivant son cours, qui se dirige vers la mer, et remontant ensuite au milieu des rochers et des pins, traversant çà et là des vallées fertiles plantées toujours de mûriers d’oliviers et de cotonniers, entre lesquels on a semé le blé et l’orge, nous nous trouvâmes enfin sur le bord du Nahr-el Kelb, c’est-à-dire le fleuve du Chien, l’ancien Lycus, qui répand une eau rare entre les rochers rougeâtres et les buissons de lauriers. (p. 13)

Montagne libanaise

Jardins en terrasse à flanc de montagne

Douceur des fonds de vallée

18La plaine (14) se distingue de la montagne : étant invivable à la belle saison, elle s’expose à la dureté du soleil.

À Saint-Jean-d’Acre, comme dans les villes du Liban, les Européens ont des habitations dans les montagnes à des hauteurs où cessent l’impression des grandes chaleurs et l’effet des vents brûlants de la plaine (p 123)

[E]n traversant la plaine couverte d’herbes sauvages brûlées par le soleil, j’admirais l’emplacement de l’ancienne ville, si puissante et si magnifique, aujourd’hui réduite à cette langue de terre informe qui s’avance dans les flots [...]. (p. 131)

19Le désert (13) apparait bien évidemment dans le récit dans l’histoire du calife Hakem comme figure de railleurs qui s’oppose au territoire libanais : « Le Liban tire aussi son nom de ce mot leben, et le doit à la blancheur des neiges gui couvrent ses montagnes, et que les Arabes, au travers des sables enflammés du désert, rêvent de loin comme le lait — comme la vie ! » (p. 11).

20Dans ce voyage en Orient, le thème de la ruine (11) est l’un des attendus récurrents du Siècle des lumières où elle prônait comme figure esthétique. La ruine reste la quête du voyageur d’Orient : « [N]ous sommes arrivés à Balbek, dans l’Anti-Liban. J’ai rêvé quelques heures au milieu de ces magnifiques ruines, qu’on ne peut plus dépeindre après Volney et Lamartine » (p. 146). Par contre, cela n’empêche pas Nerval de déplorer la disparition des ruines : « cités illustres qui s’appelaient Béryte, Sidon, Tyr, Ptolémaïs et Césarée, et qui n’ont conservé ni leurs noms ni même leurs ruines » (p. 106). À propos de Saïda

21« Quant aux ruines situées au nord, elles ne sont plus que fragments et poussière : les seuls fondements d’une muraille paraissent remonter à l’époque phénicienne : le reste est du moyen âge » (p. 117).

22Le fleuve (12) et la rivière (10) constituent aussi les éléments indissociables de la nature rythmée par les saisons : « Ce fleuve, qui, dans l’été, est à peine une rivière, prend sa source aux cimes neigeuses du haut Liban, ainsi que tous les autres cours d’eau qui sillonnent parallèlement cette côte jusqu’à Antakié [...] » (p. 13).

Ruines du Temple d’Echoum à Saïda au détour des jardins d’agrumes

23Autre terme central du récit de Nerval est le jardin (17). Il est l’espace de la délectation des agrumes et du plaisir des sens. « Les jardins de Sidon fleurissent encore comme au temps du culte d’Astarté » (p. 114). À propos de Saïda : « Nous allâmes ensuite voir les ruines, auxquelles on arrive à travers des jardins délicieux, qui sont les plus beaux de toute la côte de Syrie » (p. 117). « [C]ette aimable personne m’a donné une tulipe rouge et a planté dans le jardin un petit acacia qui doit croître avec nos amours » (p. 146).

24Abondamment décrit par l’auteur, le « jardin en terrasse » est l’expression de petits joyaux parfaitement intégrés au territoire, comme une partie indissociable de l’idée de paysage.

[N]ous avons dépassé le promontoire fertile de Beyrouth, qui s’avance dans la mer d’environ deux lieues, avec ses hauteurs couronnées de pins parasols et son escalier de terrasses cultivées en jardins, (p. 4)

Le prince descendit bientôt et me conduisit à un jardin en terrasse abrité de deux côtés par les murailles du château, mais ayant vue au-dehors sur la vallée où le Nahr-el-Kelb coule profondément encaissé. On cultivait dans ce petit espace des bananiers, des palmiers nains, des limoniers et autres arbres de la plaine, qui, sur ce plateau élevé, devenaient une rareté et une recherche de luxe, (p. 15)

C’est un édifice assez vaste au-dessus d’une terrasse qui domine tout le pays, et au bas de laquelle est un vaste jardin planté d’orangers énormes, (p. 21)

À propos de Beyrouth : « Au sortir des portes fortifiées, par le côté opposé à la mer, on trouve des chemins profonds, ombragés de halliers et bordés par les jardins touffus des maisons de campagne [...]. »(p. 46)

Jardins d’agrumes à l’orée de la ville de Saïda

Horizon bleu de Saïda

25De ces grandes figures paysagères se décline toute une série de descriptions végétales où la fleur est significative. Les conifères pinacés y sont décrits (cèdre, pin parasol), tout comme certains arbres fruitiers (limonier, bananiers, etc.). Cette description illustre la richesse des textures végétales dans les jardins nourriciers à l’orée des villes et dans les vallées accrochées aux flancs des montagnes.

26Pour compléter cette brève analyse paysagère du récit de Nerval en Orient, le texte révèle également un univers de sensibilité chromatique. La couleur rouge et le ton rougeâtre y prédominent (15). Cette couleur est présente sous diverses expressions (fleurs, sable, rochers, toits plats, plaine, pierres, etc.) : « [C]’étaient toujours des maisons d’un étage au plus bâties en pisé, les plus grandes en pierre rougeâtre, avec des toits plats soutenus par des arceaux intérieurs, des escaliers en dehors montant jusqu’au toit [...] » (p. 12).

27La couleur bleue et le ton bleuâtre (12), pour leur part, sont associés à certaines scènes paysagères : « la fumée bleuâtre des parfums les plus précieux, qui mêlaient leurs arômes à celui des fleurs » (p. 95) ; « je n’avais à traverser que la vallée intermédiaire pour gagner l’immense terrasse du palais, d’où, parmi les cimes des montagnes, on voit au loin resplendir un pan bleu de mer » (p. 138).

28L’exploration thématique du récit de Nerval se référant au « Séjour au Liban » livre les termes d’un paysage singulier habité de maisons et de villes où la terre et la mer constituent l’assise du pays. La montagne reste le pays étrange, mais indispensable au panorama de la vallée qui semble être une figure paysagère emblématique. Ce caractère est très fortement appuyé par les jardins qui la composent. Le jardin est ici à la fois producteur de sens et de plaisir tout en étant l’espace d’une agriculture de montagne. Dans la plaine, qui apparaît ici comme une figure secondaire du territoire, le jardin assis au pied des villes semble être le paradis des fleurs et des agrumes. Expressions premières du jardin de ce Liban du XIXe siècle, ces fleurs et ces agrumes postulent l’expérience d’un paysage de proximité (sentir, toucher, goûter). Le paysage est à la fois humain par son échelle et incommensurable par la force des contrastes de la Montagne et de ses vallées encaissées aux torrents parfois tumultueux jusqu’à la mer. En fait, l’analyse paysagère du récit de Nerval livre l’ambivalence de deux figures esthétiques, la beauté et la sublimité des lieux.

Saïda, désolation et beauté

29Le regard posé par Nerval sur Saïda avec son arrivée au port (voir texte encadré ci-contre) témoigne du passé chaotique de cette ville qualifiée par tous les écrivains précédents d’antique Sidon, anciennement belle. Saïda, ville illustre, apparaît comme une ville détruite qui n’est plus que l’ombre d’elle-même parce que sans trace de son passé (Lamartine). De cette apparente désolation, Gérard de Nerval perçoit la beauté d’un commerce portuaire bordant l’activité des souks des vieux quartiers (la médina). Plus que tout, c’est la mise en scène d’une belle nature envahissante qui se plaît à encadrer les ruines de Saïda qui retient son attention. Ainsi, au détour de délicieux jardins, on peut imaginer la rêverie mélancolique s’emparer du voyageur qui arpente ces débris épars sans référence, d’un passé incertain et d’une composition s’apparentant étrangement aux « folies » des jardins anglais du XVIIIe siècle. Nul doute, la juxtaposition des jardins aux ruines de Saïda a séduit Gérard de Nerval.

  • 11 Cette locution se réfère au couple réalité-fiction et au « réalisme poétique » mentionné par Jean-C (...)
  • 12 Dans ce propos, le paysage est défini comme étant un concept de qualification sociale et culturelle (...)

30La qualité de ce texte de voyage du XIXe siècle est à associer à la dimension subjective qui mène à la rêverie « réaliste11 » du lecteur. Ce récit enclenche un espace imaginaire, un monde de représentations. Se faisant, il participe à l’invention des lieux, donc à la fabrication des paysages puisqu’ils sont en nous12. Porteur de nombreuses narrations de nature paysagère constamment imprégnées des dialogues avec autrui, il permet de saisir les grands traits d’une contrée tout en livrant les textures singulières de celle-ci. La diversité des descriptions pittoresques et des dialogues des personnages de ce récit révèle ouvertement les traits d’une mosaïque paysagère à visage humain.

Gérard de Nerval (1808-1855)

31Voyage en Orient, Tome 2, 3e édition. Paris, Charpentier, 1851

32Saïda, 1843

33Tous les mois, un simple brick, qui n’est pas même un vapeur, remonte et descend ces échelons de cités illustres qui s’appelaient Béryte. Sidon, Tyr, Ptolémaïs et Césarée, et qui n’ont conservé ni leurs noms ni même leurs ruines. [...]

34La marche du paquebot s’était ralentie, et quelques passagers debout se montraient un point blanchâtre sur le rivage ; nous étions arrivés devant le port de Seyda, l’ancienne Sidon. La montagne d’Élie [Mar-Élias], sainte pour les Turcs comme pour les chrétiens et les Druses, se dessinait à gauche de la ville, et la masse imposante du khan français ne tarda pas à attirer nos yeux. Les murs et les tours portent les traces du bombardement anglais de 1840, qui a démantelé toutes les villes maritimes du Liban De plus, tous leurs ports, depuis Tripoli jusqu’à Saint-Jean-d Acre, avaient été, comme on sait, comblés jadis d’après les ordres de Fakardin, prince des Druses, afin d’empêcher la descente des troupes turques, de sorte que ces villes illustres ne sont que ruine et désolation. La nature pourtant ne s’associe pas à ces effets si longtemps renouvelés des malédictions bibliques Elle se plaît toujours à encadrer ces débris d’une verdure délicieuse. Les jardins de Sidon fleurissent encore comme au temps du cuite d’Astarté La ville moderne est bâtie à un mille de l’ancienne, dont les ruines entourent un mamelon surmonté d’une tour carrée du moyen âge, autre ruine elle-même.

35Beaucoup de passagers descendaient à Seyda [...].

36Nous longeons dans un calque les arches du pont maritime qui joint à la ville le fort bâti sur un îlot ; nous passons au milieu des frêles tartanes qui seules trouvent assez de fond pour s’abriter dans le port et nous abordons à une ancienne jetée dont les pierres énormes sont en partie semées dans les flots. La vague écume sur ces débris, et l’on ne peut débarquer à pied sec qu’en se faisant porter par des harnais presque nus. [...] L’œil se repose avec plaisir sur des bateaux chargés d’oranges, de figues et d’énormes raisins de la terre promise ; plus loin une odeur pénétrante d’épiceries, de salaisons et de fritures signale le voisinage des boutiques. En effet, on passe entre les bâtiments de la marine et ceux de la douane, et l’on se trouve dans une rue bordée d étalages qui aboutit à la porte du khan français. Nous voilà sur nos terres. Le drapeau tricolore flotte sur l’édifice, qui est le plus considérable de Seyda. La vaste cour carrée, ombragée d’acacias avec un bassin au centre, est entourée de deux rangées de galeries qui correspondent en bas à des magasins, en haut à des chambres occupées par des négociants. [...] C’est une ville que ce khan français, nous n’en avons pas de plus important dans toute la Syrie. Malheureusement, notre commerce n’est plus en rapport avec les proportions de son comptoir [...].

37Nous allâmes ensuite voir les ruines, auxquelles on arrive à travers des jardins délicieux, qui sont les plus beaux de toute la cote de Syrie, Quant aux ruines situées au nord, elles ne sont plus que fragments et poussière : les seuls fondements d’une muraille paraissent remonter à l’époque phénicienne : te reste est du moyen âge : on sait que saint Louis fit reconstruire la ville et réparer un château carré, anciennement construit par les Ptolémée La citerne d’Élie, le sépulcre de Zabulon et quelques grottes sépulcrales avec des restes de pilastres et de peintures complètent le tableau de tout ce que Seyda doit au passé.

Louis-Marie Demartin du Tyrac, vicomte de Marcellus (1795-1861)

38Souvenirs de l’Orient, 2 vol., Tome 1, chapitre XII, Paris, Debécourt, 1839

39Saïda, juin 1820

40Les habitants de Sidon ont pour coutume de transporter leurs tapis auprès des sources ou des ruisseaux de leurs jardins, aux pieds des abricotiers qui leur fournissent cette esquisse nourriture ; et ils passent ainsi des journées entières à l’ombre, au milieu de leurs champs, entre leurs mets et leurs breuvages.

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

41Voyage en Orient, 4 vol., Paris, Gosselin, 1835

42De Beyrouth à Acre, 8 octobre 1832

43Suivi la grève, où la lame venait laver de son écume les pieds de nos chevaux, jusqu’à Saïda, Cantique Sidon, belle ombre encore de la ville détruite, dont elle a perdu jusqu’à son nom ; — point de trace de sa grandeur passée. Une jetée circulaire, formée de rochers énormes, enceint une darse comblée de sable : et quelques pêcheurs avec leurs enfants, les jambes dans l’eau, poussent à la mer une barque sans mâture et sans voiles, seule image maritime de cette seconde reine des mers.

Notes

1 Définition : « Qui se rapporte à l’orientalisme ». Orientalisme « Genre pictural et littéraire, très vivant au XIXe siècle, qui s’attache à la description de paysages, de scènes et de personnages de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient » (réf. : Le petit Larousse).

2 « Jusqu’au premier tiers du XIXe siècle, le mot (Orient) est rare dans la littérature de voyage. On utilise comme intitulé soit le nom des pays traversés [...], soit le terme "Levant", venu de la langue commerciale et diplomatique La formule "voyage en Orient" semble être apparue en 1772 » (Jean-Claude Berchet, Le voyage en Orient, Anthologie des ‘voyageurs français dans le Levant au XIXe siècle. Pans. Édition Robert Laffont. 1985, p. 4).

3 Ibid., p. 3.

4 Ibid., p. 4.

5 Ibid., p. 14-15.

6 Gérard de Nerval, Voyage en Orient, 3e édition Paris, Charpentier 1851.

7 « [P]aru en revue, puis en volumes sous le titre provisoire de Scènes de la vie orientale (Les Femmes du Caire, en 1848 ; Les femmes du Liban, en 1850), le Voyage en Orient a été publié, dans sa version définitive, en 1851 » (Jean-Claude Berchet, Le voyage en Orient, op. cit., p. 1091).

8 Ibid.

9 Chapitre I : Druses et Maronites. Chapitre II ; Le prisonnier. Chapitre III : Histoire du calife Hakem. Chapitre IV : Les Akkals – L’Anti-Liban.

10 L’exploration thématique a été réalisée avec le logiciel Adobe Reader version 7.0.5 qui a permis la recherche de mots-clés (occurrences et localisation dans le texte).

11 Cette locution se réfère au couple réalité-fiction et au « réalisme poétique » mentionné par Jean-Claude Berchet dans son ouvrage (Le voyage en Orient, op. cit., p. 1091).

12 Dans ce propos, le paysage est défini comme étant un concept de qualification sociale et culturelle du territoire ou dur environnement donné. Ainsi, te paysage est l’expression de valeurs individuelles et collectives Le paysage n’est pas de l’ordre du donné Figure protéiforme et polysémique, il est fluctuant puisqu’il est intimement associé aux représentations sociales et culturelles.

Table des illustrations

Légende Maison dans la Médina de Saïda
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-1.jpg
Fichier image/, 232k
Légende Ruines de Biblos
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-2.jpg
Fichier image/, 448k
Légende Montagne libanaise
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-3.jpg
Fichier image/, 564k
Légende Jardins en terrasse à flanc de montagne
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-4.jpg
Fichier image/, 624k
Légende Douceur des fonds de vallée
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-5.jpg
Fichier image/, 248k
Légende Ruines du Temple d’Echoum à Saïda au détour des jardins d’agrumes
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-6.jpg
Fichier image/, 536k
Légende Jardins d’agrumes à l’orée de la ville de Saïda
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-7.jpg
Fichier image/, 616k
Légende Horizon bleu de Saïda
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14088/img-8.jpg
Fichier image/, 227k

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540