Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Introduction

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

  • 1 Voir le site internet <www.unesco-paysage.umontreal.ca>.
  • 2 Voir le site internet <www.unesco.org/shs/most>.
  • 3 Man and the Biosphere (MAB) (voir le site Internet <www.unesco.org/mab/mabProg_fr.shtml> et World Héritage Centre (WHC) (voir le site I</www> (...)
  • 4 UNESCO, Projet intersectoriel SHS-SC-CLT (2002). Petites villes côtières historiques : développeme (...)

1Le Workshop_atelier/terrain (WAT) de Saïda restera une étonnante expérience, et ce, à plusieurs points de vue. La préparation de cette activité internationale mise en œuvre par la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal1 (CUPEUM) a été l’occasion de créer un partenariat étroit avec l’Université Libanaise de Beyrouth, la municipalité de Saïda, le bureau de l’UNESCO de Beyrouth et les responsables du programme Management of Social Transformations (MOST) de l’UNESCO2 et ses programmes affiliés3. La réussite de cette activité unique pour le Liban est liée à cette fructueuse coopération où chacun des partenaires s’est totalement investi parce que ce projet était le prolongement de recommandations émises lors de séminaires internationaux impliquant l’UNESCO et la ville de Saïda quelques années auparavant (mai 2001)4.

2Lors de ce séminaire international, il s’agissait principalement de :

  • proposer des orientations générales pour guider la formulation d’un plan d’action prioritaire de développement urbain pour la ville de Saïda ;
  • miser sur l’échange des compétences interdisciplinaires et le partage des expériences mutuelles par une mise en réseau de certaines villes historiques de la Méditerranée ;
  • travailler de manière concertée et en partenariat avec tous les acteurs de la ville et des gouvernements à la mise en œuvre d’un cadre opératoire pour l’aménagement du territoire côtier et la protection du patrimoine urbain.

3Ainsi, dans la foulée de ces discussions, le maire de Saïda et ses élus décidaient, dès 2003, de soutenir une réflexion internationale sur l’aménagement des paysages périphériques de leur ville Dès lors, la mise en œuvre d’un Workshop_ atelier/terrain (WAT) devenait possible et le littoral intérieur du quartier Al-Wastani s’imposait comme site d’étude.

4Deuxième titre des Presses de 1’Université de Montréal sur les WAT de la CUPEUM, le présent ouvrage rassemble l’expérience d’une réflexion internationale sur l’avenir du développement de la Ville de Saïda (Liban du Sud). Ce livre est un recueil de textes, d’iconographies et de projets qui rapporte une expérimentation unique de travail sur le terrain, de dialogue multiculturel et d’enseignement pluridisciplinaire qui témoignent d’un engagement réel de tous les participants de cette activité internationale.

  • 5 Cette appellation fait référence au Mémorandum de Vienne sur le patrimoine et la conservation des (...)

5En avant-propos, il était essentiel de reproduire l’allocution de Brigitte Colin de l’UNESCO (Programme MOST) du 26 novembre 2005, lors de la cérémonie de clôture du WAT à ta municipalité de Saïda, puisqu’elle met en perspective cette activité et rappelle le rôle des métiers de l’aménagement et de l’architecture de paysage dans la préservation et le développement durable des territoires et dans la mise en valeur identitaire des milieux de vie. De plus, le point de vue exprimé fait valoir l’importance de la gestion des paysages urbains historiques5 dans l’aménagement contemporain des villes et des obligations de savoir-faire, de concertation et de formation qu’impose la mise en œuvre d’un développement durable soucieux de l’amélioration de la qualité de vie des populations dans les zones urbanisées.

6Le premier chapitre de ce recueil fait écho, ensuite, à trois regards qui permettent de situer quelques traits de la singularité du paysage libanais et des enjeux d’aménagement de Saïda et de sa périphérie. Le premier texte rappelle les récits de voyage orientaliste du XIXe siècle au Liban et démontre brièvement l’apport du regard exogène de l’un de ces voyageurs à la caractérisation du paysage. L’analyse de ce récit jette un éclairage particulier sur les textures du territoire traversé et rappelle la portée imaginaire et sensible du paysage. Le deuxième texte, de Julie Weltzien, relate la réalité du paysage libanais façonné par l’histoire, tantôt mythologique, tantôt réelle, qui nous permet de comprendre sa perpétuelle quête d’identité. Pour l’auteur, l’urbanisation effrénée des trente dernières années et les phénomènes d’appropriation incontrôlée du territoire masquent la richesse et la diversité d’un environnement unique et de paysages remarquables. Devant ces constats et une perspective d’aménagement, elle souligne l’importance de lire le paysage dans tous ses contextes et dans toutes ses dimensions. Le propos de Léon Telvizian définit très clairement, pour sa part, la problématique urbaine et territoriale de la ville de Saïda et de sa périphérie. Il nous rappelle dès l’introduction que l’histoire récente du Liban a été marquée par un mouvement d’urbanisation accélérée.

7La lecture historique du phénomène qu’il apporte en regard de Saïda est essentielle à la compréhension des enjeux de développement actuel de cette ville, et plus particulièrement à ceux reliés à la périphérie nord, soit la façade maritime intérieure du quartier Al-Wastani. L’auteur nous rappelle en conclusion que l’un des défis majeurs du développement de cette zone urbanisée (et plus largement de la valorisation urbaine de Saïda) est l’intégration du territoire à la société. En complément à ces trois regards et en guise de conclusion à ce premier chapitre, un balisage photographique de la zone périphérique nord de la ville de Saïda et de son centre urbain historique illustre le milieu de vie de cette municipalité et traduit certaines de ces ambiances paysagères.

  • 6 Voir la liste en annexe.
  • 7 L’appellation « projet de paysage » dans ce recueil renvoie à une intention d’aménagement dont les (...)

8Fruit d’un travail intensif mené par des étudiants et des professeurs en architecture de paysage, en architecture, en urbanisme et en tourisme de quatre pays (Liban, Italie, Maroc, Canada) et six universités6, le deuxième chapitre de ce recueil expose les neuf projets proposés à la municipalité pour mettre en valeur la façade maritime intérieure du quartier Al-Wastani. Ces projets de paysage proposent chacun, à leur manière, des perspectives de développement et d’aménagement pour cette zone en urbanisation. Les rendus interprétatifs de chaque projet se déploient les uns après les autres sans ordre préétabli. Chacun se divise en deux parties, d’une part, celle qui situe les assises de la réflexion (problématique) et les principales analyses qui soutiennent le parti pris de l’intervention et, d’autre part, celle qui expose la stratégie générale d’aménagement du quartier Al-Wastani et les termes spécifiques du projet de paysage7.

9Ainsi, chaque projet propose des mesures ciblées spécifiquement aux enjeux territoriaux en présence, en reconnaissant que la meilleure façon de préserver et de mettre en valeur la qualité des milieux de vie est à la fois de maintenir certaines activités qui les ont façonnés tout en les arrimant à de nouveaux usages. Les plans de paysage et certains schémas directeurs proposés démontrent l’importance d’intégrer le devenir du quartier Al-Wastani à ces contextes géographiques (ex. : littoral, ville centrale, piémont, arrière-pays, fleuve) tout comme ils rappellent la forte identité que ce territoire entretient avec la vieille ville. Tous évoquent la valeur de certains vestiges historiques (trop peu connus des Sidoniens) et le passé agricole (« jardins nourriciers ») de cette zone périphérique au pied de la médina de Saïda.

10Par ailleurs, plusieurs projets illustrent de manière probante les mesures à prendre pour assurer à la fois la sauvegarde et la mise en valeur de certains attraits, tout en visant un développement multifonctionnel du territoire. Résolument tourné vers le futur, chaque projet tente de démontrer la viabilité d’une perspective, soit celle de miser sur la valeur paysagère du territoire pour construire l’avenir d’une périphérie en quête d’identité. Ainsi, l’ensemble des stratégies paysagères énoncées témoigne d’une volonté claire de réintégrer la société à son territoire.

11Activité d’enseignement en soutien au développement local, le point de vue du corps professoral est contributif au recueil, puisqu’il affirme ouvertement les termes d’une expérience pédagogique singulière. Corps professoral en mutation au fil des WAT de la Chaire UNESCO en paysage et environnement, il devient le lieu du dialogue et d’un apprentissage commun sur un enseignement du paysage débridé, ouvert à l’autre sans préjugé disciplinaire. C’est ainsi que Mounia Bennani, Alessandra Capuano, Mostafa El Hassani, Monica Sgandurra, Léon Telvizian et Stefan Tischer relatent chacun leurs impressions dans le chapitre 3. Collage hétérogène, chaque texte rapporte, là aussi, une diversité de propos par rapport à l’expérience vécue au moment du WAT. Cet encadrement pédagogique intimement lié à l’investissement des étudiants a mené à l’exposition publique des neuf projets de paysage dans le hall de l’hôtel de ville de Saïda, le 26 novembre 2005, et l’annonce des projets lauréats du jury du WAT 2006.

12Ce livre est de ce fait un cadre de référence pour l’action, pour le devenir de la périphérie nord de la ville de Saïda. Théâtre d’expérimentations, le WAT de Saïda aura aussi été le lieu de l’apprentissage. Cette expérience aura été avant tout humaine par l’hospitalité de la municipalité et de la région de Saïda, mais aussi, par celle du dialogue au hasard des multiples rencontres des uns et des autres, et des idées partagées à travers l’approche participative et concertée initiée par les élus municipaux et par l’administration locale. Cette appréciation converge en tout point avec le courage et la détermination relevés lors des débats suscités par l’UNESCO quelques années auparavant. Il ne peut donc qu’y avoir un lendemain.

Notes

1 Voir le site internet <www.unesco-paysage.umontreal.ca>.

2 Voir le site internet <www.unesco.org/shs/most>.

3 Man and the Biosphere (MAB) (voir le site Internet <www.unesco.org/mab/mabProg_fr.shtml> et World Héritage Centre (WHC) (voir le site Internet <www.whc.unesco.org/fr/35>)

4 UNESCO, Projet intersectoriel SHS-SC-CLT (2002). Petites villes côtières historiques : développement urbain équilibré entre terre, mer et société, Actes du Séminaire international, Saïda (Liban), 28-31 mai 2001, UNESCO, 373 p.

5 Cette appellation fait référence au Mémorandum de Vienne sur le patrimoine et la conservation des paysages urbains historiques, créé sous la direction de l’UNESCO en 2005. Extrait de définition. « Le paysage urbain historique […] fait référence à des ensembles de n’importe quel groupe de bâtiments, structures et espaces libres, dans leur cadre naturel et écologique, y compris les sites archéologiques et paléontologiques, constituant des temps pertinente, dont la cohésion et la valeur sont reconnues du point de vue archéologique, architectural, préhistorique, historique, scientifique, esthétique, socioculturel ou écologique. Ce paysage a modelé la société moderne et a une grande valeur pour notre compréhension de notre mode de vie contemporain » (p. 14).

6 Voir la liste en annexe.

7 L’appellation « projet de paysage » dans ce recueil renvoie à une intention d’aménagement dont les finalités sont plurielles (sociale, culturelle, environnementale, économique et politique). Le « projet de paysage » est de l’ordre de la fabrication, une construction projective qui implique notamment la prise en compte des dimensions esthétique, imaginaire et sensible, inscrites dans les sociétés (ou les collectivités locales) et dans la matérialité d’un territoire donné. À titre d’exemple, le « projet de paysage » peut résulter d’une intention explicite d’interpréter les singularités fondatrices des lieux pour aménager un espace ou un territoire afin de mettre en valeur l’identité locale associée. Généralement basé sur une lecture interprétative (sociale, culturelle, environnementale) d’un site, il induit en mots, en images et en plans des stratégies d’actions viables pour les collectivités locales.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540