Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Liban

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Avant-propos

Brigitte Colin

Texte intégral

1Excellences, Mesdames, Messieurs,

2C’est pour moi un grand honneur et une grande joie de revenir à l’hôtel de ville de Saïda à cette session de clôture officielle des travaux du Deuxième Workshop_atelier/terrain (WAT), « Workshop ou concours de projets » de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) sur les orientations potentielles du développement durable pour la périphérie nord de la ville de Saïda, et d’avoir pu présider à nouveau les travaux du jury de sélection des projets de paysage proposés par les neuf équipes (regroupant 37 étudiants) et dirigés par les huit professeurs étrangers et libanais réunis grâce à l’accueil légendaire de la ville de Saïda.

3En mai 2001, la ville de Saïda avait accueilli le séminaire international de l’UNESCO « Développement urbain équilibré entre terre, mer et société », qui avait, entre autres, débattu de la gestion municipale. Sur l’exemple de la ville de Saïda, les recommandations des experts nationaux et internationaux avaient inclus le fait que cette gestion requerrait donc de plus en plus de structures internes et de structures nationales décentralisées sur le plan local. Il ne s’agit pas d’avoir ici et là un projet de développement immobilier ou industriel, mais plutôt d’avoir une vision globale du développement de la ville, programmée et dosée dans le temps, tenant en compte les interactions et les interfaces entre toutes les actions lancées ou planifiées. Il ne s’agit pas uniquement d’obtenir le financement pour réaliser un certain nombre de projets, mais de définir comment ces projets vont avoir un impact sur le développement général du territoire urbain et comment ceux-ci vont générer des effets structurants sur les populations urbaines concernées. Pour les municipalités en général, il s’agit donc de mettre en œuvre leurs capacités structurelles et de déployer une gestion interdisciplinaire au sein des villes et de leurs bassins géographiques d’influence.

4Le séminaire du projet international de l’UNESCO « Développement urbain et ressources en eau : petites villes côtières historiques » avait proposé l’expertise et les expériences de nombreux experts de haut niveau dans toutes les disciplines impliquées dans le développement urbain en zone côtière. Les actes du séminaire international de Saïda ont représenté un tournant dans l’évolution de ce projet. En effet, quelques mois après la transmission officielle des recommandations des experts, les autorités municipales et régionales libanaises ont manifesté officiellement à l’UNESCO leur volonté de remédier à certaines situations d’exploitation inadéquate du territoire urbain en zone littorale, constituant ainsi une démonstration tangible de l’utilisation des résultats de la recherche par des décideurs sur le plan d’une stratégie de développement d’une ville.

5Ce séminaire international de Saïda coorganisé par la municipalité de Saïda, la Fondation Hariri et l’UNESCO avait permis de regrouper, autour d’une même table, des décideurs politiques, des universitaires nationaux et internationaux, des experts de haut niveau, des représentants de la ville, mais aussi les représentants des différentes agences des Nations Unies.

6Votre rôle, à vous, les architectes, urbanistes et architectes paysagistes, devient un élément-clé du devenir de notre environnement qui devient majoritairement urbain. À titre d’exemple, si l’on reprend la définition de la profession d’architecte paysagiste déposée auprès du Bureau international du travail en 2003 :

[L]’architecte paysagiste doit conduire des recherches et donner des orientations concernant la planification, la conception et la mise en œuvre de projets relatifs à l’environnement extérieur et au territoire, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’environnement construit. Mais aussi, il doit se préoccuper dans ses projets de la conservation et du développement durable de l’aménagement du territoire tout comme il doit participer à la mise en valeur identitaire des milieux de vie.

7En conséquence, les professeurs doivent maintenant préparer les étudiants à la formulation de nouvelles solutions pour le présent et le futur de notre environnement bâti et naturel : tes défis de notre planète urbanisée sont très importants et complexes, spécifiquement face à la dégradation accélérée des conditions de vie dans certaines zones urbaines, du Nord comme du Sud, conséquence de catastrophes naturelles, humaines ou d’une planification urbaine désastreuse.

8En ce qui a trait à l’UNESCO, qui travaille en étroite coopération avec UN-HABITAT, programme des Nations Unies qui a pour mandat le droit au logement et l’éradication des bidonvilles, l’élément le plus saillant concerne la protection de la diversité culturelle des environnements urbains, en particulier au regard des interventions de l’architecture contemporaine dans les paysages urbains historiques. Ceux-ci permettent aux citoyens de se constituer une identité et une appartenance fédératrice de cohésion et de développement socialement durable des villes.

9Le mémorandum de Vienne sur la gestion des interventions de l’architecture contemporaine sur les paysages historiques de valeur universelle a été préparé par l’UNESCO pour offrir des principes basiques afin de permettre aux municipalités d’œuvrer en faveur de la transmission à tous les citoyens de leur patrimoine urbain. Les études d’impact des projets d’architecture contemporaine dans des paysages urbains historiques doivent devenir une condition sine qua non de la mise en œuvre de tels projets. Ces études doivent inclure une profonde compréhension du contexte historique, socioculturel, architectural et environnemental dans lequel doit s’intégrer le projet proposé. Le projet se doit de répondre, entre autres, aux standards éthiques et esthétiques de conception et de mise en œuvre admis sur le plan international de façon à exprimer un témoignage pour les générations futures sur l’architecture et l’environnement historique, social et économique de notre époque. L’intégration harmonieuse de l’architecture contemporaine constitue, de concert avec les témoignages du patrimoine urbain historique, une valeur ajoutée pour le développement économique compétitif des villes.

10En conséquence, la durabilité des villes est indissociable de la capacité des professionnels — architectes, architectes paysagistes, urbanistes, planificateurs de la région ou du territoire, juristes, hydrogéologues, géographes ou ingénieurs — d’établir ensemble des systèmes de gestion et de développement intégrés et concertés des villes et des territoires. Dans ce cadre, il faut donc ne pas oublier que, dans la résolution 57-254 du 20 décembre 2002, les Nations Unies ont confié à l’UNESCO la responsabilité de la mise en œuvre et de la coordination de la « Décennie mondiale pour l’éducation en vue du développement durable » pour la période 2005-2014. Le développement durable nécessite l’amélioration de la qualité de vie des populations dans le cadre du développement inéluctable des zones urbanisées : l’éducation pour le développement durable a donc une place essentielle dans la promotion des savoirs et dans la formation de la population et des décideurs aux stratégies de développement d’un environnement urbain plus viable pour les générations futures.

11Le premier WAT de la Chaire UNESCO s’était tenu du 25 novembre au 4 décembre 2004 au sein de l’Université Cadi Ayyad à Marrakech (Maroc). Il avait permis de confronter, sur un problème tangible de développement durable dans une zone semi-aride, la palmeraie de Marrakech, les points de vue d’étudiants et de professeurs appartenant à des domaines scientifiques différents comme l’urbanisme, l’architecture, le paysage ou le tourisme, mais aussi de cultures différentes, cultures nord-américaine, méditerranéennes du Sud et du Nord.

12Ce soir, la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (en collaboration avec l’Université Libanaise de Beyrouth) et ses partenaires scientifiques internationaux présentent le travail des étudiants concernant le quartier Al-Wastani en périphérie nord de Saïda. Ce territoire périurbain est complexe puisqu’il comprend des zones agricoles, archéologiques et urbaines. Il faut sans doute rappeler que la ville de Saïda, l’antique Sidon, a commencé à se développer « hors les murs » à la fin du XIXE siècle, par l’annexion de la plaine côtière.

Saïda à la fin du XIXe siècle était encore une petite ville au bord de la mer, retranchée dans ses fortifications dont on fermait chaque soir à la tombée de la nuit les portes de Beyrouth, d’Acre et de Tyr. Elle vivait de la pêche et de la culture des agrumes... Les moyens de communication et le réseau routier n’étaient pas encore suffisamment développés pour provoquer une expansion plus large de la population. (Amine Bizri, architecte, ancien ministre des Travaux publics du Liban, dans la revue Médina, 1997)

13La ville de Saïda est toujours un véritable paysage culturel. Le déplacement progressif du centre d’activités le long de nouvelles voies a attiré l’essentiel des activités commerciales et financières, l’administration et l’habitat hors de la ville ancienne ; le centre actif a tourné le dos à sa façade maritime, et l’expansion urbaine s’est faite au détriment du potentiel agricole de la plaine. Les neuf projets de paysage présentés dans le hall de l’hôtel de ville apportent des éléments de solution au développement du littoral intérieur de Saïda (quartier Al-Wastani).

14Les différentes orientations de développement prioritaires pour la municipalité de Saïda ont aussi été prises en compte dans les projets des étudiants de cet atelier. Les objectifs de cet exercice visaient entre autres à :

  1. Agir comme un levier pour la coopération locale entraînant des effets structurants entre les différents partenaires et la municipalité de Saïda.

  2. Mettre en œuvre une réflexion sur la question du projet de paysages périurbains dans le cadre de l’Observatoire des paysages périphériques : villes et métropoles de la Chaire UNESCO (CUPEUM).

  3. Favoriser une mobilité étudiante et professorale entre les pays du Sud et du Nord, et expérimenter une coopération internationale dans un contexte de projet d’architecture de paysage en sensibilisant la société civile et les organismes gouvernementaux à la création et à la mise en valeur des paysages et en proposant des concepts et des orientations d’aménagement viables vis-à-vis des enjeux ciblés par les collectivités locales.

  4. Favoriser le rayonnement scientifique international en publiant les résultats du Workshop par la CUPEUM.

15Tout comme l’édition du WAT qui avait lieu à Marrakech, les travaux ont été exposés dans le hall de l’hôtel de ville de Saïda, ville d’accueil de l’activité. Par la suite, les étudiants, s’ils le désirent, pourront les soumettre pour l’exposition de la 4e Biennale européenne en architecture de paysage à Barcelone (Espagne). Enfin, les résultats de l’atelier de Saïda seront également exposés lors du 2e Forum de la Chaire UNESCO en paysage et environnement au siège de l’UNESCO, à Paris, en 2007.

16Au nom de l’UNESCO, je souhaite remercier toutes les autorités libanaises, en particulier la Commission nationale pour l’UNESCO : grâce à ce soutien, la question du paysage au Liban est située ici à Saïda au cœur d’une plate-forme de dialogue ouverte et constructive pour mieux préparer l’avenir de cette ville, ancienne Sidon phénicienne, patrimoine inestimable pour les deux rives de la Méditerranée.

17Je souhaite remercier en particulier le Dr Abdul Rahman Bizri, maire de Saïda (et président de la municipalité), pour avoir accepté la tenue de cet atelier international au cœur de sa ville, accueilli cette exposition des travaux de l’atelier international de la Chaire UNESCO au sein de l’hôtel de ville, pris en charge l’hébergement de tous les étudiants étrangers et de toute l’équipe professorale, et enfin assuré toute la logistique (les locaux, le transport, le personnel municipal et le matériel) et la sécurité de tous les participants.

18L’UNESCO adresse ses remerciements les plus sincères à monsieur Ibrahim Kobeissi, recteur de l’Université Libanaise de Beyrouth, madame Bernadette Abi Saleh, directrice des Relations internationales, ainsi qu’à monsieur Hachem El Ayoubi, doyen de la Faculté des Beaux-Arts, ces deux derniers également de la même institution universitaire.

19Je souhaite personnellement remercier monsieur Ahmad Kalash, ancien maire de la ville, madame Haïfa El Amine, ainsi que tous les professeurs et les experts des universités de Montréal, de Beyrouth, de Rome La Sapienza, de Cadi Ayyad et de l’École Nationale d’Architecture de Rabat, qui ont encadré les étudiants pendant cette longue charrette d’une semaine.

20J’adresse toutes les félicitations de l’UNESCO aux étudiants des institutions qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour produire, en dépit de leur fatigue extrême et de leur diversité culturelle et disciplinaire, un éventail si riche d’idées innovatrices pour la réalisation d’une stratégie durable de développement du quartier Al-Wastani de la périphérie nord de Saïda.

21J’aimerais aussi remercier l’ambassadeur du Canada au Liban, Son Excellence monsieur Louis de Lorimier, ainsi que le ministre de l’Enseignement supérieur du Liban, monsieur Khaled Kabbani.

22Enfin, je souhaite exprimer une profonde gratitude aux deux responsables de cet événement, le professeur Léon Telvizian, chef du Département d’urbanisme de l’Institut des Beaux-Arts de l’Université Libanaise de Beyrouth, et le professeur Philippe Poullaouec-Gonidec, titulaire de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Ils ont tout mis en œuvre depuis plusieurs mois pour s’assurer de la tenue de ce deuxième Workshop UNESCO. Messieurs Telvizian et Poullaouec-Gonidec sont l’illustration parfaite de la coopération interuniversitaire entre le Sud et le Nord réalisée par des scientifiques de haut niveau.

23Au nom de tous, un grand merci à Léon Telvizian et à Philippe Poullaouec-Gonidec !

24Je vous remercie de votre attention.

Auteur

Spécialiste du programme Architecture et Villes, Section Migrations internationales et politiques multiculturelles Division des sciences sociales, de la recherche et des politiques, Programme MOST de l’UNESCO Allocution lors de la cérémonie de remise des prix, Hôtel de ville de Saïda - 26 novembre 2005

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540