Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

De Villemarie à Montréal par Jean Bruchési1

Texte intégral

  • 1 « De Villemarie à Montréal par Jean Bruchési », Le Jour, 28 novembre 1942, p. 5.

Le 21 octobre 1942, Dantin écrit à Jean Bruchési : « Je vous suis bien reconnaissant de m’avoir adressé votre volume De Ville-Marie à Montréal ; et, après l’avoir parcouru d’un seul trait, je puis vous dire en toute franchise que sa lecture a été pour moi un délice. Cet ouvrage, de tous ceux que je connais de vous, me paraît le plus près de la perfection de son genre. C’est une monographie où rien ne manque de ce qui rend l’histoire laborieusement érudite et en même temps aisée, légère et attrayante. Il n’y règne, à travers ses énoncés solides, nulle lourdeur, nulle solennité. Toutes ces entreprises héroïques se présentent replacées sans effort apparent dans leur milieu, dans leur époque, revêtues non seulement de leur figure matérielle, mais de leur âme et de leurs traits humains. J’admire la véracité franche avec laquelle, à côté des grandeurs et des dévouements, vous avez signalé les petitesses et les faiblesses. Cela imprime à votre œuvre un extraordinaire cachet de réalisme, autrement dit de vérité, auquel nos historiens ne nous ont pas toujours habitués. Et votre narration est sobre, concise, précise, avec juste le degré de couleur et de pittoresque convenant à votre sujet. Avec toute ma manie critique de “chercher les défauts”, et les traits de mauvaise humeur que je vous ai parfois fait subir, je vous assure qu’ici je ne trouve à redire à aucun de vos jugements ni à aucune forme de leur expression. Ainsi j’ai le simple plaisir de vous féliciter, sans plus, en me réjouissant qu’une œuvre aussi complètement méritoire vienne s’ajouter à nos portraits de la vieille ville de Montréal et apporter plus de lumière à ses origines et à sa croissance dans le temps. Il me serait très agréable de dire tout ceci en public ; mais vous avez pu remarquer que j’ai cessé d’écrire pour le Jour, dont la récente politique me déplaisait. Et depuis lors je me suis enfoncé dans un farniente total dont je ne sais comment je pourrais me tirer. Si quelques extraits de cette lettre pouvaient servir en quoi que ce soit au lancement de votre livre, vous avez pleine liberté de les utiliser. Ce sera le dernier reste d’une “voix qui tombe et d’une ardeur qui s’éteint” » (cité dans Louis Dantin, p. 223).

***

1Effectivement, ce texte que Dantin écrivit pour Le Jour devait être son dernier article.

  • 2 Jean Bruchési, De Villemarie à Montréal, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1942, 154 p.

2Les ouvrages, historiques ou autres, de M. Jean Bruchési m’ont toujours paru sérieux, substantiels et méritoires à plus d’un titre, malgré les critiques de tendances que mes opinions notoirement « extrémistes » m’ont parfois obligé d’en faire. Mais j’ai plaisir à constater que cette œuvre nouvelle2 ne me semble sujette à aucun plausible reproche, et me laisse réduit, tout compte fait, à l’applaudissement pur et simple dû à une réussite complète. C’est une monographie érudite, chargée de moelle, et en même temps courte, animée, alerte, qui satisfait l’esprit chercheur et l’esprit esthétique, et approche de bien près à la perfection de son genre. En moins de deux cents pages, l’auteur trace plus qu’une suite de faits intéressants ; il pose un tableau, un portrait d’une belle unité, d’où ressort définie, vivement éclairée, la figure d’une cité et de sa carrière. Et Montréal n’est pas la première ville venue ; elle a des sources exaltées, ennoblies d’idéal, des annales dramatiques où l’histoire touche à la légende ; elle subit d’écrasants et d’interminables périls qui font de sa défense un triomphe d’énergie et de sa survie un prodige ; sa croissance s’opère au milieu de vicissitudes agitées qui lui imposent des luttes constantes, qui la font passer violemment d’un pouvoir, d’un régime à l’autre. Elle dépasse tout, poussée d’un destin obstiné, et se hausse enfin à son rôle de grande métropole, de centre ethnique de tout un peuple, d’un des nerfs majeurs et vitaux de l’Amérique du Nord.

  • 3 François Dollier de Casson, supérieur de la maison des Sulpiciens à Montréal (1678-1701), est l’aut (...)

3Cette saga est d’elle-même émouvante et parfois épique, comme le serait l’aventure d’un héros. M. Jean Bruchési, en la disant en termes essentiels et simples, a su lui conserver sa vérité et sa grandeur. On assiste avec lui à l’éclosion de cette « pieuse chimère » germée dans le cerveau d’un gentilhomme angevin qui rêvait de gagner au Christ de nouveaux et lointains royaumes. Car l’origine de Ville-Marie fut indéniablement religieuse et apostolique. Jérôme Le Royer, Jacques Olier, de Maisonneuve lui-même, songeaient par-dessus [tout] à la foi à répandre, aux sauvages à convertir, et n’aspiraient qu’aux tâches de missionnaires d’avant-garde. De là, l’ardeur mystique des premiers habitants, leur soumission complète aux règles de l’Église, leur société organisée sur des bases quasi monastiques rappelant l’assemblée des premiers chrétiens. Cette société, il fallait la défendre contre des bandes féroces par un guet de tous les instants ; et cinquante colons isolés faisaient face aux razzias, aux incessantes embûches, « ne se couchant jamais le soir sans se demander si la nuit ou le matin n’amèneraient pas l’Iroquois à leur seuil » ; osant à peine s’éloigner, même le jour, pour cultiver leurs champs ; car, d’après Dollier de Casson3, « un pauvre homme, à dix pas de sa porte, n’était pas en assurance : il n’y avait morceau de bois qui ne pût être pris pour l’ombre ou la cache d’un ennemi ».

  • 4 Sœur Marie Morin (1649-1730), supérieure des Hospitalières de Ville-Marie, rédigea les Annales de l (...)

4Et l’entreprise avait, en ce même temps, à surmonter d’autres traverses. L’autorité civile et la hiérarchie sacrée lui dressaient des obstacles, l’abandonnaient à ses ressources et la jugeaient vouée à la faillite. Les premiers fondateurs se dispersaient ou se refroidissaient. Ce que les douze ans du début amenèrent à Ville-Marie d’épreuves et de désastres eût brisé tout courage moins invinciblement trempé. M. Jean Bruchési ressuscite en couleurs précises le théâtre et les scènes de cette tragédie. L’arrivée de recrues, en 1653, raffermit les colons et soulagea leur insécurité. Mais alors s’ouvre une nouvelle phase, où le mysticisme décroît, où les buts premiers se relâchent : et la Ville consacrée cède, à corps défendant, à l’assaut de mœurs moins austères. Dès 1670, la présence de traiteurs et de soldats y avait introduit l’amour du gain et fomenté d’autres désordres. Le trafic de l’eau-de-vie y avait des agents. « Soldats et officiers », écrivait la bonne sœur Morin4, avec quelque outrance peut-être, « ont ruiné la vigne du Seigneur, et établi le vice et le péché, qui est presque aussi commun à présent que dans l’ancienne France. » Ville-Marie se « terrestrisait » et, descendant de ses hauteurs, s’égalait au niveau des entreprises humaines : de Québec, par exemple, qui, malgré ses vertus, n’avait jamais passé pour une ville réservée aux anges. J’admire ici comment l’auteur, soucieux avant tout de vérité complète, a signalé cette transition ; sa franchise à montrer l’élément imparfait des desseins les plus purs, et, à côté des grandes actions, à placer les faiblesses et les petitesses. Il s’est refusé à faire de son récit un exclusif péan d’apothéose : sage réserve à laquelle nos historiens ne nous ont pas toujours habitués. Dans la même veine il nous décrit les querelles de clocher qui venaient fréquemment troubler la paix des âmes, les disputes de juridiction entre les pasteurs, les démêlés de M. de Queylus avec Mgr de Laval, les intrigues s’opposant au partage de l’apostolat entre ses divers ouvriers : ombres au travers desquelles avait à passer la lumière, taches éparses sur l’hermine des saints. Ce qui d’ailleurs laisse à cet âge ses qualités uniques et vénérables ; il n’a besoin d’aucun déguisement pour qu’il lui reste assez de gloire.

5De cette époque à la conquête s’étend un interlude de stabilisation, où la cité s’accroît, dépasse les limites d’un village, prend conscience de ses ressources et commence à les exploiter. L’auteur sait rendre captivant le tableau de cette période par l’exposition détaillée, d’après les sources contemporaines, du logement, des habitudes, des travaux, des amusements, du Montréal d’avant Montcalm. Fixant la ville dans ses bornes physiques, il en décrit les rues encore bien mal pavées et vierges de voirie, les églises, les couvents, les marchés, les rudimentaires boutiques. Dans les maisons, pour la plupart étroites, vit une population laborieuse et enserrée, n’ayant pour distractions que les causeries de perron, les promenades au marché ou au port, les excursions de chasse, ou le départ des flottilles de trappeurs : — sauf dans une société restreinte où fleurissent les joyeuses parties, les jeux de cartes, les danses, l’étalage des toilettes, et qui donne aux Montréalaises leur réputation de gaieté.

6Avec le régime britannique disparaît toute une part de l’aimable passé. Le passage « de Ville-Marie à Montréal » est définitivement accompli. Un influx d’étrangers envahit la cité française, avec ses nouveaux buts de richesse, d’industrie, y acquiert pour un temps la prépondérance numérique. Puis surviennent les luttes politiques, les nouveaux maîtres naturellement tentés de dominer et d’absorber, et les fils du sol défendant leur entité, leur droit à vivre. Montréal passe à travers ces tourmentes, y prend part et en souffre, mais ne cesse de grandir, de s’enrichir des inventions modernes, et finalement devient le centre de commerce de tout le pays. Elle n’ignore pas non plus l’avance intellectuelle, les évolutions sociales. Il faut maintenant, pour embrasser d’un seul regard son enceinte vingt fois élargie, se placer au sommet de la montagne qui l’a vue naître. « Que de clochers dans la verdure ! » s’écrie Jean Bruchési ; « que d’hôpitaux, d’hospices, accueillants à toutes les misères humaines ! Que d’écoles de tous genres et de tous degrés, rattachées à deux grandes universités assises à même le roc ! L’assourdissante rumeur qui monte des rues et des usines, le bourdonnement des demeures, ne seront plus, lorsqu’ils nous atteindront, que le souffle régulier de la vie ; et tous les bruits ramassés aux quatre coins de l’immense métropole se confondront avec les battements de notre cœur. » Ce sont là d’éloquentes paroles, concluant une étude solide et instructive. Car Montréal, tel qu’il est, tel que l’a façonné le temps, peut être encore aimé. « En dépit de ses “belles” escaliers, de ses taudis de briques noircies, de tant de façades prétentieuses et ridicules, même avec, en certains quartiers, ses airs de ghetto, ses relents de ville chinoise ou de ville nègre, même sous cette couche de cosmopolitisme qui en recouvre des pâtés entiers, laissant à peine percer son âme française, c’est encore, c’est toujours Montréal. On peut s’en éloigner, on y revient avec une secrète émotion. On peut s’en détacher, mais, si ténu soit-il, le lien des affections et des vieux souvenirs n’est pas de ceux que la distance, et la main de l’homme ou du temps, puisse briser. »

Notes de fin

1 « De Villemarie à Montréal par Jean Bruchési », Le Jour, 28 novembre 1942, p. 5.

2 Jean Bruchési, De Villemarie à Montréal, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1942, 154 p.

3 François Dollier de Casson, supérieur de la maison des Sulpiciens à Montréal (1678-1701), est l’auteur de la première Histoire de Montréal, manuscrit retrouvé à Paris, en 1844, par Pierre Margry, et qui fut publié en 1868 par la Société historique de Montréal, puis, l’année suivante, dans la Revue canadienne.

4 Sœur Marie Morin (1649-1730), supérieure des Hospitalières de Ville-Marie, rédigea les Annales de l’Hôtel-Dieu (1697-1725).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540