Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Conclusion. Une cité au coeur de sa pierre...

Texte intégral

1Les regards portés sur l’espace urbain de Mahdia ont mené à la découverte d’un territoire, de son histoire et de sa condition contemporaine. L’expérience de ce lieu aura permis de saisir les traits d’une ville en mutation. L’urbain n’est plus confiné à sa médina, à sa « ville moderne » adjacente ou à son bord de mer au nord. Il s’étend sur l’ensemble de sa zone littorale pour rejoindre le long parcours de carrières qui descend en ligne droite vers le sud et qui domine très légèrement le territoire. Ce chemin de traverse est l’espace des horizons, d’une mise en perspective qui porte à la fois le lointain paysage marin et la proximité des champs cultivés. Ce chemin de crête de l’ancien cordon dunaire met également en scène ses carrières. Ainsi, par ses allures de vestiges, les restes d’exploitation de la pierre calcaire évoquent parfois des ruines antiques. Les immenses murailles sculptées par le découpage mécanique induisent des paysages.

2Soumises à la vue, ces carrières sont en invention paysagère... Ces lieux d’extraction deviennent des attractions tant ils fascinent et génèrent des images et des figures allégoriques. Tel un dessin de Piranèse ou d’une de ses rêveries monumentales, le jeu de certains pans de mur développe un univers disproportionné de formes qui surpassent l’échelle humaine. La démesure est l’une des qualités du lieu tant par ses grandes ombres que par les fines dentelures de pierre sciée.

3L’esthétique de ces carrières est cette expressivité singulière où se dégage une impression équivoque d’être à la fois l’œuvre de l’humain et celle de la nature. Les murs et les falaises se côtoient tout comme la végétation prend racine dans la pierre et dialogue harmonieusement avec elle. Ainsi, de nouvelles formes apparaissent avec le temps. Les carrières ne sont pas amorphes, elles vivent de l’abandon et du délaissement. Et elles dégagent une impression de beauté sereine par leurs formes tumultueuses qui se lient à la végétation spontanée et par leurs dimensions tectoniques qui s’ouvrent au ciel. Cet univers hétérogène livre l’expression d’une oeuvre involontaire de l’humain et de la nature. Son invention paysagère a pour naissance la destruction de son socle naturel. Le cordon dunaire n’est plus : cette très ancienne côte littorale n’est que morcellement. Mais ses restes sont devenus des ruines lointaines qui se font aujourd’hui l’écho de celles de la presqu’île de Mahdia, le cap Africa. En ce sens, les carrières en sont indissociables et elles constituent un patrimoine matériel et immatériel.

4Les carrières ne sont plus en campagne, l’urbain entre en elles. Longtemps éloignées de la ville, elles s’assimilent désormais au dessein de Mahdia. Aujourd’hui, elles ne sont plus immergées dans l’absence parce qu’elles côtoient le cadre de vie des Mahdois et des Mahdoises. Le défi du réaménagement des carrières de Mahdia est de les « poétiser », de les investir d’imaginaire et de les rendre à nouveau utiles afin qu’elles deviennent les entités significatives d’un paysage urbain historique et contemporain en mutation. Les dix projets de paysage présentés dans ce recueil expriment ce travail d’invention. Celui-ci s’est engagé à travers les multiples lectures de ce lieu d’extraction et de mémoire. Il prend également appui sur les enjeux de la municipalité de Mahdia. Les projets expriment des stratégies de préservation, de mise en valeur et de développement explicites qui sont liées à des options économiques, à des visions de l’histoire de la ville, à des contraintes environnementales, à des situations existantes et à des dynamiques territoriales.

5Ainsi, l’ensemble des propositions de ce Workshop_atelier/terrain (WAT) prône l’intégration des contextes territoriaux et notamment des liens avec le coeur de la ville de Mahdia afin de retrouver des cohérences spatiales, sociales, fonctionnelles et symboliques. De plus, tous les projets proposent l’inclusion des usages qui contribuent au développement local et régional. Plusieurs d’entre eux démontrent les valeurs patrimoniales et environnementales de ces carrières enchâssées dans l’ancien cordon dunaire. Ces projets exposent ainsi les potentialités d’une mise en paysage de ce « haut lieu » mahdois.

6La réflexion développée dans le cadre de cette rencontre internationale conduit maintenant à l’action dans l’esprit enthousiaste et dans les termes exprimés lors du legs des projets de paysage à la municipalité de Mahdia en automne 2006, soit la réalisation de l’une des dix propositions. Confrontée aujourd’hui au dessein de la pierre qui l’a fondée, la cité a comme défi d’aménager ses carrières en paysage afin qu’elles contribuent activement au développement viable de son territoire.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter