Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. Carrières en périphérie de villes: enjeux et projets de paysage

Stratégies paysagères de transformation pour les anciennes carrières. La carrière Miron de Montréal au Canada

Stefan Tischer

Texte intégral

1Les événements de l’histoire changent les paysages, mais les paysages influencent également l’histoire : l’histoire d’une ville, l’histoire d’une région. À titre d’exemple, nous pouvons citer le centre-nord de l’île de Montréal, plus spécifiquement le quartier Saint-Michel, où un paysage de carrières aux dimensions étonnantes se cache derrière des petits îlots résidentiels.

  • 1 Nommée en l’honneur de Sir William Logan, fondateur de la Commission géologique du Canada.

2À Montréal, deux carrières, Miron (ex-carrière Labesse) et Francon (ex-carrière Dupré), ont été exploitées dès 1914 pour la production de pierres de construction et de béton fait à partir de calcaire. Jadis exploité par la Canadian and Montreal Quarry et, depuis 1947, par les frères Miron, des terrains agricoles de plus de 200 ha ont alors été excavés jusqu’à une profondeur de 125 m. La variété minéralogique aux compositions chimiques très variées, dont quelques-unes hors du commun comme la franconite et la weloganite1, aide les exploitants à construire, à la fin des années 1950, une des plus grandes cimenteries en Amérique du Nord.

3À cette époque, beaucoup de citoyens gagnent leur vie comme ouvriers. Malgré les nombreuses heures passées au travail dans des conditions très difficiles, dont l’air quasi irrespirable des carrières, les ouvriers sont satisfaits d’y travailler. Pendant les années 1960, ils participent de façon directe et active à la construction d’une future métropole, Montréal. Vingt ans plus tard, ils expriment encore leur fierté : « C’est de ce trou-là que sort Montréal. La gare centrale, l’hôpital Sainte-Justine, la voie maritime du Saint-Laurent, la place Ville-Marie et le complexe Desjardins... C’est notre béton... » (La Presse, 9 juin 1984).

La carrière Miron

Aménagement d’entrée du complexe environnemental avec des matériaux de recyclage intégrés dans le mobilier urbain (Planicité, Montréal)

4L’année 1968 est symbolique des grands changements de la société québécoise. Elle marque également une transition dans l’histoire des carrières. L’exploitation totalitaire et irréversible s’engage dans une nouvelle direction : d’excavation, elle passe au remplissage. En effet, la carrière Miron est acquise par la Ville de Montréal en 1984, passant d’une gestion privée à une gestion publique. Elle devient alors le principal site d’enfouissement sanitaire de Montréal. La carrière Francon hérite d’un destin plus éphémère et saisonnier car son site sert aux dépôts des neiges usées. Dès lors, on peut se poser la question à savoir s’il est préférable de jeter directement les neiges usées dans une cavité en contact direct avec la nappe phréatique, opération invisible aux yeux du public, ou de l’expédier dans le fleuve Saint-Laurent, action qui ne peut passer inaperçue ?

Les deux carrières, Miron (bas) et Francon (haut), dans le réseau des îlots de Montréal (Google Earth)

5À la suite des plaintes et des protestations formulées par les habitants au sujet des odeurs fétides, du trafic incessant des camions de déchets et de la dégradation du quartier, ainsi qu’après plusieurs options politiques concernant la fermeture du dépotoir, la Ville décide de cesser la réception des déchets en 2000 et de transformer le site en « complexe environnemental de Saint-Michel » : lieu de récupération et de recyclage ainsi que centre pour la sensibilisation des Montréalais aux processus environnementaux. Il s’agit alors de la plus importante réhabilitation environnementale. Avec la production de bio-gaz (pour 12 000 habitants) et les implantations de compost, de recyclage, de récupération et d’enfouissement, le complexe devient un centre d’expertise en matières résiduelles. Il démontre également aux entreprises et à l’industrie québécoise son large potentiel en jouant un rôle de vitrine des technologies environnementales. Cette vitrine technologique, le Centre d’expertise sur les matières résiduelles (CEMR), est une institution vouée à la recherche ainsi qu’à l’application d’une gestion durable des matières résiduelles.

Installation éphémère (Mousse Architecture de Paysage, Montréal)

6La stratégie paysagère de transformation de la carrière dans ce nouvel esprit de durabilité passe par la création d’un parc intégrant des activités et des programmes environnementaux. Montréal n’en est pas à sa première expérience dans ce type de transformation car beaucoup de petits parcs et squares sont apparus sur d’anciens sites de décharges publiques. Mais l’échelle est unique : sur 340 millions de tonnes de résidus, l’ex-carrière Miron est appelée à devenir le plus vaste parc urbain de la ville avec une superficie estimée à 192 ha, plus grande que celle du parc du mont Royal.

7En 1874, la Ville de Montréal a demandé au réputé paysagiste américain Frederick Law Olmsted de faire le plan d’aménagement du Mont Royal. Elle a également requis les services de George Hargreaves pour développer un projet de grand parc à partir du site de la carrière Miron, ce parc devant s’adapter aux difficultés d’un terrain en constant mouvement. Par ailleurs, de la même façon que la Ville a abandonné et modifié de grandes parties du projet d’Olmsted pour le Mont Royal, elle a fait de même pour le projet d’Hargreaves considéré comme étant « An unbuilt design for the Saint-Michel Environmental Complex ». Un parc sans auteur ? Un design de complexité avant-gardiste ? Un processus de design continu ?

8Une deuxième stratégie paysagère concerne la gestion et la communication de ce processus de transformation. En 1999, une décision d’importance fondamentale était prise et permettait l’implantation, à l’entrée du complexe environnemental, de la Cité des arts du cirque (TOHU), organisme à but non lucratif, avec la mission de faire de Montréal une capitale internationale des arts du cirque. Le but et la condition de cette implantation étaient de contribuer à la réhabilitation environnementale du site et au développement communautaire. Dans la Cité des arts du cirque, se retrouvent le Regroupement national des arts du cirque, l’École nationale de cirque et le Cirque du Soleil.

9À l’échelle mondiale, la TOHU représente l’un des plus grands centres de formation, de création, de production et de diffusion en arts du cirque. En effet, depuis son ouverture en 2004, la TOHU ne se consacre pas uniquement à la gestion de son site, elle conçoit et réalise également la programmation environnementale du pavillon d’animation du Complexe environnemental de Saint-Michel. Bâtiment à vocation environnementale, la TOHU a été conçue afin d’exprimer ses valeurs à travers sa matérialité et reste exemplaire sur ce plan : recours aux énergies renouvelables pour le système de chauffage ou de climatisation, utilisation de matériaux recyclés pour la construction, etc. Même l’architecture de l’édifice, où figurent de nombreuses interventions d’animation, est destinée à éduquer et à divertir le visiteur. De plus, la TOHU répond adéquatement au plan directeur d’aménagement de la Ville de Montréal en représentant le pôle culturel de la ville qui, par les conceptions et les animations d’activités culturelles et environnementales, permet au public de se l’approprier.

10La volonté de communiquer et de sensibiliser le grand public aux questions liées à l’environnement en général et au site de l’ex-carrière Miron et à son histoire en particulier s’exprime également dans les projets d’aménagement paysager. Par exemple, le groupe d’architectes-paysagistes Plani-Cité (Montréal) intègre des éléments de recyclage au mobilier urbain afin de créer, dès qu’on entre dans le complexe, un caractère différent et inspiré par l’identité du site.

11On retrouve également une référence « au passé sale » du dépotoir de la carrière Miron dans l’installation éphémère des architectes-paysagistes Mousse Paysage (Montréal).

12Et la carrière Francon ? Elle n’est pas encore entrée dans sa troisième phase d’exploitation en tant que complexe environnemental comme Miron, sa carrière soeur. À chaque retour de la saison hivernale, elle continue de recevoir le dépôt des neiges usées : un spectacle plutôt impressionnant. Par contre, plusieurs propositions de projets de réaménagement ont déjà été lancées. Entre autres, il y a un projet visant à transformer le site en terrain de camping-caravaning. Une autre proposition se traduirait par la mise en place d’un parc pris en charge par la Société des loisirs et qui aurait pour mission le divertissement des visiteurs.

13La solution idéale pour le réaménagement de la carrière Francon résiderait possiblement dans la réalisation d’un projet de paysage par le biais d’un concours international d’architecture de paysage dont l’intention serait l’élaboration d’un projet innovateur qui n’altérerait ou qui ne modifierait pas en totalité cette carrière.

La carrière Francon

Bibliographie

Références Internet

VILLE DE MONTRÉAL. Site de Le réseau des grands parcs [en ligne] : <http://ville.montreal.qc.ca/grandsparcs> (consulté en septembre 2007).

BANDIERA, Sabine. La fin de la carrière Miron, in Agence Science Presse [en ligne] : <http://www.sciencepresse.qc.ca/dossiers/miron.html> (consulté en septembre 2007).

MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE LA FAUNE. Site de Gros plan sur Montréal, Structure géologique [en ligne] : <http://www.mrnf.gouv.qc.ca/montreal/mines/mines-structure.jsp> (consulté en septembre 2007).

RESSOURCES NATURELLES CANADA. Site de Géopanorama de Montréal [en ligne] : <http://geopanorama.rncan.gc.ca/montreal/hills_f. php> (consulté en septembre 2007).

Crédits photographiques : Marie-Claude Massicotte, Ville de Montréal - Gérald Pau, Planicité - Emmanuelle Tittely, Mousse Architecture de Paysage.

Notes

1 Nommée en l’honneur de Sir William Logan, fondateur de la Commission géologique du Canada.

Table des illustrations

Légende La carrière Miron
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14038/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Aménagement d’entrée du complexe environnemental avec des matériaux de recyclage intégrés dans le mobilier urbain (Planicité, Montréal)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14038/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Les deux carrières, Miron (bas) et Francon (haut), dans le réseau des îlots de Montréal (Google Earth)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14038/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Installation éphémère (Mousse Architecture de Paysage, Montréal)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14038/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende La carrière Francon
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14038/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter