Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. Carrières en périphérie de villes: enjeux et projets de paysage

La question des carrières de la ville de Marrakech au Maroc

Ouidad Tebbaa

Texte intégral

1À proximité du Jbel Guéliz, au nord de la ville de Marrakech, la carrière de calcaire cristallisé dont il est question ici a été la plus exploitée de la ville et en activité jusque dans les années 1980.

Historique et situation

2Sous le protectorat français de 1912 à 1956, le quartier général de l’armée française a occupé cette zone. En 1956, ce fut l’indépendance.

3Depuis le début du XXe siècle, cette zone a contribué de manière décisive à la construction de la plupart des bâtiments de la ville nouvelle. En effet, les blocs de calcaire cristallisé particulièrement résistants étaient très prisés et la présence d’un concasseur permettait la construction des principaux axes routiers de la ville.

  • 1 El Faïz, M., Marrakech, Patrimoine en péril, Actes Sud/Eddif, 2002, p. 41

4À l’origine, les douars étaient des villages agricoles qui se déployaient à la périphérie de la ville. Au fur et à mesure de l’urbanisation de la ville, ils sont devenus des « agglomérations humaines implantées le long des routes, des chemins de fer et des carrières d’extraction des matériaux de construction1 ».

5Avec les années 1980, les priorités ne sont plus les mêmes. Dès lors, la carrière voit ses activités se réduire, voire disparaître. Cela est principalement dû aux mutations que vit son environnement immédiat avec l’extension de la ville vers le nord et surtout à la proximité des hôtels de luxe.

6En effet, cette zone périurbaine, qui comportait quelques îlots d’habitations (réservés aux militaires) et les vestiges de l’occupation française (école et lycée français, consulat et, plus récemment, Institut français), connaît une évolution très rapide avec l’extension de l’aire urbaine qui a plus que quintuplé depuis 1945. Par conséquent, la carrière pénètre de plain-pied dans le périmètre urbain de la ville.

7Aujourd’hui, elle se situe à la jonction du « camp Ghoul » qui correspond à la dénomination de l’ancien quartier général de la garnison militaire, quartier résidentiel en plein essor, et de la sortie de la ville sur l’un des principaux axes routiers qui mène de Marrakech à Casablanca. Là, de grands complexes hôteliers ont été aménagés entre les années 1970 et 1980.

8Depuis, sa fonction a radicalement changé. Adossée au Jbel Guéliz, la carrière sert de barrière physique entre deux entités radicalement incompatibles : les infrastructures hôtelières et touristiques qui bordent l’axe routier qui mène vers Casablanca et qui comptent de nombreux hôtels classés dans ses abords immédiats (quatre hôtels 4 étoiles et un hôtel 5 étoiles), et le douar, zone d’habitat insalubre, qui s’est niché derrière.

9Son exploitation a laissé des traces physiques encore perceptibles, dont les incidences n’ont pas fini de se faire ressentir. La proximité du douar aggrave la situation tant sur le plan social qu’environnemental.

10Aujourd’hui, Marrakech est la première destination touristique du Maroc. Sous la pression touristique, on constate la volonté très nette des acteurs tant publics que privés de mettre en scène, voire en spectacle, la ville et son environnement territorial. Les effets de cette irruption du « visuel » comme fondement du rapport à l’espace urbain sont décisifs, notamment sur la zone qui s’étend autour de l’ancienne carrière. Cette relation visuelle à l’espace et au territoire va déterminer un nouveau rapport au paysage conçu comme un décor de façade censé répondre aux attentes présumées du touriste chez lequel on cherche à susciter l’impression d’un certain aménagement des espaces publics.

11Mais cette mise en scène ne se réduit pas à cela. Elle revêt de surcroît la forme d’une théâtralisation de l’identité locale qui s’exprime notamment à travers l’architecture, le design et l’urbanisme néovernaculaire.

12Dans le cas de la carrière, la mise en spectacle touristique des lieux ne fusionne pas avec un réaménagement véritable du site qui répondrait de manière satisfaisante aux problèmes environnementaux ou sociaux qu’il soulève, mais se révèle plutôt un artifice, un leurre. La preuve est que dès que le paysage n’est plus visible de l’axe routier et de son complexe hôtelier, le muret et l’écrin végétal s’interrompent car leur fonction de leurre n’a plus de raison d’être.

13La plantation de cette barrière végétale le long de la route de Casablanca, censée masquer les stigmates provoqués par l’exploitation de cette carrière, révèle l’incapacité d’un réaménagement véritable de ce site...

Conclusion

14Sur cette base, on peut poser, à travers le problème de cette carrière, la question de la résolution des problèmes urbains. À travers cet exemple, on relève en effet que la préférence a été donnée à la gestion à court terme du problème.

15La question de l’intégration de cette carrière dans le paysage urbain reste posée, même accrue et aggravée par le fléau de l’habitat insalubre qui s’est développé dans son sillage. La réponse proposée jusqu’à maintenant par les autorités locales, constitue plutôt un aveu d’impuissance qu’une réelle alternative aux problèmes soulevés par un tel site devenu un point névralgique au coeur du périmètre urbain.

16Toutes les photos du présent texte ont été prises par l’auteure.

Notes

1 El Faïz, M., Marrakech, Patrimoine en péril, Actes Sud/Eddif, 2002, p. 41

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter