Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 3. Carrières en périphérie de villes: enjeux et projets de paysage

Regard porté sur la région de Rabat-Salé au Maroc

Salima S. Elmandjra

Texte intégral

1Sur le plan spatial, les carrières suscitent au Maroc une réelle préoccupation qui actuellement se manifeste davantage sous l’angle environnemental que paysager. En fait, l’impact environnemental de l’exploitation des carrières est si alarmant que le paysage, encore considéré comme une donnée qualitative et végétale, n’apparaît pas prioritaire. Les différentes études menées jusqu’à présent en témoignent et insistent sur les effets de dégradation due principalement aux modalités techniques d’exploitation des carrières et à leur fermeture sans remise en état ou réhabilitation. C’est ainsi que ces carrières exploitées à ciel ouvert et qui, en activité, ont détérioré l’environnement et en ont transformé les formes paysagères, possèdent toujours des structures informelles une fois qu’elles ne sont plus en activité.

2Il s’avère que les carrières en situation d’exploitation ou d’abandon suscitent un bilan négatif souvent irréversible si ce n’est au prix de solutions techniques coûteuses. Face à un tel diagnostic, les réactions et la volonté de mettre en oeuvre des mesures en vue d’atténuer les effets néfastes de l’exploitation des carrières sur l’environnement n’ont pas manqué. À ce propos, il est nécessaire de préciser que si cette situation a perduré, c’est en partie à cause de la vétusté des textes juridiques qui régissent ce secteur. Sur le plan législatif, l’exploitation des carrières a été pendant longtemps réglementée par un texte de loi « dahir » sur la réglementation de l’exploitation des carrières du 5 mai 1914. Ce texte, aujourd’hui totalement dépassé mais qui doit être replacé dans le contexte de son époque, est principalement axé sur les procédures administratives et de sécurité et ne propose aucune mesure visant à atténuer les dommages prévisionnels ou les conditions de fermeture.

3Ce n’est que 80 ans plus tard, soit le 8 juin 1994, qu’une circulaire conjointe des ministères de l’Intérieur, de l’Équipement et de l’Agriculture a établi une procédure prenant en compte les aspects environnementaux en préconisant qu’avant toute délivrance d’autorisation, la province ou la wilaya qui aura, au préalable, institué une commission provinciale chargée du suivi des dossiers de demande d’exploitation de carrières, devra, entre autres, s’assurer que ceux-ci comportent une étude d’impact sur l’environnement. Outre cette condition, la circulaire signale également que le propriétaire est dans l’obligation de sécuriser le site et de réparer les « éventuels préjudices dus à l’exploitation » après la fermeture de la carrière dans un délai de trois mois. Au-delà des dispositions que renferme ce texte, celui-ci est à considérer au regard de la prise de conscience qu’il témoigne et surtout de la sensibilisation en amont qu’il impose auprès des acteurs concernant leurs responsabilités à l’égard des effets potentiels à prévenir sur le plan environnemental.

4Cette mesure administrative interne a été suivie en 2002 selon la loi relative à l’exploitation des carrières. L’adoption de cette loi témoigne aussi d’une relative avancée puisqu’elle soumet à des conditions préalables l’ouverture, l’exploitation et la fermeture des carrières, sous peine de sanctions. Trois outils peuvent être plus particulièrement cités :

  • l’établissement de schémas de gestion de carrières qui tiennent compte des impératifs de protection de l’environnement et des ressources naturelles (article 5) ;
  • la constitution d’une caution bancaire destinée au réaménagement des sites après fermeture (article 23) ;
  • la mise en place de sanctions allant de six mois à deux ans d’emprisonnement et d’une amende allant de 50 000 à 500 000 dhs ou l’une de ces deux peines pour toute infraction à la loi (article 55).

5Les préoccupations environnementales semblent ainsi se confirmer et les modalités de fermeture des carrières apparaissent comme faisant l’objet d’une attention particulière. Mais qu’en est-il concrètement ? En réalité, les décrets d’application n’ayant pas toujours été adoptés, l’application de la loi demeure suspendue et l’exploitation des carrières continue de relever de la circulaire susmentionnée. Quant au Plan d’action nationale pour l’environnement (PANE), il considère que « l’atténuation de l’impact des carrières et des activités minières sur les sols » constitue l’un des quatre objectifs stratégiques du programme de protection et de gestion durable des ressources en sol. Il préconise non seulement de mener des études sur l’état actuel de dégradation engendrée par l’exploitation des carrières, mais également d’établir un cahier des charges et un guide promouvant le respect de l’environnement dans l’exercice de cette activité, l’utilisation de méthodes modernes d’exploitation et la réhabilitation des carrières au terme de leur activité. La prise de conscience s’inscrit donc au détour de préoccupations environnementales.

6Au-delà du cadre institutionnel, comment se présente la réalité en matière de reconversion des carrières après leur fermeture ? La présentation de quelques exemples de réutilisation et de réaménagement de carrières dans la région de Rabat-Salé peut illustrer ce phénomène sans aucune prétention à la généralisation et à l’exhaustivité. Cette région se caractérise par la variété des matériaux extraits de ses sols destinés autant à la construction qu’à la production artisanale avec, notamment, de l’argile, du calcaire compact, du grès et du sable. Leur nombre estimé à près de 80 carrières en 1993, dont 18,5 % exploitées sans autorisation, ne s’élèverait plus actuellement qu’à une cinquantaine. Ces fermetures, souvent assimilables à des abandons car aucune mesure n’est réellement prise pour leur réaménagement, donnent souvent lieu à des réutilisations informelles. Ces reconversions non contrôlées ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, les premiers logements informels produits sous la forme d’un bidonville au début du XXe siècle dans les carrières centrales de Casablanca attestent de la permanence du phénomène.

7L’illustration suivante montre un exemple situé à Salé, plus précisément à Bab Sebta, en pleine agglomération urbaine. Ce cas est intéressant en ce qu’il concentre en un même site trois usages informels : la décharge d’ordures, l’habitat et l’exploitation agricole.

Bab Sebta : habitat, décharge et exploitation agricole

8Sur le plan paysager, outre le fait que les carrières font partie intégrante du panorama urbain, leur existence est présente et visible depuis plusieurs décennies sur les voies fortement empruntées. Le long de la route de Bouknadel à la sortie de Salé, cette carrière qui longe la voie ferrée et la route principale constitue un continuum visuel.

Continuum visuel sur la route de Bouknadel

9Souvent évoquées en tant que cicatrices ou balafres paysagères, les carrières de la vallée du Bouregreg se dévoilent aussi quotidiennement aux passants.

10Le site de la vallée du Bouregreg et son prolongement à travers Oued Akreuch constituent, du fait de la richesse de ses sols, un espace privilégié pour les carrières. Visuellement incontournables, celles-ci se retrouvent dans le cadre de l’actuel projet de réaménagement de la vallée en cours de fermeture. Certaines, encore en activité, composent également le cadre de vie de ceux qui y travaillent avec, comme le démontrent les images sur cette page, la présence d’un habitat précaire et de décharges d’ordures ménagères.

11Bien que partie intégrante du projet de réaménagement de la vallée du Bouregreg qui s’attache, entre autres, à faire valoir une démarche paysagère, les carrières ne sont pas pour le moment abordées dans le cadre d’une réflexion globale sur leur réhabilitation et leur réaménagement. Seule une carrière située en lisière d’une ancienne décharge d’ordures a pu profiter du projet de réaménagement de celle-ci sur une superficie de 40 ha et recevra un traitement qui vise à récupérer la pente et à engager une opération de plantation.

Panorama sur la vallée et vue sur une des « cicatrices paysagères »

12Les projets s’attachent plus à panser et colmater ces « cicatrices », sur lesquelles on agit par le biais d’opérations chirurgicales qui les dissimulent, qu’à envisager une intervention qui intégrerait au sein de leur excavation un véritable aménagement. Pourtant placé dans une zone à haute teneur environnementale et occupant un espace considérable, le site de ces carrières pourrait faire l’objet d’un dessein qui s’insérerait dans une visée à l’échelle territoriale de la vallée.

13Ces cavités, qui constituent aujourd’hui des témoignages de l’usage d’un lieu, sont peut-être trop imprégnées d’une connotation négative pour être perçues comme l’empreinte d’une mémoire à perpétuer. Ceci étant, et bien qu’il puisse sembler qu’il reste encore du chemin à parcourir avant que le réaménagement de ces sites soit imaginé autrement qu’au travers de l’occultation de ce qu’ils furent, le projet de la vallée du Bouregreg offre néanmoins l’opportunité de réfléchir au devenir de ces sites d’hier dans une démarche paysagère qui réconcilierait la population avec ces espaces.

Vallée creusée et sculptée par les carrières

Bibliographie

Bibliographie

Allain-El Mansouri, B : Profil de Salé, version provisoire, juin 2006, UN HABITAT, ENDA MAGHREB.

Agence du Bouregreg : Projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg, deux plaquettes, un cédérom, 2006.

Royaume du Maroc, Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement, Inspection générale de l’aménagement du territoire et de l’environnement, région Gharb chrarda bni hssen : Gestion des carrières, mai 2005.

PNUD, CAPACITÉ 21, FNUAP, PANE Plan d’Action Nationale pour l’Environnement, (sans date).

Association du Bouregreg : Réflexion citoyenne sur l’avenir de la vallée du Bouregreg, Bab Fès, Salé, 9 mars 2002.

Cabinet Michel Pinseau : Étude sur les carrières de la willaya de Rabat-Salé, février 1993.

Dahir no 1.02.130 du 1er rabii 1423 (13 juin 2002) portant promulgation de la loi no 08-01 relative à l’exploitation des carrières.

El Mansouri E.H : Processus et formes d’urbanisation à la périphérie de Rabat-Salé, Thèse de doctorat, géographie, Université de Poitiers, 1989.

Belfquih, M. et Fadloullah A. : Mécanismes et formes de croissance urbaine au maroc. Cas de l’agglomération de Rabat-Salé, 3 volumes, Librairie Al Maarif, 1986.

Dahir du 9 Djoumada II 1332 (5 mai 1914) portant réglementation de l’exploitation des carrières.

Toutes les photos du présent texte ont été prises par l’auteure.

Table des illustrations

Légende Bab Sebta : habitat, décharge et exploitation agricole
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Continuum visuel sur la route de Bouknadel
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Panorama sur la vallée et vue sur une des « cicatrices paysagères »
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Vallée creusée et sculptée par les carrières
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter