Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Rappels par Jean Bruchési1

Texte intégral

  • 1 « Rappels par Jean Bruchési », Le Jour, 15 novembre 1941, p. 2.
  • 2 Voir supra, p. 637-646.
  • 3 Jean Bruchési, Histoire du Canada pour tous. Le Régime français, Montréal, Albert Lévesque, 1933.

1M. Jean Bruchési est un esprit sérieux et consciencieux qui voit dans la littérature un instrument d’apostolat au service des bonnes causes. Sans être indifférent à ses aspects strictement esthétiques, à ses fictions qui nous distraient des opprimantes réalités, à sa poursuite de la beauté toute pure, il n’accorde à ces motifs d’art qu’une importance toute secondaire. Ces buts se subordonnent au devoir d’enseigner et de moraliser ; le « bon écrivain » est celui qui trace des tableaux sains, qui prêche des idées saines, qui s’oppose au flot des révoltes battant en brèche les saines doctrines. Et il applique ces principes dans son œuvre même : les pages qu’il a écrites se sont toutes inspirées de ces soucis restreints mais élevés. La religion, la morale, la patrie, résument son idéal d’homme privé et son idéal d’homme de lettres. Leur obsession transpire même dans les études neutres qu’il lui arrive de produire. On ne le voit jamais débridé, humoriste, abasourdi de l’énigme du monde, prêt à se gausser de la vie. Il a de l’univers une conception rigide, où chaque chose est à sa place, continue la chaîne du passé, marche à des termes sagement prévus, et où, s’il y a parfois lieu de s’étonner, il n’y a guère sujet de rire. Je n’entends pas juger, encore moins condamner, cette attitude mentale, où beaucoup trouveraient une raison de louange ; et j’admire toujours des forteresses indestructibles, qu’on marche encore sur des terrains unis que n’interrompt aucune traverse pouvant faire douter du chemin et que ne coupe aucun abîme. C’est d’une fidélité constante et d’un bel optimisme. Comme résultat, M. Jean Bruchési nous donne de temps en temps des essais d’importance diverse, mais témoignant d’un esprit réfléchi et appliqué aux choses qui comptent. Son livre Aux Marches de l’Europe2 fourmillait d’observations justes et de sages pronostics, bien qu’il se fut absolument mépris sur le rôle « bienfaisant » des dictatures. Dans son Histoire du Canada pour tous3 il nous offrit un manuel concis et remarquable de clarté, où son talent se montrait sous ses meilleures faces. Talent non pas spectaculaire, éclatant en fusées, mais fait d’ordre, de mesure, servi par une langue bien correcte qui n’est pas sans couleur et sans chaleur. Et M. Bruchési a fait mieux que d’écrire : il a consacré ses efforts, dans un poste de confiance, aux intérêts et au progrès de notre éducation publique ; et nul n’eût pu mettre à cette tâche un zèle plus dévoué. Patriotisme et nationalisme pratiques, bien préférables à des déclamations vantardes et à des programmes de chimère. M. Bruchési, au total, est un homme de culture et un utile serviteur du Québec ; il n’est que juste de l’en louer et de l’en remercier.

  • 4 Jean Bruchési, Rappels, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1942, 154 p.

2Ce volume4 ne prétend ni à une portée vaste ni à une complète nouveauté. Il est formé d’études écrites au cours des douze années passées, ayant déjà paru en brochures ou dans des revues. Leurs sujets, historiques, biographiques ou littéraires, offrent ainsi peu d’unité, n’ont guère que celle de l’âme qui y circule. Ils passent de portraits canadiens à des esquisses européennes, de critiques individuelles à des théories générales, de la monographie d’institutions pieuses à l’éloge de la langue française. Ce mélange à peu près fortuit offre le seul inconvénient de juxtaposer quelquefois des personnages obscurs et médiocres à des figures d’un renom éclatant : et l’on a l’impression un peu déconcertante que les uns sont traités avec autant de soin et de gravité que les autres, éclectisme qui paraît manquer de proportion. Mais chaque type à part soi offre assez d’intérêt pour qu’on se plaise à son rappel.

  • 5 Oscar Dunn (1845-1885) fut rédacteur du Courrier de Saint-Hyacinthe, collaborateur au Journal de Pa (...)

3Oscar Dunn5, par exemple, ne fut pas un esprit brillant, et il n’a guère laissé de sillon après lui. Mais c’était, malgré tout, un journaliste habile, et qui eut son heure d’influence dans la politique de l’époque. Rédacteur de l’ancienne Minerve, il fut « bleu » comme on savait l’être alors, bleu sans dilution ni nuance, et son œuvre en revêt un caractère étroit ; mais il savait raisonner, discuter, et, à la mode du temps, vitupérer. Ce fils d’Écossais chérissait la France et voulait sa survie sur la terre d’Amérique. Le premier il s’intéressa à nos dialectes natifs et en compila un lexique. Voilà ses titres à revivre sous la plume de nos chroniqueurs, et M. Bruchési en fait une figure sympathique, qu’il a dû forcément laisser un peu grisâtre.

  • 6 Edmond de Nevers, pseudonyme d’Edmond Boisvert (1862-1906), économiste et politicologue, auteur de (...)

4Edmond Boisvert dit de Nevers6 fut un penseur à l’envergure plus large, dont deux ouvrages solides, L’Âme américaine et L’Avenir du Canada français, attestèrent l’observation fine et la vision lointaine. M. Bruchési cite de lui, en les approuvant, ses critiques de la politique et de l’éducation chez nous : « constatations sévères, navrantes, mais dont personne ne songera à nier le bien-fondé. Il faut relire ce qu’il écrit sur l’ignorance de nos classes professionnelles ; sur la situation de nos cultivateurs, dépourvus d’esprit de prévoyance, d’ordre et d’économie ; sur notre langue corrompue par l’anglicisme ; sur la valeur de notre enseignement secondaire et supérieur, pour qui il réclame de meilleures méthodes et des professeurs mieux préparés. » M. Bruchési, il est vrai, blâme la forme « acrimonieuse » sous laquelle ces mêmes opinions se répètent aujourd’hui ; mais quarante ans d’attente futile sont bien de nature, semble-t-il, à ébranler la patience ; et s’il n’existe, entre les censeurs d’autrefois et les critiques présents, qu’une différence de ton, de politesse, ma foi, ils sont bien près de s’entendre.

  • 7 L’Aiglon (1900), drame en vers d’Edmond Rostand, dont le héros est le fils de Napoléon, le duc de R (...)
  • 8 Ernest Doin (1809-1891), né à Bourges en France, fut instituteur à Saint-Jean-sur-Richelieu (1842-1 (...)

5D’Oscar Dunn, d’Edmond de Nevers à Rostand la distance est considérable ; et pourtant ils se touchent ici, et du drame de Rostand7 M. Bruchési prend prétexte pour un portrait plus authentique du Fils de l’Empereur, héritier de son sort tragique ; et l’on sait si la légende de cette vie est plus cruelle que la réalité. L’auteur met en pleine lumière la double trahison de l’Autrichienne Marie-Louise, envers son époux malheureux et son fils voué à l’exil, sa froide indifférence, au milieu d’amours de passage, à Sainte-Hélène et à Schoenbrunn. Et il signale le fait curieux que, bien avant Rostand, un maître d’école canadien, Ernest Doin8, avait écrit, à l’usage de nos collèges, une pièce en un acte et en prose sur le même pathétique sujet : mais là s’arrête sans doute le parallèle.

6Suit une belle étude sur Mistral, qui saisit bien les traits uniques de cet aède égaré dans nos âges, de sa vocation spontanée et de sa lyre naïve. Il fit le rêve de ressusciter un langage, et du moins le galvanisa d’un souffle neuf et chaleureux. Il n’est pas certain qu’il résiste au désarroi des langues suivant nos confusions politiques et économiques. Mais Mistral, comme Homère, surnagera aux ruines par la vitalité d’une œuvre de génie.

7Des « Essais sur le romantisme » s’attachent à définir l’essence intime de ce courant qui domina le dernier siècle, imprimant sa marque à la fois sur les formules et les idées, se confondant en définitive avec l’histoire intellectuelle du temps. Il est naturellement peu facile de resserrer en quelques pages un mouvement aussi étendu, ayant pénétré l’esthétique, la morale et jusqu’à l’histoire. M. Bruchési, avec d’autres et aussi bien que d’autres, poursuit ses traits fuyants et multiformes. Décelant, comme toujours, son souci des « principes », et sans tenir assez de compte des chefs-d’œuvre du romantisme, et de sa sève rénovatrice, il y voit avant tout un cas d’insurrection morale qu’il est forcé de condamner.

8Une monographie érudite redit les origines de notre « Premier Hôtel-Dieu », et une longue étude énumère les titres du français au rang de « langue universelle ». D’autres esquisses font revivre le poète Charles Le Goffic et les romanciers René Bazin et Paul Bourget, figures qui certes, sauf la dernière, ont besoin d’être ranimées. Une visite à Péribonka s’emplit du souvenir de Louis Hémon. Ce n’est pas, on le voit, la variété qui manque à ces essais ; mais leur intérêt dispersé n’est pas moins réel.

9M. Bruchési serait bien surpris si je terminais cette chronique sans chercher noise à quelques-unes de ses idées. Notre franche amitié s’est nourrie de tout temps de discussions et de contradictions, démontrant le contraste de la plupart de nos points de vue. Je dois admettre qu’en ce volume rien ne me choque très violemment et ne me fait bondir comme jadis certaines thèses de ses autres ouvrages. Nos différences se faufilent ici dans un paragraphe, dans une phrase, ou bien n’émanent que de l’esprit et de l’atmosphère d’une étude. Je ne puis que sourire quand j’en viens à cette citation de Charles Maurras : « La solution monarchiste est la seule qui soit conforme aux enseignements les plus récents de la science. » Je me demande quelles nouvelles découvertes ont produit ce renversement de théories démocratiques sans qu’on en ait jamais rien su. Je me demande quelle preuve en donnent nos monarques nouveau style, rois en tout, sauf le nom, Mussolini, Hitler. Et je me rappelle que Maurras est à cette heure l’homme-lige de Pétain, qui achève de détruire la France. Mais alors je ne souris plus. Je voudrais voir l’absolutisme, royal ou autre, voué aux gémonies ; et je vois dans la phrase du notoire écrivain une de ces âneries énormes que se permettent les hommes envoûtés d’un sophisme.

  • 9 Valentin-Eugène Fléchier (1632-1710), évêque de Nîmes, célèbre par ses sermons et ses oraisons funè (...)

10Certes, j’admire saint Vincent de Paul, prenant, comme il l’a fait, une société écrasée de misère et s’acharnant, au nom du Christ, à relever, à secourir. Mais pourquoi associer à cette mission humaine le nom de Louis XIV ? Louis XIV faisait tous ces pauvres que soulageait Vincent de Paul. Louis XIV, par ses exactions, ses corvées, ses dîmes et ses gabelles, ses monstrueuses dépenses, réduisait l’ouvrier, le paysan français, à cet état de « bête sauvage » qu’a décrit La Bruyère, que Fénelon, Bossuet et Fléchier9 ont dénoncé avec des larmes. Et les riches douairières auxquelles Vincent prêchait : « Or sus, mesdames », étaient elles-mêmes les complices du système oppressif, jouissaient de ses dépouilles, et n’en laissaient tomber que des miettes imperceptibles.

11Il y aurait à inscrire aux marges de ce livre quelques autres notes de ce genre, mais ce ne seraient, après tout, que des notes, laissant le texte substantiellement intact. J’en reviens à l’estime que m’inspire Jean Bruchési, et que je crois universelle, pour sa sincérité, son courage intellectuel, et même, sans qu’on les partage toujours, pour la carrure de ses idées et l’assurance de ses principes.

Notes de fin

1 « Rappels par Jean Bruchési », Le Jour, 15 novembre 1941, p. 2.

2 Voir supra, p. 637-646.

3 Jean Bruchési, Histoire du Canada pour tous. Le Régime français, Montréal, Albert Lévesque, 1933.

4 Jean Bruchési, Rappels, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1942, 154 p.

5 Oscar Dunn (1845-1885) fut rédacteur du Courrier de Saint-Hyacinthe, collaborateur au Journal de Paris, rédacteur de La Minerve et directeur de la Revue canadienne. Auteur d’un Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada (1880) et de Dix ans de journalisme (1876).

6 Edmond de Nevers, pseudonyme d’Edmond Boisvert (1862-1906), économiste et politicologue, auteur de L’Avenir du peuple canadien-français (1896) et de L’Âme américaine (1900).

7 L’Aiglon (1900), drame en vers d’Edmond Rostand, dont le héros est le fils de Napoléon, le duc de Reichstadt.

8 Ernest Doin (1809-1891), né à Bourges en France, fut instituteur à Saint-Jean-sur-Richelieu (1842-1850) puis à Laprairie. Auteur de comédies (Le Conscrit, 1902 ; Le Désespoir de Jocrisse, 1871 ; Les Deux Chasseurs et l’ours, 1871) et de drames historiques (La Mort du duc de Reichstadt, fils de l’empereur Napoléon Ier, 1878 ; Joachim Murat, roi des Deux-Siciles, 1879).

9 Valentin-Eugène Fléchier (1632-1710), évêque de Nîmes, célèbre par ses sermons et ses oraisons funèbres.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540