Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. Mahdia, carrières en projet de paysage

Empreintes

Pierre-Luc Richard, Zaineb Sassi et Silvia Tarantino

Texte intégral

« L’homme aime tant l’homme que, quand il fuit la ville, c’est encore pour chercher la foule, c’est-à-dire pour refaire la ville à la campagne. »
— Charles Baudelaire

REFAIRE LA VILLE À LA CAMPAGNE…

1L’être humain cherche sans cesse à recréer ce qu’il connaît et ce qui l’entoure. Il organise son milieu de vie afin de tendre vers le bien-être. Des complexes hôteliers multifonctionnels, des développements résidentiels de type banlieue, des regroupements institutionnels universitaires et de santé publique côtoient des champs cultivés, des pâturages et des sites d’exploitation minière. Cette confrontation urbain-rural (ville-campagne) a pour effet d’engendrer une diversité de paysages. Des paysages à demi urbains et à demi ruraux qui permettent une mixité d’activités sociales et culturelles.

2La richesse des paysages de Mahdia résulte de cette organisation du territoire en mosaïque. Nous envisageons le territoire comme un lieu cohérent en soi, où chaque morceau de territoire est une part de la mosaïque et a une fonction précise dans la cohésion du lieu. En fin d’exploitation, les carrières deviennent des décharges publiques, des no man’s land, des espaces à l’abandon ou en tentative de reconversion en terres agricoles. Un espace qui est visuellement magnifique, à l’image d’un paysage que l’on pourrait voir sur la lune et dans les aquarelles paysagères de Paul Klee. Un paysage qui nécessite un nouveau regard et un nouvel usage.

CONSTATS

3Les carrières de la ville de Mahdia sont localisées sur un axe collinaire de 20 km de long (cordon dunaire) formé il y a 120 000 ans par accumulation de sédiments. Elles sont situées dans la plaine du Sahel, une zone tabulaire avec peu de relief. Le calcaire est une pierre carbonifère et l’unique pierre de construction de l’Antiquité à nos jours dans cette portion de la Tunisie.

4Les carrières ont une composition de sol unique avec une végétation diversifiée de plantes aromatiques et médicinales. Le relief est entouré de lagunes qui sont des zones naturellement protégées ayant permis l’installation de la civilisation en Tunisie (par exemple, Carthage). Les puits d’eau douce doivent être aménagés à des endroits stratégiques où la nappe phréatique n’est pas salée. La pierre est modelée par le climat, les dunes, l’eau (coquillages consolidés), le vent et la végétation (les racines rendent la roche plus friable) selon les vagues de biolamination, c’est-à-dire les avancées et les reculs de la mer. Les exploitations doivent se faire plus en profondeur pour trouver la pierre consolidée. Les racines fortes du caroubier transpercent la pierre poreuse.

5L’exploitation de la roche calcaire a débuté à l’Antiquité. Il existe deux types d’exploitation.

  1. carrières artisanales à ciel ouvert : blocs informes servant à la maçonnerie ; formes des carrières aléatoires et irrégulières. Ces carrières peuvent être souterraines (à puits).

  2. carrières industrielles à Ciel ouvert : parois verticales, formes géométriques ; séparées par des murs ou des routes ; pierres de 20 sur 50 cm (première ligne de coupe, havage).

6Problème : les carrières sont épuisées, la pierre de bonne qualité est rare, il faut trouver une fonction à ces sites : mise en valeur, réhabilitation...

LA REHABILITATION DES CARRIÈRES EN TUNISIE

7Le projet vise la protection du paysage des exploitations abusives des carrières en se basant sur la stratégie mise en place par l’État tunisien. En effet, détenant des quotas d’exploitation de pierres équivalant à ceux de l’Allemagne et de la France, l’État tunisien et son président ont mis en place une stratégie visant à mieux gérer cette ressource renouvelable. Conséquemment, depuis 1989, de nouvelles politiques visent à protéger l’environnement et le cadre de vie en Tunisie ; avant 1989, le système était sous régime déclaratif, c’est-à-dire qu’une carrière pouvait être exploitée sans aucune limite tant que cette activité était déclarée.

8Il y a 600 carrières autorisées en Tunisie dont 5 % offrent des pierres de taille tandis que les autres présentent des granulats. La réhabilitation vise :

  • La mise en sécurité, la réintégration et la réutilisation des carrières à d’autres fins.

  • La mise en sécurité des bords de fouilles, lieux très dangereux pour les piétons (10 m) ; protection assurée par des murs en pierre taillée.

9Il y a aussi la problématique des territoires périurbains, c’est-à-dire de cette jonction entre la ville et l’agriculture.

LA REMISE EN ÉTAT D’UNE CARRIÈRE

10Nous pouvons réhabiliter une carrière en la réaménageant, mais nous ne pouvons pas la remettre en état lorsque le site a été complètement épuisé. Il faut donc respecter les techniques d’exploitation.

STRATEGIE GLOBALE

11La partie nord de Mahdia est visée pour cette intervention, un lieu actuellement en requalification. Le site comprend des points d’intérêt historique, soit des vestiges et des traces laissés par l’être humain dans le paysage. Sur cette portion de la ligne de crête, les carrières sont de type artisanal. Actuellement, elles ne sont plus en cours d’exploitation. Certains points hauts et certaines ouvertures dans les terres permettent des connexions visuelles avec la mer. La végétation a graduellement colonisé les anciennes exploitations minérales dont la diversité végétale est riche et mérite d’être préservée : caroubiers centenaires, agaves matures, iris et bulbeuses d’espèces diversifiées (eremurus, ornithogalum...).

12La zone à l’étude comprend un nombre considérable de terres agricoles qui sont abandonnées pour être, par la suite, mises en vente. D’un autre côté, le développement touristique s’intensifie avec la construction d’un réseau de complexes hôteliers qui brisent les connexions visuelles et physiques avec la Méditerranée. Cette enclave touristique limite la mixité des activités et encourage la formation d’un ghetto. À cela s’ajoute une autre problématique, la difficulté de circuler sur le site. Par conséquent, la route n’incite pas le touriste à pénétrer la campagne ; elle limite plutôt le touriste à un accès maritime.

SOLUTIONS/INTENTIONS

13Ce projet vise à considérer les carrières comme un morceau de la mosaïque. La poursuite de la mosaïque suppose l’implantation d’une diversité d’activités et de fonctions sur ce site. Ainsi, la ville de Mahdia comprend des lots vacants issus des espaces en changement de vocation, des lieux à usages ambigus. Ces lieux à l’abandon pourraient faire place à des espaces verts qui, selon l’emplacement, ouvriraient sur le développement résidentiel, commercial, institutionnel et touristique de manière ponctuelle.

PROPOSITION D’AMÉNAGEMENT POUR LES CARRIÈRES AU NORD DE MAHDIA

14Ce projet consiste à favoriser le développement économique, résidentiel et culturel de la portion nord. Pour ce faire, l’installation de masses végétales permettraient un développement ponctuel et non sectoriel des différentes activités économiques. En effet, ces plantations sont tantôt exploitables, tantôt ornementales et agissent comme catalyseurs au développement. Elles rythment et cadrent les vues et encouragent un développement en mosaïque. À cette mise en pixels des espaces verts, s’ajoutent une hiérarchie dans les voies de circulation et la détermination de parcours piétonniers permettant aux touristes et aux Mahdois de pénétrer la campagne urbaine.

DEUX POINTS D’INTÉRÊT

  1. Ghar Tbiba (la grotte de la doctoresse), une ancienne carrière d’exploitation artisanale. Une légende affirme qu’il s’agirait de l’entrée d’un tunnel reliant la ville de Mahdia à la Ville d’EI-Jem. C’est un lieu fascinant et utilisé, encore de nos jours, comme lieu de résidence temporaire (squat).

  2. Le belvédère de la limite nord de Mahdia offre une vue sur l’en- semble de la ville moderne et de la médina ainsi que des percées visuelles sur la mer. Il s’agit d’un roc exploité en partie (ancienne carrière artisanale). Pendant un moment, une légère brise coupe l’observateur de la réalité et dévoile la campagne urbaine d’une autre façon.

LE DÉVELOPPEMENT D’UNE EMPREINTE URBAINE

15Cette proposition vise à laisser une marque durable et profonde sur le paysage par une exploitation des richesses et des particularités locales dans la mise en valeur des carrières et du patrimoine agricole et architectural de Mahdia. Ainsi, l’empreinte des carrières sert d’inspiration au développement de nouvelles typologies architecturales ancrées dans la réalité du territoire. Par exemple, la grotte Ghar Tbiba peut stimuler un imaginaire d’habitats souterrains et troglodytes.

LE DÉVELOPPEMENT D’UNE EMPREINTE URBAINE ÉCLECTIQUE

16Il est possible de s’imaginer habiter le creux des carrières. Ce type d’habitat suppose un nouveau mode de construction. La création de nouvelles cavités à l’image des carrières permet un approvisionnement en eau pour les terres agricoles. Ainsi, en creusant, on se rapproche de la nappe phréatique. Ces creux génèrent des endroits calmes et protégés, des oasis enclavées. Cet espace peut devenir un lieu communautaire de jeu pour les enfants ou encore des espaces de jardins et de parcs publics.

LE DÉVELOPPEMENT D’UNE EMPREINTE VÉGÉTALE

EMPREINTE VÉGÉTALE

17Haies

18Agave americana
Opuntia magacantha
(figuier de Barbarie)

19Reboisement

20Pinus halapensis (pin d’Alep)

21À proximité de la mer

22Tamaris aphylla
Acacia fornesiana

23Arbres fruitiers

24Prunus amygdalum (amandier)
Citrus limon (citronier et autres agrumes)
Punica granatum (grenadier)
Phœnix dactylifera (dattier)
Capparis spinosa (câprier)

25Brousse à Oléastre

26Olea europea (oliviers)
Pistacecia lentiscus (pistachier)
Ceratonia siliqua (caroubier)
Myrtus communis (myrthe)
Asparagus acutifolius
Chamearops humilis
(palmier nain)

Auteurs

APA-UdeM - CANADA

ÉNAU - TUNISIE

DIPTU-La Sapienza - ITALIE

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540