Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. Mahdia, carrières en projet de paysage

Structuré par le vide

Nawel Laroui, Sarah Mustille, George Salameh et Fabio Sgroi

Texte intégral

LE VIDE DES CARRIÈRES COMME MOTEUR DE DÉVELOPPEMENT DE LA VILLE

1Ravagées par une exploitation industrielle massive, les carrières sont perçues comme un espace hostile et dangereux. Toutefois, il s’en dégage un potentiel paysager intéressant qui pourrait structurer le développement de Mahdia. Pour mettre en valeur ce potentiel, on propose de retisser les liens entre ces carrières et la population en y introduisant des activités qui les transformeront en un espace vécu et approprié à la population. Mais aussi on procédera par une théâtralisation de ces carrières à travers des architectures, des aménagements ou des installations éphémères qui contribueront à les esthétiser et donc à changer le regard que l’on porte sur elles.

CONSTATS DES ANALYSES DU DÉVELOPPEMENT URBAIN

2L’étalement urbain est freiné au sud par le chemin de fer. La zone des carrières est la limite ouest de Mahdia. Une nouvelle centralité s’est développée près du pôle touristique nord. La zone des carrières est une limite physique importante dans le territoire. Située sur le cordon dunaire, la route de crête, qui longe ces excavations, offre des panoramas intéressants à plusieurs endroits.

OBJECTIFS

  • Désenclaver la ville de Mahdia.
  • Anticiper la demande en espaces verts.
  • Changer la vision que la population a des carrières.
  • Réinsérer économiquement les carrières dans le tissu urbain.

SYNTHÈSE

3Le cordon dunaire est constitué de deux couches de dépôts. La couche supérieure est une partie aérienne constituée de sable et où se trouve la végétation. Cette couche étant friable, elle n’est pas utilisée en construction.

4La couche inférieure est constituée de coquillages consolidés, c’est la couche marine. La pierre n’a pas été perturbée par les racines des végétaux, c’est une pierre solide et adéquate pour la construction.

5Il y a discontinuité dans la morphologie du cordon dunaire. La formation géologique unique a été marquée par l’homme qui a utilisé la pierre de ce lieu pour construire des monuments et des villes entières. Les différentes techniques d’exploitation expliquent les morphologies variées des empreintes laissées sur place. Les caractéristiques des unités paysagères définiront le type d’intervention.

ANALYSE DES CARRIÈRES

6Actuellement, les carrières sont des terrains privés. Souvent, la limite de ces lots est signalée par un mur de pierre, étroit et haut. La majorité de ces carrières ne sont plus exploitées, certaines sont en réappropriation, et des habitations de fortune y sont donc construites. D’autres carrières sont cultivées. Étant donné la nature du sol, il est possible de procéder à des cultures maraîchères ou des cultures d’oliviers ou de figuiers en ajoutant une quinzaine de centimètres de terre arable. La nappe phréatique est située très près du fond des carrières et est même à nu dans certaines carrières, ce qui est le cas dans la carrière étudiée.

PROBLÉMATIQUES/ENJEUX

SINGULARITÉ ÉCOLOGIQUE

7Il y a 125 000 ans, les carrières étaient toutes situées sur l’emplacement d’une ancienne dune de plage. La dune séparait alors la mer d’une lagune et, peu à peu, cette dernière s’est asséchée. La géologie du cordon dunaire étant formé de sable, la pierre calcaire se retrouve seulement à cet endroit. La nature du sol étant différente, la végétation est aussi unique et, par le fait même, le paysage est particulier.

STRATÉGIE GÉNÉRALE D’INTERVENTION

8Le développement en plusieurs phases prend en considération l’expansion graduelle de la ville.

9La carrière est un parc à l’échelle du quartier et le site d’événements à l’échelle urbaine. Les deux échelles d’activités diversifient les utilisateurs et ouvrent les carrières à une utilisation de la population qui s’approprie ainsi cette zone aujourd’hui mise à l’écart. L’importante superficie d’espaces verts et publics anticipe l’expansion de la ville et vise à répondre aux besoins futurs des populations.

10Concernant les carrières à exploitation traditionnelle, dites à explosifs, leur forme organique les rend moins dangereuses et minimise le risque de chutes. De plus, l’exploitation étant terminée depuis quelque temps, une végétation spontanée a envahi le site, ce qui amène du même coup une intéressante diversité faunique. L’ambiance est animée de cris d’oiseaux, de vent créant des bruissements de feuilles, et par les sons de la ville à l’extérieur de cet oasis protégé par les parois de la carrière. Ces carrières seront donc aménagées en parcs publics. La végétation spontanée sera mise en valeur dans ces espaces verts.

11Les carrières à exploitation industrielle provoquent une tout autre expérience. Les murs de pierre nus, hauts et droits, sont impressionnants et la texture laissée par les traits de scie n’a rien de naturel. L’effet est plutôt sculptural et fascinant. L’homogénéité et la pureté de la couleur de ces cavités sont frappantes. Nul bruit n’est entendu, aucune vie n’est perçue.

STRATÉGIE VÉGÉTALE

« Pour faire un jardin, il faut un morceau de terre et l’éternité. »
— Gilles Clément

12La stratégie est de catalyser la végétation spontanée déjà présente sur le site. Les plantations vont « redessiner » en permanence le jardin.

13Le parc dans la carrière est un exemple d’utilisation de plantes adaptées à leur milieu, ce qui réduit les besoins en arrosage, donc la consommation en eau potable.

TRADITIONNELLE

TRADITIONNELLE

SINGULARITÉ ÉCOLOGIQUE

SINGULARITÉ ÉCOLOGIQUE

PROJET DE PAYSAGE

  • Créer des quartiers périphériques autour des carrières de Mahdia, en anticipant l’expansion urbaine vers l’ouest.
  • Préserver la végétation spontanée et implanter des fonctions qui servent les échelles locale et régionale.
  • Création d’espaces verts et de commerces de proximité pour le quartier, ainsi qu’une médiathèque, un musée de la pierre et un théâtre extérieur qui s’adressent à une clientèle régionale.
  • Préserver le tracé de la route de la crête tout en l’aménageant d’une piste cyclable et d’un parc minéral.
  • Face au langage fort et très marqué de cette carrière, l’intervention aussi bien au niveau végétal qu’architectural prend un parti minimaliste
  • Ce sont les activités intégrées à la carrière qui animeront le lieu et qui changeront la perception des habitants face aux carrières.

PRÉSERVATION DE LA QUALITÉ VISUELLE SUR LE CORDON DUNAIRE

14Des passerelles sont aménagées le long d’un des murs, reliant les deux rives de la carrière. Au fond, la partie la plus haute du site est aménagée en café belvédère où la possibilité d’une prise de conscience au niveau territorial est offerte. Entre ces deux structures, se trouve une médiathèque. Située dans un sous-espace formé par le lotissement des carrières, la médiathèque offre un espace de lecture extérieur, à l’abri, sous les oliviers.

15La topographie du cordon dunaire offre des points de vue sur la mer à l’est et sur le paysage agricole à l’ouest. En réservant un espace public sur le cordon dunaire, les bâtiments s’installeront au pied de celui-ci sans obstruer la vue. Ainsi, deux plans sont visibles du bâtiment, les végétaux de la carrière contrastant sur un fond de pierre beige et, à l’horizon, une mince ligne bleue, la mer. Préserver la végétation spontanée et implanter des fonctions qui servent les échelles locale et régionale.

16L’espace de mixité est situé à la bordure de la carrière et offre des vues panoramiques sur la mer. La section représentée sur ce croquis est conservée en espace vert où la végétation sera libre de s’épanouir et les changements de niveaux de la nappe phréatique formeront des étendues naturalisées.

Auteurs

ÉNAU - TUNISIE

APA-UdeM- CANADA

LDEM-AUB- LIBAN

DIAR-La Sapienza - ITALIE

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter