Version classiqueVersion mobile

Profession lexicographe

 | 
Marie-Éva de Villers

2. Quel type de dictionnaire concevoir ?

Texte intégral

1Les lexicographes ont l’embarras du choix relativement au type de dictionnaire à concevoir : ils optent le plus souvent pour le dictionnaire de langue ou pour le dictionnaire encyclopédique, mais ils peuvent aussi orienter leurs travaux vers un objet particulier, par exemple l’histoire, l’étymologie, les difficultés de la langue, les régionalismes, les termes spécialisés d’un domaine.

Le dictionnaire de langue : un livre de mots

2Le dictionnaire de langue a pour objectif de décrire les mots qui nomment le monde. Il doit permettre la compréhension de ces mots, mais il vise aussi à renseigner sur leur utilisation. À cette fin, il indique leur orthographe, leur prononciation, explique leur étymologie. Il recense leurs significations, en précisant la situation dans le temps (sont-ils courants, vieillis, archaïques ou néologiques ?), leur situation dans l’espace (font-ils partie du tronc commun de tous les francophones ou sont-ils propres à un territoire donné ?) et les registres de langue auxquels ils appartiennent. À l’occasion, il signale les cooccurrences, c’est-à-dire les mots qui figurent souvent avec eux. Il définit les locutions figées dont ils font partie, en exposant la façon de les construire dans la phrase, en illustrant leurs emplois par des exemples et des citations littéraires.

LE TRAITEMENT DU NOM PEUPLIER DANS UN DICTIONNAIRE DE LANGUE
Éléments constitutifs de l’article :
■ l’orthographe du nom : peuplier ;
■ la catégorie grammaticale : n. m. [abréviation de nom masculin] ;
■ la prononciation notée en alphabet phonétique ;
■ l’étymologie détaillée avec datations : xive ; poplier 1275 ; de l’ancien français peuple « peuplier » ; du latin populus ;
la définition du sens 1 : Arbre élancé, de haute taille, des endroits frais et humides des régions tempérées (salicacées), à petites feuilles ;
■ des exemples d’espèces : Peuplier blanc, peuplier de Hollande, peuplier tremble, peuplier noir, peuplier deltoïde, peuplier d’Italie, peuplier pyramidal ;
■ des exemples d’emplois du nom en son sens 1 : Route, rivière bordée de peupliers ;
■ des cooccurrences du nom en son sens 1 : Une haie, un rideau, une allée de peupliers ;
■ des attributs du nom en son sens 1 : Droit, grand, mince, élancé comme un peuplier ;
une citation littéraire : « Cette brune jeune fille, à la taille de peuplier » (Balzac) ;
■ la définition du sens 2 : Bois de peuplier (bois blanc) ;
■ un exemple d’emploi du nom en son sens 2 : Utilisation du peuplier dans la fabrication des cageots, des allumettes ;
des renvois analogiques : tremble, ⇨ liard, ⇨ peupleraie.
Le Petit Robert, 2006

3À titre d’exemples remarquables de ce type d’ouvrage sur le marché actuel de la francophonie, on peut citer Le Grand Robert de la langue française et son abrégé, Le Petit Robert, ainsi que Le Grand Larousse de la langue française. Par les multiples précisions linguistiques qu’il apporte, le dictionnaire de langue constitue un mode d’emploi détaillé des mots, une description de l’usage de la langue. Malgré cette priorité donnée à l’usage des mots, le dictionnaire de langue ne fait pas totalement abstraction de certains renseignements de nature encyclopédique, en particulier dans les définitions et les exemples des mots.

Le dictionnaire encyclopédique : un livre de concepts et de choses

Je n’ai pas eu dessein de faire un dictionnaire de mots, mais de choses.
Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1690

4Les visées des auteurs de dictionnaires de langue et des auteurs de dictionnaires encyclopédiques diffèrent fondamentalement. Alors que le dictionnaire de langue décrit les mots qui nomment le monde, le dictionnaire encyclopédique vise principalement la description du monde, des choses que désignent les mots. Le dictionnaire encyclopédique met en évidence les nouvelles réalités politiques, géographiques, scientifiques, techniques, l’explosion des connaissances et des découvertes. Il est généralement illustré à l’aide de dessins, de photographies et de planches. Ainsi, Le Petit Larousse illustré 2000, dont la qualité de l’iconographie est exceptionnelle, comprend près de 1 500 illustrations, photographies ou dessins, qui complètent efficacement les articles, 289 cartes géographiques mises à jour et 80 planches originales.

5Si le dictionnaire encyclopédique s’attache principalement à la description de l’univers, il fournit en même temps des renseignements sur l’usage des mots. Ainsi, le premier motif de consultation du dictionnaire consiste en la vérification de l’orthographe, le deuxième, en la recherche des significations, informations données dans les dictionnaires de langue aussi bien que dans les ouvrages encyclopédiques. Les dictionnaires ne se cloisonnent pas complètement dans leur genre, ils offrent à leurs usagers les renseignements utiles, mais selon des orientations différentes.

6L’analyse comparative des articles peuplier dans un dictionnaire de langue et dans un dictionnaire encyclopédique met en évidence les démarches différentes des lexicographes.

7Dans le dictionnaire de langue, ce qui prédomine, c’est le « programme d’information sur le signe », selon les mots des préfaciers du Petit Robert, Alain Rey et la regrettée Josette Rey-Debove. De nombreuses indications sont apportées sur le mode d’emploi du mot, à l’oral comme à l’écrit : la prononciation, des exemples illustrant chacune des acceptions, l’entourage du mot aussi – des cooccurrences, des attributs –, une citation littéraire, des renvois analogiques. Il est intéressant de noter que certains exemples transmettent des données de nature encyclopédique. Ainsi, l’exemple du sens 2 précise que le bois de peuplier est utilisé dans la fabrication des cageots et des allumettes, alors que, dans un ouvrage encyclopédique, ces renseignements figureront plutôt dans la définition. Le traitement de l’article illustre bien la volonté des auteurs de ce dictionnaire de langue de communiquer tous les renseignements utiles sur les mots et leurs emplois afin d’en faciliter l’utilisation, tout en donnant certaines informations sur les réalités que ceux-ci désignent.

8Dans le dictionnaire encyclopédique, les réflecteurs sont braqués sur le contenu des mots. Les lexicographes s’attachent à présenter la chose nommée par le mot, ici le peuplier. Ainsi, la définition indique dans quelles régions pousse le peuplier ; elle caractérise la forme du tronc et énumère les utilisations du bois. Des données encyclopédiques sont fournies telles que la hauteur maximale de l’arbre, sa classification (son genre, sa famille). Deux des espèces énumérées sur trois sont accompagnées d’une brève description afin de faciliter leur repérage. Fait étonnant, le dictionnaire de langue répertorie sept espèces, alors que le dictionnaire encyclopédique ne fait état que de quatre espèces. Enfin, comme une image vaut mille mots, selon l’adage, une illustration en couleurs présente l’arbre et facilite sa reconnaissance beaucoup plus efficacement que la plus longue définition. L’examen de cet article montre que les auteurs de ce dictionnaire encyclopédique visent principalement à renseigner les utilisateurs sur les réalités (choses ou concepts) que les mots dénomment, tout en donnant certaines informations sur ceux-ci.

LE TRAITEMENT DU NOM PEUPLIER DANS UN DICTIONNAIRE ENCYCLOPEDIQUE
Éléments constitutifs de l’article :
■ l’orthographe du nom : peuplier ;
■ la catégorie grammaticale : n. m. [abréviation de nom masculin] ;
■ l’étymologie très succincte sans datation : (lat. populus) ;
■ une définition détaillée intégrant des renseignements sur l’espèce, sur son apparence et sur l’utilisation du bois : Arbre des régions tempérées et humides de l’hémisphère Nord, dont le tronc étroit peut s’élever à une grande hauteur et dont le bois est recherché en menuiserie et en papeterie ;
■ des données encyclopédiques : (Haut. max. 30 m ; genre Populus, famille des salicacées.) ;
■ des exemples d’espèces suivis de traits caractéristiques et du nom scientifique : Peuplier tremble – Peuplier blanc, à l’écorce blanche ou grise, souvent cultivé. (Nom sc. Populus alba.) – Peuplier pyramidal ou d’Italie, au port fastigié, planté le long des routes. (Nom sc. Populus nigra.) ;
un renvoi à un nom d’espèce faisant l’objet d’une entrée distincte : ⇨ tremble ;
■ une illustration en couleurs : vue d’ensemble de l’arbre ; branche comportant feuilles et bourgeons, chaton femelle et chaton mâle.
Le Petit Larousse illustré, 2006

Le dictionnaire de difficultés : un livre de réponses

9Le dictionnaire de difficultés est un dictionnaire de langue ; il a donc pour principal objectif de renseigner sur l’utilisation des mots, sur la façon de les employer. Il se distingue des autres dictionnaires de langue par le fait qu’il intègre des renseignements étoffés sur l’orthographe, la grammaire, la syntaxe, la typographie, sur les pièges multiples de la langue écrite principalement. De visée clairement normative, ce type d’ouvrage précise les emplois admis et ceux qui sont jugés incorrects. Il s’intéresse particulièrement aux registres courant et soutenu de la communication écrite.

10La première édition de mon Multidictionnaire de la langue française paraît en 1988 aux Éditions Québec Amérique. En 1989, cet ouvrage est publié à Paris par les Éditions Larousse sous le titre de Dico pratique. Voilà maintenant plus de vingt ans que je travaille à la conception, à l’élaboration et à l’enrichissement du Multi, comme on l’appelle familièrement. Mon objectif est de constituer un mode d’emploi complet et actuel de la langue française sous toutes ses facettes, de fournir les indications les plus pertinentes sur l’usage, de neutraliser les frontières entre les diverses questions linguistiques : orthographe, grammaire, syntaxe, typographie, distinctions de sens, erreurs courantes, emplois régionaux, interférences entre le français et l’anglais, conjugaison, etc. Cet ouvrage de référence innove et facilite le repérage des renseignements en regroupant dans un seul ordre alphabétique tous les éléments utiles aux usagers du dictionnaire.

11Fidèle à la position adoptée en 1988, le Multidictionnaire décrit le français de tous les francophones ainsi que le bon usage québécois. Compte tenu de l’intensification des échanges entre les citoyens de la planète, il apparaît important d’être en mesure de distinguer les usages qui sont communs à toute la francophonie de ceux qui sont propres au Québec. Que ce soit ici ou ailleurs, il importe également de connaître les emplois admis et ceux qui sont jugés incorrects dans un registre courant de communication écrite ou dans un registre familier, d’éviter les écueils de tous types, de pouvoir substituer aux emplois fautifs des formes correctes.

LE RÔLE DES NOTES DANS UN DICTIONNAIRE DE DIFFICULTÉS
L’article du verbe abaisser dans le Multi comprend les différentes significations du verbe aux formes transitive et pronominale, mais également des notes attirant l’attention des lecteurs sur les difficultés liées à ce verbe.
■ Une note sémantique distingue abaisser et baisser : Alors que le verbe abaisser signifie surtout « amener à un point plus bas », le verbe baisser signifie plutôt « amener à son point le plus bas ».
■ Une note grammaticale explique l’accord du participe passé de ce verbe : À la forme pronominale, le participe passé s’accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet.
■ Une note syntaxique précise le choix de la préposition : A la forme pronominale, le verbe se construit avec la préposition à.
À l’article abénaquis, abénaquise, outre l’orthographe et la signification, c’est la typographie qui peut être source d’interrogation.
■ Une note typographique signale donc que l’adjectif s’écrit avec une minuscule et le nom, avec une majuscule. La culture abénaquise, des projets abénaquis. Un Abénaquis, une Abénaquise.
Pour les francophones du Québec, quelles sont les difficultés liées au nom cantaloup ? Il y a trois écueils : la prononciation, le genre et l’orthographe. Aussi, l’article du nom cantaloup comprend-il trois notes.
■ Une note sur la prononciation rappelle que le p ne se prononce pas et que le mot rime avec loup.
Une note grammaticale rappelle le genre du nom : Attention au genre masculin de ce nom, un cantaloup.
Une icône en forme de crayon joue le rôle d’une note orthographique pour attirer l’attention sur l’orthographe du nom.
Marie-Éva de Villers,
Multidictionnaire de la langue française, 2003

12Le Multidictionnaire intègre des mots et des expressions propres au français du Québec, des emplois, de registre courant ou soutenu, qui sont essentiels à la communication. Le parti pris demeure celui d’informer précisément l’usager du dictionnaire, de lui fournir toutes les indications utiles afin de lui permettre de choisir et d’agencer sciemment ses mots. Dans sa préface, Jean-Claude Corbeil écrit :

Le Multidictionnaire de la langue française propose un nouveau genre de dictionnaire, caractérisé par une approche globale de l’usage plutôt que par la seule description du sens des mots, répondant ainsi aux besoins spécifiques et variés des usagers du xxie siècle.

Le dictionnaire visuel : un livre d’images

13À la croisée du dictionnaire encyclopédique et du dictionnaire terminologique, le dictionnaire visuel présente la particularité de décrire et d’analyser le monde au moyen d’illustrations. « L’image remplit ici une fonction précise : elle sert de définition aux mots, en ce sens qu’il est possible de voir immédiatement ce que chaque mot désigne », écrivent Jean-Claude Corbeil et Ariane Archambault dans la préface du Nouveau Dictionnaire visuel qu’ils publient aux Éditions Québec Amérique en 2004.

14La nomenclature (ensemble des mots traités) de tels ouvrages se limite obligatoirement aux mots qui nomment des choses concrètes, des réalités qui peuvent être représentées par le dessin ou la photographie. Autre conséquence de ce choix éditorial, les mots traités sont exclusivement des noms, car le dictionnaire visuel n’intègre ni les mots qui expriment l’action, l’état, le devenir (les verbes), ni les mots qui expriment une qualité ou un rapport (les adjectifs), ni les mots grammaticaux (les conjonctions, les pronoms, etc.).

15Contrairement au dictionnaire de langue, le dictionnaire visuel ne renseigne pas sur l’usage des mots, mais sur la désignation des éléments de notre univers. En cela, il s’apparente davantage à un dictionnaire encyclopédique. Comme ce type d’ouvrage intègre un grand nombre de termes techniques, il constitue en quelque sorte un dictionnaire terminologique, qui est toutefois suffisamment vulgarisé pour être accessible à tous les utilisateurs et non aux seuls initiés des thèmes illustrés. Il reflète le vocabulaire spécialisé d’usage courant dans chaque domaine et favorise la compréhension du sens des termes par l’image.

16Seul dictionnaire qui permet de trouver un mot inconnu à partir de son illustration, il rend possible le passage de l’idée au mot, lorsque la chose à nommer est connue et que le mot ne vient pas à l’esprit, mais aussi le passage du mot à l’idée par le recours à un index qui renvoie à toutes les illustrations où le mot figure. Les planches d’un tel ouvrage étant thématiques, elles renseignent sur le nom des parties du tout (ex. : la terminologie des voiles, des gréements, des mâts) qui est illustré (le voilier). Sans le recours aux planches du dictionnaire visuel, l’utilisateur ne pourrait pas avoir accès si facilement à l’ensemble des termes de la voile. Selon ses préfaciers,

Le Nouveau Dictionnaire visuel est le premier dictionnaire qui réunisse en un seul corps d’ouvrage les milliers de mots plus ou moins techniques d’usage courant dans notre société où les sciences, les techniques et leurs produits font partie de la vie quotidienne.

Exemples de planches extraites d’un dictionnaire visuel

JEAN-CLAUDE CORBEIL et ARIANE ARCHAMBAULT, Le Nouveau Dictionnaire visuel, version électronique, Montréal, Québec Amérique, 2004

JEAN-CLAUDE CORBEIL et ARIANE ARCHAMBAULT, Le Nouveau Dictionnaire visuel, version électronique, Montréal, Québec Amérique, 2004

17Livre de mots, livre de concepts et de choses, livre de réponses ou livre d’images, sans compter les livres de traductions, les livres d’histoire des mots et tous les autres, autant de voies possibles que peuvent emprunter les lexicographes pour concrétiser et diffuser la synthèse des usages qu’ils ont effectuée, pour tenter de représenter le consensus linguistique qu’ils ont observé au sein de leur communauté.

18Au départ, deux principales orientations se dessinent : proposer des renseignements sur les mots et sur l’utilisation qu’on peut en faire ou réunir des renseignements sur l’univers dénommé par les mots. Chaque ouvrage lexicographique apporte une nouvelle dimension, présente une facette originale et concourt à fournir une référence sur la norme.

Table des illustrations

Légende JEAN-CLAUDE CORBEIL et ARIANE ARCHAMBAULT, Le Nouveau Dictionnaire visuel, version électronique, Montréal, Québec Amérique, 2004
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende JEAN-CLAUDE CORBEIL et ARIANE ARCHAMBAULT, Le Nouveau Dictionnaire visuel, version électronique, Montréal, Québec Amérique, 2004
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search