Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

La Chine du xiiie siècle ravivée par un Canadien français : Les Voyages de Marco Polo par Alain Grandbois1

Testo integrale

  • 1 « La Chine du xiiie siècle ravivée par un Canadien français : Les Voyages de Marco Polo par Alain G (...)
  • 2 À propos de Essais critiques de Harry Bernard, supra, p. 500.
  • 3 Alain Grandbois, Les Voyages de Marco Polo, Éditions Bernard Valiquette, 1941, 230 p.

1J’ai écrit jadis, combattant un régionalisme trop étroit : « Qui empêchera un de nos historiens futurs de faire l’étude la plus fouillée qui soit de la révolution chinoise2 ? » Je n’espérais guère, à vrai dire, que nos intérêts littéraires dussent de sitôt prendre cette envergure. Mais voici un des nôtres qui est allé encore plus loin, qui a dépouillé les chroniques de la Chine d’un lointain passé, et qui nous offre en ce volume3 un tableau palpitant des civilisations mêlées de barbarie qui, il y a sept siècles, couvraient la face de l’Extrême-Orient. Les documents de cette époque sont rares ; les communications avec l’Ouest cultivé étaient restreintes et presque nulles. Seuls des lettrés chinois conservaient la mémoire de hauts faits, des grands hommes et des catastrophes historiques sur des rouleaux aux tracés illisibles. Cathay, aux yeux des savants de l’Europe, c’était l’ultime limite du monde ; on la croyait au bord de la Mer Océane qui encerclait le disque de la terre et qui plongeait à l’horizon dans des abîmes fuligineux. Alexandre lui-même, quelques siècles plus tôt, s’était arrêté à ses bornes. Les légendes les plus fantastiques circulaient sur ses habitants, ses coutumes ; les cartes la dessinaient en contours tout imaginaires. Pourtant c’était l’époque où la Perse, la Chine et l’Inde, par leur développement autonome, atteignaient à des apogées, abondaient en richesses matérielles, multipliaient les prodiges de leur art. Mais elles étaient aussi le théâtre d’invasions barbares, la proie de conquérants venus du Nord, qui les forçaient, les saccageaient et les réduisaient à tribut.

  • 4 Sur les sources de l’ouvrage d’Alain Grandbois, voir l’édition critique par Nicole Deschamps et Sté (...)
  • 5 Publié à Hankéou en 1934, ce recueil comprend sept poèmes qui seront repris dans Les îles de la nui (...)
  • 6 Voir Alain Grandbois, Né à Québec (1933), édition critique par Jean Cléo Godin, Montréal, Presses d (...)

2C’est au milieu de cette ère tourmentée que trois marchands vénitiens furent, par la force des circonstances, entraînés à des courses et à des découvertes qui révélèrent au monde le mystère de l’Extrême Asie. L’un d’eux en écrivit un livre qui est devenu un classique, dont l’importance géographique est presque égale à celle des mémoires de Colomb. En prenant cette œuvre pour base, mais en la complétant de recherches personnelles et en la revêtant d’une forme neuve et pittoresque, M. Alain Grandbois a entendu vulgariser pour nous les Voyages de M. Polo4. Écrites vers 1291, et propagées en manuscrit pendant près de deux siècles, traduites dès lors en plusieurs langues, ces relations ont eu depuis des éditions sans nombre, mais au milieu desquelles, grâce à beaucoup de variantes, il est fort difficile de se retrouver. Réunir ces données en un récit suivi, homogène et lisible, c’était la tâche d’un érudit et celle d’un écrivain : M. Grandbois se démontre ici l’un et l’autre. Quel instinct l’a poussé à aborder un tel sujet ? On devine qu’il a pu avoir des attaches à la Chine en le sachant l’auteur d’un volume de poèmes publiés à Hankéou5. Mais ne suffit-il pas que sa curiosité soit large et embrasse toutes les sphères ? Et faut-il rappeler qu’il a écrit aussi Né à Québec6, une excellente monographie de Jolliet et de ses découvertes ?

3Les voyages des Polo se divisent en deux parts distinctes, dont la seconde seulement eut Marco pour associé. D’abord Niccolo et Matteo, deux frères, font voile pour Constantinople, où ils ont des comptoirs, avec une cargaison des produits d’Occident dont ils font le commerce, laissant derrière eux leur Venise et l’épouse enceinte de l’un d’eux. Ils ne sont pas pressés, leurs affaires les occupent, et pendant quatre années, ils séjournent dans la capitale. Alors, d’esprit aventureux, ils se décident à explorer les rives de la m er Noire, qu’occupent maintenant les Tartares ; puis, par étapes, traversant la Crimée, la Russie du Sud, ils poussent jusqu’au Volga et dans la ville de Saraï (très probablement Saratov) sont retenus un an par Barka, le roi du pays, un petit-fils de Gengis-Khan. Une guerre entre Barka et le chef Houlagon les forçant à quitter cette ville et leur coupant le chemin du retour, ils veulent revenir par la Perse. Ils contournent la mer Caspienne et poursuivent leur marche vers le Sud. Mais, arrivés à Bokhara, une autre guerre les détient trois ans à la cour de Barak, un autre petit-fils du conquérant mongol. Là, un jour, passent des envoyés du susdit Houlagon en route vers Kaubilaï-Khan, le grand chef des Tartares de l’Est ; ils pressent les frères de les accompagner, les assurant d’une chaude bienvenue ; ceux-ci, de confiance, acceptent. Par les steppes, par les forêts, par les passes des montagnes, leur caravane défile pendant douze mois entiers. Ils atteignent enfin Tung-Nuan, dans la Chine du Nord, à quelque cent milles de Pékin. Là règne dans toute sa gloire Kaubilaï, le Khan des Khans, héritier de toutes les conquêtes est-asiatiques de Gengis, et dont l’empire s’étend du Pacifique jusqu’à la mer des Indes. C’est un potentat éclairé, moins cruel que les autres, et qui se dit ravi de la présence des frères Polo, les premiers hommes « latins » qu’il ait jamais vus. Il les questionne sur leur pays, leur religion, leurs mœurs, les comble de dons et d’honneurs, et, après un long temps, leur confie la mission de porter au Pape ses hommages, avec une requête pour l’envoi de savants et de missionnaires. Il leur fallut trois ans pour refaire leur trajet par des routes nouvelles. Mais, leur mission se trouvant empêchée par la longue vacance du Saint-Siège, ils retournèrent à Venise où, après dix-neuf ans d’absence, ils retrouvèrent leur famille amoindrie, et Marco, le jeune fils de Messer Niccolo, grandi et privé de sa mère.

4Ces errances, croirait-on, eussent pu suffire à contenter les plus intrépides voyageurs ; mais l’esprit nomade possédait les frères inséparables. Riches maintenant d’expériences, endurcis aux fatigues, au courant du langage des tribus mongoles, ils songent bientôt à repartir et à rendre compte au Grand Khan du résultat de leur mission. Ils amènent cette fois avec eux le jeune Marco Polo. À défaut d’une large ambassade, deux moines les accompagnent, délégués du pape Grégoire X. Mais aux premières difficultés, les moines prennent peur, les abandonnent et rebroussent chemin. Naviguant jusqu’à Saint-Jean d’Acre, ils se dirigent par la Syrie, l’Arménie et l’Iran vers Ormuz, un port fréquenté sur le golfe Persique. Ils entendent continuer par mer et, encerclant l’Asie, atteindre par les côtes de l’Inde et de la Chine leur rendez-vous aux quartiers du Grand Khan. Mais ils cherchent en vain dans Ormuz un bateau pour les transporter ; la saison dangereuse approche. Alors ils se décident à entreprendre la voie de terre, directe mais bien plus ardue. Elle nécessite la traversée du continent asiatique, de l’Ouest à l’Est, dans sa plus grande largeur, à dos de cheval ou de chameau, par des pays complètement inexplorés, coupés de montagnes inconnues et fréquemment hostiles. Seule les couvre la sauvegarde des tablettes que le Grand Khan leur a remises à leur départ, enjoignant à tous ses sujets de les aider de leurs services. Jour par jour, trois ans et demi, ils poursuivirent cette marche épuisante, notant tout ce qu’ils voient, les sites, les animaux, les hommes, découvrant des merveilles qu’ils n’eussent pu concevoir en rêve. Ils passent la Perse, l’Afghanistan, longent au nord les monts tibétains, traversent l’immense plateau mongol et se font un chemin par la steppe brûlante du Gobi. Enfin, à quarante jours du terme, ils rencontrent des envoyés de Kaubilaï-Khan venus au-devant d’eux, et dès lors leur route est facile.

5Malgré l’insuccès relatif de leur mission auprès du Pape, ils sont reçus à bras ouverts ; et bientôt le jeune Marco tient le haut de la scène dans ces chroniques. Le Khan s’attache à lui, lui confie des missions importantes et lointaines, l’envoie gouverner ses provinces. Lui, son père et son oncle, sont consultés sur la politique et les guerres. S’ils sont bons serviteurs, Kaubilaï est un maître fidèle, car il les garde près de lui vingt-deux ans, leur refusant les congés qu’ils implorent pour retourner dans leur patrie. Enfin il leur permet d’accompagner une ambassade qui va conduire en Perse la princesse Cocachin, fiancée au roi du pays. Et cette fois c’est la route de mer qu’ils prennent ; ce sont les côtes de la Chine de l’Est et du Sud, de Siam, de Java, de Burma et de l’Inde, qu’ils longent et abordent en passant, en une navigation mouvementée de trois années. Ils accostent enfin à Ormuz, le point de leur premier départ, et, leur princesse remise entre bonnes mains, ils se croient bien permis de regagner leur ville natale et de jouir d’un repos si patiemment attendu. Marco Polo rapporte des mémoires détaillés de leur longue aventure, des notes sur toutes les étapes de leurs routes, des descriptions des contrées et des mœurs, si différentes de celles d’Europe. Tout Venise les a crus morts et les revoit avec stupéfaction. Pour un temps ils jouissent d’un triomphe : on les entoure, on les écoute ; mais peu à peu des doutes s’élèvent sur la véracité de leurs récits, et ils subissent des persécutions sourdes. Pour pire malchance, Marco, prenant part à la guerre entre Gênes et Venise, est fait prisonnier des Génois, et c’est en prison qu’avec l’aide d’un compagnon captif, il rédige son ouvrage des Diversités et Merveilles. Il est pourtant rendu à son foyer, et meurt laissant une veuve et une descendance de deux filles.

6Telle est l’odyssée herculéenne qu’Alain Grandbois retrace en pages érudites et brillantes. Il n’a pas tenté de traduire l’œuvre originale de Marco ; il l’a condensée, émondée, en la serrant de près, et l’a éclairée en la replaçant dans ses cadres et son époque. Ainsi il nous décrit Venise au viiie siècle, les origines de la famille Polo, l’état contemporain des nations de l’Asie. Remontant en arrière, il nous offre un tableau des invasions mongoles dont nos Vénitiens suivaient partout les traces, et d’où surgit la terrifiante figure de Gengis Khan, Hitler d’avant la lettre. M. Grandbois met à ses peintures une vivacité, une couleur, entièrement absentes du journal naïf de Marco. Celui-ci n’a qu’une ambition : énumérer les faits sans aucun souci des formules ; il abonde en détours et en répétitions, il ajoute après coup à des choses déjà dites. Ces procédures enfantines font place ici à un ordre logique et à un vrai style d’écrivain.

7Quelle est au juste, se demande-t-on, l’autorité de ces chroniques, la conscience de ces voyageurs à qui, venant de loin, il était si facile d’exagérer et de mentir ? Certaines de ces « merveilles » ressemblent à des fables, et l’on conçoit les doutes des compatriotes de Marco, en une ère pourtant si crédule. Ce qu’on peut dire, c’est que sept siècles de vérification critique ont laissé ce récit substantiellement indemne. Les événements qu’il relate sont conformes aux faits historiques ; les lieux parcourus ont été vérifiés pour la plupart, malgré leurs noms changés au cours des temps. Certaines histoires trop fortes s’expliquent par le fait que leur rapporteur les a recueillies par ouï-dire. Il en est pourtant quelques-unes dont il prétend avoir été témoin : et alors on peut soupçonner que l’auteur, par instants, n’était pas au-dessus de vouloir ébahir les simples. Marco Polo, en somme, résiste à l’examen, et sa contribution à la géographie et à l’ethnologie reste solide et précieuse.

8Il nous faut remercier M. Alain Grandbois d’avoir mis à notre portée, sous une forme parfaite, ce document de premier ordre sur toute une phase de l’histoire de l’Asie.

Note di fine

1 « La Chine du xiiie siècle ravivée par un Canadien français : Les Voyages de Marco Polo par Alain Grandbois », Le Jour, 20 septembre 1941, p. 7.

2 À propos de Essais critiques de Harry Bernard, supra, p. 500.

3 Alain Grandbois, Les Voyages de Marco Polo, Éditions Bernard Valiquette, 1941, 230 p.

4 Sur les sources de l’ouvrage d’Alain Grandbois, voir l’édition critique par Nicole Deschamps et Stéphane Caillé dans la « Bibliothèque du Nouveau Monde » (Presses de l’Université de Montréal, 2000).

5 Publié à Hankéou en 1934, ce recueil comprend sept poèmes qui seront repris dans Les îles de la nuit (1944). Voir Alain Grandbois, Poésie I, II, édition critique par Marielle Saint-Amour et Jo-Ann Stanton, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1990.

6 Voir Alain Grandbois, Né à Québec (1933), édition critique par Jean Cléo Godin, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1994.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540