Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. Mahdia, carrières en projet de paysage

Mahdiatane

Radia Amehraye, Marie-Ève Plante, Sondes Baffoun et Abderraouf Ouertani

Texte intégral

SITE

1L’ensemble du site des carrières de Mahdia se présente comme une traînée composée de cellules de formes différentes, isolées et parfois associés.

2La cellule (en latin cellula signifie « petite chambre ») est l’unité structurale, fonctionnelle et reproductrice de l’espace. Actuellement, l’identité de ces cellules est noyée dans le no man’s land qui les ceinture. Pourtant, chacune constitue une unité à part entière, essentielle à la cohérence de l’ensemble des carrières.

PROBLÉMATIQUES / ENJEUX

PROBLÈME DE LISIBILITÉ AU NIVEAU DES ENTRÉES DE LA VILLE (SEUIL) ET DU SITE MÊME DES CARRIÈRES

3Les carrières faisant partie d’un no man’s land, leur spécificité ainsi que les liens entre elles, soient l’urbain et le rural, sont atténués, voire imperceptibles.

4Cet espace marque pourtant une limite entre deux paysages façonnés, le paysage urbain et le paysage rural.

5La ville de Mahdia offre donc deux visages. D’une part, la ville avec une urbanisation qui suit une logique de développement naissant autour des pénétrantes et des rocades, une urbanisation où tout provient du centre. D’autre part, on retrouve les champs agricoles suivant une logique organisée et orthogonale.

6À l’échelle urbaine, les carrières agissent comme une interface à ces deux entités (urbaine et agricole) dans leur linéarité estouest. Cette ligne de crête compartimente ainsi la ville et permet d’en refléter les deux réalités qui la composent.

7On retrouve aussi, à l’échelle du site des carrières de Mahdia, cette même idée de division, chaque carrière étant une entité distincte avec ses propres spécificités. Cependant, les particularités propres à chacune d’elles sont souvent illisibles puisque ces sites sont maintenant abandonnés.

8Ce délaissement a engendré plusieurs phénomènes. Les carrières sont parfois utilisées à des fins de décharges illicites, ce qui donne aux sites une apparence de dépotoirs. Par contre, de façon plus positive, la désertion des carrières a amorcé une certaine différenciation entre celles-ci. En effet, elles peuvent s’exprimer tant au niveau de la végétation qui s’y établit que par les contrastes entre les vestiges d’une exploitation artisanale ou agricole et le niveau et le type d’urbanisation qu’on retrouve autour d’elles.

9Cette idée de sectionnement et de contraste entre toutes les différentes composantes de la ville et des carrières elles-mêmes dirigera l’intervention.

CONSTATS/URBANISATION

10Comme le démontrent les schémas de l’évolution de l’urbanisation, le développement de Mahdia s’est organisé autour des rocades et des pénétrantes. Par conséquent, les terres agricoles ont reculé devant cette urbanisation et l’espace linéaire que constituent les carrières. Le résultat de l’exploitation des ressources de l’ancien cordon littoral grésifié se présente aujourd’hui comme une barrière e ntre le rural et l’urbain, les deux visages composant la ville.

11D’une part, les champs agricoles suivant une logique organisée et orthogonale et, d’autre part, l’urbanisation où tout provient du centre et s’étend de manière radiale.

12Actuellement, l’agriculture au sein de la communauté de Mahdia joue encore un rôle nourricier et économique. Elle a aussi un rôle identitaire et patrimonial à assumer. Sa présence a donc une importance pour la communauté et, en tant qu’unité paysagère identitaire, celle-ci demande à être bien définie, voire protégée.

SOLUTION INTENTIONS
La présente proposition suggère l’utilisation des carrières pour préserver une limite entre l’urbanisation et l’agriculture.
Cette frontière, inévitablement perméable à une urbanisation future, permettra de nouveaux développements urbains tout en conservant les entités paysagères distinctes du parcours et les vues offertes sur le territoire.

STRATÉGIE GLOBALE
Cette frontière à l’expansion est-ouest de la ville est à l’image des anciennes fortifications de la médina et suit les tendances de développement urbain actuel qui s’oriente sur deux pôles touristiques majeurs, soit au nord et au sud de la ville.
Cette urbanisation projetée s’articule autour de l’axe nordsud et assure la protection des terres agricoles.

OBJECTIFS PRINCIPAUX
LISIBILITÉ
■ Utiliser les carrières pour marquer les principales entrées de la ville.
■ Redonner une lisibilité claire des unités paysagères (agricole et urbaine).
■ Diriger le développement urbain selon une logique qui permet la conservation des terres agricoles.
■ Redéfinir le chemin de la crête et le rendre continu tout au long de la ligne de crête.
■ Mettre en valeur les spécificités des carrières.
VIABILITÉ
Redéfinir l’espace des carrières en milieu urbain. Favoriser leur réhabilitation en espaces agricoles ou en espaces verts publics tout en les intégrant au tissu urbain avoisinant.

DIVERSITÉ PAYSAGÈRE - VUES

13À l’échelle du site des carrières, on retrouve également cette même idée de division, chaque carrière étant une entité distincte avec ses propres spécificités.

14Celles-ci peuvent s’exprimer tant au plan des différentes vues offertes tout au long de la ligne de crête que par la végétation qui s’y établit. La diversité des carrières s’exprime aussi par les contrastes entre les vestiges d’une exploitation artisanale et ceux de l’exploitation industrielle.

Cheminement de la carrière à la place centrale du nouveau carrefour

PROJET

L’ENTRÉE SIDI MESSAOUD

15Le site choisi se présente comme un carrefour urbain, complexe et désorganisé. Il démontre bien le passage de l’agriculture (terrains agricoles, maisons de paysans) vers l’urbanisation (zone d’habitation, station de métro, université). Il s’agit d’une entrée très importante puisqu’elle mène à la zone touristique dans laquelle est située la centralité de la ville.

ENJEUX

16La ligne de crête est interrompue ; elle est traversée par plusieurs voies (voie ferrée, voies automobiles).

OBJECTIF POUR LES CARRIÈRES

17Créer un espace public vert pour les résidents des villas, les passants (important flux de passants aux axes routiers se dirigeant vers la ville et vers la station de train).

OBJECTIFS POUR LE CARREFOUR

  • Créer un seuil pour la ville de Mahdia en utilisant la carrière qui se situe à l’entrée de la ville et qui longe la route venant du nord (Tunis). La carrière se trouve aussi à l’intersection de cette route et de la voie ferrée.

  • Reconfigurer le carrefour de manière à relier deux segments de la route de la crête ainsi que les carrières s’y rattachant, qui sont actuellement séparées par un carrefour routier et ferroviaire.

PROGRAMMATION POUR LA CARRIÈRE NON AMÉNAGÉE PRÉSENTE SUR LE SITE

18Accentuer le caractère compartimenté du site en intensifiant les différentes ambiances et expériences sensorielles propres à chaque micro-espace existant.

19Moyens : accentuer les contrastes faisant ainsi ressortir les particularités.

  • Contrastes présents sur le site : les chants très intenses des oiseaux dans la zone oasis et le calme de la carrière désertique.

  • Fort contraste d’ombre et de lumière dû à la topographie et aux cavités.

  • Vert des végétaux versus l’orangé de la pierre.

20Utiliser la forme créée par les micro-espaces comme guide du design.

PROGRAMMATION POUR LE CARREFOUR ET L’ENTRÉE DE LA VILLE

21L’intervention vise à joindre les deux extrémités de la ligne de crête. En effet, celles-ci sont présentement éloignées par les constructions qui se trouvent tout autour de la résidence Sidi Messaoud. Grâce à la création de plusieurs événements qui ponctueront la promenade le long de la ligne de crête, cette dernière retrouvera ainsi sa continuité.

22Pour relier la route de crête à l’autre bout de la ville, la route historique enjambera, grâce à une passerelle, le chemin de fer avant de descendre la pente et de pénétrer la place publique de la résidence Sidi Messaoud. Avec ses ficus, son café et la mosquée, cette place rappelle la place du Caire de la Médina de Mahdia.

Vue dirigée vers la mosquée

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Cheminement de la carrière à la place centrale du nouveau carrefour
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Vue dirigée vers la mosquée
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13992/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteurs

ENA - MAROC

APA - UdeM - CANADA

ÉNAU - TUNISIE

ISA-CM - TUNISIE

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540