Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Un livre canadien : Les Opiniâtres par Léo-Paul Desrosiers1

Texte intégral

  • 1 Les Opiniâtres par Léo-Paul Desrosiers », L’Avenir du Nord, 9 mai 1941, p. 2 ; « Un livre canadien  (...)
  • 2 Voir supra, p. 552-561 et 739-745.
  • 3 Léo-Paul Desrosiers, Les Opiniâtres, Montréal, Imprimerie populaire, 1941, 222 p.

1Un roman de M. Desrosiers est toujours un événement dans le royaume ou, si l’on veut, la province de nos lettres. Il donne à ses récits des fondations historiques si sûres, il les déroule en incidents si éruditement détaillés, il les pare de formes si chaudes et parfois si lyriques, que chacun d’eux, indépendamment de sa trame, est une chronique solide à l’allure de poème2. Ces qualités d’exactitude et de couleur ne manquent aucunement à ce nouvel ouvrage3 et constituent son mérite essentiel. L’auteur a choisi, comme toujours, une période de l’histoire canadienne et, par un très sérieux travail, en a décalqué les contours et ranimé la vie intime. Puis, en tableaux minutieux, il en a reconstruit le décor physique, évoquant, à côté du travail des hommes, la grande nature qui a joué un rôle si transcendant dans l’image de notre passé. M. Desrosiers est au mieux dans ce rare amalgame d’archives austères et de peintures brillantes, et ces deux aspects de son livre suffisent à le tirer des rainures communes.

2Les années qui suivirent la mort de Champlain furent les plus critiques qu’eut connues la colonie naissante, et menacèrent maintes fois d’en engloutir jusqu’au rêve. Non seulement elle perdait en son créateur son âme protectrice et inspiratrice, mais elle venait de subir trois ans de domination étrangère qui la laissaient affaiblie et désemparée. La France, persistant à ne voir en elle qu’un pacte avancé de son commerce, la livrait au pouvoir d’intérêts égoïstes, uniquement soucieux de leurs gains, qui ne lui fournissaient ni recrues ni soldats. Les sauvages, d’abord bienveillants, s’étaient tournés contre elle, et la pressaient, la harcelaient avec une audace croissante. Deux seuls établissements, Québec et Trois-Rivières, ancraient au sol la race française et résistaient à ces assauts multiples. Moins de trois cents colons, dispersés sur un territoire immense, ne pouvaient, pour survivre, compter que sur eux-mêmes. Certes, l’horizon était noir pour nos pères aux environs de 1636.

3C’est au printemps de cette année que M. Desrosiers nous montre un cadet de famille, dégoûté de sa vie oisive et de sa faillite amoureuse s’embarquant pour la terre lointaine où il a l’ambition de se refaire une vie. Pierre de Rencontre, du tillac de sa barque toute prête à démarrer d’un quai de Saint-Malo, envoie à ses amis des gestes d’adieu, et, saisi d’émotion, aperçoit parmi eux Ysabeau, celle qu’il a aimée, venue pour lui jeter un dernier regard. Sept semaines plus tard, il aborde à la Roche Percée, rendez-vous des pêcheurs du golfe, puis remonte lentement le fleuve prodigieux, sur lequel se découpe enfin l’abrupte muraille de Québec. Il a fait connaissance, à bord avec des passagers qui comme lui viennent tenter fortune : la famille Le Neuf, dont la petite Anne est l’intéressante boute-en-tram, et monsieur du Hérisson, un gentilhomme sérieux, ayant longuement étudié les perspectives du nouveau monde. Ils lui seront plus tard des alliés et des amis.

  • 4 Allusion au roman d’Antoine Gérin-Lajoie. Dantin y a fait une allusion analogue à propos de Jean-Ba (...)

4De ce point, et à l’ombre du fort de Trois-Rivières, qui vient à peine de s’établir, commence l’aventure agitée de Pierre de Rencontre. Mais cette aventure est, en fait, celle de tous ces hommes qui bravent l’isolement, le froid, la forêt, la misère, les périls de surprise et de mort atroce, et ne durent, et ne s’enracinent que par une obstination surhumaine. Le caractère de notre héros est typique, et serait presque trop typique si l’on cherchait dans ce roman l’évolution de personnages bien distincts, nettement marqués. Il offre un portrait composite des originaires défricheurs, de leur labeur, de leurs épreuves, d’où les traits personnels de Pierre ne ressortent qu’un peu indécis. Il est le Jean Rivard4 de ces premières terres neuves, beaucoup plus secoué et ballotté que l’autre, mais dont la figure néanmoins reste subordonnée au rôle. Si l’on accepte ce postulatum préalable, on n’est pas surpris que l’intrigue ne soit pas fortement soudée, n’ait guère que des détours imposés du dehors ; que les sentiments des acteurs, si pathétiques qu’ils soient, ne surgissent que d’un fonds commun et analogue. Disons alors que cette synthèse du colon primitif de la Nouvelle-France est par elle-même assez tragique, pour qu’on puisse négliger, mettre du moins au second plan, les variantes individuelles. Je ne prétends pas d’ailleurs que les figures du conte soient toutes fondues dans le même moule ; mais, par la force des choses peut-être, elles offrent peu d’angles saillants et de contrastes ; ce qui, au point de vue purement romanesque, pourrait passer pour un défaut.

5La marche du récit peut s’esquisser en quelques lignes. Pierre entreprend de défricher un domaine isolé, à quelques milles du fort, dont ses amis lui ont prôné les avantages. Il n’y a pour voisin qu’un trappeur et pêcheur, David Hache dit le Futé, qui devient bientôt son homme-lige et son aide de tous les jours. Il bûche, il traîne des souches, il dépèce des billots, et se bâtit une cabane pour l’hiver. Il connaît ensuite les bourrasques, l’emprisonnement dans les neiges, les déluges de la débâcle, les fatigues des premières semences, les chasses des jours d’été : actions, spectacles qui pour lui sont d’une nouveauté palpitante, mais deviennent peu à peu de monotones routines. Au-dessus d’elles plane un fantôme sinistre, celui de l’Iroquois constamment aux aguets, qui fond à l’improviste, pille, incendie et tue. La menace continue tient chaque âme dans une terreur sourde : elle hante les jours et les nuits. Surtout quand Ysabeau est venue le rejoindre et qu’il l’a épousée, Pierre de Rencontre ne connaît guère de paix. Ils sont forcés, à chaque alerte, de se réfugier au fort, d’y séjourner des jours et des semaines. Pourtant les époux valeureux s’obstinent ; ils étendent chaque année leurs acres de culture ; la femme aide aux plus durs des travaux et porte, comme son homme, la bêche et le mousquet. Ils élèvent des enfants, et toujours de la France espèrent des secours qui jamais n’arrivent. Leurs fils, François et Paul, et la squaw Koïcha, qu’ils ont recueillie, les aident à déjouer les ruses des Iroquois et à repousser leurs attaques. François, un jour, fait prisonnier et mis à la toiture dans le camp ennemi, est délivré par l’Algonquine. Il sauve lui-même la vie à sa jeune voisine Émilienne. Mais enfin, ils sont débordés : la colonie entière vacille à deux doigts de sa perte. Ils voient massacrer leurs deux fils ; et Ysabeau, gravement blessée, ne doit son salut qu’au recours des soldats accourus à la hâte. Pierre constate alors tristement la défaite de tous ses projets : il est tenté de retourner en France avec sa famille décimée. Mais c’est l’instant où Pierre Boucher vient d’obtenir de Louis XIV l’envoi définitif de colons et de troupes. Ils resteront, envers et contre tout ; et le volume se clôt sur le débarquement, au port de Québec pavoisé, des paysans et des soldats qui viennent rendre l’espoir à la Nouvelle-France.

6Évidemment, à ces peintures, dont les éléments sont connus, seuls le réalisme intensif, l’acuité psychologique et habile du conteur peuvent infuser un attrait vraiment neuf. M. Desrosiers, sur le point de la vérité historique rendue avec science, avec éclat, est, comme je l’ai dit, admirable. On le suit, remué, à travers les débuts de cette entreprise légendaire dont chaque heure était un miracle et chaque acteur un roc de résistance épique. Les exposés des épreuves des colons, des tactiques de leurs ennemis barbares, de l’atmosphère d’incertitude cruelle qui enveloppait le conflit, ne sauraient être plus graphiques ; ils s’imposent à l’esprit et lui transmettent leur obsession. On pourrait trouver seulement qu’ils se répètent parfois, et de façon trop uniforme : songez qu’ils remplissent toutes les pages. Je croirais, pour ma part, que les doutes, les hésitations de Pierre et d’Ysabeau, leurs analyses de leur détresse, leurs discussions de leurs alternatives, toujours conclues par le même dessein ferme, sont tirées un peu en longueur. Les défricheurs, peut-être, exhibaient leur courage avec moins de paroles et de raisonnements.

7Ce qui excelle encore, ce sont les descriptions des êtres et des lieux. L’auteur est maître en description : il joint à l’art vif des images, des comparaisons neuves, un vocabulaire d’une extraordinaire étendue. Il n’y a pas de mots enfouis aux caves des lexiques qu’il ne sache exhumer avec l’aisance la plus parfaite. Il n’y a pas de métier dont il n’emploie en se jouant les termes techniques. Il en résulte un style d’une variété vaste, riche en réussites pittoresques. — « Les matelots de morutiers s’occupaient sur les grèves à tourner et à retourner le poisson. Biscayennes et gribanes, allaient et venaient sur la mer. Au large, au bout d’une île courtaude, des rangées de doris se balançaient à l’ancre au-dessus des meilleurs fonds... Des filets de fumée s’élevaient des baraques enfouies sous la futaie. Long comme un pan de forteresse, le rocher roux subissait l’assaut des lames qui rejaillissaient sur ses flancs. » — « II n’y avait pas un moment à perdre pour remettre le défriché et le courtil en état d’être ensemencés. Dure tâche, caries racines profondes s’étaient réveillées ; les écrues jaillissaient des anciens guérets ; les souches s’étaient couronnées de cépées. Pierre, François, Jacques, alignèrent les rêches andins. Plus tard, Koïncha et les enfants allumèrent le feu courant, et les nappes de lourde fumée roulèrent dans la clairière. » Seul Ringuet, dans ses meilleurs jours, égale cette virtuosité !

8On a toujours d’ailleurs les défauts de ses qualités. Il se peut qu’en certains passages cette opulence trahisse un brin d’affectation, de « rareté » voulue. Je conçois bien que le mot « sylve » sonne très joliment dans une période poétique : pour une fois ou deux il me charme ; mais faut-il en user réitérément, par système, de préférence au mot « forêt » ? D’un simple sujet d’étude ou de conversation faut-il faire un « topique » sans raison urgente ? En lisant que « le mol piaulis des oiseaux avait supplanté le dur croassement des freux », confus de mon ignorance, je m’écrie : « Passez-moi le dictionnaire » ; et, si même je devine que, du fait qu’ils croassent, les freux sont de vulgaires corbeaux, comment l’eussé-je déduit du reste de la phrase, puisque les freux sont aussi des oiseaux ?

9Mais signaler ces minces détails, c’est tout au plus reprocher à l’auteur un étalage de sa richesse qui n’a rien de déshonorant, bien préférable à des preuves d’indigence. Je dirais que cette œuvre, dans sa solide exubérance, et malgré une psychologie qui s’étale plutôt en surface, nous présente à la fois une monographie historique, une leçon de philologie et l’effusion d’une plume brillante. C’est un programme certes assez large et substantiellement rempli.

Notes de fin

1 Les Opiniâtres par Léo-Paul Desrosiers », L’Avenir du Nord, 9 mai 1941, p. 2 ; « Un livre canadien : Les Opiniâtres par Léo-Paul Desrosiers », Le Jour, 10 mai 1941, p. 7.

2 Voir supra, p. 552-561 et 739-745.

3 Léo-Paul Desrosiers, Les Opiniâtres, Montréal, Imprimerie populaire, 1941, 222 p.

4 Allusion au roman d’Antoine Gérin-Lajoie. Dantin y a fait une allusion analogue à propos de Jean-Baptiste Delusson, « le Jean-Rivard de l’émigration américaine » (supra, p. 766).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540