Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Deux romans historiques du Canada français : Loups sous la lune (Wolves against the Moon) par Julia Cooley Altrocchi ; Tranquille mon capitaine attend (Quietly My Captain Waits) par Evelyn Eaton1

Full text

  • 1 « Deux romans historiques du Canada français : Loups sous la Lune (Wolves Against the Moon) par Jul (...)

1En dépit de leurs titres vagues et comme tirés à la loterie, ces deux ouvrages nous offrent des romans historiques ayant notre pays pour thème et pour théâtre, et méritent, à ce titre, d’intéresser notre attention.

2Ils diffèrent en ce qu’ils décrivent deux régions opposées de notre sol, deux périodes distantes de nos annales, mais ils se ressemblent par les bases solides dont ils appuient leurs énoncés, et le souci de vérité de leurs portraits et de leurs scènes. Ils font revivre des personnages de second plan, et conséquemment peu connus, qui eurent pourtant leur heure d’action et d’influence, et qu’avait jusqu’ici trop négligés la grande histoire. Sur leurs gestes authentiques ils brodent des trames d’intérêt romanesque, accentuant les éléments humains, parées d’une touche sentimentale, quelque peu féminine, qu’expliqué la personne des auteurs.

3Les chroniques de Québec ont conservé le nom de Joseph Bailly de Messein qui, trente ans après la conquête anglaise, promenait sa vie vagabonde dans les Pays d’en Haut, et s’y amassait une fortune dans le commerce des fourrures. Il était d’une noble famille, titulaire de la seigneurerie de Sainte-Anne, et alliée à la maison des Aubert de Gaspé. Son père, Michel Bailly, avait exercé sous les Français des charges publiques et gardait un haut rang dans la société de l’époque. Un de ses oncles avait été nommé coadjuteur de l’archevêque de Québec. Mais Joseph se sentait le goût des aventures, et préférait à des jouissances oisives l’existence ardue des trappeurs et des coureurs des bois. Laissant derrière lui ses parents et Corinne de Courcelles, la séduisante coquette qu’il admirait passionnément, il s’était dirigé vers les rives des grands lacs, et là s’exerçaient librement, au milieu des traitants et des tribus sauvages, les ressources de son énergie.

  • 2 James Fenimore Cooper (1789-1851), auteur de romans qui se déroulent parmi les tribus indiennes, Th (...)
  • 3 L’abbé Louis Bethléem (1869-1940), auteur de Romans à lire et à proscrire (Paris, Revue des lecture (...)

4C’est la biographie romancée de Joseph Bailly de Messein que développe Mme Altrocchi dans ces Loups sous la lune, où il y a, en fait, fort peu de loups et pas plus de lune qu’il n’en faut. Les faits couvrent les mêmes années, et parfois le même territoire, que le roman récent de Mr Desrosiers, Les Engagés du Grand-Portage, et les deux ouvrages présentent plus d’un point de comparaison. Ils nous mènent au début du siècle dernier, au temps des luttes spasmodiques des tribus indiennes contre l’envahissement des blancs, des rivalités sans scrupules des grandes compagnies, et à la veille de la guerre de 1612, dont la « région d’en Haut » devait sentir les répercussions. Joseph Bailly circule surtout entre les lacs Huron et Michigan ; il habite tour à tour Arbre Croche et l’île Mackinac, peuplés en grande partie par des Français aventuriers ayant pris des épouses indiennes et fondé des familles encore proches de l’état sauvage. Il a là pour rival un certain sieur Rastel, qu’il a connu au pays du Québec et qui, dans son absence, lui a ravi le cœur de Corinne de Courcelles. Rastel s’adonne surtout à la contrebande de fourrures ; et leurs intérêts divergents, non moins que leurs rancunes intimes, mettent constamment ces deux hommes en conflit. À Mackinac, Joseph rencontre la jeune métisse Marie, la fille d’Antoine Lefèvre et de Naengah, une femme native, élevée dans les mœurs sauvages depuis la mort du vieux trappeur, mais qui chérit la mémoire de son père et soupire en secret après la vie civilisée des blancs. Et il se trouve qu’Antoine Lefèvre avait été l’ami de cœur de la mère de Joseph avant son mariage au seigneur Bailly de Messein ! Ce souvenir rapproche les deux jeunes gens ; et quand Joseph sauve Marie des pièges pervers de Rastel et des maléfices du sorcier Delavigne, qui tous deux cherchent à la séduire, ils se découvrent un amour réciproque, et le roman coupé en herbe de leurs parents revit par leur classique mariage. Cette idylle est corsée d’épisodes excitants, de faites mouvementées, de dangers bravement subis ; elle s’emmêle aux soulèvements indiens, au massacre de Fort Wayne, et se lie au progrès des établissements des grands lacs, des bourgades déjà importantes de Détroit et de Checagou. L’auteur prétend, en ces tableaux, à une exactitude foncière que je ne me permets pas de discuter. Je ne veux que noter leur poussée dramatique, en une marche pourtant un peu lâche. On peut faire des réserves sur la portion sentimentale du livre ; elle me semble un peu trop pâmée et doucereuse. Mais d’autres aimeront peut-être à la trouver sucrée plutôt que salée. C’est une œuvre, en tout cas, aussi inoffensive que celles de Fenimore Cooper2 et sur laquelle l’abbé Bethléem3 peut en sûreté mettre son estampille.

5Tranquille mon capitaine attend nous reporte cent ans en arrière et découpe un fragment des chroniques de l’Acadie à l’orée du xviiie siècle. C’est un livre qui, cette fois, s’apparente à l’étude de Mr Pierre Daviault, Le Baron de Saint-Castin, et, sous une forme partiellement fictive, redit des péripéties analogues. La dame qui porte ici le tison d’incendie est Mme de Freneuse, personnage d’ailleurs historique, dont les documents de l’époque débattent souvent le caractère. Et son vis-à-vis dramatique est Pierre Denys de Bonaventure, capitaine de vaisseaux dans la marine du Roi, qui fut même pour un temps, en l’absence de Mr de Brouillan, mis en tête de la colonie. Ils s’étaient connus à Québec dès 1694 et une affection tendre s’était établie entre eux. Louise Guyon, alors toute jeune, avait même voulu s’embarquer, déguisée en mousse, sur le bateau du capitaine et le suivre à travers les mers ; mais il avait sagement repoussé cette affaire trop hardie. Sept ans plus tard, en un second voyage, il l’avait trouvée mariée au baron de Preneuse, et s’apprêtant à aller rejoindre son mari dans leur domaine en Acadie. En route lui-même pour Port-Royal, il l’avait prise à bord et l’avait déposée sur la route de ses terres, perdues dans les forêts de la Rivière Saint-Jean. Ils avaient échangé leurs regrets du passé, et de nouveaux serments d’amour impérissable. Et il ne l’avait pas entièrement quittée : il lui avait laissé son neveu Robert comme servant et comme protecteur.

6Pendant trois ans ils ne se revoient plus. Louise dissimule de son mieux le lourd ennui de cette absence, et se dévoue à son mari, qui pourtant souffre de sa froideur. Le jeune Robert, fatalement s’éprend d’elle et lui cause de nouvelles inquiétudes. Alors s’abat une catastrophe. Les Iroquois attaquent la Preneuse, et les Micmacs amis sont impuissants à la défendre. Le manoir est pillé, brûlé, et le baron est massacré sur place. Grâce au dévouement de Robert, Louise réussit à s’échapper et s’enfuit jusqu’à Port-Royal où Mr de Bonaventure les recueille et leur donne l’hospitalité. Mais la jalousie a bientôt désuni l’oncle et le neveu. Robert, désespéré de voir son amour refusé, s’adjoint à une tribu sauvage, dont il devient, au cours du temps, le chef. Louise, restée commensale de Pierre, voit s’accomplir ses chers souhaits, et tous deux s’estiment parfaitement heureux. Hélas ! le capitaine a une épouse et une famille en France ; la vie commune qu’il mène avec Mme de Freneuse est ici sujet de scandale. Mais Mr de Brouillan, et après lui Mr de Subercase, ont eux-mêmes succombé au charme de la gente veuve, et dédaignent ces accusations malignes. Ils lui obtiennent même une pension du roi, et lui font bâtir une maison qui sauve un peu les apparences. Toutefois, la naissance d’un fils, qui n’a pu être tenue secrète, réveille toutes les clameurs ; et les ennemis de la baronne, portant leurs plaintes à la cour, obtiennent enfin contre elle un décret d’exil. Mme de Freneuse passe en France pour y plaider elle-même sa cause ; et elle plaide en même temps celle de la colonie, depuis longtemps négligée par la métropole, menacée par l’Anglais et dénuée de tout secours. Elle charge à ses frais un bateau de provisions et d’armes et, défiant les ordres du roi, retourne à Port-Royal, où les colons qu’elle sauve de là famine ne songent plus à l’inquiéter. Mais pendant son absence, Pierre de Bonaventure a été pris par les Anglais, et elle apprend bientôt sa mort. Il lui faut assister, désolée, impuissante, à la conquête finale de l’Acadie. Alors elle retourne, pour y mourir, à son vieux domaine de Preneuse, dont les fidèles Micmacs l’aident à réparer les ruines, et elle s’y consacre à son fils, dernier lien qui lui reste avec son ami disparu.

  • 4 Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1643-1727), fut contrôleur général des Finances et minist (...)

7Remarquez que les archives acadiennes et françaises appuient la plupart de ces faits : il a suffi de les grouper et de les relever d’une couleur plus vive et plus chaude. L’auteur, qui a habité l’Acadie, est au courant de ses aspects, de son langage et de ses mœurs, et donne à ce récit une impression de réalisme. Il y a bien quelques détails qu’on pourrait contester : ainsi les dévots habitants me paraissent trop prodigues de leurs signes de croix. Fut-ce jamais la coutume, même pour de rudes soldats, de se signer chaque fois qu’ils s’adressent à un prêtre ou qu’ils prononcent le nom d’un trépassé ? Je croyais que ce rite, en dehors des heures de prière, n’était guère usité qu’en protection contre le diable. Est-il exact que le prix d’une chambre à Paris pour une nuit, vers 1708, était égal au coût d’une paire de bœufs au Canada ? Et c’est Mr de Pontchartrain, n’est-ce pas, qui fut ministre de Louis XIV, et non Mr de Pourtchartrain4, comme l’auteur l’écrit constamment ? On peut trouver aussi que l’amour de Louise et de Pierre est quelquefois trop langoureux pour des figurants de cette trempe. Mais en somme cette œuvre est solide et fortement intéressante. Mme Louise de Freneuse, la belle persécutée, fait pendant à Pédianské, l’épouse indienne de Saint-Castin, qui soulevait, vers le même temps, et à quelques lieues de distance, les protêts des âmes délicates. Il ne faisait pas bon, dans l’Acadie de 1700, d’en prendre à l’aise avec les lois morales.

Endnotes

1 « Deux romans historiques du Canada français : Loups sous la Lune (Wolves Against the Moon) par Julia Cooley Altrocchi et Tranquille mon Capitaine attend (Quietly My Captain Waits) par Evelyn Eaton », Le Jour, 22 juin 1940, p. 7.

2 James Fenimore Cooper (1789-1851), auteur de romans qui se déroulent parmi les tribus indiennes, The Last of the Mohicans (1826), The Prairie (1827), The Pathfinder (1840), The Deerslayer (1841), et de romans d’aventures maritimes.

3 L’abbé Louis Bethléem (1869-1940), auteur de Romans à lire et à proscrire (Paris, Revue des lectures, 1925, 475 p.).

4 Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1643-1727), fut contrôleur général des Finances et ministre de la Marine sous Louis XIV.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy