Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 2. Mahdia, carrières en projet de paysage

Pour une mise en paysage des carrières de Mahdia

Philippe Poullaouec-Gonidec

Testo integrale

  • 1 Extrait de texte, p. 210, « Le jardin botanique de Mahdia, une ceinture de savoir et de culture »,(...)

1« Par sa situation morpho-structurale et géographique, son histoire géologique, sa nature lithologique et son rôle socioéconomique, le cordon dunaire tyrrhénien consolidé [...] constitue un bel exemple régional révélateur de la richesse et de la diversité naturelle et culturelle [...], un patrimoine paysager typique du domaine littoral tunisien. » Mohamed Ouaja, professeur à la faculté des sciences de Gabès (Tunisie)1

  • 2 L’amphithéâtre d’El Jem est connu également sous le nom de Colisée de Thysdrus. C’était le plus gr (...)

2Les carrières de Mahdia sont situées en périphérie de cette ville littorale tunisienne. Elles fournissent depuis l’Antiquité un matériau de construction. Aussi, dans certains cas, ces lieux d’extraction ont été des lieux de sépulture. D’après certains experts, cette pierre aurait été utilisée pour construire le célèbre amphithéâtre d’El Jem2 en l’an 238, à quelques dizaines de kilomètres au sud-ouest de Mahdia. Pour les habitants de cette ville, cette pierre taillée est inscrite dans l’histoire du développement de la ville. Elle a toujours fait partie de leur environnement quotidien puisqu’elle est souvent utilisée pour bâtir les murets des champs et des propriétés.

  • 3 Voir Roland Paskoff, « Problèmes d’environnement à Mahdia, le littoral, la sebkha, les carrières » (...)
  • 4 Rapportée par certains experts, cette contamination est complexe. Elle serait liée à la fois à l’e (...)

3On dénombre actuellement une soixantaine de carrières sur une superficie d’environ 30 ha sur le territoire mahdois. « Elles ont été davantage élargies et approfondies au cours des 25 dernières années qu’elles ne l’avaient été pendant vingt siècles3 ». Notons que l’extraction contemporaine des carrières a créé dans certains endroits des problèmes de contamination de la nappe phréatique4. Certaines sont à l’abandon, d’autres ont été appropriées par l’agriculture, par l’habitat ou pour devenir parfois des décharges sauvages de déchets (et d’ordures ménagères). Certaines carrières délaissées sont devenues avec le temps des écrins de nature et des réserves d’eau pour l’agriculture locale. L’exploitation actuelle des carrières tire à sa fin puisqu’il n’y en a plus que quelques unes en activité. L’extraction de la pierre s’éteint au moment où l’urbanisation rejoint ce territoire singulier de la municipalité de Mahdia.

4Témoin de l’histoire du peuplement humain du territoire de Mahdia, l’ensemble des carrières se situe sur un ancien cordon littoral grésifié. Situées sur une crête linéaire, elles ont créé, par la succession de cavités, une marque entre le territoire rural et les zones d’urbanisation de la ville de Mahdia. Les cavités semblent aujourd’hui marquer les limites de l’expansion de la ville. Ainsi, dans le contexte actuel de l’étalement urbain de Mahdia, les carrières constituent les portes d’entrée de la ville, puisque chacun des grands axes routiers radiants traverse la ligne de crête des carrières pour rejoindre la cité historique, la médina sur la presqu’île. Les carrières appartiennent maintenant au territoire urbain de Madhia et leur dessein est étroitement associé au développement de cette ville.

  • 5 Voir à ce sujet les propos de Marc Auger, dans son ouvrage Non-lieux, introduction à une anthropol (...)

5Mais avant de présenter les dix projets de paysage de ce chapitre, qui offrent une palette de possibilités quant aux rôles et aux valeurs accordées au devenir territorial de ces carrières, il semble important d’esquisser quelques traits caractéristiques de ces espaces. Ces « non-lieux5 » portent des significations particulières pour les personnes qui les côtoient au quotidien tout comme ils inspirent le visiteur qui parcourt le chemin de crête de cet ancien cordon dunaire et qui arpente le tréfonds de certaines carrières.

Les carrières de Mahdia, de l’usage aux paysages

6Plusieurs personnes évoquent le patrimoine paysager des carrières. Mais très peu d’entre elles décrivent leurs qualités et l’expérience générée par cet univers d’extraction d’un monde abiotique qui, dans le cas des carrières de Mahdia, donne parfois naissance au monde biotique... à la vie.

7Les carrières de Mahdia révèlent leurs particularités dans le parcours nord-sud de cet ancien cordon dunaire qui offre un horizon panoramique sur la ville et la mer à l’est et qui surplombe les terres cultivées à l’ouest. Ce sont les « hauhauteurs » de Mahdia.

8Au nord de Mahdia, l’ancien cordon dunaire dévoile des lieux de sépulture fascinants. Issues d’une époque lointaine, ces tombes creusées à même la pierre calcaire dans les temps antiques sont constituées de petites chambres funéraires.

9Sobres et exempts d’expression décorative, ces vestiges sont à ciel ouvert. Les tombes sont ouvertes aux visiteurs telles quelles, sans information pour laisser libre court à l’imagination. Ce paysage archéologique au détour d’une petite route de campagne dans la zone littorale de la région nord de Mahdia constitue l’une des marques importantes d’un long parcours où la pierre et le destin de l’homme et des civilisations sont intimement mêlés.

10En descendant quelques kilomètres en direction du sud, on rejoint l’une des entrées importantes de Mahdia dans le secteur de la gare. L’ancien cordon dunaire livre ses premières traces d’extraction de pierres calcaires dans des carrières souterraines. Le géographe tunisien Mohamed Ouaja rapporte l’explication de cette singularité : « Pour éviter l’enlèvement d’une épaisse couche stérile, formée par la partie végétalisée de l’ancienne dune qui donne une qualité de roche (très friable à cause de l’intense bioturbation), les anciens carriers sont allés chercher la roche saine, suffisamment consolidée, dans les galeries souterraines (Ghar). Certaines de ces galeries sont encore bien préservées et nécessitent d’être mises en valeur et sauvegardées. » L’exploration des galeries démontre que certaines d’entre elles ont été habitées ; les traces de suie sur les parois rocheuses révèlent ces occupations.

11C’est à quelques mètres de ce lieu que commence le chemin des carrières qui suit la ligne de crête de cet ancien cordon dunaire et qui marque le coeur de la zone d’étude et de projet. La morphologie des carrières varie tout au long de ce parcours linéaire vers le sud de la municipalité. Les premières carrières qui se dévoilent au regard sont informes. Creusées à la pioche et à la dynamite, elles sont protéiformes et la végétation essaie tant bien que mal de tapisser le sol. Par contre, certaines petites carrières ont été comblées par une terre nourricière. Ce sont des jardins clos humidifiés par la roche calcaire qui « boit » l’eau de la nappe phréatique. Les carrières dévoilent l’un de leurs secrets. Ce sont des lieux recyclés qui ont trouvé leur utilité dans leur environnement rural. Aujourd’hui, elles semblent être les jardins nourriciers des faubourgs de Mahdia.

12Opposées au chaos des anciennes exploitations, les carrières contemporaines offrent les formes d’une véritable architecture aux murs rectilignes. Ces murs de calcaire sont les artéfacts d’une délimitation cadastrale. Ils révèlent à jamais la structure des lots de terre. Chaque paroi de roche est une limite de propriété. Ce sont les restes de la carrière. La succession de carrières apparaît comme un immense chantier inachevé. Cette vision est d’autant plus forte lorsque de nouvelles architectures épousent ces restes pour prendre forme.

13Les murs des carrières sont les pages d’un livre inachevé. Chaque mur dévoile une histoire, un geste, une technique, un savoir-faire actuel ou passé. Leur lecture interprétative est fascinante. Elle commence par le récit du géographe au fond d’une carrière qui décrit la pédologie et la géomorphologie des lieux et elle se poursuit tout au long d’une déambulation du chemin des carrières. L’extraction de la pierre draine toute l’histoire du lieu dans un incommensurable tréfonds. Les textures de la roche nous dévoilent son origine ; à l’époque où la pierre n’était pas « roche » ; au temps où la matière minérale était la vie, l’expression d’un littoral marin. Les carrières sont des musées où l’on trouve des mollusques et des végétaux fossilisés, des traces d’anciennes plages qui portent à la rêverie. Ces lieux mettent également en lumière les usages d’un passé. Les éclats et les textures de roche rappellent le geste de la pioche et le dynamitage des carriers. Les coupes rectilignes du sciage mécanique de la pierre font apparaître la présence d’anciens puits d’eau creusés très profondément dans la pierre.

14Le sciage mécanique des carrières dessine de remarquables textures sur les immenses murs de pierre des carrières. Les stries verticales parcourent l’ensemble des parois. La lumière crue met en scène de véritables bas-reliefs où l’ombre et la lumière rendent pleinement l’expression des textures. Le regard se perd dans ces pans de mur qui, par leur texture, évoquent d’imposantes architectures.

15L’extraction mécanique de la pierre dans ces carrières crée un jeu de formes et d’espaces uniques. Cette situation est particulièrement présente lorsque l’on déambule au fond de celles-ci. Les pans de sciage de la pierre sur plusieurs dizaines de mètres révèlent des volumétries imposantes. Leurs échelles paraissent démesurées parce qu’il n’y a pas de repère pour évaluer la mesure de ses ensembles de vide et de plein. Les vides laissés par l’extraction de la pierre offrent des lieux singuliers. Ils créent des cadrages visuels et des mises en scène de falaises et de ciel unique. Ces vides sont des pleins « esthétiques », des paysages qui s’inventent au gré de l’expérience qu’ils procurent.

16L’intérieur des carrières est coupé de la brise de la mer qui porte les sons de la ville. Le silence est très présent tout en étant sonore. La coupure du sifflement de vent laisse place à l’écho de chants d’oiseaux, aux éclats de voix du visiteur et parfois au bruit de la scie mécanique lorsque les carriers oeuvrent. Ces ambiances varient suivant la configuration des lieux et chaque son résonne sur la pierre pour se perdre dans le ciel. Chaque lieu possède sa signature d’ambiance où les couleurs chaudes de la roche calcaire changent au gré des humeurs du temps et des heures du jour. Dans ces tons d’ocre pastel, le ciel et la végétation créent de puissants contrastes chromatiques.

17Dissocié de son environnement extérieur, à l’abri des vents, exposé au soleil du midi, ombragé le matin et en fin de journée, et proche de la nappe phréatique, leur tréfonds est un microclimat. Plusieurs carrières sont devenues au fil du temps de véritables oasis. Certaines d’entre elles ont été colonisées par une végétation spontanée et par des habitats fauniques. L’humidité du sol et l’eau stagnante ont permis le développement de véritables écosystèmes qui, aujourd’hui, jouent un rôle dans le territoire périurbain de Mahdia.

18Ces conditions microclimatiques sont également exploitées à des fins de cultures par les agriculteurs locaux. Inscrite dans une tradition locale, cette pratique agraire démontre la fertilité de la pierre et plus largement de cet ancien cordon dunaire. Aux dires des riverains, il suffit de déposer un mince substrat de terre sur le sol de la carrière pour faire pousser des amandiers, des dattiers, des oliviers, des citronniers, etc. Ainsi, la mise en culture des carrières est l’une de ses réutilisations qui confirment son ancrage au territoire rural.

  • 6 Cette localité, qui délimite la ville de Mahdia au sud, est une délégation du gouvernorat de Mahdi (...)
  • 7 Ces basses-cours sont principalement utilisées pour l’aviculture locale.

19La promenade sur la ligne de crête de cet ancien cordon dunaire en direction du sud mène vers la localité de Rejich (Ar Rajish)6 au sud de Mahdia. Dans cette partie du territoire, l’urbanisation s’est intégrée tant bien que mal aux carrières. Juchée sur la crête du cordon, cette localité domine les carrières qui sont à ses pieds. En contrebas, l’espace des carrières est subdivisé en enclos. Chaque lot privatif est muré de pierres de calcaire taillées. Cette privatisation chaotique et insalubre de l’espace constitue un ensemble plus ou moins urbanisé d’habitats précaires et de basses-cours7. Là encore, la ruralité est prégnante tout en étant associée à un milieu de vie urbain d’une localité qui se bâtit avec les pierres de son sol. Cette appropriation de l’espace illustre le rôle actif des carrières dans le développement de l’urbanisation d’un bourg.

  • 8 Les carrières sont l’expression des multiples savoirs des carriers et de certaines pratiques agrai (...)

20Les carrières ne sont pas des non-lieux. Elles continuent à jouer un rôle important pour le territoire mahdois. C’est surtout un patrimoine immatériel8 et matériel qui a mué à travers le temps pour s’intégrer de plus en plus dans un territoire en voie d’urbanisation et donc dans le quotidien des habitants. Ce cordon de carrières n’est plus la juxtaposition des territoires continental et littoral de Mahdia. Ce n’est plus une barrière ou une limite territoriale puisque la réutilisation des carrières mêle les identités rurales et urbaines. Les champs et l’habitat y ont pris place, minimisant ainsi certaines cicatrises visuelles, mais rappelant surtout qu’elles sont utiles. Ce phénomène d’appropriation est là pour s’amplifier tout comme le paysage unique des carrières brièvement évoqué précédemment est une opportunité de développer la municipalité. C’est à travers cette vision d’inclusion territoriale (sociale, environnementale et économique) et la reconnaissance des valeurs patrimoniales matérielles et immatérielles qu’ont pris forme les dix projets de paysage présentés dans ce chapitre.

Note

1 Extrait de texte, p. 210, « Le jardin botanique de Mahdia, une ceinture de savoir et de culture », in Le gouvernorat de Mahdia, patrimoine, environnement et développement, sous la direction de M. Hachemi Labaïed, Tunis, 2005.

2 L’amphithéâtre d’El Jem est connu également sous le nom de Colisée de Thysdrus. C’était le plus grand colisée romain de l’Afrique du Nord et il pouvait recevoir 30 000 spectateurs. Cette ville est actuellement une délégation du gouvernorat de Mahdia.

3 Voir Roland Paskoff, « Problèmes d’environnement à Mahdia, le littoral, la sebkha, les carrières », Rapport d’expertise, UNESCO, 1998.

4 Rapportée par certains experts, cette contamination est complexe. Elle serait liée à la fois à l’exploitation mécanique, aux dépôts de déchets de toute nature. Et le pompage excessif de l’eau dans certaines carrières semblerait avoir créé des problèmes de salinité dans la nappe phréatique.

5 Voir à ce sujet les propos de Marc Auger, dans son ouvrage Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

6 Cette localité, qui délimite la ville de Mahdia au sud, est une délégation du gouvernorat de Mahdia.

7 Ces basses-cours sont principalement utilisées pour l’aviculture locale.

8 Les carrières sont l’expression des multiples savoirs des carriers et de certaines pratiques agraires.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista