Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Le paysage de la ville de Mahdia

Les paysages de la presqu’île de Mahdia

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

1L’expérience d’une ville maritime est toujours fascinante. Une ville face à la mer ou plus précisément une ville sur la mer possède un pouvoir poétique hors du commun. La présence de la mer par ses sons, ses odeurs, ses éclats de lumière tout comme son horizon révèlent des beautés paysagères qui oscillent entre des impressions générales du lieu et des expressions particulières. C’est la nature de ces agglomérations littorales qui ne sont pas coupées de leur lien avec l’eau parce que l’activité humaine est encore tournée vers elle.

2Mahdia est l’une de ces villes côtières qui possèdent cette vie et cette âme marines. Ainsi, cette ville méditerranéenne est encore fortement enracinée à la mer par sa situation géographique et par les usages typiques d’une société maritime. Assise sur une presqu’île, l’ancienne cité apparaît aujourd’hui insulaire. Elle l’était à une époque lointaine lorsqu’elle possédait ses fortifications et elle a su garder ces qualités malgré son extension urbaine au tout début du XXe siècle. Sa texture urbaine et architecturale est distincte de son extension « contemporaine » qui s’est étalée sur le cordon littoral adjacent. Il y a les Mahdois et les Mahdoises, résidents du quartier historique de la presqu’île et les autres, ceux qui habitent en dehors des murs de cette médina. Et l’ensemble de ces habitants vit au rythme de leur médina qui constitue toujours un fragment fortement identitaire et indissociable de la ville de Mahdia.

  • 1 Toponyme du cap de la presqu'île de Mahdia.
  • 2 Ensemble des expressions possibles qui traduisent, à terre, le lien privilégié entre un espace spéc (...)
  • 3 Le terme expériences paysagères fait référence aux évocations, aux représentations et aux plaisirs (...)

3Cette médina sur la mer est un écrin où se mêlent et se côtoient à la fois une histoire millénaire et le quotidien des gens de mer et des gens de terre. Mahdia possède le sens de la mer par son port de pêche, par la baignade ou par le dégraissage de peaux de mouton sur le promontoire de la presqu’île face au vent du large, mais aussi par les mythes et les rêves qu’elle semble contenir. Cap Africa1, comptoir phénicien et capitale des Fatimides engagés dans des échanges avec le large monde méditerranéen, tout se retrouve là en condensé pour évoquer la grande histoire. La place du Caire au centre de la médina ne rappelle-t-elle pas par sa toponymie le lieu d’un lointain déplacement ou d’une ouverture au monde de cette société mahdoise ? En regard d’une histoire mouvementée, la mer a toujours été omniprésente dans le développement de cette ville. Elle est sa centralité, sa référence, même si cette condition maritime ou plus précisément sa « maritimité2 » paraît actuellement davantage perçue que vécue. Moins nourricière qu’autrefois avec ses salines, ses pêches abondantes et ses conserveries, la mer deviendrait au fil du temps un lieu d’expériences paysagères3 pour la ville de Mahdia. C’est son dessein.

Presqu’île de Mahdia, un passé sur fond de mer

4La presqu’île de Mahdia fascine le promeneur par les différentes mises en scène qu’elle propose au fil de ses multiples découvertes. La route de la corniche qui la ceinture décline les premières singularités du lieu. Le nord-ouest de la presqu’île dévoile aux lumières crues du printemps la blancheur des façades des maisons de la médina. Cet éclairage est accentué par le contraste d’un contre-jour et de ciel chargé de nuages sombres qui obscurcit la mer lors des grains de pluie tant attendus.

  • 4 Extrait de texte, voir Mahdia, une vie, Alia Mabrouk et Khedija Chleïfa-Hamza, Éditions Sagittaire, (...)

5Au soleil couchant, à l’heure où les rayons de soleil éclairent cette façade maritime de la presqu’île, apparaît un petit rocher ; aux dires des habitants des lieux, il s’agit du rocher de « (...) Leila Bahria, la sirène de la mer, l’amante des pêcheurs, langoureuse beauté » (p. 69)4. Dès cet instant, l’imaginaire s’emballe. La mer porte les récits et les mythes comme elle porte les marins sur la glisse des vagues. Ce jour-là, à l’abri des vents du sud-est, une barque de pêcheurs mouillait sans bruit un filet de pêche à la rame. Ainsi, à quelques mètres du rocher de Lella Bahria, l’embarcation décrivait langoureusement un large cercle dans l’eau pour piéger le poisson de roche. Les gestes des quatre pêcheurs embarqués étaient parfaitement synchronisés, les rames plongeaient sans éclats dans l’eau pour ne pas effrayer le poisson et assurer une vitesse constante à la barque et le filet glissait le long de la lisse de plat-bord. Une fois le filet à l’eau, la boucle est bouclée. Le piège se referme. Deux hommes à la poupe et deux hommes à la proue de la barque relèvent sans à-coups les deux bouts du filet pour ramener le poisson à bord. Les pêcheurs rejoignent ensuite le rivage tout aussi tranquillement. Par ce petit tour en mer d’une étonnante lenteur, les pêcheurs tiraient leur révérence à la sirène de la mer...

Quand le temps est au calme avec la mer en miroir d’argent rosie par l’aube naissante, les femmes des pêcheurs scrutent l’horizon essayant d’apercevoir la barque de leur mari revenir du large, lourde de poissons. Quand le temps s’assombrit avec la mer houleuse qui vient battre la grève, l’horizon se multiplie dans l’écume des vagues, le poisson fuit la surface et la barque légère et cahotante retourne bredouille. Les femmes escaladent alors les rochers, se tordent les chevilles sur les galets, atteignent la grotte où les attend Lella Bahria, la sirène de la mer, l’amante des pêcheurs, langoureuse beauté. Avec l’eau à mi-mollet, les femmes des pêcheurs allument chacune une bougie qu’elles placent sous la pierre. Elles implorent la divinité marine pour que son souffle léger pousse les barques jusqu’au rivage.
P. 69 in alia mabrouk et khedija chleïfa-hamza mahdia, une vie, éditions sagittaire, 2005.

  • 5 Extrait d'un récit évoquant une cérémonie mortuaire à Mahdia, voir Mahdia, une vie, Alia Mabrouk et (...)

6Le cap Africa, une fois contourné, dévoile l’une des scènes les plus remarquables de cette presqu’île, un cimetière marin au pied d’un port punique à quelques pas des vestiges du rempart fatimide. Ouvert aux grands vents d’est et aux embruns, ce site unique invite à la découverte d’un immense parterre de tombes blanches alignées (dirigées vers La Mecque) dans une végétation indigène. Le couvre-sol végétal apporte les marques des saisons, les marques expressives d’un temps sans cesse renouvelées. Il ponctue ainsi d’événements floraux l’immuabilité des lieux. Au hasard des petits chemins de traverse de ce cimetière se dévoile la mémoire des défunts ; les petits galets déposés délicatement sur le rebord des tombes en sont les traces. « Elles (les femmes) ne se réunissent que les lundis et les jeudis autour de la tombe pour en nouveau caresser les galets en mimant certains gestes ou en disant certaines expressions de la disparue » (p. 68)5.

  • 6 Voir au sujet de l’archéologie et de l’histoire du port, les actes du séminaire de Mahdia des 24, 2 (...)
  • 7 Le bassin creusé dans la roche de grès pliocène communique avec la mer par une passe dominée par le (...)

7En contrebas, ce cimetière marin côtoie les quais de l’ancien port punique. Vestige d’une époque lointaine d’échanges commerciaux6, le bassin du port creusé à main d’homme dans la roche7 est toujours en activité pour la pêche artisanale à la senne. À l’abri des vents du nord et du nord-est et des vagues, les barques de pêche hautes en couleur amarrées aux ruines du passé. Leur présence affirme l’usage du lieu. Le port sans artifice poursuit ainsi son histoire. Lors des journées d’été, les jeunes mahdois s’élancent du haut des ruines de la tour d’entrée du bassin dans l’eau, liant là encore le présent au passé.

8La route de la corniche serpente à nouveau le cimetière marin à l’ombre de la forteresse ottomane « Bordj El Kébir » pour rejoindre ensuite la Grande mosquée dont le parvis est adjacent à la place du Caire. Le dernier cheminement long ainsi la muraille fatimide pour entrer dans la médina.

9Ce parcours côtier de la presqu’île livre avant tout l’immensité de l’horizon marin. Mais cette côte rocheuse modelée par l’homme et ensuite remodelée par les vagues de la mer révèle une autre profondeur, celle du passé. Le regard du visiteur ne peut qu’être subjugué par ce littoral de ruines millénaires ouvertes aux forces marines. Toutefois, ces vestiges baignés dans la dureté du temps semblent insoumis puisqu’ils sont investis d’usages au quotidien. Ceux-ci constituent les derniers remparts d’une filiation entre le passé et le présent. Cette expérience paysagère convoque ainsi plus que la beauté des lieux cadrés par ces espaces côtiers où se mêlent les couleurs changeantes de la mer et des ciels. Plus que tout, elle induit le sublime. Cette ivresse est provoquée par un vertige incommensurable où se mêlent l’horizon infini du lointain et la profondeur d’un passé constamment lavé par le ressac des vagues. Porté par ce vertige, le front de mer de la presqu’île de Mahdia exerce ainsi un pouvoir imaginaire et poétique unique.

La médina en expressions paysagères

10L’intériorité de la presqu’île de Mahdia est sa médina. À l’image de toutes les médinas, elle offre les ruelles étroites et des passages. Ce qui caractérise cette médina, c’est son apparente simplicité. L’architecture de rue est relativement sobre et l’espace de circulation est régi par deux principaux axes parallèles dans la longueur de la presqu’île qui distribuent ensuite des passages plus ou moins profonds vers les portes des maisons. Là encore, la lumière crue découpe les architectures sur le ciel intense et projette des ombres marquées dans les ruelles. Celles-ci résonnent de sons, d’éclats de voix des enfants qui jouent et du claquement des métiers à tisser la soie.

11À ces ambiances sonores se mêlent le bruit du ressac de la mer, le clapotis des vagues et le froissement du linge qui sèche au vent sur le toit des maisons. Les dédales portent également les parfums du quotidien. À l’heure du déjeuner, l’odeur du pain sorti du four semble accompagner le parcours des enfants qui regagnent la maison familiale.

12Quelques pas plus loin, l’odeur s’étiole pour laisser place aux vents dominants qui s’engouffrent sans retenue dans les traverses de la médina. Un peu plus tard vers la tombée du jour, les effluves iodés de la mer imprégneront plus amplement et en douceur l’intérieur de la médina.

13Cet espace est essentiellement régi par les gens qui l’habitent. La médina a ses temps morts comme elle a ses temps de vie, de bouillonnements marchands. Les temps sont multiples, rythme des visiteurs et celui d’un quotidien, du marché public hebdomadaire, des fêtes et des rites de ses habitants. La place du Caire illustre très bien le rituel de la rencontre des publics, du plaisir de parler et d’écouter les propos des uns et des autres à l’ombre des vieux arbres. Petite place couverte d’un toit végétal telle une pergola, elle se meuble de chaises et de tables au fil des journées et des saisons. Opaque aux rayons du soleil, elle est l’un des îlots de fraîcheur de cette médina. Intimiste par son échelle et par ses usages, la place du Caire exprime très clairement l’intériorité de cette presqu’île.

  • 8 Les ferronneries des fenêtres des maisons font office de moucharabieh permettant ainsi de jeter des (...)

14À l’abri des vents et du plein soleil, au gré des déambulations, la médina dévoile aussi d’autres singularités intérieures. Dans ses ruelles marchandes, les seuils d’entrée des maisons décorés de mosaïque, les portes, les ferronneries8 et les persiennes des fenêtres attirent le regard et ils déploient leurs dessins et leurs textures. À la fois discrètes et expressives, tous ces éléments architecturaux guident la découverte des lieux qui pousse parfois à entrevoir certains espaces privés de ce milieu de vie. Pousser une porte et franchir le seuil d’une maison traditionnelle permet de découvrir la lumière des cours intérieures et la polychromie de certains plafonds de bois peints et d’apercevoir que la pénombre intérieure des maisons cadre crûment les points de vue extérieurs.

15L’écaille des peintures délavées de certaines portes et fenêtres rappelle la dureté du climat marin, de son air salé. Ces couleurs, lorsqu’elles sont vives et fraîchement repeintes, expriment très clairement leur filiation marine. Ainsi, les barques de pêche amarrées dans le port punique arborent fièrement la palette chromatique des portes et fenêtres de la médina. Chaque embarcation est une polychromie de bleu, de vert, de jaune, d’ocre et de blanc. Ici, la couleur est avant toute chose une histoire d’appartenance. Elle possède également ses propres significations puisqu’elle indique l’usage des maisons, dont notamment les lieux de culte.

  • 9 Ces salines qui ne sont plus en activité sont situées dans Sebkla Ben Rayada qui correspond à une l (...)
  • 10 Les carrières de l’ancien cordon dunaire (thyrrhénien) qui font l’objet de cette présente publicati (...)
  • 11 La dune bordière de la plage nord de Mahdia.

16Ainsi, de ruelle en ruelle, la médina expose l’au-delà de ses apparences. Le blanc et le bleu des cartes postales touristiques ne sont que des impressions lointaines du lieu. Les paysages de la presqu’île de Mahdia sont un univers complexe d’ambiances et d’expressions finement tissées à travers le temps. Amarrée à son quai continental, elle est devenue un haut lieu de la ville parce qu’elle porte une très grande partie de son histoire. Mais, celui-ci ne doit pas occulter les entités qui ont contribué à son développement et au façonnement de son identité. Notons ainsi, le littoral9, les salines10 et les carrières11 qui constituent les attraits singuliers du territoire mahdois. Ce sont des parties d’un ensemble indissociable du paysage maritime. Le défi urbain de Mahdia sera d’induire des dialogues entre ces lieux afin d’assurer leur préservation, leur mise en valeur et leur développement.

Notes

1 Toponyme du cap de la presqu'île de Mahdia.

2 Ensemble des expressions possibles qui traduisent, à terre, le lien privilégié entre un espace spécifique - l'océan - et des individus qui sont dans sa dépendance étroite et massive (p. 61-62. Le Saint et le lieu, Alain Cabantous in La maritimité aujourd’hui, L'harmattan, 1996).

3 Le terme expériences paysagères fait référence aux évocations, aux représentations et aux plaisirs polysensoriels des lieux.

4 Extrait de texte, voir Mahdia, une vie, Alia Mabrouk et Khedija Chleïfa-Hamza, Éditions Sagittaire, 2005, 95 pages.

5 Extrait d'un récit évoquant une cérémonie mortuaire à Mahdia, voir Mahdia, une vie, Alia Mabrouk et Khedija Chleïfa-Hamza, Éditions Sagittaire, 2005, 95 pages.

6 Voir au sujet de l’archéologie et de l’histoire du port, les actes du séminaire de Mahdia des 24, 25 et 25 décembre 2004, Le gouvernorat de Mahdia, patrimoine, environnement et développement, sous la direction de M. Hachemi Labaïed, Tunis, 2005.

7 Le bassin creusé dans la roche de grès pliocène communique avec la mer par une passe dominée par les vestiges d'une ancienne tour d'entrée au sud-ouest de celui-ci et par un chenal à l’extrémité sud-est qui « permet la circulation de l’eau pour éviter son ensablement et son envasement. Le port a été creusé à l’époque punique et restauré au temps d'Obeid Allah Al Mahdi », p. 38, Ameur Younes, « Gummi à l’époque antique : recherches et mise au point sur le paysage portuaire et les installations halieutiques », in Le gouvemorat de Mahdia, patrimoine, environnement et développement, sous la direction de M. Hachemi Labaïed, Tunis, 2005.

8 Les ferronneries des fenêtres des maisons font office de moucharabieh permettant ainsi de jeter des regards furtifs sans être vu.

9 Ces salines qui ne sont plus en activité sont situées dans Sebkla Ben Rayada qui correspond à une lagune littorale (sans communication directe avec la mer) asséchée à la fin de l’été. Les dépôts salés et une végétation halophile tapissent son fond. Actuellement, la sebkha fait l’objet d’un projet d’assainissement et de développement intensif.

10 Les carrières de l’ancien cordon dunaire (thyrrhénien) qui font l’objet de cette présente publication.

11 La dune bordière de la plage nord de Mahdia.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter