Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Le paysage de la ville de Mahdia

Mahdia, la lumière en mémoire

Salma Hamza

Texte intégral

1La ville de Mahdia, ville millénaire, s’est développée historiquement autour de deux pôles : ville princière et résidentielle fortifiée (l’actuelle médina) et le faubourg commercial de Zouila. Aujourd’hui, c’est autour de cet ancien faubourg que continue à se développer la ville contemporaine. Tout au long des siècles, les deux pôles de développement vont se déplacer sur son territoire tels les mouvements de marée de la mer qui l’entoure sur trois cotés. Elle va ainsi s’adapter aux différentes invasions auxquelles l’exposait paradoxalement son caractère de ville refuge. En effet, son histoire fut ponctuée de périodes de repli à l’intérieur de la ville (intra muros) et de périodes fastes d’ouverture sur son arrière-pays.

2Ancienne capitale rayonnant sur l’Afrique du Nord, Mahdia fut tour à tour assiégée, bombardée et détruite. Il faut attendre le XVIIe siècle, sous l’occupation ottomane, pour qu’elle soit totalement reconstruite selon la configuration actuelle.

3Avec la colonisation française, la ville va graduellement s’étendre à l’extérieur des remparts, vers l’ouest. Mais le rôle de petite ville qui lui a été attribué durant cette période a fait que la ville moderne s’est développée en un mouvement lent et faible. Ce n’est que durant la seconde moitié du XXe siècle, après l’indépendance, que l’ancien faubourg de Zouila, devenu lieu de villégiature de la bourgeoisie mahdoise, a été pris d’assaut par l’urbanisation.

4La ville moderne s’est développée par un système de rocades et de ceintures qui vont de la rive sud à la rive nord, contrairement à la médina qui est traversée par deux axes est-ouest qui constituent des accès vers la mer.

5Actuellement, Mahdia est le chef-lieu d’un gouvernorat de 200 000 habitants. Elle a longtemps été à l’abri des grands mouvements de développement économique qui ont touché les régions voisines, Sousse et Monastir. Toutefois, la ville va s’ouvrir à la fin des années 1980 sur le secteur du tourisme avec l’aménagement de zones touristiques nécessitant le développement d’autres secteurs économiques essentiellement tertiaires et l’aménagement de nouvelles zones résidentielles.

6La médina, qui n’a pas encore totalement perdu ses fonctions initiales, résidentielles et commerciales, a également subi la pression de cette ouverture en commençant à se transformer progressivement et en s’adaptant aux besoins de la demande touristique en offrant boutiques d’artisanat, cafés touristiques, etc. Ce changement progressif de vocation peut engendrer des risques de standardisation selon un modèle qui ne tiendrait pas compte de ses propres ressources.

7Dans ce contexte marqué par les nouveaux enjeux qui pèsent sur la ville de Mahdia, le séminaire international de l’UNESCO sur les petites villes côtières historiques qui a eu lieu en juin 1999, a identifié un certain nombre de projets prioritaires pour la ville dont la mise en valeur du littoral sud par l’aménagement de la sebkha ben Ghayadha.

8Parmi ces projets, on retrouve également la protection du littoral nord qui se résume à la mise en place de ganivelles dont le but est de fixer les dunes bordières et d’empêcher le dégraissement de la plage. La question de la protection et de la sauvegarde de l’ensemble du tissu historique de la médina et de ses faubourgs a aussi été soulevée.

9De même, le projet de l’aménagement et de la valorisation des carrières périphériques abandonnées se retrouvait parmi les préoccupations. Le choix du site des carrières périphériques de Mahdia, pour réaliser le 3e Workshop_ atelier/terrain de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal, s’inscrit ainsi dans la problématique générale de revalorisation de la ville de Mahdia et de ses environs.

10Quel regard pouvons-nous porter aujourd’hui sur la ville de Mahdia et sur son patrimoine afin de les considérer comme une référence à un projet sur les carrières périphériques abandonnées ? Dans quelle mesure la médina et son tissu historique peuvent constituer un préalable à un projet urbain qui sera réalisé en dehors de son enceinte et de son aire géographique ? La référence à la médina doit-elle s’exprimer par la forme, par le contenu ou bien devrait-elle prendre ancrage dans des valeurs plus immuables, à même d’être utilisables dans des conceptions contemporaines, surtout lorsqu’elles sont situées dans des lieux aux dimensions paysagères fortes ?

11Quel niveau d’analyse et quels enseignements devrait-on dégager de la ville existante ?

12Au-delà du regard émerveillé que pourrait poser le visiteur sur la ville ancienne, il serait intéressant d’identifier des pistes de lecture qui permettraient de connaître les clés d’un aménagement urbain et architectural qui n’aurait pas pour unique contrainte les ratios et les coefficients chers à l’urbanisme technocratique.

13Comment éviter une architecture où la référence au local ne se limiterait pas à une simple reprise des clichés formels et décoratifs puisés dans l’ornementation traditionnelle ?

14La compréhension par le biais de l’analyse typomorphologique peut s’avérer utile quand on intervient directement dans l’espace de la médina (cas des restaurations), mais est-elle suffisante dès que l’on s’éloigne de son environnement immédiat ?

15Afin de faciliter l’établissement d’une grille de lecture de l’espace mahdois qui pourrait nous fournir des outils de conception, la compréhension par le biais des spécificités paysagères de Mahdia pourrait nous aider à constituer une base de références ancrées dans le territoire. De ce fait, nous retiendrons quatre composantes naturelles qui nous semblent importantes à Mahdia : la couleur, le vent, l’eau et la lumière.

La couleur

16Loin de se restreindre au bleu et au blanc, couleurs souvent associées à l’architecture des espaces traditionnels en Tunisie, la palette est assurément beaucoup plus large. Elle propose bien plus que le bleu de la mer qui se décline en plusieurs tons. Les couleurs peuvent également transporter une valeur symbolique liée à l’usage. Ainsi, les verts sont destinés aux commerces et autres lieux publics. Par exemple, les verts des espaces religieux et des hammans seront plus soutenus que ceux utilisés dans les commerces et seront souvent bordés de rouge. Dans l’habitat de villégiature des faubourgs, l’usage du turquoise et du vert devient dominant. Dans les logements, les boiseries sont peintes dans des gammes d’ocre et de marron, et les fers forgés en vert, en bleu ou en noir.

17Ainsi, en plus de l’harmonie recherchée, l’usage symbolique de la couleur a développé une grille de lecture et une perception de l’espace qu’il serait intéressant d’enrichir et d’approfondir.

Le vent

18Exposée sur trois façades maritimes, la ville vit au rythme des vents qui varient selon les saisons. Le vent du nordouest est considéré comme le vent dominant. Au départ, la ville s’en est d’ailleurs protégée en privilégiant l’ouverture sur le sud. Par ailleurs, le vent du sud-est qui, faible l’été, ramène la brise marine rafraîchissante dès qu’il s’intensifie, devient, selon l’expression locale, « chlouk » et est souvent perçu comme le plus redoutable. Dévastateur pour l’agriculture, il bloque également les marins et les poissons, et ramène pluies et tempêtes. Dans la vie quotidienne du Mahdois, le vent et son orientation sont très présents. Selon l’orientation du vent, le Mahdois sait d’avance quel poisson frais il trouvera au marché le lendemain. Dans les maisons, les chambres ouvrant souvent sur le patio central sont nommées selon la provenance du vent.

19Aujourd’hui, la façade maritime nord, à laquelle la ville tournait le dos, devient la façade principale accueillant corniches et promenades piétonnes. Le logement, jadis introverti, s’ouvre sur la rue et la vue sur la mer devient alors un argument de vente et de valeur ajoutée foncière parfois démesurée. Autant de mutations et de transformations dans l’espace de la ville que les nouveaux projets d’aménagement doivent considérer.

L’eau et la lumière

20L’eau est matérialisée par la mer présente sur les rives de Mahdia. Elle se décline en ports de pêche, en plages de sable blanc accueillant la zone touristique et les résidences balnéaires, et en plages rocheuses entourant et protégeant la médina.

21Dans la médina, organisée selon le principe d’un urbanisme musulman introverti où les ouvertures sur les façades sont rares et se limitent souvent aux accès, le tissu urbain est irrigué par des échappées vers la mer. Il s’agit d’axes de distribution des îlots qui partent des axes principaux est-ouest pour rejoindre les rives maritimes. Ces percées confèrent à l’intérieur des îlots une luminosité insulaire. Cette lumière est captée par la blancheur bleutée des murs chaulés, les volumes et les hauteurs des constructions dont l’ombre portée au sol joue les contrastes avec la luminosité reflétée par la mer. La taille et la forme des ouvertures sont autant d’éléments qui, selon le cas, filtrent ou laissent totalement passer la lumière à l’intérieur même des constructions.

22À la pointe de la presqu’île, sur une bonne partie du territoire de la ville ancienne, s’étale le cimetière marin. Les tombes blanches sont ornées de végétation à base de myoporum et d’agaves et constituent ainsi une réserve de lumière qui laisse circuler l’air marin sur le reste de la ville selon l’orientation des vents.

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter