Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Chapitre 1. Le paysage de la ville de Mahdia

Bilan des projets de coopération internationale en matière d’aménagement de la ville de Mahdia

Adnene Hamza

Texte intégral

1Capitale des Fatimides fondée en l’an 916 par Obeidallah El Mehdi, puis ancien comptoir carthaginois, la ville de Mahdia forme une presqu’île inexpugnable. Dès sa création, Mahdia a été le lieu d’échanges dans le bassin méditerranéen. Aussi, depuis plus de 30 ans, Mahdia met en oeuvre des jumelages et des accords de coopération avec différentes villes (ex. Le Caire en Égypte en 1973, Mazara del Vallo en Italie en 1974, Aveiro au Portugal en 1998).

2Toujours très intéressée par des projets de partenariat qui visent l’amélioration du cadre de vie de sa population, c’est avec enthousiasme que Mahdia a accueilli le Workshop_atelier/terrain international de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (Canada). Cet atelier de design urbain a réuni des étudiants, des professeurs et des experts qui ont réfléchi pendant dix jours de travail intensif sur l’aménagement des carrières désaffectées de la ville. Cette expérience de transfert de connaissances s’ajoute à plusieurs initiatives prises dans le but d’améliorer le cadre de vie des mahdois et des mahdoises et de mise en valeur des attraits de cette ville.

3C’est ainsi que la ville de Mahdia profite de cette occasion pour dresser un bilan succinct de ses différentes activités de coopération internationale qui visent, pour la plupart d’entre elles, la mise en valeur de ses paysages urbains actuels et de ses quartiers historiques.

4Aujourd’hui, Mahdia adhère à plusieurs réseaux internationaux :

  • Réseau des petites villes historiques côtières sous l’égide de l’UNESCO
  • Groupe Euromed des Eurocités 2002
  • Association de cités et régions pour le recyclage (ACR+)
  • Organisation des capitales et villes islamiques
  • Organisation des villes historiques méditerranéennes
  • Fédération nationale des villes tunisiennes

5L’adhésion à ces réseaux a permis à Mahdia de mettre en oeuvre ou de participer à plusieurs projets de coopération. En 1999, elle a accueilli le séminaire international de l’UNESCO sous le thème « Le Développement urbain durable en zones côtières ». C’est d’ailleurs au cours de ce séminaire, plus précisément le 24 juin 1999, qu’a été proclamée la Déclaration de Mahdia. Celle-ci vise à inciter les autorités nationales à :

  • adopter Mahdia comme cas pilote dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale de développement durable ;
  • entreprendre l’implantation de projets de sauvegarde et de valorisation ;
  • renforcer et étendre les réseaux de partenariat et d’échanges scientifiques et techniques.

6Depuis cette déclaration, plusieurs projets, répondant à ces attentes et visant l’amélioration du cadre de vie des habitants de la ville, ont été mis en oeuvre à Mahdia. Il sera ici question de quatre projets phares réalisés sur le territoire de Mahdia, soit la Maison-laboratoire de Mahdia, la réhabilitation et la protection de l’écosystème dunaire de la plage nord d’EI Mneirat, le Med’Act et le Med Pact.

La Maison-laboratoire de Mahdia

7Créé en juillet 2000, ce projet est le fruit d’une coopération décentralisée entre le gouvernorat de Mahdia, la municipalité de Mahdia - propriétaire de la maison-, le Conseil Général du Département de la Loire atlantique avec le soutien et le parrainage de l’UNESCO.

8Il s’agit d’un chantier pilote initié par l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, l’École nationale d’architecture et d’uirbanisme de Tunis et l’Association de sauvegarde de la médina de Mahdia (ASMM). Cette « maison laboratoire » ne devait pas se contenter d’une simple restauration du bâtiment et des techniques de mise en oeuvre, mais elle se proposait d’être le point de départ d’une meilleure connaissance des modes de vie, des usages, des transformations et de l’évolution de l’habitat de la ville.

La Maison-laboratoire de Mahdia

9L’objectif de ce chantier a été défini sur trois axes :

  • la réhabilitation comme alternative à la destruction ;
  • l’expérimentation de techniques adaptées au bâti ancien et de techniques à base de matériaux naturels peu coûteux et surtout accessibles ;
  • le chantier invisible contenant un travail sur les représentations, l’échange de savoir entre habitants, professionnels et étudiants, illustré par des enquêtes, des expositions, un carnet de bord et un film.

10Très vite, cette maison qui tombait en ruine s’est transformée en chantier ouvert accueillant un public de touristes curieux de découvrir un chantier qui pouvait livrer, de manière vivante, des bribes d’histoire de la ville. On y rencontrait également des habitants de la médina et des voisins venus aux nouvelles d’une maison qu’ils croyaient perdue. D’autres venaient en quête de solutions et de techniques de restauration en vue de transformer ou consolider une maison. Un lieu d’échanges et de discussions sur la ville s’est ainsi installé.

Le projet de réhabilitation et de protection de l’écosystème dunaire de la plage nord d’El Mneirat

11Ce projet a été réalisé en partenariat avec l’ASMM, l’Agence de protection et de l’aménagement du littoral et l’Entente départementale pour la démoustification (EID) Méditerranée en France sous le patronage du programme de l’Organisation des Nations unies pour le développement.

12Il consiste à :

  • réhabiliter le cordon dunaire au niveau de la plage ;
  • protéger l’écosystème dunaire contre les dégradations dues aux pressions anthropiques, particulièrement les piétinements des estivants et promeneurs ;
  • reconstituer un espace biologique de qualité au sein du cordon dunaire considéré ;
  • mettre en œuvre la nouvelle technique de ganivelles pour la réhabilitation des dunes, technique expérimentée avec succès sur la plage d’EI Asfouria. La nouvelle technique de ganivelles vise à :
    • mettre en place des écrans brise-vent en ganivelles pour atténuer l’action érosive du vent et pour favoriser le réensablement des parties dégradées de la dune ;
    • installer une clôture en ganivelles pour la protection des dunes contre les piétinements et aménager des dessertes et des accès vers la plage ;
    • procéder à la plantation d’un écran vert et revégétaliser de la dune par l’implantation d’une flore spécifique.

Ganivelles installées à la plage nord de Mahdia

13Parallèlement aux deux premiers projets présentés, véritables interventions en évolution, Mahdia a accueilli en juin 2004 la rencontre des villes et régions du Groupe Euromed des Eurocités. Cette réunion a, pour sa part, mené à l’élaboration de deux projets de coopération euroméditerranéenne financés, entre autres, par la Communauté économique européenne (CEE).

Le projet pilote Med’Act

14Ce projet consiste en la mise en place d’une nouvelle méthode de collecte des ordures ménagères dans la médina de Mahdia en collaboration avec la ville de Rome et la région de Bruxelles-Capitale.

15En raison de certaines rues étroites de la médina, la principale intervention de ce projet est de mécaniser l’opération de récupération des déchets domestiques par l’utilisation d’un équipement adéquat tout en faisant participer le citoyen, en assurant l’hygiène tout en augmentant la productivité.

Le projet Med Pact

  • 1 Sustainable Human Activities in Mediterranean Urban Systems (SHAMS).

16Ce projet qui promeut les activités humaines durables dans les systèmes méditerranéens urbains1 a été mis sur pied en collaboration avec la région de Bruxelles-Capitale, conjointement avec la ville de Mahdia, la ville de Rome et Lille Métropole Communauté urbaine. Les partenaires du sud sont les villes de Bosra, Mahdia et Sousse.

17Les associés au projet sont, d’une part, la Wilaya d’Alger (Algérie), la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaer (Maroc), la ville de Bkassine (Liban) et la Fédération des municipalités du Chouf Es Souayjani - FMCES (Liban) et, d’autre part, la ville de Sfax (Tunisie), ICCROM (Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels) et Federculture (Italie), le réseau des villes Medcités ainsi que l’Ayuntamiento de Malaga (Espagne). Le projet a été financé en partie par la CEE dans le cadre du Programme de partenariat entre collectivités territoriales en Méditerranée.

18En résumé, ce projet vise à :

  • la création d’un réseau d’échanges d’expertises NordSud et Sud-Sud qui se concentrera sur les stratégies de développement urbain durable ;
  • l’élaboration d’une stratégie de développement durable intégrant la valorisation culturelle, touristique et socio-économique du patrimoine historique et culturel ;
  • la définition d’une stratégie de gestion intégrée et durable des ressources entre Bruxelles, Mahdia, Sousse et Lille Métropole ;
  • le transfert Sud-Sud et le partage des expériences en matière de stratégies de développement urbain durable.

Des projets à mettre en oeuvre

19En somme, la ville de Mahdia peut être fière de connaître une coopération internationale de plus en plus florissante et structurante. Beaucoup d’autres projets se mettent en place sur son territoire. Mais le défi reste leur réalisation comme l’exemple de la restauration et de l’aménagement de l’ancienne église en plein coeur de la médina pour devenir un centre socioculturel ou encore l’aménagement de la Place de la Loire atlantique.

20Ainsi, la coopération internationale se définit aussi par des projets qui évoluent dans le temps et qui ne se résument pas uniquement à des interventions ponctuelles. La coopération avec la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM) en est un exemple probant. En effet, l’organisation du Workshop_atelier/terrain Mahdia, qui s’est tenu du 16 au 25 novembre 2006 sous le thème « Carrières en projets de paysage », a mobilisé une quarantaine d’étudiants, un corps professoral et des experts provenant du Canada, de l’Italie, du Maroc, du Liban et de la Tunisie. Cette activité a produit d’excellents résultats qui ont été évalués par un jury international sous le haut patronage de l’UNESCO. Elle nécessite des suivis. Ainsi, la mairie propose de réaliser un projet parmi les propositions présentées lors de ce Workshop_atelier/terrain (WAT). L’encadrement scientifique de la CUPEUM et la supervision technique de la municipalité de Mahdia mèneraient à sa réalisation. De plus, la mise en oeuvre de ce projet impliquerait certains étudiants canadiens et tunisiens ayant participé au WAT, qui agiraient comme stagiaires dans cette démarche unique et structurante pour la population de Mahdia.

Notes

1 Sustainable Human Activities in Mediterranean Urban Systems (SHAMS).

Table des illustrations

Légende La Maison-laboratoire de Mahdia
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13969/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Ganivelles installées à la plage nord de Mahdia
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13969/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13969/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 379k

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter