Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Introduction

Philippe Poullaouec-Gonidec

Texte intégral

  • 1 Ville limitée aux anciennes fortifications, aux installations portuaires et aux remparts médiévaux

1Première capitale de l’époque Fatimide, cette ville de plus de 45 000 habitants est située au centre-est de la Tunisie, à 230 km au sud de Tunis. Après Carthage (capitale des Puniques et des Romains) et Kairouan (première capitale islamique du Maghreb), Mahdia fut fondée entre 916 et 921 par le premier kalife chiite, Abdallah El Mehdi, sur une petite presqu’île. Cette cité, qui fut l’une des premières capitales d'Afrique du Nord, a joué un rôle important dans l’histoire du Maghreb et plus largement dans le bassin méditerranéen en étant un pôle politique, militaire et commercial. Cette ville fortifiée sur la mer perdit son rôle de capitale au milieu du XVIe siècle au profit de Tunis. À la suite du déclin mouvementé de cette cité maritime, elle resta une bourgade jusqu'à la fin du XIXe siècle. Mahdia sort véritablement de ses murs1 et de sa presqu’île au tout début du XXe siècle.

  • 2 Cordon tyrrhénien connu sous le nom de formation Rejich. Voir le plan de localisation à la page 68

2Aujourd'hui, cette ville s’étend dans un territoire traditionnellement agricole parsemé de petits bourgs pour s’accoter à la limite de la ligne de crête d'un ancien cordon dunaire2. Celui-ci sépare deux entités géographiques importantes, soit celle du domaine continental à l'ouest et celle du domaine littoral à l’est. Cet étalement urbain contemporain renvoie ainsi les entrées de la ville sur cet axe nord-sud. Cette barrière morphologique est aujourd'hui l'un des enjeux significatifs dans le développement de Mahdia puisque ce cordon calcaire a été un lieu d’extraction de matériau de construction important depuis l'Antiquité et un lieu de sépulture dans les temps anciens. Le chemin des carrières suit la crête de cet ancien cordon dunaire. À travers son cheminement de surplomb, il dévoile une grande partie de l’histoire des carrières.

3Site archéologique et milieu patrimonial pour certains, les carrières ne sont pas nécessairement valorisées par tous, notamment sur la question du paysage, parce qu’elles sont devenues au fil du temps des décharges à ciel ouvert, des lieux de déréliction qui ne participent pas à la mise en valeur du territoire en voie d'urbanisation. Espace spectaculaire souvent délaissé, mais parfois approprié pour des cultures fruitières et surtout véritable musée de l’extraction de la pierre calcaire, les carrières de Mahdia sont assurément en quête de projets parce qu’elles sont aux portes de la ville. Autrefois perdues dans l’horizon lointain de la cité historique (la médina), elles sont les faubourgs de la ville tout comme elles marquent actuellement l’interface rurale et urbaine de Mahdia.

  • 3 Le premier Plan d'aménagement urbain (PAU) de la ville de Mahdia a été approuvé par décret le 7 av (...)
  • 4 Chokri M. BEN YOUNES « Le Plan d'aménagement urbain de Mahdia », in Actes du séminaire Le développ (...)
  • 5 Ce séminaire s'inscrivait dans le cadre d'une coopération UNESCO (MOST) pour la mise en oeuvre d'u (...)

4Soumise aux mutations excessives du territoire qui mènent à la détérioration des structures territoriales rurales, du patrimoine et des écosystèmes locaux, la réhabilitation des carrières de cet ancien cordon dunaire est actuellement au centre des préoccupations des pouvoirs publics. Ainsi, dans le cadre de la révision du premier Plan d'aménagement urbain (PAU)3 de Mahdia, une étude spécifique a « permis de préparer un plan d’action consistant essentiellement à exploiter l’emplacement des carrières abandonnées situées le long de la ligne de crête qui constitue une forme de ceinture pour le tissu urbain (surface de l’ordre de 30 ha). Il est proposé d’aménager cet espace sous plusieurs aspects tels que : parc forestier, jardins publics, parc zoologique, etc.4 » La déclaration de cet enjeu résultait des points exprimés lors d'un séminaire international UNESCO qui se tenait à Mahdia en juin 1999 sur le thème du développement urbain durable en zone côtière5.

  • 6 Roland Paskoff, « Problèmes d'environnement à Mahdia (Tunisie), le littoral, la Sebkha, les carriè (...)

5Par ailleurs, sur un plan local, plusieurs de ces carrières constituent un problème de sécurité publique. Cet enjeu est souligné dans un rapport de l’UNESCO en 1998. « La réhabilitation de ces carrières implique d'abord des travaux en vue de minorer les dangers que représente leur fréquentation par le public : mise en place de clôtures pour éviter des chutes mortelles à des promeneurs [...] ; reprofilage des versants pour diminuer les risques d’écroulement de pans rocheux d'autant plus à craindre que la région est sismique. [...] Ensuite, étant donné qu'il serait déraisonnable de penser à remblayer ces carrières, il apparaît que la meilleure solution, pour améliorer la qualité du paysage, est leur boisement.[...]6 »

  • 7 Mohamed Ouaja, « Le Jardin botanique de Mahdia, une ceinture de savoir et de culture », Actes de c (...)

6Par contre, pour plusieurs acteurs locaux, les carrières de Mahdia doivent être réutilisées. Elles doivent contribuer au développement de la ville. Ainsi, comme le souligne Mohamed Ouaja, géographe et professeur à la faculté des sciences de Gabès (Tunisie) : « Plusieurs projets qualifiés de développement durable, dans divers domaines, ont démontré dans notre pays et ailleurs que le souci patrimonial n’est pas contradictoire avec des ambitions d’essor économique et l’un des objets de ce projet de réhabilitation des carrières du cordon dunaire tyrrhénien des environs de Mahdia est justement de concilier la beauté du paysage, la mise en valeur du patrimoine naturel et culturel et le développement économique7. »

  • 8 Op. cit., référence 6.

7C’est dans ce contexte et dans le prolongement de points de vue partagés par des experts locaux et internationaux8 que s’est réalisé le Workshop_atelier/terrain (WAT) de la Chaire UNESCO en paysage et environnement (CUPEUM) à Mahdia en automne 2006.

  • 9 WAT_Marrakech (Maroc - CUPEUM 2004), WAT_Saïda (Liban - CUPEUM 2005).

8Cet ouvrage rassemble les résultats d'une troisième expérimentation9 de projets de paysage de la CUPEUM menée dans la région méditerranéenne. C’est un recueil de textes, d’iconographies et de projets. Cette palette de points de vue, de regards et d'idées est le fruit d'un travail collectif et d'un dialogue concerté qui ont été menés dans un court laps de temps. Il réunissait des expertises et des cultures de différentes régions du monde, soit le Maghreb, le Moyen-Orient, l’Europe et l'Amérique du Nord. Cette réflexion commune a engendré des visions uniques de développement pour la réhabilitation des carrières de Mahdia et plus largement pour le devenir de son développement urbain.

9Les diverses contributions d'auteurs à ce livre relatent l’importance et la valeur de la réflexion menée par les participants internationaux du réseau universitaire de la Chaire UNESCO en paysage et environnement et par les experts tunisiens : les préfaces du gouverneur de Mahdia, M. Taeïb Aloui, et du maire de Mahdia, M. Mohamed El Mehdi Sfar Gandoura, en témoignent vivement.

  • 10 Actes du séminaire Le développement urbain durable en zone côtière, Projet intersectoriel SHS/SC -(...)

10L’avant-propos reproduit l'intégralité de l’allocution de Mme Brigitte Colin de l’UNESCO (programme MOST) du 25 novembre 2006 lors de la cérémonie de clôture du WAT au Musée de la ville de Mahdia. Ce texte situe la réflexion de Mahdia à l’égard des grands enjeux du paysage et de l’environnement à l’échelle internationale. Et elle rappelle très justement la valeur de cette question paysagère et la qualité du cadre de vie en zone urbanisée dans un contexte où la population mondiale deviendra majoritairement urbaine dès 2007. Par ailleurs, face à la réutilisation durable des carrières de la ville de Mahdia, elle rapporte les termes de cette problématique qui avait déjà été soulevée lors de précédents débats sur le développement urbain durable en zone côtière10 et qui mettait l’emphase sur la défiguration du paysage, sur la dégradation du patrimoine écologique et naturel ainsi que sur le développement de l'habitat en territoire côtier. De plus, elle souligne que les solutions apportées par les étudiants participants au WAT_Mahdia illustrent la complexité du développement des zones périurbaines face aux nouvelles exigences sociales et économiques de cette frange littorale tunisienne. Elle termine en formulant le souhait que la ville de Mahdia, avec l'aide gouvernementale, réalise le projet lauréat du WAT_Mahdia 2006.

11Le premier chapitre de ce cahier de projets regroupe quatre textes sur l’espace urbain mahdois qui permettent successivement de comprendre l’organisation territoriale de cette ville et de dresser le bref bilan de la coopération internationale dans la mise en valeur de ses paysages urbains. Le texte suivant de Salma Hamza, coresponsable du WAT_Mahdia, rapporte quelques traits singuliers de cette ville millénaire à prendre en compte dans l'aménagement. Le dernier texte de ce chapitre, quant à lui, esquisse certaines expressions paysagères de la médina de Mahdia. Ces deux dernières contributions rappellent l’importance des regards endogènes et exogènes dans la lecture d’un paysage urbain dont l'âme est maritime. Par la suite, en guise de conclusion, un feuillet photographique sous cinq thèmes (la médina de Mahdia, les carrières, le marché, le cadre de vie et la nouvelle ville) complète ces impressions sensibles de cet espace de vie et de vue !

12Le coeur de cet ouvrage, situé au deuxième chapitre, est dédié aux résultats de la réflexion et des visions générées par les étudiants encadrés par les professeurs des différentes disciplines impliquées dans ce WAT_Mahdia. Le deuxième chapitre expose les dix projets réalisés et soumis à la municipalité. Ces projets de paysage proposent chacun à leur manière des visions de développement et d'aménagement pour l’ensemble des carrières de Mahdia. Les rendus interprétatifs de chaque projet se déploient les uns après les autres sans ordre préétabli. Chacun se divise en deux parties, d’une part, celle qui situe les assises de la réflexion (problématique) et les principales analyses qui soutiennent le parti pris de l'intervention, et d'autre part, celle qui expose la stratégie générale d'aménagement territorial pour l’ensemble des carrières de Mahdia et les termes spécifiques du projet de paysage de l’une des parties de cette vision de développement urbain.

13Ainsi, chaque projet suggère des mesures ciblées spécifiquement à l’égard des enjeux territoriaux et environnementaux en présence et des valorisations sociales et culturelles, en reconnaissant que la meilleure façon de préserver et de mettre en valeur la qualité des milieux de vie est à la fois de maintenir certaines activités qui les ont façonnés tout en les arrimant à de nouveaux usages et à de nouvelles fonctions.

14Les visions d'aménagement et certains projets spécifiques (design) proposés démontrent les qualités paysagères inusitées des carrières et misent sur ses potentialités pour en faire de véritables attraits touristiques. Ils permettent à ces milieux uniques de jouer un rôle structurant dans le développement économique de Mahdia. D’autres scénarios misent pour leur part sur le maintien de cultures traditionnelles du territoire sauvegardant ainsi l'identité rurale dans le développement urbain de cette ville. Résolument soucieuses de l’environnement naturel, certaines propositions développent des stratégies de préservation de certains écosystèmes en place dans les carrières anciennes à travers le développement multifonctionnel d'un territoire habité. Chacun des dix projets présente à sa manière la viabilité du développement d'un territoire d'un entre-deux, entre « la ruralité » et « l'urbanité » à l’image de sa condition géographique (continentale/littorale) et de ses lointaines origines (terre/mer)...

15Le troisième chapitre est l'occasion de rapporter un tour d'horizon international sur la problématique de projets d'aménagement des carrières. Chaque membre du collège professoral a ainsi pu rapporter des précédents de projets de carrières de son pays. Dans le cadre du séminaire introductif du WAT_Mahdia, la présentation critique de ses projets a ouvert les discussions tant sur les problématiques d’extraction de matériaux minéraux que sur la réutilisation des carrières. Ainsi, l’exemple du Liban, présenté par la professeure Julie Weltzien, démontre l'impact des conflits politiques sur l’environnement abiotique de ce pays. Et elle résume le fait que les oppositions et l’absence d’encadrement législatif ont contribué à la prolifération des carrières sauvages et donc à la destruction des paysages montagneux. Pour sa part, la professeure Salima S. Elmandjra soulève la faiblesse des mesures visant l’impact environnemental et paysager de l’exploitation des carrières au Maroc. Par la suite, elle expose certains projets de reconversion des carrières qui, dans la plupart des cas, occultent leur passé. Elle conclut sur la nécessité d’engager des démarches de valorisation paysagère qui révèlent les qualités intrinsèques de ces lieux. Dans le suivi des exemples marocains, la professeure Ouidad Tebbaa évoque l’exemple de la grande carrière de Marrakech et son intégration au paysage urbain, et elle déplore l’incapacité de trouver des solutions d'aménagement cohérentes pour un site soumis à des mises en scène touristiques artificielles et dérisoires. La professeure Monica Sgandurra relate le projet de conversion des carrières de calcaire de Lecce en Cité de la musique en Italie. Par cet exemple, elle démontre l’importance de considérer les impacts environnementaux et sociaux dans les projets de réhabilitation des carrières. Pour sa part, la professeure Alessandra Capuano avec plusieurs exemples de projets italiens, rappelle que l’extraction de matériaux minéraux est irréversible pour le paysage et l’environnement et, ensuite, elle expose trois approches de projet de réutilisation des carrières, soit : celle qui travestit le site en paradis terrestre, celle qui affirme le site dans son contexte pour construire un dialogue entre la culture et la nature, et en dernier lieu, celle qui reconnaît le site comme un témoignage de la culture matérielle et qui offre les potentialités d’expression artistique à l'image du land art. Avec l’exemple canadien, le professeur Stefan Tischer expose l’histoire singulière d'une carrière à Montréal qui est devenue au fil du temps une véritable vitrine technologique de recyclage des déchets, un laboratoire de créations paysagères et artistiques et un pôle de développement économique et social pour l'ensemble du secteur urbain environnant. Cet exemple unique démontre la viabilité d'un projet de développement multifonctionnel ouvert aux multiples valorisations et aux transformations du temps.

16Ces divers points de vue internationaux complètent l'éventail de projets sur la réutilisation des carrières. Ils permettent ainsi d'évaluer la singularité et l’originalité des résultats obtenus dans le cadre du WAT_Mahdia.

Notes

1 Ville limitée aux anciennes fortifications, aux installations portuaires et aux remparts médiévaux.

2 Cordon tyrrhénien connu sous le nom de formation Rejich. Voir le plan de localisation à la page 68.

3 Le premier Plan d'aménagement urbain (PAU) de la ville de Mahdia a été approuvé par décret le 7 avril 1976.

4 Chokri M. BEN YOUNES « Le Plan d'aménagement urbain de Mahdia », in Actes du séminaire Le développement urbain durable en zone côtière, Projet intersectoriel SHS/SC - Développement urbain et ressources en eau - petites villes côtières historiques - UNESCO (21-24 juin 1999).

5 Ce séminaire s'inscrivait dans le cadre d'une coopération UNESCO (MOST) pour la mise en oeuvre d'un réseau des « petites villes côtières historiques » qui regroupent notamment les villes de Mahdia, de Saïda (Liban) et d'Essaouira (Maroc). Initiée en 1996, cette coopération promeut un dialogue, des questionnements et un échange d'expertises entre elles sur l'avenir de ces villes côtières (aménagement du territoire, protection du patrimoine historique et naturel, gestion des ressources naturelles) et sur la dégradation des espaces littoraux (pollution, érosion, urbanisation intensive, privatisation).

6 Roland Paskoff, « Problèmes d'environnement à Mahdia (Tunisie), le littoral, la Sebkha, les carrières », Rapport d'expertise, UNESCO, 1998.

7 Mohamed Ouaja, « Le Jardin botanique de Mahdia, une ceinture de savoir et de culture », Actes de colloque, Mahdia.

8 Op. cit., référence 6.

9 WAT_Marrakech (Maroc - CUPEUM 2004), WAT_Saïda (Liban - CUPEUM 2005).

10 Actes du séminaire Le développement urbain durable en zone côtière, Projet intersectoriel SHS/SC - Développement urbain et ressources en eau - petites villes côtières historiques - UNESCO (21-24 juin 1999).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter