Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Workshop Tunisie

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec

Avant-propos

Brigitte Colin

Texte intégral

1Monsieur le Ministre,

2Excellences,

3Mesdames, Messieurs,

4Chères collègues, chers collègues, C’est pour moi un grand honneur et une grande joie de participer, au sein de l’hôtel de ville de Mahdia, à cette cérémonie de clôture officielle des travaux du 3e Workshop_atelier/terrain (WAT) de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CUPEUM), qui propose dix projets de paysage, un concours d’idées offert par la Chaire UNESCO à la municipalité et aux habitants de Mahdia pour la réutilisation des carrières de pierre de la périphérie nord-ouest de la ville.

5Ce fut aussi un grand plaisir de pouvoir travailler avec les membres éminents du jury formé de professionnels et de chercheurs, et de présider les travaux de sélection de ces projets pour retenir les trois soumissions qui ont répondu le mieux aux critères de sélection élaborés par le comité scientifique de l’activité en coopération avec la municipalité de Mahdia ainsi que les experts locaux et internationaux.

6L’inscription récente de la question du paysage en général à l’agenda des institutions internationales est née à la suite du premier Sommet de la Terre (Rio de Janeiro, Brésil, 1992) et du Sommet mondial sur le développement durable (Johannesburg, Afrique du Sud, septembre 2002).

7Il faut également noter que les gouvernements locaux et régionaux comprennent mieux, depuis la deuxième Conférence de l'Organisation des Nations unies sur les établissements humains (Istanbul, Turquie, 1996), la préoccupation croissante des sociétés concernant la qualité de leur cadre de vie et la mise en valeur de leurs territoires mais aussi la nature des enjeux qui en découlent. En effet, en 2007, dans quelques mois, plus de la moitié de la population urbaine mondiale dépassera la population rurale mondiale et, c'est donc dire qu'à ce moment-là, la population mondiale se trouvera majoritairement en milieu urbain.

8Dans ce contexte, l'éducation au développement durable des villes et des territoires contribuera de plus en plus au maintien d'un équilibre vital entre zones rurales et zones urbaines. L'impact de l'urbanisation sur l'environnement est dû à la manière dont les populations urbaines se comportent et consomment suivant leur mode de vie et leurs références socioculturelles, qu’elles soient du Nord ou du Sud.

9Vous avez démontré à Mahdia comment les professionnels de la ville, architectes, urbanistes, planificateurs de la région ou du territoire, juristes, hydrogéologues, géographes ou ingénieurs, se mobilisent de plus en plus pour établir ensemble des systèmes de gestion et de développement intégrés et concertés des villes et des territoires.

10Je vous rappelle que par sa résolution 57-254 du 20 décembre 2002, l'Organisation des Nations unies a confié à l'UNESCO la responsabilité de la mise en oeuvre et de la coordination de la Décennie des Nations unies pour l’éducation en vue du développement durable pour la période 2005-2014. Le développement durable nécessite l'amélioration de la qualité de vie des populations dans le cadre du développement inéluctable des zones urbanisées : l’éducation pour le développement durable occupe donc une place essentielle dans la promotion des savoirs et dans la formation de la population et des décideurs aux stratégies de développement d'un environnement urbain plus viable pour les générations futures.

11À la suite de l'intérêt et des demandes renouvelées de certains États membres de la Méditerranée préoccupés par la formation et la sensibilisation des différents acteurs de l'aménagement et de la gestion des territoires urbains et ruraux, l'UNESCO a créé, en 2003, la première chaire en paysage et environnement avec l'Université de Montréal. La Chaire en paysage et environnement de l'Université de Montréal bénéficie du savoir hautement pluridisciplinaire des centres de cette université dédiés à l'architecture, l'architecture du paysage, l'aménagement du territoire, les sciences sociales, l'anthropologie, la géographie ou l'écologie. Dans une perspective intégrée de l'aménagement des territoires urbains, ruraux et naturels proposé par les programmes intergouvemementaux de l'UNESCO comme le programme MOST - Gestion des transformations sociales - ou le programme MAB - L'homme et la biosphère en liaison avec le WHC - Centre du Patrimoine mondial-, la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal organise annuellement des Workshop_ateliers/terrain en coopération avec des municipalités de différents pays.

12En 2004, le premier WAT_Marrakech s'est tenu au sein de l'Université Cadi Ayyad. Il a permis de confronter sur un problème tangible, celui de la conservation de la palmeraie de Marrakech, les points de vue d'étudiants et de professeurs appartenant à différents domaines scientifiques tels que l'urbanisme, l'architecture de paysage ou le tourisme, mais aussi de cultures différentes, soit nord-américaine et méditerranéenne.

13La Chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal a donc ouvert, à Marrakech en 2004, une plateforme novatrice de dialogues entre les universités, les centres de recherche et les municipalités en espérant intéresser les ministères tels que l'Environnement, l'Équipement, l'Agriculture, le Tourisme, la Culture, etc. Cette première expérience réalisée au Maroc a servi de base pour la mise en oeuvre de l’atelier de Saïda, capitale du sud du Liban.

14C'est ainsi que le maire de Saïda, le Dr Abed El Rahman El Bizri, a accueilli en novembre 2005 le 2e Workshop_atelier/terrain de la Chaire UNESCO sous le thème « Paysage urbain périphérique ». Tout comme pour le Workshop_atelier/terrain de Marrakech, les résultats de cette activité internationale sont disponibles sur le site Internet de la Chaire UNESCO. De plus, les résultats de l'atelier de Saïda sont également rapportés dans une publication. L’ouvrage Workshop Liban, Saïda en projets de paysage est présenté pour la première fois ici, à Mahdia, sous la forme d'un recueil de projets édité par Les Presses de l’Université de Montréal (PUM) dans la collection « Architecture de paysage », sous la direction de Philippe Poullaouec-Gonidec. Ce livre constitue un témoignage précieux sur l’état des paysages urbains de Saïda avant les bombardements de juillet 2006.

15Cette 3e session de l’atelier annuel de terrain de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal a été préparée sur le thème de la réutilisation durable des carrières de la ville de Mahdia pour répondre en priorité aux soucis des autorités tunisiennes exprimés le 21 juin 1999 dans le cadre du séminaire international de l’UNESCO Développement urbain durable en zone côtière au cours duquel le professeur Roland Paskoff, spécialiste du littoral en Tunisie, avait soulevé cette question.

16Au cours de la cérémonie d'ouverture du séminaire en 1999, Madame la ministre de l'Environnement et de l’Aménagement du territoire, Madame Faiza Kéfi, avait fait remarquer tous les atouts de la ville permettant d’atteindre un développement harmonieux. Ville au passé riche et au potentiel prometteur, cette petite ville côtière avait pu, jusque-là, conserver une bonne partie de son patrimoine écologique et culturel. Cependant, elle avait aussi attiré l’attention des experts nationaux et internationaux sur des signes inquiétants de dégradation déjà visibles qui commençaient à faire planer des menaces bien réelles. Je la cite : « Il y a lieu de tirer la sonnette d'alarme devant les phénomènes de destruction des milieux naturels et de défiguration des paysages par les carrières, les décharges anarchiques, les poches de pollution industrielle ou encore les constructions anarchiques sur le littoral. »

17Le thème de la mise en paysage des carrières de la ville de Mahdia a donc été retenu pour le 3e Workshop_atelier/terrain de la Chaire UNESCO en étroite collaboration avec les autorités tunisiennes.

18Très sensible à la question du paysage sous l’angle de la qualité du cadre de vie de la population, Monsieur le maire de Mahdia a demandé officiellement à l’UNESCO d'accueillir le 3e Workshop_atelier/terrain sous le thème de « Mahdia - Carrières en projet de paysage » et d’inscrire la ville de Mahdia dans l’« Observatoire international des paysages périphériques : villes et métropoles » de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Les dix projets d’aménagement des carrières ont été réalisés du 16 au 25 novembre 2006 dans la salle des fêtes de la municipalité de Mahdia et ils sont exposés ici, au Musée de la ville de Mahdia.

19Les résultats de cet atelier illustrent la complexité du développement des zones périurbaines face aux exigences des nouvelles populations qui les investissent mais aussi la nécessité du développement économique lié, à Mahdia, au tourisme de la zone nord et l'urgence de la prise en compte de la sécurité et de la survie des populations vivant autour des carrières. L'expérience de Mahdia sera utilisée, comme les autres ateliers, pour établir le bilan des activités de la Chaire UNESCO avec la participation des universités partenaires et pour sélectionner les activités 2008/2009 qui seront discutées lors du 2e forum de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal qui se tiendra au siège de l'UNESCO à Paris au cours du premier semestre de 2007.

20L'UNESCO souhaite remercier la Délégation permanente de la Tunisie auprès de l’UNESCO ainsi que toutes les autorités tunisiennes à tous les paliers qui ont permis, avec les représentants de la Tunisie, de situer la question du paysage en Tunisie au coeur d'une plateforme de dialogues ouverts et constructifs.

21Je souhaite remercier Monsieur le gouverneur de Mahdia, Taïeb Aloui, ainsi que Monsieur le maire de Mahdia, Mohamed El Mehdi Sfar Gandura, et Monsieur Samir Sfar Gandura, administrateur de l'Association de sauvegarde de la médina de Mahdia, pour avoir :

  • accueilli cet atelier international au coeur de la ville et cette exposition des travaux de l'atelier international de la Chaire UNESCO au Musée de Mahdia ;
  • pris en charge l'hébergement de tous les étudiants étrangers et de toute l’équipe professorale ;
  • assuré toute la logistique (les locaux, le transport, le personnel municipal et le matériel) et la sécurité de tous les participants.

22L'UNESCO adresse ses remerciements les plus sincères à Madame Najet Hedhly-Boubaker, directrice de l'École nationale d'architecture et d'urbanisme de Tunis, qui a proposé de créer, à la suite du Workshop_atelier/terrain de la Chaire UNESCO, des formations spécialisées en « Paysage et territoire », à différents niveaux de l'enseignement supérieur pour aboutir à la création d'un master, post-diplôme en coopération avec la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal.

23Je souhaite, au nom de l'UNESCO, remercier aussi tous les professeurs et tous les experts des universités de Montréal, Beyrouth, Rome, Rabat, Marrakech et Tunis, qui ont encadré les étudiants pendant cette longue semaine de travail de jour (et parfois de nuit), ainsi que Monsieur Yves Nacher, expert de l'UNESCO, qui a lancé un premier atelier expérimental en 2001 au Maroc. L'UNESCO remercie aussi les observateurs venus de la République de Corée, en particulier le professeur Lee Sang-Leem pour sa participation au jury international du WAT_Mahdia 2006 menant à la sélection des projets lauréats, et Madame Jeong-Hwa Kim de l’agence Space Group qui propose de tenir en 2007 l’atelier dans la ville d'Incheon, au sud de Séoul.

24Toutes les félicitations de l'UNESCO sont adressées aux étudiants qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes pour produire, en dépit de leur fatigue extrême et de leur diversité culturelle et disciplinaire, un éventail si riche d'idées innovantes pour la réutilisation durable des carrières de Mahdia.

25L'UNESCO espère que la nomination de la ville de Mahdia le 17 novembre dernier par Monsieur Medhi Mlika, président de la Commission nationale de l'environnement et de l’esthétique, comme ville du programme « Ville/Jardins », permettra la réalisation du projet lauréat du Workshop_atelier/terrain 2006.

26J'aimerais aussi remercier le Secteur des sciences sociales et humaines de l'UNESCO ainsi que Monsieur Bruno Picard, ambassadeur du Canada en Tunisie, pour le soutien apporté à cette activité.

27Enfin, il est indispensable de saluer le professionnalisme, l'expérience, l'enthousiasme, la ténacité et l'efficacité des deux responsables de cet événement, soit Madame Salma Hamza, enseignante en architecture à l'ÉNAU, qui, déjà en 2002, avait brillamment repris le projet de Maison-laboratoire lancé en 1999 par l'Université de Nantes, et Monsieur Philippe Poullaouec-Gonidec, titulaire de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l'Université de Montréal. Ces deux personnes ont démontré l'importance de l'impact de la coopération interuniversitaire entre le Sud et le Nord lorsqu’elle est réalisée par des scientifiques de haut niveau.

28Au nom de tous, un grand MERCI aux deux professeurs responsables de cet événement, Madame Salma Hamza et Monsieur Philippe Poullaouec-Gonidec.

Auteur

Architecture et Villes. Section Migrations internationales et développement urbain. Division de la recherche et des politiques en sciences sociales. Secteur des sciences sociales et humaines de l'UNESCO. Musée de la ville de Mahdia - 25 novembre 2006

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter