Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Le Baron de Saint-Castin, chef abénaquis par Pierre Daviault1

Texte intégral

  • 1 « Le Baron de Saint-Castin, chef abénaquis par Pierre Daviault », L’Avenir du Nord, 19 novembre 193 (...)
  • 2 Le Baron de Saint-Castin, chef abénaquis, Montréal, L’Action canadienne-française, 1939, 219 p. Pie (...)
  • 3 Jean-Vincent d’Abbadie, baron de Saint-Castin (1652-1707). Lionel Groulx le présentait comme « le h (...)

1Cette importante monographie2 jette une lumière définitive sur un des personnages les plus complexes, les plus originaux et les plus attachants de l’histoire de l’Acadie. Et à sa trace elle suit l’existence tourmentée de cette colonie malheureuse, depuis les dernières années du « grand siècle » jusqu’à la veille de sa conquête finale. Le baron de Saint-Castin3, héros de ce récit, n’y joua guère de rôle officiel, mais comme explorateur, aventurier, traiteur, chef d’une tribu sauvage alliée à la France, il exerça sur les destinées du pays une influence très grande et sut la conserver à la mère-patrie jusqu’à la fin de sa carrière.

2L’auteur remonte aux origines de cette famille de Saint-Castin, et la voit alliée à la plus haute noblesse française, mais par des surgeons latéraux et des branches bâtardes qui expliqueraient pour une part la vie fantasque, irrégulière, choisie par leur rejeton éloigné. Par sa mère il descend de la maison de Foix, la plus illustre du Béarn, et compte parmi ses ancêtres des ferrailleurs fameux, des routiers partisans et autres hardis caractères, y compris un empoisonneur mis à mort pour son crime, et le mousquetaire d’Aramitz, prototype, paraît-il, de l’Aramis d’Alexandre Dumas. La naissance de Jean Vincent est elle-même entourée d’un certain mystère qui laisse planer des doutes sur la qualité de ses papiers.

3Il n’est pas étonnant que ce cadet de famille sans grande perspective d’avenir se soit enrôlé à treize ans dans les troupes du roi, et qu’on le trouve dès 1665, en un premier séjour à la Nouvelle-France, enseigne au régiment de Carignan. Mais c’est le 17 juillet 1670 qu’une frégate le dépose, avec des renforts aux colons et le nouveau commandant de l’Acadie, M. de Grandfontaine, dans la baie de Pensagoët. C’est là que se dérouleront trente années de sa vie ; et c’est de là que plus d’une fois il sauvera de ruine imminente l’établissement de Port-Royal et la prépondérance française dans cette région.

4Mais ce ne sera pas à titre de soldat dans le rang ; car très tôt il s’émancipe et guerroie pour son propre compte. Fait prisonnier par les Bostonnais, il s’échappe et se réfugie à Québec, d’où Frontenac le renvoie chez les Abénaquis, chargé de la mission de les gagner à la cause française. Là il s’éprend de la vie sauvage et se fixe dans leur tribu, dont il devient un des principaux chefs et où il fonde une nombreuse famille. C’est désormais en aide indépendant, mais non moins dévoué, qu’il servira la France, maintenant les Indiens dans son amitié et les portant à son secours dans toutes les crises difficiles. C’était sans doute chose assez commune que ces vocations troglodytes, que ces Blancs retournant à la vie sauvage, soit sous la poussée des besoins soit sous l’attrait d’une existence plus libre. Mais devenir un chef indien adopté, reconnu, c’était une promotion jusqu’alors inouïe. Il fallut que le jeune enseigne déployât des qualités rares d’intrépidité, de conseil, d’habileté diplomatique, pour que le grand sachem Madokawando d’abord lui accordât sa fille, puis le fît accepter comme son lieutenant de confiance et désigner pour son successeur.

5Autour de son mariage avec la belle Pédianske ont surgi d’âpres controverses, qui eurent plus tard leur répercussion en France sous forme de procès entre les fils métis du baron et une parenté rapace. Ce mariage, contracté à la mode indienne, fut, dix années plus tard, légitimé devant l’Église ; mais avait-il été valide à l’origine ? Question sur laquelle chicanèrent sans fin les avocats et les canonistes. Elle touche à un autre problème qui n’a jamais été clairement résolu : celui du genre de vie que mena Saint-Castin parmi ses frères d’adoption. Fut-il un de ces rudes aventuriers dont parle l’auteur, « ne gardant de la civilisation que ses vices et n’empruntant aux sauvages que leurs défauts » ? Des témoignages divers sembleraient l’affirmer, non seulement parmi les chroniqueurs anglais, qu’on peut justement soupçonner de malice, mais du côté de Français amis. Ainsi son proche voisin, M. de Menneval, mentionnait la « vie de débauche » dont il cherchait à le détourner. Il est admis de plus qu’en dépit des défenses royales, il fit continuellement la traite avec les Anglais ennemis et y acquit une large fortune. Cette dispute est intéressante, mais ne me paraît pas avoir l’importance que lui attache M. Daviault, ni comporter de résultat certain. La vie privée de Saint-Castin importe assez peu à l’histoire, et il n’est nul devoir de l’embellir. Son biographe tourne au panégyriste quand il assure positivement que « sans prendre les vices des indigènes et sans abdiquer sa dignité de Blanc, il assimile leurs qualités ». Ne savons-nous pas que maintes fois il dut les conduire aux scalps, aux viols et aux massacres, consentir aux tortures des prisonniers : excès qui sûrement eussent révolté un moraliste ? Et comment découvrir si toujours, au fond de ses bois, avec les libertés admises par les coutumes, il s’astreignit à une chasteté rigoureuse ? La « débauche » à laquelle Menneval voulait l’arracher, c’était, selon l’auteur, le seul fait de sa vie parmi les sauvages ; mais trouverait-il autre exemple de ce mot appliqué dans un sens aussi large ? Prenons plutôt le personnage pour ce qu’il fut sans doute : un soldat de fortune entreprenant, hardi, échappé de plein gré aux contraintes sociales et sans trop de sévères scrupules. Ce sera plus conforme à son atavisme, au total de ses aventures, et au calcul des probabilités.

6Tel qu’il est, il eut une mission et la remplit sans défaillance. Il n’oublia jamais les intérêts de sa patrie natale, d’autant plus qu’ils se confondaient avec ceux de son nouveau peuple. Les Anglais cherchèrent constamment à l’attirer de leur côté : mais il dédaigna les plus graves menaces comme les plus séduisantes promesses. Chaque fois que Port-Royal chancelant, laissé à lui-même, se tourna vers lui comme sauveur, il sut entraîner à son aide ses dévoués Abénaquis et tourner la fortune des armes. Mais le plus grand service qu’il rendait à la colonie, c’était de maintenir entre elle et l’ennemi une barrière naturelle, une sorte d’État-tampon coupant l’accès par terre à la région française. Cette barrière, les Abénaquis la défendaient obstinément et la gardèrent pendant trente ans inviolée. Leurs guerriers tenaient occupée une bonne partie des milices puritaines, et soulageaient d’autant les autres phases du conflit.

  • 4 Cotton Mather est l’auteur d’une biographie de Phips : Pietas in Patriam : the life of His Excellen (...)

7C’était une guerre haineuse, acharnée, impitoyable. L’homme rouge et l’homme blanc y rivalisaient de férocité et de ruse ; avec la palme, tout bien compté, à décerner à celui-ci. Car il attaquait le premier, sans motif légitime, en dépit des traités, regardant les Indiens comme des bêtes sauvages dépourvues de tous droits humains. « Une race de vipères, de tigres et de vautours... les êtres les plus bestiaux et les plus sanguinaires qui aient jamais pris forme d’hommes », disait le doux Cotton Mather4. Ce n’était pas une lutte de défense, mais une guerre avouée d’extermination que les « Pilgrims » menaient contre eux, y apportant un fanatisme d’illuminés, une rage de tortionnaires. Le sagamo Philippe, fait prisonnier par eux, fut coupé en morceaux qu’on suspendit aux branches de la route, et sa tête, portée à Plymouth en triomphe, y suscita une fête d’action de grâces. Une prime était payée à quiconque remettait aux magistrats une chevelure indienne d’homme, de femme, ou d’enfant au-dessus de treize ans, sans question sur son origine. On reste stupéfait des cruautés, des manques de foi, pratiqués par ces soi-disant chrétiens. On comprend Lescarbot les mettant, plutôt que leurs adversaires, en dehors de l’humanité : « gent maudite et abominable, pires que les loups, ennemis de Dieu et de la nature ». Incidemment l’on songe que la barbarie de ces temps était presque au niveau de celle du nôtre : on croit assister à des scènes de la campagne d’Ethiopie ou de la guerre d’Espagne !

8C’est au milieu de ces horreurs, occupé à les réprimer ou en prenant lui-même sa part, que Saint-Castin poursuit sa vie aventureuse. Et c’est une série d’escarmouches, d’embuscades, d’attaques lancées ou refoulées, de gains et de revers s’équilibrant les uns les autres, qui marquent les étapes de ces périlleuses années. M. Daviault les retrace en un détail précis et vif, témoignant de recherches laborieuses et d’un sens dramatique adapté à son thème. Il est peu d’archives qu’il n’ait visitées, peu de documents contemporains, français ou anglais, qu’il ne cite. C’est de l’histoire sérieuse et appuyée, telle que la définit l’esprit scientifique, telle que la veut la critique moderne. Et sur ce fonds substantiel se déroule une phrase bien française qui sait donner aux faits une tournure concrète et rapide.

9Il fallait qu’une si capricieuse existence fut étrange jusqu’à la fin. En 1701, Saint-Castin, dégoûté peut-être de la vie des bois comme il l’avait été de celle du monde, abandonne tout à coup son œuvre inachevée, laissant ses fils pour la reprendre. Il repasse en France où bientôt des contestations d’héritage longues et embrouillées accaparent toute son attention. C’est au milieu de ces guerres mesquines, si différentes de celles de jadis, qu’il meurt six ans après, sans avoir revu l’Acadie ni sa famille d’Amérique.

10Il se dégage de cette histoire une lumière attristante sur l’abandon dans lequel la plupart du temps, les ministres du « roy » laissaient la lointaine colonie. « À considérer froidement les faits, dit M. Daviault, l’Acadie s’est faite sans le secours et même en dépit de la France officielle. » Celle-ci ne cherchait dans le Port-Royal et ses industries que des profits immédiats, négligeant le bien-être et la sécurité des habitants. Tout en leur défendant le commerce avec les Anglais, elle les poussait entre leurs bras par son apathie à leurs besoins et la nécessité où elle les mettait d’y pourvoir d’eux-mêmes. C’est un miracle qu’ils aient résisté si longtemps aux invites de leurs voisins et n’aient cédé qu’à une violente conquête.

11Par la somme de ses qualités notables, la biographie de M. Daviault rejoint les meilleures de nos études historiques, en ce coin de littérature souvent trop oublié des recenseurs de notre avoir, où les Canadiens ont prouvé d’indéniables aptitudes, où ils ont démontré à l’évidence « n’être pas plus bêtes que les autres ».

Notes de fin

1 « Le Baron de Saint-Castin, chef abénaquis par Pierre Daviault », L’Avenir du Nord, 19 novembre 1939, p. 2.

2 Le Baron de Saint-Castin, chef abénaquis, Montréal, L’Action canadienne-française, 1939, 219 p. Pierre Daviault (1899-1965) s’intéressa aussi bien à l’histoire qu’à la littérature et à la langue. Traducteur au Parlement, il fonda la Nouvelle Revue canadienne (1951).

3 Jean-Vincent d’Abbadie, baron de Saint-Castin (1652-1707). Lionel Groulx le présentait comme « le héros des montagnes acadiennes, le prince légendaire des tribus abénaquis » (« Histoire acadienne », conférence donnée au Monument National de Montréal, le 30 mai 1917, à l’occasion de la « Soirée de Grand Pré » organisée par la Société Saint-Jean-Baptiste ; publiée dans Notre Maître le passé (1924).

4 Cotton Mather est l’auteur d’une biographie de Phips : Pietas in Patriam : the life of His Excellency Sir William Phips, knt. (1697).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540