Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

La Famille Delusson — The Delusson Family par Jacques Ducharme1

Texte intégral

  • 1 « Le livre américain : La Famille Delusson — The Delusson Family par Jacques Ducharme », Le Jour, 2 (...)
  • 2 Jacques Ducharme, The Delusson Family, New York, Funk & Wagnalls, 1939. Journaliste en Nouvelle-Ang (...)

1M. Jacques Ducharme n’est connu, que je sache, ni en deçà ni au delà des « lignes », en qualité de romancier, et ce livre nouveau2 est probablement un début. Mais le fait de ce Canadien français né peut-être aux États-Unis, écrivant en anglais une œuvre toute canadienne d’inspiration et de matière, vaut en soi d’être signalé, et pose une intrigante question touchant l’évolution de notre groupe franco-américain. En est-il arrivé au point de prendre part à la vie intellectuelle, à la littérature de son sol adoptif ? Y a-t-il une fraction de nos compatriotes ayant perdu l’usage de notre langue, ou peut-être seulement le goût de s’en servir, qui renoncent en pratique au parler de Québec et conservent pourtant le respect de leurs origines et l’attachement à leur race ? Les Canadiens « yankifiés » sont souvent condamnés en bloc par nos ardents nationalistes ; mais il faut bien admettre qu’un bon nombre ont cédé à des ambiances étouffantes et à des forces inévitables, et ne méritent vraiment pas qu’on les accuse d’apostasie. Si Jacques Ducharme appartient à cette classe, il faut plutôt le féliciter d’avoir rendu si graphiquement et si sympathiquement, dans une langue étrangère, l’âme et la tradition françaises de nos gens. Mais il se peut aussi qu’il soit un homme de lettres également au courant des deux langues, et qui ait choisi de plein gré l’expression anglaise pour mieux nous révéler au grand public de ce pays. Et alors on doit admirer qu’il manie avec tant d’aisance un idiome de surcroît ; car, quoi qu’on puisse penser de ce récit, il est écrit en un anglais correct et dégagé, laissant bien peu à relever même aux plus pointilleux puristes.

2Il retrace la chronique d’une famille canadienne émigrée aux États-Unis dans la dernière moitié du dernier siècle. Imaginez l’Euchariste Moisan de Ringuet gagné aux suggestions du neveu des États, décidant de quitter sa terre laurentienne et transportant toute sa maisonnée dans la ville fumeuse d’Holyoke, vous aurez le sujet entier de La Famille Delusson. Et à mesure que se déroulera l’histoire, vous y verrez flotter un esprit identique, et circuler des personnages coulés dans le même moule que ceux de Trente arpents : le père travailleur et honnête, la mère esclave de ses devoirs, les enfants grandissant et peu à peu trouvant leurs voies : jusqu’à un Oguinase plus normal, moins tragique, comblant les vœux de ses parents dévots. Naturellement, ici s’arrêtera le parallèle, car les milieux seront tout différents et façonneront des événements autres. Au lieu des champs et de bois pour décors, ce seront les rues affairées et les cheminées d’usines ; le souci des « jobs » élusives remplacera le souci des moissons. À la fin seulement la nostalgie du sol ressaisira les survivants et, sur une ferme d’amateurs voisine des faubourgs, ils se feront l’illusion de renouer la tradition ancestrale.

3Il y a aussi bien de la distance entre les points de vue et les méthodes des deux conteurs. Car tandis que Ringuet, sur sa toile réaliste, fait place aux cruautés du sort et tend même à broyer du noir, l’œuvre de Jacques Ducharme est décidément et effusivement optimiste. L’existence de ses héros s’écoule sans une faillite, sans une déconvenue, et sans autres malheurs que ceux qui sont le lot commun et fatal de toute vie. Jean-Baptiste Delusson, le chef de cette famille, c’est le Jean Rivard de l’émigration américaine. Comme son prototype des Bois-Francs, il est avisé, courageux, confiant, tenace, et surtout chanceux. Toutes ses entreprises réussissent, tous les obstacles fondent devant lui ; tout ce que lui, sa femme, ses fils et ses filles ont rêvé s’accomplit tôt ou tard. On s’attend à chaque pas à voir la destinée renverser l’édifice des prévisions et des espoirs, mais c’est en vain : tout se redresse et tout s’arrange. La morale à tirer du livre serait que la vie est bien belle et que Holyoke est un paradis. Inutile d’observer que cette conclusion penche fort du côté de la chimère. La plupart des foyers canadiens transplantés ici ont été loin d’avoir ces fortunes sereines et fidèles. Si l’on accepte la famille Delusson, il faut la regarder non comme un cas typique, mais comme le résultat d’un hasard heureux, idéal.

4Hors de là cependant, une vérité exacte pénètre et emplit toutes ces pages : réalisme discret, répugnant aux peintures osées et, sauf en de rares tableaux, à toute intention pittoresque ; étroitement calqué sur l’existence de chaque jour. D’une si complète simplicité qu’on ne sait tout d’abord s’il faut y voir un triomphe d’art ou la banalité et la gaucherie d’une ébauche. Il est certain que quelquefois elle est décourageante à force d’être littérale et photographique. On voudrait y voir autre chose que ce qu’on peut voir à toute heure en passant dans la rue, en regardant à sa fenêtre. On voudrait voir s’en détacher un caractère qui fut quelque peu compliqué, désordonné, hors cadre. Mais chaque âme y est celle du « bon Canadien », et les événements sont uniquement ceux qui émaillent la carrière du « bon Canadien ». Petits ou grands, ils sont tous naturels, préparés, attendus d’avance, et, quelle que soit leur importance, relatés avec le même soin. Le petit Pierre, un des fils Delusson, accompagne Jean-Baptiste à un bourg voisin ; et quoi de plus naturel qu’après ses affaires faites, par cette chaleur d’été, le père offre au marmot une orangeade ? Eh bien, il lui offre une orangeade. « Ils trouvèrent une confiserie, et le père s’amusa à voir l’enfant savourer le jus frais, craignant d’en perdre la moindre goutte : car c’était pour lui une faveur spéciale. Jean-Baptiste n’avait jamais encouragé ses enfants à dépenser leurs sous en douceurs, et, en enfants dociles, ils succombaient rarement à la tentation. Quand l’un ou l’autre de leurs parents leur apportait quelque régal semblable, ils en étaient dûment reconnaissants, et cet événement marquait le jour entre les autres. “Aimes-tu ça, Pierre ?”, demanda Jean-Baptiste, souriant au gamin. Pierre fit un geste de la tête, affirmant une approbation vigoureuse, et vida bruyamment son verre. Alors ils repartirent. » Le mariage de Pierre et d’Anne est décrit en sept pages ; mais pas un trait du long tableau ne distingue cette célébration de mille autres mariages canadiens passés ou futurs. Nul détail pictural, piquant, coloré, caractéristique, qui rehausserait cette scène cent fois vue : on la revoit une fois de plus, c’est tout. Et si elle garde un intérêt vague, c’est qu’un mariage, quel qu’il soit, n’est jamais chose entièrement banale.

5Décidément la simplicité littéraire, celle qui voisine à la grandeur, demande plus que ce reportage. Parmi les éléments, il faut un choix, un groupement et un resserrement ; il faut qu’ils soient corsés de relief et de couleur, qu’ils cachent des suggestions et des implications dépassant leur lisière visible. M. Ducharme a la substance d’une belle simplicité, mais il faudrait qu’il l’imprégnât d’une âme plus profonde et plus chaude. Ce n’est pas à dire que, telle quelle, son œuvre soit à dédaigner : elle dénote une observation très poussée, et sa psychologie des sentiments et des motifs n’est pas sans divination, sans finesse. Pour le public auquel elle s’adresse, ignorant tout de la vie canadienne, elle sera peut-être une révélation. Ce qui peut nous sembler futile et rebattu paraîtra curieux, exotique. Et l’œuvre ainsi aura atteint son but, de faire connaître et estimer dans les milieux américains les solides qualités de la race canadienne-française. Est-ce la faute de l’auteur si, pour nous ses compatriotes, elle ne nous apprend pas assez ?

Notes de fin

1 « Le livre américain : La Famille Delusson — The Delusson Family par Jacques Ducharme », Le Jour, 22 juillet 1939, p. 2 ; repris dans Textes de l’exode, réunis et présentés par Maurice Poteet, Montréal, Guérin, 1987.

2 Jacques Ducharme, The Delusson Family, New York, Funk & Wagnalls, 1939. Journaliste en Nouvelle-Angleterre, Jacques Ducharme publiera, en 1945, une histoire des Franco-Américains intitulée The Shadows of the Trees.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540