Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Menaud, maître-draveur par Félix-Antoine Savard1

Texte intégral

  • 1 « Menaud, maître-draveur par Félix-Antoine Savard », L’Avenir du Nord, 4 novembre 1938, p. 1-2.

Louvigny de Montigny, qui avait l’habitude d’envoyer à Dantin les dernières publications françaises et canadiennes-françaises, n’avait pas manqué de lui adresser Menaud, maître-draveur avec son opinion sur cet ouvrage. Dantin en accusait réception, le 11 septembre 1937 : « Vous avez l’obligeance de m’envoyer encore des livres : un de notre cher Duhamel, que j’estime moi-même très hautement, veuillez le croire, et ce roman de l’abbé Savard, au sujet duquel Valdombre, qui n’y va pas par quatre chemins, lâche de si extatiques hyperboles [« Au pays de Québec. S’agirait-il d’un chef-d’œuvre ? », Les Pamphlets de Valdombre, août 1937, p. 377-395]. Je suis sûr d’avance que votre jugement à son sujet est beaucoup plus près de la vérité ; mais je vous dirai volontiers ce que j’en pense moi-même. »

Le 20 septembre, Dantin commente à la fois le livre de Duhamel et celui de l’abbé Savard : « Passer d’Érasme et de Duhamel à l’auteur de Menaud, quelle chute ! Votre critique sur ce livre est la justesse et le bon sens mêmes. C’est une œuvre manquée parce qu’elle n’est pas vitale et réelle. L’auteur en a fait un sermon au lieu d’une “leçon de choses”. Sa thèse elle-même, si abondamment-diluée, et si lourdement ressassée, est futile et incohérente. On peut déplorer, certes, que “des étrangers, etc...”, mais qu’y faire ? Les réactions que prêche Menaud, l’insurrection, la résistance violente, sont enfantines et ridicules ; et il le prouve lui-même par son insuccès. Or, c’est la solution unique à laquelle Menaud meurt vaincu et fou : bel encouragement pour sa croisade ! De plus, au point de vue “roman”, l’abbé Savard commet l’erreur fatale de placer tous ses thèmes dans la bouche de ses personnages, au lieu de les dégager de leurs actes. Alors nous avons un Menaud raisonneur, patriote, missionnaire, cultivé, éloquent, prophète : toutes choses aussi éloignées d’un draveur des bois qu’un portrait d’une caricature, et qui choquent à chaque page la vérité littéraire. Hémon s’est bien gardé de tomber dans ce piège : il prononce lui-même ses morales, ou il les passe au curé, dont c’est l’affaire. Ses types vivent parce qu’ils agissent sans bavarder au-delà de leur sphère. Ils servent une cause, mais inconsciemment, sans dissection ni analyse, comme des êtres d’instinct qu’ils sont. C’est la différence d’un chef-d’œuvre à ce que Valdombre, qui n’y va jamais par quatre chemins, ose appeler un “quasi-chef-d’œuvre”. Il y a bien d’autres lacunes, psychologiques celles-ci, dans la mentalité des acteurs secondaires ; mais elles s’expliquent par l’incongruité d’un prêtre écrivant un roman où l’amour joue un rôle. Il faut qu’il ne touche à ça que du bout du doigt, tandis que la nature s’y plonge tout entière. Il en résulte un chromo anémique et pâle, tracé de surfaces indécises. Quant au style, j’avoue que l’abbé Savard a une langue savoureuse, d’un élan chaleureux, parée souvent d’images superbes. Je ne le trouve pas obscur, et ne vois pas de ressemblance entre lui et Jean Giraudoux. Si son œuvre est inférieure, ce n’est pas par la forme, il semble. Et alors, s’il savait inventer, observer, construire, ou s’il l’apprenait, je ne sais s’il ne serait pas capable, après tout, du “quasi-chef-d’œuvre”. »

***

  • 2 Félix-Antoine Savard, Menaud, maître-draveur, Québec, Librairie Garneau, 1937, 265 p. L’ouvrage ava (...)

1L’octroi d’un prix David à l’auteur de Menaud2 a rappelé l’attention sur ce livre et rend une actualité aux études qui le concernent. C’est un roman qui prête à discussion, comme toutes les œuvres ayant un caractère, et qui peut-être n’a pas été assez discuté. Il eût fallu, pour le saisir, en isoler les éléments, et juger chacun d’eux à ses normes distinctes ; on s’est contenté trop souvent d’éloges ou de reproches globaux. Son mérite littéraire indiscutable a relégué au second plan le fond d’idées, de doctrines qu’il recouvre et qui pourtant forme sa vraie raison d’être. On l’a loué ajuste titre pour son style vibrant, imagé, pour la belle chaleur qui l’anime, pour les peintures qu’il trace de notre sol et de nos gens avec une si vive sympathie.

2Non seulement je reconnais ces qualités maîtresses, mais quelques-unes au moins des critiques hostiles me paraissent incomplètement justes. Ainsi, on y a signalé et blâmé le manque de « réalisme ». Et il est bien certain que ses personnages, leurs paroles et leurs attitudes sont, dans l’ensemble, hautement fantaisistes. Tandis qu’on est frappé, chez un conteur comme Louis Hémon, de la vérité simple, exacte, soutenue, des caractères et des actes ; qu’on y voit se poser en relief saillant, précis, des figures strictement humaines ; et que la famille de Chapdelaine, en dépit de son rôle de type, se grave en traits vivants et individuels ; on est bien forcé de se dire que les figurants de Menaud, les principaux du moins, sont des êtres moitié mythiques, dont ni l’âme ni les actions ne reflètent la réalité vécue. L’auteur les a tirés en partie de son rêve et en a fait des fantômes de légende. Il n’y a jamais eu de draveur qui ait pensé, parlé, philosophé, prêché, vaticiné, gesticulé et fulminé comme le brave homme de Mainsal ; il n’y a jamais eu de gars campagnard capable de concepts raffinés, de sentiments aussi subtils, d’hymnes aussi romanesques, qu’Alexis Tremblay, le Lucon. Les choses même, qu’on croirait fixées, participent à cette alchimie idéale. La chanson de la « Malhurée », soi-disant complainte canadienne, est à cent lieues de tout folklore connu.

3Pourtant on peut se demander si l’auteur n’avait pas le droit de choisir pour son thème cette gamme figurée, subjective. La vérité sans doute est la base de l’art ; mais ne peut-elle être à dessein sublimée et poétisée ? Après tout, un roman est une action fictive, et il n’a pas à être plus réaliste qu’il ne veut. Transposé tout entier sur le plan lyrique ou mystique, il pourra devenir une sorte de poème gardant un sens et une valeur. Giraudoux, Giono, l’ont prouvé en des œuvres remarquables. De la part de l’auteur cela donc se résout en une question d’art, et de celle du lecteur en une question de goût. Je préfère, quant à moi, le graphisme serré de Maria Chapdelaine, portant son lyrisme en lui-même et le laissant suinter de la réalité toute pure ; mais j’admets la note exaltée de Menaud, buccinant ses visions et son message. Et l’auteur justifie son genre par le talent qu’il y déploie. Il a de beaux dons d’écrivain, celui surtout d’excitateur d’images. Il sait les créer neuves, ingénieuses, étincelantes, et ses peintures en tirent un mirage de couleurs et une puissance d’évocation très vive. Je ne m’étends pas sur ce point, car personne plus que moi n’admire les beaux dehors, la valeur plastique de cette œuvre.

4Mais il faut constater que ce roman est avant tout une thèse, Menaud n’est qu’un symbole ; ce qu’il représente constamment, c’est une théorie ; non pas à deviner sous des trames discrètes, mais proclamées tout haut, longuement étalée, et plaidée par l’appel, l’objurgation et l’invective. Je ne recherche pas en quoi cette propagande à ciel ouvert nuit à l’art total de l’ouvrage, les risques qu’elle lui fait courir ; mais c’est elle surtout qui importe et qu’il est nécessaire de définir et déjuger.

5Or là-dessus d’expresses réserves me paraissent commandée Quelle est cette cause si haute et si urgente qu’il faille défendre avec cet âpre zèle ? C’est celle d’un nationalisme exclusif et fermé qui a toutes les allures du fanatisme.

6Les principes les plus sûrs peuvent, on le sait, devenir faux par leur outrance ; il suffit de passer, dans les revendications les plus saines, la limite des droits, du bon sens, pour en faire des prétentions intenables. C’est ce qui est arrivé à la thèse de Menaud. Inspirée d’un attachement légitime à la terre des ancêtres, d’un louable instinct d’unité, de solidarité ethniques, du regret naturel de n’être plus les seuls dans un pays fondé par nous, elle dégénère en un racisme étroit et chimérique, menant à d’absurdes impasses, voué à de certaines défaites. Ainsi des sentiments dignes de tout respect se muent en plaintes haineuses, en bouderies et en menaces, qu’un esprit réfléchi se voit forcé de répudier. Le souci de garder notre place au soleil se gonfle à l’illusion d’exclure de notre sol toutes les autres races, de rester isolés de la communauté des hommes. Nos titres de préoccupants sont suprêmes, intangibles, défient toutes les cessions, tous les contrats et tous les pactes. On ignore deux siècles d’histoire, de faits politiques et économiques solidement assis, de droits nouveaux acquis et confirmés ; on nous veut revenus à la Nouvelle-France de Champlain, enclose, immuable, éternelle. Il n’est même pas besoin que nous suivions le pas d’un monde qui évolue sans cesse ; il nous faut continuer à être chasseurs, pêcheurs, coureurs des bois, en dépit des années qui marchent et des bois disparus ; à nous heurter la tête aux murailles élevées partout par les forces de la vie moderne. Nous devons recouvrer la « liberté » perdue ; et la liberté, c’est d’être seuls à jouer des coudes dans notre province, c’est que tout Canadien, de la grève d’une rivière, du sommet d’une montagne quelconque puisse embrasser tout le paysage et se dire : « Ceci est à moi ! » II suffira de le vouloir : la foi en notre mission transcendante et notre audace à l’affirmer remplaceront l’adaptation aux faits, l’effort pratique, patient, ordonné vers la reconquête et suffiront d’elles seules à assurer notre avenir.

7Cet énoncé ne porte-t-il pas en lui-même sa critique, sa condamnation ? N’y voit-on pas sauter aux yeux des assertions démesurées, des exagérations énormes ? Il semble, en fait, si excessif qu’on aurait peine à croire qu’il résume justement les idées de Menaud si chacun de ses points ne pouvait s’appuyer de citations multiples tirées des pages mêmes de l’ouvrage. Menaud n’est pas de ceux qui déguisent leur pensée : il la fait sonner haut et clair ; rien de plus aisé que de le comprendre. Pénétrons plus avant dans l’intrigue du récit : nous y verrons maintes fois posées, accentuées, toutes les parties de ce programme.

8Menaud est un draveur, mais il est surtout autre chose. Il drave sans enthousiasme : ce métier est déjà pour lui une forme d’esclavage, bien qu’il soit le chef d’une équipe. D’abord, c’est un travail asservissant et lourd, peu conforme à ses goûts ; puis il s’exerce aux ordres d’« étrangers », ce qui suffit à le rendre odieux. Menaud est avant tout un indépendant, un nomade ; un de ces loups de bois et de ces batteurs de montagne : chasseurs d’ours, d’orignaux et de rats musqués ; « braconniers de haute futaie, marcheurs infatigables, rayeurs qui se coulent vers les anses des lacs à l’heure où l’on ne se reconnaît plus, tendant leurs rets dans toutes les frayères », etc. — « Sa défunte femme avait tout fait, longtemps, pour enraciner au sol ce vagabond des bois... Mais, elle disparue, tout le vieil atavisme s’était réveillé en lui. Depuis, avec Joson, son fils, en qui battait déjà tout son amour de la montagne, il passait le printemps, l’automne et les premiers mois des longs hivers dans la solitude dont il était roi. » — « Les siens, autrefois, avaient été les hardis canotiers des pays d’en haut » : ce qu’il voit en rêve et regrette, ce sont « les grandes chasses, les longs portages, les prodigieuses randonnées ». La vie pour lui, c’est « le bois où l’on est chez soi partout, mieux que dans les maisons où l’on étouffe ; c’est la montagne aux cent demeures ». Voilà, n’est-ce pas, un type bien défini : pas du tout celui de Hémon. Le père Chapdelaine, il est vrai, voyage lui aussi, mais c’est pour se fixer. Il défriche, il ouvre des terres, il fonde un foyer pour les siens, il prépare des assises à la génération future. C’est un paysan pionnier, mais c’est un paysan. Son ascendance, ce n’est pas celle des découvreurs et des traiteurs, mais celle des solides « habitants » qui semaient, récoltaient et élevaient vingt-six enfants sous les murs de Québec ou de Ville-Marie.

9Or, si l’auteur avait à établir un type comme le porte-voix de sa thèse, n’était-ce pas une première erreur de choisir pour cela, au lieu d’un Canadien pasteur, agriculteur, qui reste, grâce à Dieu, le vrai noyau de notre peuple, un des derniers représentants d’une forme de vie disparue, ou destinée à une fin très proche ? On sentirait, a priori, un sympathique respect pour les doléances et les vœux de nos travailleurs de la terre ; s’ils étaient menacés de perdre la portion reçue des ancêtres, on voudrait sans compter se porter à leur aide. Mais vraiment, que Menaud se voie graduellement coupé l’accès à ses brousses enfin défrichées, ou même captées par l’industrie moderne, cela n’a guère de quoi nous soulever. Pourtant c’est de cela qu’il rage et qu’il écume : c’est de là que provient sa haine de l’« étranger », coupable pour une part de cet empiétement sacrilège. Il faudrait que le Canada demeurât un parc réservé pour ses excursions et ses battues ; et pour que son domaine subsiste intact, inexploité et inutile, il est prêt à toutes les extrémités. Pouvoir y errer à son gré, y tendre ses pièges sans contrainte, voilà ce qu’il appelle la « liberté », la « possession du sol par la race ». Et ses fils, à perpétuité, devront pouvoir y circuler comme lui : « Lui, déjà vieux, Joson prendrait la relève et chasserait dans les mêmes sentiers, la maraudaille étrangère. Car enfin il faudrait en venir là ! »

10Notez que tout ceci s’écrit en 1936 pour des Canadiens nés d’hier, intimes des directions de la vie de demain. Or de ces Canadiens Menaud n’est nullement le type : il n’a nul droit de se plaindre en leur nom. Les trois quarts de nos paysans cultivent des terres où même les renards ont péri ; et pour des milliers d’ouvriers, en des villes immenses, la forêt vierge est comme n’existant pas. Quel intérêt commun entre eux et ce bohème ? « Posséder, s’agrandir ! » s’écrie-t-il, « voilà le mot d’ordre venu du sang, l’appel de la terre... Pour une race tout autre instinct est un instinct de mort. » Mais Menaud ne veut pas posséder, s’agrandir : il veut chasser Tours dans la montagne. Que vient-il faire ici comme revendicateur et apôtre ?

11Je n’eusse pas insisté sur ce choix malheureux, où Ton pourrait ne voir qu’une simple maladresse ; mais il influe profondément sur le dessein et sur la portée de ce livre. En rétrécissant l’objet à des intérêts si mesquins et si périmés, il en détruit la démonstration. Il en fait ressortir l’exagération foncière et masque la part de vérité qu’il peut contenir. Serait-il, au surplus, l’indice de cette myopie étrange qui empêche certains esprits de reconnaître, de voir même, aucun des changements qu’ont creusés en nous et chez nous le temps, les événements et les hommes ? Dans un sol envahi par des buts nouveaux, bouleversé par les poussées qui entraînent tous les peuples, ils contemplent toujours la sereine colonie d’il y a trois cents ans avec des yeux d’il y a trois cents ans. On ose à peine soupçonner de cette affliction visuelle le brillant auteur de Menaud.

12Mais il faut avouer qu’en n’importe quelle bouche sa thèse serait plus que discutable. Son fond essentiel, c’est le droit exclusif du Canadien-français à la terre du Québec ; c’est l’assaut contre l’étranger qui veut se mêler à la « race » et partager ses privilèges. Or ce droit, sur quoi repose-t-il ? Sur rien, assurément, que sanctionne aucune loi divine ou humaine. Que le pays nous ait d’abord appartenu, c’est un fait historique ; qu’il ait été conquis sur nous, c’est un autre fait regrettable. Le premier ne saurait, de soi, nous assurer un titre imprescriptible ; et le second a créé un état de choses qui a aussi ses droits et ses devoirs. Nous ne sommes pas plus justifiés de nous prétendre à tout jamais seuls maîtres légitimes que ne le seraient les Hurons que nous avons nous-mêmes dépossédés de leur domaine. Les Hollandais chassaient aussi dans la presqu’île de Manhattan, mais ils ne réclament pas la ville de New York. Les vicissitudes du passé ont toutes leurs validations éventuelles. Il ne peut être ici question que d’une sorte de droit moral, très lâche, très imprécis, et qu’il n’est pas permis de claironner avec cette truculence. C’est un droit qu’il nous faut rénover, assurer, par nos propres efforts, en nous montrant plus intelligents, plus habiles, plus alertes que ceux qui voudraient nous le contester ; non par des poings levés et des phrases. Tant valent notre énergie, notre persévérance, tant vaut notre droit à rester ou à redevenir les maîtres dans le pays de nos aïeux. Mais est-ce cela que Menaud nous conseille ? Bien au contraire, c’est la stagnation, l’inertie. Il voit en nous un document à conserver dans les archives. « Au pays de Québec, répète-t-il sans cesse, rien n’a changé et rien ne changera, parce que nous sommes un témoignage... Toutes les choses que nous avons apportées avec nous, notre culte, notre langue, nos vertus, et jusqu’à nos faiblesses, deviennent des choses sacrées, intangibles, et qui devront demeurer jusqu’à la fin. » Et je sais bien que c’est Louis Hémon qu’il cite ; mais Louis Hémon constatait en poète, et sans les juger, les traits de notre survivance : Menaud, lui, les reprend en agitateur et en guide. « S’il est vrai », ajoutait Hémon, « que nous n’ayons guère appris, nous n’avons certes rien oublié. » Mais il nous faut apprendre aussi, marcher avec une ère qui marche. Autrement comment s’étonner que d’autres nous devancent et accaparent notre domaine ? « Durer... être d’une race qui ne sait pas mourir », ce n’est pas suffisant, et ce n’est pas très difficile. Il suffit pour cela d’avoir beaucoup d’enfants et un morceau de pain. Est-ce de cette façon-là que nous voulons « durer » ? Cela, d’ailleurs, les étrangers ne le menacent en aucune sorte.

13Et ces « étrangers », qui sont-ils ? Des gens auxquels nous lient cent quatre-vingts ans de voisinage, d’alliances sanctionnées par nous, de collaboration à des buts communs ; dont nous partageons le territoire comme ils partagent le nôtre. Ce sont eux qu’il faudrait maintenant ostraciser, chasser de possessions légalement acquises. Car Menaud, là-dessus, ne badine pas. Loin du Québec quiconque n’appartient pas à la « race » ! Il nous veut enrôlés dans une nouvelle croisade pour « bouter l’Anglais hors de France » : ce qui signifie, dans l’espèce, hors d’une colonie d’Angleterre, faisant partie d’un pays plus vaste dont les neufs dixièmes sont anglais. Il ne lui permettrait même pas de louer un terrain chez nous : car c’est un simple bail, quelque droit de chasse ou de coupe, qui déchaîne toutes ses invectives. Et les moyens lui importent peu. D’abord, foin de nos propres lois qui autorisent l’entrée des gohims ! « cette loi du pays de Québec, qui permet à l’étranger de dire, quand bon lui semble, à l’enfant du sol : “Range-toi ! Va-t-en !” » — « Le bail et la loi, déclare-t-il, on s’en fiche comme des vieilles lunes... » II continuera de « retendre aux endroits de chasse qu’en vertu de leur loi de la jungle à eux ils se transmettaient de père en fils ». Il faudra refuser toute aide, tout service à ces étrangers. Le Délié est un « traître », un « esclave », un « vendu », un « lâche », un « cœur de chien » et d’autres noms moins imprimables, parce que, pour gagner sa vie, il a accepté la surveillance du domaine loué aux Anglais. À ce compte, nos concitoyens d’autre langue ne devraient pas trouver chez nous d’employés d’aucune sorte : ni un comptable, ni un camionneur, ni une bonne, ni une cuisinière. Menaud oublie qu’il vient lui-même de faire la drave pour eux : mais non, il s’en souvient et s’en bat la poitrine : « II a fait comme les autres, plié le cou, chien grognant d’abord, chien couchant ensuite. » Eh bien, alors ! — Si ce raidissement passif ne suffit pas, reprenons les fourches de ’37 : n’hésitons pas à la révolte ouverte. Ne nous demandons pas s’il y a la plus minime chance qu’une telle aventure réussisse. Renions hardiment, pour une fraternité restreinte, celle qui unit en une famille selon la science et la foi, tous les groupes humains. Que la race des Normands de France jette dans le Saint-Laurent la race des Normands d’Angleterre (c’est pourtant doublement la même !). « Dans la montagne se fourbissent des âmes guerrières. C’est de là qu’un jour la liberté descendrait, farouche, et culbuterait les avancées de l’ennemi. »

14Si c’est là un plan avisé, si ce sont là des conseils sages, Menaud mérite de devenir notre Hitler. S’ils ne sont, au contraire, que des songes creux d’âme hallucinée, il faut plaindre l’abbé Savard d’avoir dépensé à les noter tant de talent et d’éloquence.

15Mais ce livre, assez curieusement, se réfute lui-même. La personne, la prédication de Menaud se discréditent assez sans sortir de leur trame. Tout au long de ses diatribes, Menaud est seul, ou presque seul. C’est un prophète sans disciples, qui prêche dans un désert d’indifférence... et de bon sens. Il n’arrive pas à créer dans la « race » le moindre émoi mental, à soulever la plus légère émeute. « Tout le clan des chasseurs avait subi, tête basse, l’annonce de ce dépouillement. » — « Quelques vieux terriens disaient : Bah ! ne voyant rien en cette histoire... Quelques autres sentaient bien que c’était un lot du patrimoine qui s’en irait encore aux étrangers, mais, en face des moyens à prendre, finissaient par deviser du temps, le doigt sur la braise de leurs pipes. » C’est donc Menaud seul contre tous, s’escrimant d’une main contre les « barbares », de l’autre contre les siens stupides. Il en vient à douter s’il appartient lui-même à ce peuple aveuli. Il dit être « d’une autre race, de ceux que la terre mesurée, avec ses labours et ses moissons, n’a pas encore apprivoisés ». N’est-ce pas se séparer de toute la famille canadienne ? Son insuccès dès lors est fatal, expliqué, et il se scelle en un effondrement final. Menaud, trop obsédé de son idée fixe, victime de sa passion de braconner contre les lois, en vient à perdre la raison, et, dans la nuit où il s’agite, « hurle » sans cesse : « Des étrangers sont venus ! Des étrangers sont venus ! » Mais, comme c’est ce qu’il a répété toute sa vie, il semble bien que son état mental n’est pas si éloigné de celui d’autrefois !

16C’est sur ce hurlement d’une âme vaincue, désemparée, que se clôt le volume. Et ainsi l’œuvre entière, au lieu d’apporter un encouragement, un espoir, d’exciter à l’action féconde, n’est qu’une confession d’impuissance et de rêverie futile. Comme le concluent les bons voisins qui viennent visiter le pauvre homme : « Ça devait tourner comme ça... Ça ne sert à rien de s’ostiner. » L’architecte, à mesure qu’il élevait son édifice, le démolissait pierre par pierre.

17Redisons-le bien nettement : s’il se fut contenté de nous inspirer le vouloir de conserver son héritage en le cultivant, en le développant ; l’ambition, au besoin, de le reconquérir par le dedans, par l’expansion de nos familles, par notre éducation et notre activité accrues, par la richesse acquise qui le remettrait en nos mains ; il n’y aurait qu’une voix pour approuver et applaudir. Mais cette reprise ne se fera jamais par le congèlement, l’emmurement et la rhétorique. Le peuple canadien, s’il écoutait tels quels les avis de Menaud, sombrerait bientôt dans le même désastre et la même folie que son maître.

Notes de fin

1 « Menaud, maître-draveur par Félix-Antoine Savard », L’Avenir du Nord, 4 novembre 1938, p. 1-2.

2 Félix-Antoine Savard, Menaud, maître-draveur, Québec, Librairie Garneau, 1937, 265 p. L’ouvrage avait obtenu le prix David ex aequo avec Les Engagés du Grand-Portage de Léo-Paul Desrosiers.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540