Version classiqueVersion mobile

Barcelone ou comment refaire une ville

 | 
Béatrice Sokoloff

Avant-propos

Texte intégral

Les cheminées sur le toit de la Pedrera de Gaudí, sur le Passeig de Gràcia

1Durant les années 1980 de nombreuses villes d’Europe et d’Amérique du Nord ont entrepris des opérations de réhabilitation et de transformation urbaine en rupture avec les stratégies radicales de rénovation de l’après-guerre et des années 1960. Ces opérations se réclamaient de tendances nouvelles dans le champ de l’architecture et de l’urbanisme issues de deux grands pôles. Celui, en Europe, de l’architecture urbaine d’inspiration italienne et de divers courants d’analyse historique et morphologique de la ville, qui débouchent sur un projet de reconstruction de la ville existante, à un moment où la croissance urbaine fléchit. Et, en Amérique du Nord, celui de courants reliés à l’Urban Design, qui appliquent à des secteurs en crise ou à la recherche de nouvelles vocations des interventions plus fines et plus nuancées que celles qui avaient eu cours durant la période précédente de l’Urban Renewal, où l’on démolissait à grande échelle avant de reconstruire éventuellement.

2En Europe, Barcelone occupe une place à part par l’ampleur et la cohérence de ses réalisations urbanistiques, guidées par une stratégie qui a connu plusieurs étapes. Mais le point essentiel est peut-être la continuité qui a été assurée dans le temps à cette expérience par un pouvoir politique local déterminé et collaborant pleinement avec ses professionnels.

3Cet ouvrage présente les principes que ces professionnels ont énoncés pour fonder le renouveau de l’intervention urbanistique, dans le contexte socioéconomique et urbain d’une société qui émergeait tout juste de la période franquiste. Puis il souligne la spécificité de leurs interventions sur le terrain, selon qu’elles se sont adressées à divers quartiers aux identités bien distinctes, ou qu’elles ont entrepris le redéveloppement planifié de grandes zones en friche, à l’échelle de la ville entière.

4Après que le lecteur se soit familiarisé avec la démarche et avec l’ensemble des réalisations de ce nouvel urbanisme, il convenait de faire retour sur la discussion de ses prémisses théoriques et de les confronter avec celles d’autres courants contemporains en urbanisme.

5Compte tenu de l’importance du travail sur l’espace public dans l’approche barcelonaise, une large place lui a été consacrée dans la dernière partie de l’ouvrage. Les exemples retenus illustrent la richesse des conceptions et l’importance de ce thème dans la reconstruction de la ville.

Remerciements

6La recherche qui a mené à l’écriture de ce livre a été effectuée entre 1987 et 1994 à l’occasion de plusieurs voyages à Barcelone. Cet ouvrage a pu être réalisé grâce au support et à l’ouverture que j’ai trouvés auprès des Services de la mairie de Pasqual Maragall et grâce à la disponibilité de nombreux professeurs et chercheurs de l’École Technique Supérieure d’Architecture de Barcelone (etsab). J’ai reçu à Barcelone un accueil chaleureux, des appuis généreux et efficaces. Que tous les professionnels et responsables politiques que j’ai rencontrés trouvent ici l’expression de ma vive gratitude et le témoignage de mon admiration pour la manière dont ils ont reconstruit leur ville — qui se dit si bien dans l’expression catalane « fer ciutat » (faire la ville). Je tiens à souligner en particulier l’apport précieux des personnes suivantes :

7Jordi Borja, alors adjoint du maire de Barcelone Pasqual Maragall, et responsable des Relations territoriales, qui m’a exposé la problématique des rapports entre la ville, la métropole et la région.

8Alejandra de Habsburgo, Assesseur au Cabinet des Relations extérieures de la mairie, qui a contribué efficacement à l’organisation de mes séjours à Barcelone.

9Joan Busquets, Directeur du Service de la planification urbaine de 1984 à 1990, architecte et professeur à l’etsab, qui m’a initiée à la conception d’ensemble de la requalification urbaine de Barcelone et a mis généreusement à ma disposition toute la documentation de ses Services.

10Ricard Fayos, actuel Directeur du Service de la planification urbaine et professeur à l’ETSAB, qui a discuté avec moi la logique sous-jacente et la portée des travaux en cours sur le redéveloppement de l’Est barcelonais.

11Ferran Sagarra, architecte et professeur à l’etsab, qui a partagé avec moi ses riches connaissances et sa passion de l’architecture urbaine de la Ville.

12Jaume Barnada, architecte au Département d’urbanisme de la Ville, qui m’a accompagnée en interprète avisé dans plusieurs visites sur le terrain.

13À Montréal, mes remerciements vont également à :

14Odile Hénault, critique d’architecture, pour le partage généreux de son réseau de contacts à Barcelone.

15Vito Ahtik, professeur à l’uqàm, pour nos discussions fertiles sur les théories urbanistiques et pour sa lecture critique du manuscrit.

Table des illustrations

Légende Les cheminées sur le toit de la Pedrera de Gaudí, sur le Passeig de Gràcia
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search