Version classiqueVersion mobile

Barcelone ou comment refaire une ville

 | 
Béatrice Sokoloff

Préface

Joan Busquets

Texte intégral

1Voici un livre sur l’expérience urbanistique récente de Barcelone qui devrait aider le lecteur étranger à en saisir les éléments singuliers, mais aussi la portée plus générale. J’en témoigne ici en tant qu’acteur engagé durant plusieurs décennies dans les analyses et les actions qui ont alimenté ce processus de longue haleine.

2On ne peut qu’apprécier l’effort de synthèse que révèle le travail de Béatrice Sokoloff, et ce d’autant plus qu’il n’est pas facile, a priori, d’évaluer une expérience complexe face à laquelle on a encore relativement peu de recul temporel. Dans ce sens, la distance culturelle que possède l’auteur face au contexte de l’Europe du Sud constitue un atout intéressant, qui lui permet de développer un point de vue propre et de mettre en relief certains traits de l’expérience barcelonaise.

3Toute une série d’actions et de réflexions qui ont surgi de différentes sources sont présentées ici de façon ordonnée. Cette manière d’historique se double d’un effort d’interprétation fidèle, qui fait appel à différents codes pour dégager la cohérence d’ensemble de la démarche. Ainsi l’expérience de Barcelone est rapportée dans un style très coulant, qui articule diverses catégories interprétatives pour rendre compte des rapports entre les conditions proprement urbanistiques des projets, les stratégies de décentralisation politico-administratives, et les paramètres socio-économiques caractérisant les différents secteurs de la ville.

4Le livre fait ressortir entre les éléments du processus de transformation de la ville une symbiose et une cohérence qui va peut-être au-delà du contenu explicitement formulé au départ dans les discours urbanistiques. Cependant cette cohérence, qui apparaît à travers une lecture a posteriori de l’expérience, révèle avec force la nature de la démarche et de ses visées implicites.

5Le thème central structurant est celui de l’intervention sur l’espace public, qui est au coeur de la conception de la « reconstruction de la ville existante ». L’emphase méthodologique mise sur cette dimension ne diminue en rien la signification des efforts consentis dans les domaines de la gestion urbaine, des stratégies urbanistiques plus larges ou du design urbain. Le point de vue adopté par l’auteur rend par ailleurs parfaitement justice à la substance de l’expérience de Barcelone, ainsi qu’à la succession diachronique des plans, des projets et des actions urbanistiques entrepris dans cette ville.

6Au-delà du traitement de l’espace public, le livre aborde une série de questions relatives aux expériences urbanistiques en cours. Ainsi il évoque le thème des relations entre les corps techniques de l’administration municipale, les institutions de formation académique et le milieu professionnel. Sur ce plan, les conditions qui ont permis le succès de l’expérience barcelonaise ne doivent pas être considérées comme exceptionnelles. Elles peuvent se retrouver ailleurs sous des formes diverses. Cependant on peut certainement affirmer la nécessité d’une plus grande perméabilité entre les lieux où se développent l’analyse et la discussion critique et ceux où se définissent la prise de décision et l’action. Jusqu’ici, Barcelone est un des rares exemples où l’on a pu vérifier dans la pratique l’effet de cette interaction, et où l’approche de reconstruction a élaboré une vision du futur de la ville à partir d’interventions et de projets concrets réalisables à court terme.

7La question de la culture urbanistique internationale et de ses rapports avec la culture nationale ou locale revient constamment dans les grands projets européens. L’élaboration d’une perspective urbanistique capable d’affronter les grands problèmes communs de nos villes à l’échelle internationale, sans perdre de vue les données locales, est une démarche exigeante. Elle requiert une intelligence des caractères propres de chaque ville, associée à une capacité d’intégrer aux solutions locales l’apport des traditions architectoniques et urbanistiques ainsi que des réalisations enracinées dans des contextes différents.

8On a souvent tendance à définir le contrepoint entre le pouvoir politique, la stratégie urbanistique et l’intervention urbaine soit en termes de symbiose de ces éléments, soit en termes de séquence déterministe, où l’un émanerait directement de l’autre. Le processus qui s’est déroulé à Barcelone présente des phases bien distinctes, mais il faut reconnaître avant tout l’importance d’un engagement constant face à la nécessité politique de la « reconstruction » urbaine. Sur cette base se sont développées ensuite des formes très variées de médiation et d’articulation entre les acteurs et entre les projets. La force avec laquelle l’expérience barcelonaise a décollé — ainsi que l’a bien souligné Béatrice Sokoloff — doit être rapportée à la pertinence du diagnostic politicourbanistique, lequel a conduit à « réhabiliter la ville » dans son ensemble sur la base d’interventions différenciées, correspondant aux besoins particuliers des « parties » ou des « secteurs » de la ville. C’est ainsi qu’on peut être à la fois contemporain et respectueux des patrons et de l’héritage de la ville existante.

9Ceci nous ramène à un autre thème fondamental dans nos débats urbanistiques récents, à savoir les échelles de projets. À la différence du Mouvement moderne, qui définissait une hiérarchie « en cascade » entre les échelles, l’expérience actuelle démontre l’avantage qu’il y a à travailler de manière simultanée à des échelles différentes, dans un va-etvient réciproque. Il peut se présenter des cas où certaines villes sont confrontées à des stratégies de restructuration de portée très large — à l’échelle, dirons-nous, d’un plan général d’urbanisme. Cependant, même dans cette situation, il y a lieu de considérer l’articulation entre des échelles intermédiaires et/ou de quartier, pour confirmer et démontrer la pertinence des stratégies générales.

10Pour conclure, on pourrait dire que le livre de Béatrice Sokoloff présente à juste titre le cas de Barcelone comme un modèle et non pas comme un exemple particulier. Expérience-phare, qui a catalysé des conceptions urbanistiques et des volontés politiques en un processus dynamique qui s’est échelonné sur plus de douze ans. Au cours de cette période, la stratégie urbanistique a donné la priorité à de nouveaux déterminants projectuels de la forme urbaine, ainsi qu’à l’aménagement de l’espace public. Peut-être bien que les villes ne peuvent pas toujours être repensées dans la perspective d’une dynamique identique. Mais il demeure que chaque ville possède un potentiel de restructuration et se doit de réaliser une amélioration des conditions de vie de sa population. Ce potentiel peut s’actualiser en « révélant » et « transformant » ses configurations particulières, héritées des diverses époques de son développement.

11Les enseignements à tirer de l’expérience de Barcelone devraient nous montrer la voie et nous permettre d’y avancer d’un pas ferme.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search