Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais critiques

 | 
Louis Dantin

Tome 2

Les Engagés du Grand-Portage par Léo-Paul Desrosiers1

Texte intégral

  • 1 « Les Engagés du Grand-Portage par Léo-Paul Desrosiers », L’Avenir du Nord, 30 septembre 1938, p. 1 (...)
  • 2 Voir supra, p. 522-561.
  • 3 Léo-Paul Desrosiers, Les Engagés du Grand-Portage, Paris, Gallimard, 1938, 209 p.

1Il y a d’habitude dans les romans de M. Desrosiers2 une partie historique, géographique, documentaire, qui étonne par sa riche érudition, sa vérité exacte, sa couleur réaliste, et qui présente tout l’intérêt d’une découverte. Il y en a une autre inventée, tramée, humaine, psychologique, qui ne nous saisit pas toujours au même degré et n’atteint pas à la même maîtrise. Il faut, je crois, faire ce discernement dans l’œuvre nouvelle que voici3 : importante comme chronique d’une section peu connue de notre histoire, et un peu fruste, me semble-t-il, comme étude d’âmes et de conflits. Le résultat, ainsi restreint, en reste remarquable, car, à défaut d’un roman habile, il nous offre un curieux voyage à travers des lieux et des scènes transformés depuis par le temps. L’intrigue, après tout, n’est qu’un fil reliant les descriptions vraies, les aventures mouvementées, l’évocation d’années anciennes et de mœurs disparues. On peut la négliger et goûter ce récit pour ce qu’il est surtout : un épisode vécu, et bien vivant, de la traite des fourrures dans le Nord-Ouest au début du siècle dernier. Suivre nos « voyageurs » dans leurs expéditions longues et dangereuses ; accompagner leurs grêles flottilles sur l’Outaouais, le lac Huron, la rivière Sainte-Marie, la Saskatchewan, la Churchill, et jusqu’au Grand Lac des Esclaves ; les voir peiner à ces portages qui se succèdent par centaines ; assister à leurs entrevues, défiantes ou hostiles, avec les tribus indiennes, à leurs marchandages et à leurs ruses pour les fourrures convoitées ; voir sévir, ouverte ou sournoise, la lutte des trois grandes compagnies qui se partagent la traite ; — voilà plus qu’il n’en faut pour créer l’intérêt d’un livre et, si ce livre est écrit d’une façon alerte, pittoresque, pour en faire une réussite littéraire.

2L’auteur nous peint sa caravane flottante, embauchée à Montréal même, s’y chargeant des hommes éprouvés, des provisions, des marchandises nécessaires à son but lointain. Et de là, par les fleuves et les lacs géants, mille par mille, anse par anse, rapide par rapide, en comptant presque les coups de rame, il la mène à travers les immenses distances de ce continent vierge qu’il faut traverser. Et c’est ici qu’éclaté le tour de force de cet ouvrage. Ce qui pourrait être un défilé de notations vagues, de peintures à peu près, d’impressions toutes pareilles, devient une suite de tableaux nets, distinctifs et minutieux, où se reconnaît la vision directe et précise. Il n’y a pas une de ces rives, de ces baies parcourues, qui n’ait son caractère à part ; pas un de ces portages, tous nommés par leur nom, qui n’ait sa figure différente. Le lecteur s’imagine être assis dans l’un de ces canots et voir défiler devant lui les contours arrêtés de tous ces paysages ; il ne peut s’empêcher de croire que l’auteur lui-même a suivi cette route. Et pourtant il n’a pu la voir telle qu’elle était en 1800, avec les forts qui la jalonnaient, avec les Cris et les Sioux qui y plantaient leurs tentes ; mais partout règne le même cachet de vérité immédiate. Alors il a fallu qu’à son observation il ait joint des recherches poussées jusqu’aux miettes du détail, et le don de ressusciter en lignes saillantes et actuelles les spectacles évanouis.

3« Après avoir traversé le lac Nipissing, la brigade descend la rivière des Français. Huit portages s’échelonnent dans cet austère pays de granit ; les îles foisonnent tellement, les chenaux sont si nombreux, qu’il est difficile de retrouver le rivage. » — « Voici les Dalles, et l’embarcation entre dans l’eau bouillonnante et les remous, propulsée comme un boulet. Le paysage accourt, le chenal se resserre ; les deux murailles se rapprochent tellement qu’on pourrait les toucher en étendant la main. » — « Les engagés voient les Pots-de-fleurs, colonnes surmontées d’une touche de verdure, l’île de la Cloche, la Tombe des Géants, et la Grande Manitouline, visible de partout haute et bleue. » — Le portage à la Vase n’est pas, évidemment, un obstacle quelconque : c’est « un vaste marais où passe la ligne de division entre les eaux du bassin de l’Outaouais et celle du Lac Huron. » Les engagés y pataugent péniblement ; « ils marchent mais la bourbe épaisse laisse leurs jambes couler à des profondeurs dangereuses. Pour éviter cet enlisement, même les arbres se haussent sur leurs racines, comme des hommes qui se dresseraient sur le bout des pieds. »

4C’est avec cette richesse de traits particuliers que l’exploration se poursuit, serrant de près tous les aspects qui passent, sans que le dessin des objets soit jamais banal ou confus. Les campements, les magasins, les forts, les coutumes des Indiens nomades, les lois de l’échange des pelleteries, choses que le temps a recouvertes, s’enlèvent avec la même aisance. « Les mangeurs de porc écarquillent les yeux pour bien voir Grand-Portage, le rendez-vous commun, la porte magique des pays d’En-Haut. D’un rouge sombre, les canots y débouchent sans cesse de la pointe du Chapeau, venant de l’est, du nord, du sud, avec les marchandises de traite et les agents de compagnies. Pendant deux mois cette factorerie est le centre du commerce des fourrures. Dans le fort logent les “bourgeois”, les commis, les interprètes et les guides ; sous les tentes et les canots, en dehors des palissades, s’établissent les engagés et les Indiens des alentours. Plus de deux mille personnes font “bombance”, gorgées d’une abondance soudaine après des mois de privations. » — Aussi bien qu’un traiteur à gages, Léo-Paul Desrosiers sait le prix courant des fourrures : « En temps ordinaire, un castor vaut un pelus, l’unité monétaire de tout ce commerce ; trois martres, huit rats musqués, un lynx ou un glouton, valent deux castors ou deux pelus. » — Il sait le pourcentage d’alcool entrant dans les mélanges qu’on débite aux Indiens, différent selon les différentes nations. « Dans un baril de neuf gallons les traiteurs mettent, avec de l’eau, quatre ou cinq chopines d’alcool pour les Pieds-Noirs, six chopines pour les Cris et les Assiniboines, et sept ou huit pour les Sauteurs. Atteinte la première par les blancs, cette tribu est plus adonnée que les autres aux boissons alcooliques. » — Il connaît les rites qui gouvernent les funérailles, les mariages. « Alors commence la cérémonie (qui unira Montour à la Prune Rouge). On dépouille la jeune sauvagesse de ses vêtements de cuir et on lui donne un bain. Elle endosse une chemise de calicot, un jupon vert, une robe de cotonnade bleue, et elle devient la femme du Français. »

5Bref, cette peinture, d’un bout à l’autre, se déroule en touches authentiques qui en font une éducation autant qu’une jouissance. Et, comme on l’a pu voir, le style y garde une lucidité et une projection graphique adéquates à tous ses objets. Il y a des coins de forêt, des silhouettes de berges, des visions de nuages, évoqués en un seul trait, et merveilleusement ; il y a des ensembles maniés avec force. De cette partie de l’œuvre exprimant la nature et la vie primitive de l’Ouest à travers l’aventure épique de ces canotiers, se dégagent un attrait et un intérêt soutenus.

6Il me semble dommage que ces tableaux d’une grandeur calme soient troublés constamment par la malice et par la fausseté des hommes. Ces petitesses détonnent dans cette beauté et dans cette force. On s’y résignerait si l’histoire devait y gagner une vérité complète ; mais sa vérité, au contraire, n’en est-elle pas outrée et déformée ? On dirait, à lire ce volume, que la traite des fourrures ne fut, du haut en bas, qu’un tissu de machinations, de complots éhontés, où périssaient les derniers vestiges de la conscience et de l’honneur. Je veux bien croire que les XY, les sociétaires du Nord-Ouest et de la baie d’Hudson n’étaient pas des gens à scrupules ; mais enfin n’y eut-il jamais de leur part que des actions vilaines et basses ? Leurs écarts étaient-ils toujours aussi conscients et délibérés ?

7Passe pourtant pour ces luttes où ils s’escriment à accaparer, à enlever à leurs rivaux, le commerce qui les enrichit. Cela, c’est encore de l’histoire, même si elle est ici ramassée à l’excès ; et l’on s’instruit à lire les pièges que ces compétiteurs se tendent, les violences auxquelles ils ont recours. Mais chez ces pauvres engagés, on attendrait au moins une simplicité rude, une honnêteté de contraste. Ils ajoutent, au contraire, au cloaque moral ; et cette fois on n’y trouve aucune raison valide, ce sont là des acteurs inventés et qui eussent pu l’être autrement. Ils font planer sur le roman une atmosphère lourde et pénible. Comment se captiver pour Nicolas Montour qui, dans ces deux cents pages, tient un rôle de premier plan et dont le caractère aussi bien que les actes n’offrent que la plus vile fourberie ? Ce drôle ne représente sûrement pas le type de nos voyageurs canadiens : braves gens pour la plupart, gagnant durement leurs salaires, n’ayant d’autre ambition que de retourner au Québec, avec un pécule arrondi, vers leurs fiancées ou leurs femmes. Si le Montour a jamais existé, il n’a pu être qu’une exception monstrueuse. C’est lui pourtant qui domine le récit, qui y occupe une place démesurée ; et les autres, sauf un seul, sont ses dupes ou ses complices. Parti de rien, l’homme s’est juré d’atteindre aux premières places, à tout prix, per fas et nefas ; et il n’est pas de manigances et de trames souterraines qui ne lui soient bonnes pour ce but. Un à un, il déplace tous ses compagnons mieux postés, les perdant par des trucs fangeux et des calomnies dégoûtantes. Il s’insinue par la flatterie auprès des chefs, toujours prêt à entrer dans leurs intrigues malpropres, sauf à les trahir à leur tour quand son intérêt le prescrit. Le dramaturge ici défie le conseil d’Aristote, qui voulait qu’un héros ne fût ni complètement bon ni absolument dépravé. Celui-ci est taillé d’un coup, odieux tout d’une pièce. Si encore il nous suffisait d’assister à ses actes ! Mais c’est son âme crasseuse qui s’étale, se déverse et s’analyse sans fin. En des soliloques prolongés elle nous initie à ses ruses, fort souvent cousues de fil blanc, à ses calculs qu’elle croit profonds, à ses trappes qu’elle juge infaillibles. Il y a des pages et des pages de cette psychologie. Comment l’auteur n’a-t-il pas senti que la mise à nu, heure par heure, repli par repli, de cette antipathique nature, finirait par produire une impression de lassitude ? Sans compter qu’aucune autre image n’est là pour lui faire équilibre. Louis Turenne, seul de tous, est vraiment honnête ; mais c’est un faible, un pacifique, n’ayant que des velléités de révolte et toujours cédant ou vaincu. Comme résultat, l’histoire s’achève sans que le vice soit puni et la vertu récompensée, en nous laissant une très mauvaise leçon, et qui n’était pas imposée.

8N’est-ce pas une suite logique que l’expression s’affaisse en même temps que l’idée se détériore ? Il est certain que les passages où cette intrigue se traduit restent bien au-dessous des autres parties de l’ouvrage. Au lieu de cette pureté concise et de cet éclat imagé qu’on admirait ailleurs, la phrase devient empêtrée, tortueuse. Le langage abstrait, raisonneur, distingué, qu’elle met dans la bouche de ces hommes est de pure convention et sans le moindre naturel. Il en résulte une scission complète entre les moitiés du livre ; on les dirait écrites par deux plumes différentes. — « Voyez vous-même, dit Montour, vous ne pouvez collaborer, vous n’avez aucune idée commune. Rendez-vous compte de vos incompatibilités. » — « Louis Turenne se demande si, malgré ses prétentions, l’homme n’est pas uniquement animal. » — Sont-ce des coureurs des bois qui parlent ? — « Il se rapproche de Cournoyer, de Bombardier, de François Lendormy surtout. Il se colle à eux ; son amitié devient adhésive. Les uns et les autres, il veut les engluer, en ce moment dangereux, dans la viscosité de ses prévenances, de ses flatteries, de ses attentions. » — N’est-ce pas redondant et pâteux ? Mais, par contre, écoutez : — « Une lune blanche illumine par instants la surface de l’eau immobile. Les îles sont devenues toutes petites, telles des mouches posées sur une vitre. Et, des centaines de lieues à la ronde, la forêt existe sans bruit. » — « Ils croient qu’ils se promènent dans les rues d’une ville mondée, entre de vieux châteaux en ruines, qui exposent des piliers à moitié détruits, des fenêtres borgnes et des colonnes basaltiques. Un peu de verdure rampe sur les murailles comme du lierre et, à travers la clarté de l’eau, le lit rouge et noir du lac étend ses marbrures. » J’ai quelque peine à reconnaître « l’autre », mais je sais bien que l’auteur de Nord-Sud a écrit cela.

9Les Engagés du Grand-Portage sont, à mon sens, une œuvre historique et picturale de grand mérite, compliquée, alourdie d’incidents individuels prenants et d’une réalité douteuse. Le lecteur en reçoit un double choc contradictoire, où pourtant domine le plaisir des faits instructifs et le miroitement des belles images.

10P.-S. — Y a-t-il une raison pour que le nom bien français de Nicolas soit écrit partout à l’anglaise avec un h, et que, seul de son espèce, le mot « bourgeois » s’épelle avec un y archaïque ?

Notes de fin

1 « Les Engagés du Grand-Portage par Léo-Paul Desrosiers », L’Avenir du Nord, 30 septembre 1938, p. 1-2.

2 Voir supra, p. 522-561.

3 Léo-Paul Desrosiers, Les Engagés du Grand-Portage, Paris, Gallimard, 1938, 209 p.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540