Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les temps du paysage

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette
, 
Gérald Domon

Les auteurs

Texte intégral

1Gérard Beaudet, urbaniste, est directeur de l’Institut d’urbanisme et chercheur associé à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Entré à l’emploi de la Société technique d’aménagement régional en 1980, il y a travaillé à titre de consultant dans les domaines de l’urbanisme, de l’aménagement régional, du patrimoine et du récréotourisme. À la fin des années 1980, il a amorcé une carrière de professeur, abandonnant progressivement la consultation au profit de la recherche et de la diffusion. Depuis lors, la morphologie urbaine et la conservation du patrimoine ont constitué ses principaux champs d’enseignement et de recherche. Au cours des dernières années, il s’est plus particulièrement intéressé aux valorisations spatiales d’ordre patrimonial, environnemental, paysager ou touristique qui sous-tendent les morphogenèses. Il a été membre du conseil d’administration de la fondation Héritage Montréal de 1990 à 2002 et il a assumé la présidence de l’organisme de 1997 à 2000.

2Denis Bilodeau est professeur agrégé à l’École d’architecture de l’Université de Montréal où il enseigne la conception et la théorie de l’architecture. Son principal champ de recherche est l’épistémologie du projet. Il a publié entre autres Precedents and Design Thinking in an Age of Relativization (École d’architecture de l’Université de Delft, Pays-Bas, 1997), ainsi que Le classicisme en architecture. La poétique de l’ordre (Paris, Dunod, 1985, 1990), en collaboration avec Alexander Tzonis et Liane Lefaivre. Il poursuit actuellement une recherche sur les processus réflexifs en situation de projet à travers l’étude des concours d’architecture au Canada entre 1980 et 2000. En 1997, il a participé au Forum méditerranéen sur la culture à Jérusalem abordant le thème Paysage et identité culturelle. Depuis, il collabore comme chercheur à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Il est aussi membre du Laboratoire pour l’étude de l’architecture potentiel (Université de Montréal), chercheur associé au Design Knowledge System Research Center de l’Université de Delft, et membre de l’Institut de recherche en histoire de l’architecture du Centre canadien d’architecture.

3Michel Conan est directeur du Garden and Landscape Studies, Dumbarton Oaks (Washington, D.C.). Il a enseigné dans des écoles d’architecture à Paris et à Nancy, et a été cofondateur du DEA « Jardins, Paysages et Territoires » de l’École des hautes études en sciences sociales et de l’École d’architecture de Paris-La Villette. II a contribué à la renaissance des recherches sur l’art des jardins et du paysage en France, notamment par des publications d’articles, l’établissement d’une méthode pour le préinventaire des jardins remarquables (avec Sylvie Brossard, ministère de l’Équipement et du Logement, Paris, 1997) et diverses rééditions dont La composition des paysages de R. L. Girardin (1676) et Le Labyrinthe de Versailles de C. Perreault (1677). Il a publié, en outre, Concevoir un projet d’architecture (1990), Dictionnaire historique de l’art des jardins (1997), L’invention des lieux (1997) et Perspectives on Garden Histories (1999), actes d’un colloque tenu à Dumbarton Oaks.

4Gérald Domon est professeur agrégé à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal où il enseigne dans les domaines de l’écologie du paysage et de l’aménagement des paysages ruraux. Directeur du module Ruralité et paysage de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal, il est membre du Groupe de recherche en écologie forestière interuniversitaire (grefi), du réseau Ligniculture-Québec ; il codirige un vaste projet multidisciplinaire « Haut-Saint-Laurent : écologie et aménagement ». Auteur de plus d’une centaine de textes, ses recherches actuelles portent principalement sur la dynamique spatiotemporelle des paysages ruraux du sud du Québec, la reconstitution de la dynamique des territoires agroforestiers anciens, l’élaboration d’outils de caractérisation des paysages et la gestion écologique des espaces protégés.

5Michel Gariépy est professeur titulaire à l’Institut d’urbanisme et cofondateur de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Il a été doyen de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal de 1993 à 2000, après avoir été directeur de l’Institut d’urbanisme entre 1989 et 1993. Ingénieur de formation, il s’est spécialisé en urbanisme, puis en planification et évaluation environnementales, domaine sur lequel portait sa thèse de doctorat. Il est codirecteur avec Michel Marié de Ces réseaux qui nous gouvernent ? (Paris, L’Harmattan, 1997).

6John Dixon Hunt est professeur en histoire et théorie du paysage à la Graduate School of Fine Arts, University of Pennsylvania, où il a été pendant six ans directeur du Landscape Architecture and Regional Planning. Auteur de plusieurs articles et de plus d’une douzaine d’ouvrages, incluant Greater Perfections : The Practice of Garden Theory (2000) et The Picturesque Garden in Europe (2002), il travaille actuellement à l’analyse critique du jardin de réception à paraître chez Reaktion Books. Il est éditeur des Penn Studies in Landscape Architecture series et de la revue Studies in the History of Gardens.

7Peter Jacobs est professeur titulaire à l’École d’architecture de paysage de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Il a été président de la Commission du développement viable au sein de l’Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (iucn) et préside actuellement la Commission de la qualité de l’environnement Kativik (keqc), mandatée d’évaluer les projets de conservation et de développement de Nunavik (Nouveau-Québec). Il est membre de plusieurs comités de rédaction de revues scientifiques et professionnelles et agit comme président du collège des Senior Fellows au sein du programme d’études sur les jardins et le paysage à Dumbarton Oaks, à Washington, D.C.

8Bruno Jean est professeur au Département des sciences humaines de l’Université du Québec à Rimouski, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en développement rural, directeur scientifique du Centre de recherche sur le développement territorial (crdt) et président de la Fondation canadienne pour la revitalisation rurale. Ses principaux sujets de recherche sont le développement des espaces ruraux marginalisés, les nouvelles formes sociales de la production agricole ainsi que les stratégies de développement rural et territorial. Ses expertises lui ont valu, entre autres, le prestigieux Prix d’Excellence en recherche de l’Université du Québec en 1991. Il a été professeur invité à l’Université de Nantes (1988) et au Département systèmes agraires et développement de l’Institut national de la recherche agronomique (1995) et au Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (ladyss) à Paris (2002). Nommé récemment au sein du Comité national des partenaires de la ruralité par le gouvernement du Québec, il est aussi membre du Comité consultatif canadien sur les questions rurales et de l’Académie d’agriculture de France.

9Bernard Lassus est plasticien et architecte paysagiste. Il s’est mérité en 1996 le Grand prix national du paysage (France) et a reçu le titre de docteur honoris causa de l’Université de Montréal en 2002. Conseiller en paysage auprès du directeur des routes du ministère de l’Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer, il a été professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts, a cofondé l’École nationale supérieure de paysage de Versailles et a dirigé une formation doctorale Paysage et Architecture à l’École d’Architecture de Paris-La Villette et à l’École des hautes études en sciences sociales. Figurent parmi ses projets menés en France comme à l’étranger, la création de parcs, le réaménagement de friches industrielles de même que l’aménagement d’emprise autoroutière. Il est notamment auteur de Jardins imaginaires (Presses de la Connaissance/Weber, 1977), Le jardin des Tuileries (Coracle Press, 1991), Hypothèses pour une troisième nature (Cercle Charles-Rivière Dufresny, 1992) et The Landscape Approach (University of Pennsylvania Press, 1998).

10Irena Latek est née en Pologne où elle a reçu sa formation d’architecte ; elle détient un diplôme de maîtrise en architecture de l’École polytechnique de Varsovie. Elle a travaillé en Pologne, en France et au Canada. Professeure à l’École d’architecture de l’Université de Montréal depuis 1990, elle a reçu en 1991 le New Faculty Teaching Award de l’acsa (Association of Collegiate Schools of Architecture). Lauréate de plusieurs prix pour des concours architecturaux nationaux et internationaux, ses recherches-créations ont été exposées au Canada et à l’étranger. Entre 1997 et 2000, elle a dirigé l’Institut de recherche en histoire de l’architecture (irha), organisme interdisciplinaire de l’Université de Montréal, de l’Université McGill et du Centre canadien d’architecture. Elle est auteure d’articles et commissaire d’expositions qui témoignent de son intérêt pour les questions de la théorie, de la conception et de la représentation en architecture, notamment l’exposition « Ville Métaphore Projet » qui a été présentée à Montréal (Centre de design) en 1992, à New York (Galeria Frau) et à Paris (Pavillon de l’Arsenal) en 1995.

11Marie Lessard est urbaniste et professeure titulaire à l’Institut d’urbanisme de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal. Elle est chercheure, depuis 1990, au sein du gim « Villes et développement » et depuis 1996, à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Son enseignement et sa recherche portent sur le design et le projet urbains, la viabilité des formes urbaines et la gestion du patrimoine, au Québec et au Mexique. Elle a une longue expérience d’évaluation de projets d’architecture et d’urbanisme à titre de membre de comités consultatifs (ville de Montréal, ville d’Outremont, Commission de la capitale nationale du Canada).

12Yves Luginbühl est directeur de recherche au cnrs et directeur du dea « Jardins, paysages et territoires » à l’École d’architecture de Paris La Villette et de l’École des hautes études en sciences sociales. Il agit comme expert consultant du Conseil de l’Europe, comme corédacteur de la Convention européenne du paysage, de la Charte du paysage méditerranéen et de la Recommandation sur les sites culturels. Il a été membre de la « Casa de Velàzquez » et responsable du programme sur l’évolution du paysage d’Andalousie occidentale. Il a été également l’initiateur et le coordonnateur scientifique de l’exposition « Paysage méditerranéen » organisée dans le cadre de l’Exposition universelle de Séville en 1992, ainsi que l’auteur du catalogue (Édition Electra). Il est auteur de plus de 70 articles, rapports de recherche et publications diverses. Son ouvrage Paysages : textes et représentations du siècle des Lumières à nos jours (Éditions La Manufacture, 1989) a été primé par la Société des géographes français.

13Sylvain Paquette est chercheur associé à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Il contribue à des recherches dans le domaine de la caractérisation de l’évolution des territoires ruraux et participe au développement d’outils novateurs appliqués en études paysagères. U s’intéresse en outre aux nouvelles formes de ruralité et aux pratiques émergentes en matière d’aménagement et de gestion des paysages. Ses travaux sur les dynamiques paysagères et sociospatiales des ensembles ruraux au Québec ont fait l’objet de publications dans des revues internationales (Journal of Rural Studies, Landscape and Urban Planning, Landscape Research). Grâce à une bourse postdoctorale du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (crsh), il poursuit actuellement ses recherches en collaboration avec le Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces (ladyss), unité mixte de recherche affiliée au cnrs et aux Universités Paris 1, 8 et 10.

14Philippe Poullaouec-Gonidec est titulaire et cofondateur de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Architecte paysagiste et plasticien de l’environnement, il est professeur titulaire à l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal dont il a par ailleurs été le directeur de 1991 à 1996. Il a été également professeur invité à l’École d’architecture de Paris-La Villette, et plus récemment à l’Université de Rome La Sapienza. Il a récemment donné des formations et des conférences aux cycles supérieurs à l’Université d’architecture de Hanoi (Vietnam) et à la Faculté d’architecture de l’Université de Reggio de Calabria (Italie). Il est membre de l’Institut de recherche en histoire de l’architecture (irha) du Centre canadien d’architecture. Il est également confondateur du Festival international de jardins contemporains de Métis. Initiateur dans la même région de l’Université d’été des jardins et des paysages, il poursuit, depuis 1998, dans le cadre d’activités pédagogiques universitaires, des expérimentations in situ sur le design des jardins et des paysages.

15Moura Quayle est doyenne de la Faculty of Agricultural Sciences de la University of British Columbia (ubc) depuis 1997. Elle a été directrice du ubc Landscape Architecture Program et Fellow de la Canadian Society of Landscape Architects. Ses champs d’enseignement, de recherche et d’activités professionnelles concernent le paysage urbain, notamment l’écologie urbaine, l’aménagement des corridors verts ainsi que la restauration des voies de transport publiques. Elle s’est s’intéressée à l'agriculture soutenable, en particulier à ses implications en matière d’aménagement des territoires à l’interface de l’urbain et du rural. Elle a mené des consultations pour le compte du Minister of Agriculture and Food de la Colombie-Britannique et a dirigé la City of Vancouver’s Urban Landscape Task Force. Elle a été nommée ymca Woman of Distinction dans la catégorie « Communication et affaires publiques ». Elle participe par ailleurs activement aux questions entourant la planification et le design pour la région métropolitaine de Vancouver ainsi qu’au rapprochement des intérêts des milieux universitaires et communautaires.

16Bernard St-Denis est professeur adjoint à l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal. Il a œuvré comme architecte paysagiste au sein du Service des parcs et espaces verts de la ville de Montréal, dirigeant sa propre agence de 1994 à 1999. Il a été membre de la Commission Jacques-Viger de la ville de Montréal. Pour le compte de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal, il a participé à plusieurs recherches sur la requalification paysagère des entrées de pays et des entrées de la capitale nationale du Québec. Lors de la première édition du Festival international des jardins de Métis, Bernard St-Denis a réalisé un jardin expérimental intitulé « Living-room ».

17Michele St-Jacques, spécialisée dans le domaine du génie routier, a œuvré plusieurs années dans l’industrie et comme expert-conseil. Elle compte parmi ses champs d’activités les matériaux routiers (granulats, béton, bitume, enrobés bitumineux), les routes (dimensionnement, construction, entretien) et les aménagements routiers (carrefours, boulevards, signalisation, écrans antibruit, sécurité routière). Physicienne et ingénieur civil de formation, elle possède une expérience diversifiée en planification des transports, en circulation, en signalisation, en sécurité routière et en génie routier. Elle a dirigé, réalisé ou participé à de nombreuses études de faisabilité, d’opportunité, d’impacts et d’implantation relatives à ces domaines, ainsi qu’à la conception et à la préparation de plans et devis. Depuis 1998, elle est professeure en aménagements routiers et matériaux à l’École de technologie supérieure de l’Université du Québec.

18François Tremblay est détenteur d’un baccalauréat et d’une maîtrise en urbanisme, obtenus à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal. Son projet de thèse, dirigé par Philippe Poullaouec-Gonidec et Michel Gariépy, porte sur le rôle stratégique des représentations paysagères dans la conduite des projets de récupération des rivières à des fins récréatives. Il est boursier du fcar (bourse de doctorat en recherche) et de la fondation Desjardins (subvention de recherche « société et environnement »). Il travaille depuis plus de six ans à la Chaire en paysage et environnement sur des recherches qui lui permettent d’approfondir la lecture des logiques socioculturelles et politico-organisationnelles qui conditionnent les pratiques d’aménagement touchant le paysage.

19Ron Williams, né à Toronto, est architecte paysagiste et architecte. Après avoir obtenu son baccalauréat en architecture à l’Université McGill à Montréal (1964) et après avoir passé une période de deux ans de travail et d’études en Europe, il a entrepris des études de maîtrise en architecture de paysage à l’Université de la Californie à Berkeley. Professeur agrégé à l’École d’architecture de paysage de l’Université de Montréal depuis 1977, il en a été le directeur de 1978 à 1984 ainsi que de 1996 à 2000. Il est associé dans l’agence montréalaise Williams, Asselin, Ackaoui et associés (waa), experts-conseils en architecture de paysage et design urbain. Son bureau a réalisé un nombre considérable de projets importants au Canada et à l’étranger ; dont le parc-plage de l’île Notre-Dame, le Biodôme de Montréal, les plazas de la Tour Industrielle-Alliance et la place de la Cathédrale, projets qui ont mérité plusieurs prix d’excellence en design. Ron Williams est Fellow de l’Association des architectes paysagistes du Canada (aapc) et de l’Institut royal d’architecture du Canada (irac).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540