Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les temps du paysage

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette
, 
Gérald Domon

Archétype et épiphanie du paysage québécois

Denis Bilodeau

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, Beaudet, G., G. Domon et O. Lacasse, « Section 3.2 », Les méthodes de caractérisatio (...)

1La relation entre les valeurs paysagères et l’identité du territoire a souvent été abordée d’un point de vue culturaliste1. Cette approche, qui attribue une importance primordiale au respect des traditions et à la continuité historique du tissu territorial, a cependant fait l’objet de nombreuses critiques. D’inspiration positiviste, l’approche culturaliste considère le paysage comme une réalité empirique et tend à définir la valeur identitaire d’un site sur une base patrimoniale. Dans ce sens, elle entretient en général un rapport nostalgique et déterministe avec l’histoire, cherchant dans le passé des normes pour le développement futur du territoire. Enfin, une telle perspective témoigne d’une conception limitée de l’identité qui ne permet pas d’englober la complexité et la diversité du paysage contemporain.

  • 2 Pensons notamment aux travaux de A. Roger, A. Berque, M. Conan, B. Lassus, en France, J. D. Hunt, (...)

2Depuis quelques années, différents groupes de chercheurs et d’intervenants ont tenté d’élaborer une approche plus critique et globale du problème identitaire et de sa manifestation paysagère. Dans l’ensemble, ces recherches abordent le paysage comme un regard, une construction mentale et culturelle, à travers laquelle la valeur identitaire d’un lieu se définit et peut se redéfinir. Percevoir et comprendre un lieu comme un paysage est déjà en soi un mode spécifique de caractérisation identitaire. La notion d’identité ne réfère pas uniquement à la reconnaissance institutionnelle de la valeur culturelle et emblématique de certaines formes ou lieux historiques, mais plus fondamentalement, aux relations cognitives, affectives et symboliques que l’homme peut établir avec son milieu à travers l’expérience paysagère2.

3Bien qu’elle ait fait l’objet de nombreuses réflexions théoriques, nous ne saisissons pas encore très bien les fondements de cette approche. Par ailleurs, il nous manque un cadre général et synthétique qui nous permettrait d’apprécier l’apport des différentes recherches dans ce domaine et qui fournirait les bases à une théorie cohérente du projet de paysage. Or, il semble que cette approche soit fondée sur une conception archétypale de l’expérience paysagère.

ARCHÉTYPE ET PENSÉE MYTHIQUE

  • 3 Nous retrouvons différentes versions de cette histoire, dans l’Ancien Testament et chez Platon par (...)

4La théorie des archétypes repose sur un mythe, une histoire concernant l’origine et les fondements de la connaissance et des comportements humains3. Selon cette histoire, dont il existe différentes versions dans la tradition philosophique occidentale, l’être humain, au début, aurait été ouvert de façon indifférenciée aux sensations lui provenant du monde extérieur. Submergé par d’innombrables stimuli, mais incapable d’en distinguer l’origine et les qualités particulières, il aurait vécu dans un univers chaotique. Grâce au développement de ses facultés sensibles et de son cerveau, et peut-être aussi pour échapper à l’empire des sens, l’homme aurait graduellement développé des moyens lui permettant de confronter ce chaos d’impressions sensibles, lui opposant une force vitale d’expression, le rendant capable d’ordonner ses sensations et de leur associer une signification. L’esprit humain se serait donc opposé aux sensations incontrôlables lui provenant de l’extérieur en distinguant les phénomènes et en leur attribuant un nom, un sens et une valeur. Ce processus, qui fut à l’origine de la formation du langage, transforma le monde pour de bon, permettant à l’homme de distinguer la nature, le ciel et la terre par exemple. Ces phénomènes devinrent des archétypes, c’est-à-dire des entités signifiantes, à travers leurs différentes expressions particulières dans l’espace et dans le temps.

5Il existe différentes conceptions de l’archétype. Dans les anciennes philosophies et les religions, l’archétype revêt une dimension cosmologique et prend le sens d’une révélation divine ou éventuellement naturelle du monde. Dans la majorité des théories contemporaines, en anthropologie ou en psychologie par exemple, l’archétype est avant tout le produit d’une construction historique qui renvoie à l’origine et à la situation particulière de chaque culture ou de chaque individu. Un archétype existe à travers la persistance ou la récurrence d’un phénomène qui porte en soi non seulement la mémoire de son origine, mais également l’expression spécifique de son renouvellement. L’archétype ne doit pas être confondu avec la typologie d’un objet ou d’un espace. Il ne concerne pas la définition de caractéristiques formelles appartenant à une famille d’objets. L’archétype réfère à l’existence même d’une entité et à sa persistance en tant que phénomène capable de susciter un réinvestissement humain constant au niveau cognitif, affectif et symbolique.

  • 4 Schama, S., Landscape and Memory, New York, A. A. Knopf, 1995.

6La notion d’archétype ne réfère donc pas à un objet empirique ou à des qualités fixes. Il s’agit d’un concept dialectique qui désigne les relations entre l’homme et le monde extérieur. C’est une relation qui fait appel à la mémoire, non pas uniquement à la réminiscence de certains lieux, faits ou évènements historiques particuliers, mais à une mémoire profonde qui permet aux différentes cultures de reconnaître l’existence et la présence signifiante de certaines entités phénoménales. Simon Schama, dans sa grande étude sur le paysage et la mémoire, a montré par exemple comment la forêt, l’eau et les rochers sont devenus à travers l’histoire des figures archétypales capables de porter une multitude de sens et de valeurs4.

  • 5 Eliade, M., The Myth of the Eternal Return, Princeton, Princeton University Press, 1954.

7La reconnaissance d’une présence archétypale n’est pas automatique, elle ne surgit pas naturellement de notre contact avec la réalité. Au contraire, la réalité nous apparaît le plus souvent comme une banalité, une présence normale et habituelle à laquelle nous ne portons plus attention. Dans sa théorie du mythe, Mircea Eliade explique que l’expérience archétypale intensifie notre relation à la réalité et nous amène à saisir, à travers la particularité d’une situation, les caractéristiques fondamentales liées à l’origine et à l’existence même du phénomène5. C’est une expérience régénératrice qui renouvelle notre relation au monde. Cet état peut être provoqué par les circonstances qui nous amènent à expérimenter un lieu ou un évènement de manière nouvelle, mais peut aussi être stimulé à travers la mise en situation délibérée d’un observateur. Pour de nombreux auteurs, l’art par exemple aurait cette capacité de révéler et de renouveler la présence d’un archétype à travers une représentation mettant en relief certaines qualités fondamentales et génériques d’un lieu spécifique ou d’un objet. L’archétype n’est pas un modèle à respecter et à reproduire ; il ne fait pas figure d’autorité en art. Comme l’expliquait Gaston Bachelard dans sa phénoménologie de l’espace :

  • 6 Bachelard, G., « Introduction », La poétique de l’espace, Paris, P.U.F., 1957, p. 1.

la relation entre l’archétype et l’image poétique, n’est pas, à proprement parlé, causale. Elle n’est pas soumise à une poussée (ou à une pression normative). Elle ne représente pas l’écho obligatoire d’un passé ou d’une origine. C’est plutôt l’inverse ; par l’éclat d’une image, le passé lointain résonne d’échos et l’on ne voit guère à quelle profondeur ces échos vont se répercuter et s’éteindre6.

8En devenant manifeste, l’archétype interroge la banalité du réel pour en dévoiler l’être.

ARCHÉTYPE ET PAYSAGE

  • 7 Berque définit le paysage comme une « entité relationnelle ». Berque, A., « Douter du paysage », J (...)
  • 8 Sansot, P., « Variations paysagères » [1983], Jardins et paysages : textes critiques de l’Antiquit (...)

9Une partie importante du discours contemporain sur le paysage est fondée sur des prémisses et des principes qui dérivent de la théorie des archétypes. Le paysage, comme nous l’avons dit, n’y est pas considéré comme une réalité empirique ou un espace concret d’intervention, mais bien plutôt comme un regard, un mode d’appréhension particulier du monde. Le paysage est d’abord défini comme un phénomène, c’est-à-dire une entité dont l’existence est le résultat d’une interaction entre le monde et l’esprit humain7. En tant qu’entité, le paysage désigne un ensemble cohérent d’objets et de qualités. Ainsi, dans ses Variations paysagères, Pierre Sansot indique qu’un paysage se compose d’éléments multiples qui s’étalent dans l’espace—et il faut bien donner à ce foisonnement et à cette diversité quelque unité pour qu’il ne soit pas seulement un ensemble, une juxtaposition dans l’étendue8. Le paysage découlerait donc de cette opération fondamentale de la conscience qui consiste à nommer et ordonner les sensations pour leur donner une réalité particulière, une identité.

  • 9 Conan,M., « Généalogie du paysage », La théorie du paysage en France 1974-1994, Roger, A. (dir.), (...)
  • 10 Berque, 1996 (op. cit., note 7), p. 620.

10Sur un plan cognitif, la perception d’un paysage implique une forme de schématisation. En principe, comme l’indique Michel Conan, cette idée ne présume en rien de la forme ou du contenu de l’expérience paysagère. Cela peut être une forêt, un ruisseau ou une usine. En revanche, l’expérience paysagère implique un type particulier d’investissement affectif par rapport à son objet. Le paysage, comme le souligne encore Michel Conan, représente un mode de schématisation du monde qui en permet l’appréciation esthétique9. L’expérience esthétique du paysage ne constitue pas un type de réponse universelle au monde extérieur. Il s’agit d’un mode d’appréhension culturel qui se manifeste entre autres à travers le langage, la production d’une littérature orale ou écrite décrivant des paysages ou chantant leurs beautés, des représentations picturales de paysages ou encore l’aménagement de jardins d’agréments. Selon Augustin Berque, de nombreuses cultures n’ont présenté aucune de ces quatre caractéristiques. Les grandes civilisations par contre ont toutes présenté au moins une de ces particularités. Seules deux d’entre elles auraient cependant possédé l’ensemble des quatre particularités ; la Chine à partir du IVe siècle de notre ère et l’Europe à partir du XVIe siècle10.

11Si le paysage peut être considéré déjà en soi comme une forme archétypale de relation au monde dans la culture occidentale, sa configuration particulière et son contenu se sont beaucoup transformés au cours des derniers siècles. Alors que le regard classique ne s’intéresse qu’aux lieux évoquant les qualités des grands paysages héroïques, pastorales ou bucoliques des légendes, on constate, spécialement à travers les récits illustrés des voyageurs, la croissance d’une fascination nouvelle pour le caractère sublime des grands espaces et des phénomènes naturels, la mer, la montagne, le désert, et pour la diversité pittoresque de régions géographiques et culturelles extrêmement variées. Au XIXe siècle, la ville moderne et ses faubourgs entrent à leur tour dans le champ du regard paysager. Nous avons aujourd’hui une conception extrêmement large du paysage capable d’englober aussi bien les espaces naturels que l’univers hybride, complexe et fragmenté de nos métropoles, les middle landscapes américains, les paysages autoroutiers périphériques ou encore les friches industrielles. Ces paysages variés nous apparaissent aujourd’hui comme autant d’archétypes fondamentaux de la culture moderne. Dans un sens, l’art paysager ouvre à chaque époque, une voie royale au déploiement archétypal de ses lieux.

  • 11 Cueco, H., « Approches du concept de paysage », dans Jardins et paysages : textes critiques de l’A (...)

12Le regard paysager construit, maintient et renouvelle la présence archétypale d’un lieu. Comme l’explique Henri Cueco, le paysage n’existe pas en soi. Il caractérise un lieu dans lequel se condensent un certain nombre de propriétés attendues et il traduit cette reconnaissance à un niveau évident d’intensité. Cette intensification paysagère de l’expérience d’un lieu permet selon lui « d’opérer le passage du particulier, du normal à une super-normalité qui en fait une sorte de modèle, de référence, un archétype. Seules sont modifiées les composantes de l’archétype11 ». Par ailleurs, cette idéalisation, cette abstraction permet une communication à l’intérieur d’une communauté d’intérêt.

  • 12 Conan, 1995 (op. cit., note 9), p. 363-64.

13La valeur particulière d’un archétype dans une culture donnée dépend de sa fonction. Michel Conan explique par exemple que « le paysage apparaît dans le récit de pèlerins revenus de la Terre sainte au XVIe siècle comme une représentation subordonnée à certains aspects du voyage. […] L’appréciation esthétique […] ne se distribue pas au hasard, la beauté appartient à ce qui contribue au confort. Rien, n’est plus beau qu’un jardin cultivé dans un couvent. En revanche, ni le désert, ni la mer, ni la montagne ne sont qualifiés de beau. » L’auteur ajoute que dans les récits, les schématisations de la nature sont subordonnées à la description des pratiques culturelles, aux significations du voyage, de la marche, de la foi du récit même12. Augustin Berque a pour sa part fait remarquer que :

  • 13 Berque, 1996 (op. cit., note 7), p. 426-427.

le paysage chinois est caractérisé par un schématisme qui le détache des lieux réels et qui fonctionne sur les modes symboliques de l’évocation et de l’allusion. Ces schèmes qui sont des constructions culturelles inscrites dans le champ commun de l’imaginaire territorial social agissent comme des archétypes constamment ravivés par la création de nouveaux paysages. Ainsi on trouve à travers l’Asie d’innombrables réinterprétations des huit paysages de la Xiang et de la Xiao, deux rivières de la Chine centrale. Ces paysages sont conçus comme des métaphores transmettant non pas la forme externe mais l’intention (yi) du paysage. L’artiste poursuit ainsi en quelque sorte la cosmogénèse de la nature13.

14Enfin comme le souligne encore Michel Conan, si certains sujets appartiennent à des lieux ou à des cultures historiques spécifiques, d’autres abordent des thèmes qui semblent s’imposer à toutes les cultures, même si les formes de schématisation qui permettent de les exprimer varient d’une époque à l’autre. C’est le cas, entre autres, de la pastorale suggérant l’existence d’un univers naturel idéal et hors du temps. Ces schèmes forment les cadres de référence à travers lesquels la réalité sensible subit en quelque sorte une transfiguration archétypale.

  • 14 Sansot, 1996 (op. cit., note 8), p. 484.

15Un archétype peut avoir une fonction générique dans l’évolution historique de la morphologie et de l’identité d’un lieu. Il existe en effet, selon plusieurs auteurs, une relation étroite entre les schèmes de représentation d’un lieu et les actions qu’entreprend une culture pour façonner son territoire. Certains schèmes se perpétuent à travers les multiples projets de transformation d’un lieu. D’autres s’ajoutent et se superposent aux précédents, redéfinissant ainsi les bases même de nouvelles schématisations et de nouveaux projets. Pour Pierre Sansot, « le monde n’est pas une pâte vierge. Il existe déjà plein d’une richesse immémoriale, origine confuse de nos gestes, de nos attachements multipliés en isthmes et en valons »14. Marcel Roncayolo compare de son côté le paysage à un palimpseste. Reprenant la théorie de Maurice Halbwachs sur la constitution de la mémoire collective, il soutient que :

  • 15 Roncayolo, M., « Le paysage du savant » [1986], Jardins et paysages : textes critiques de l’Antiqu (...)

la psychologie classique accorde aux signes matériels la capacité de fixer la localisation des souvenirs et d’en aider la mobilisation. Cette mémoire agit en plusieurs sens ; en premier lieu l’appropriation collective, par l’image et les représentations d’un ensemble géographique qui dépasse les expériences individuelles. Le paysage est alors objet de mémoire, carte mentale. En un autre sens, il devient source de connaissance, archive vivante ou matérielle. Les aménagements et les dispositifs territoriaux recèlent la trace d’une histoire plus ou moins lointaine ou mouvementée, qu’elle soit à l’échelle géologique ou des sociétés15.

16Le paysage n’est donc pas uniquement un phénomène visuel. Son analyse renvoie à des réalités structurelles multiples et à des schémas de représentation du territoire qui constituent autant de cadres de références et de sources potentielles pour l’élaboration de nouveaux paysages. L’approche archétypale rattache l’expérience du paysage à des schèmes culturels de représentation et de développement du territoire. Elle permet également la définition de grilles de lecture visuelle, formelle, écologique ou autre adaptées à la situation spécifique de chaque projet. Concevoir un aménagement comme un projet de paysage nécessite d’abord de reconnaître les schèmes à travers lesquels une culture définit son rapport sensible et symbolique au territoire. C’est aussi comprendre que tout projet peut aussi amener une relecture du territoire et contribuer ainsi à dévoiler de nouvelles possibilités paysagères. Dans cette entreprise, la reconnaissance et la reconstruction des archétypes jouent un rôle crucial en fournissant la base à un engagement à la fois critique et créatif avec notre environnement.

ARCHÉTYPE ET PROJET

  • 16 Sur ce projet, entre autres, Poullaouec-Gonidec, P, « La place Berri : propos sur le paysage », Tr (...)

17Cette conception archétypale du paysage a eu un impact important sur la façon de penser le projet d’aménagement depuis quelques années. Ceci est particulièrement manifeste dans plusieurs des travaux réalisés par les chercheurs de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. En fait, son incidence est déjà visible dans différents projets conçus à partir des années 1990, dont entre autres, l’aménagement du square Berri à Montréal (aujourd’hui parc Émilie-Gamelin)16. Dans ce projet, les auteurs proposent une allégorie topographique et architecturale du paysage montréalais. Le projet consiste essentiellement en un montage d’éléments faisant référence à des archétypes fondateurs de la ville de Montréal, soient le mont Royal, le fleuve Saint-Laurent et l’habitation montréalaise traditionnelle. Le projet n’est en relation immédiate avec aucune de ces structures, Il ne propose pas un renouvellement de l’expérience immédiate de ces lieux. Celles-ci ont été utilisées ici de façon iconique, c’est-à-dire non pas en tant que heu spécifique d’expérience paysagère, mais plutôt en tant qu’image, dans une mise en scène d’un espace narratif évoquant, comme une « épure », sur un mode abstrait, les origines mythiques de la ville.

  • 17 Sur ce projet, entre autres, Jacobs, P., P. Poullaouec-Gonidec et B. St-Denis, « Le paysage de Fau (...)

18Dans un autre projet conçu pour le développement du secteur de faubourg Québec à Montréal, une approche plus directement liée au site spécifique d’intervention, à son origine et à son histoire a été adoptée17. Le projet repose sur une réinterprétation des éléments ayant eu une fonction structurante dans l’évolution de la morphologie du site, comme les anciennes fortifications définissant une limite et une porte, ou encore les rues dont la trame se projette sur le paysage lointain. Le site est considéré comme faisant partie d’une « matrice historique » en évolution et le projet consiste à rendre visible les forces et les traces de cette matrice par une série d’interventions ponctuelles. Les interventions paysagères proposent, dans l’ensemble, une requalification ludique des structures archétypales du site par une série de déplacements des référents typologiques ou un travail sur les qualités topologiques des lieux : les rues devenant terrasses ou une esplanade, les fortifications se transformant en jardins et en promenades. Il s’agit ainsi de favoriser une réappropriation des espaces identitaires du Vieux-Montréal.

  • 18 Sur ce projet, Poullaouec-Gonidec, P., « Le projet du paysage de Verchères », arq, no 90, avril 19 (...)

19Le projet de paysage du village de Verchères (Figure 1) développé à partir de 1994 visait à rétablir la filiation qui existait à l’origine entre le village et le territoire régional18 Il s’agissait d’imaginer des stratégies d’intervention permettant de résister à la pression de l’étalement urbain et empêcher le développement indifférencié des banlieues menaçant la survie des caractères identitaires du village de Verchères. S’appuyant sur une interprétation archétypale des structures territoriales et des entités paysagères locales, le projet propose d’utiliser les « figures emblématiques » de l’espace boisé, des rangs agricoles, du fleuve et de ses dettes pour consolider l’identité paysagère locale et orienter son développement. Les rangs agricoles seront utilisés pour orienter l’expansion de la trame des rues du village. Des structures évoquant la typologie des amers seront construites sur les rives du fleuve afin de rétablir, sur un mode ludique, un lien entre la terre ferme et la fonction de navigation, historiquement liée à l’origine même du village. Enfin, la figure des petites des, qui jonchent le fleuve à cette hauteur et qui représentent pour les habitants de Verchères depuis des générations des lieux chargés de mystère et de mémoire, sera reprise comme mode de développement de petits secteurs boisés ponctuant le paysage et rétablissant un lien entre la forêt d’origine bordant le village et le fleuve.

Figure 1 : Plan de paysage du village de Verchères, 1994 (Source : P. Poullaouec-Gonidec et P. Jacobs).

20Ces différentes expériences, tentées à Montréal et en régions, ont en quelque sorte servi à explorer divers aspects d’une approche générique du projet de paysage fondée sur une réinterprétation archétypale de lieux. Dans l’ensemble, ces projets antérieurs à la création de la Chaire concernaient principalement l’aménagement paysager d’espaces publics dans des contextes physiques et historiques déjà porteurs de figures emblématiques traditionnelles fortes. La nature des problèmes d’aménagement, soumis par la suite à la Chaire en paysage et environnement à partir de 1996, a permis de vérifier la pertinence d’une telle approche dans des contextes physiques beaucoup moins unifiés ou encore pour des types de projets traditionnellement abordés d’un point de vue strictement instrumental, comme l’aménagement de parcours autoroutiers, l’affichage en milieu urbain et l’implantation d’infrastructures de production d’électricité.

Paysage frontalier

21Une position critique motive l’adoption d’une approche archétypale du projet de paysage dans l’ensemble des dossiers abordés. Dans une étude sur l’aménagement des routes d’entrées et des zones frontières du sud du Québec, les auteurs soulignent que :

  • 19 Jacob, P., M. Gariépy, P. Poullaouec-Gonidec, C. Bélanger, N. Desrosiers, L. Lévesque et F. Trembl (...)

l’accélération des modes de communication et de circulation a entraîné une dissolution de la notion de territorialité à l’époque moderne. La désintégration progressive d’une démarcation tranchée entre ville et campagne a produit pendant les trente dernières années, des paysages de moins en moins compatibles avec les canons du regard paysager classique et de l’idéal pittoresque qui depuis plus de deux siècles constituaient des véhicules privilégiés de marquage culturel. Nous sommes de plus en plus confrontés à des paysages disparates et flous issus de l’uniformisation des modes de production économique. Ces paysages constituent en quelque sorte la manifestation spatiale d’une globalisation qui secoue profondément la notion d’identité culturelle19.

22Dans cette perspective, la problématique frontalière touche à une dimension fondamentale de la manifestation et de l’expression de l’identité territoriale. Un projet de paysage frontalier devrait en principe servir d’instrument de marquage renforçant les caractères identitaires des différents territoires, en même temps que favorisant la lisibilité des passages. Le projet devrait agir comme une extension de notre faculté fondamentale de distinction en supportant l’expression archétypale d’un lieu existant ou en favorisant l’émergence de nouvelles entités paysagères.

Images et paysages urbains

  • 20 Poullaouec-Gonidec, P., I. Latek, G. Adamczyk, M. Lessard, D. Hadj-Hamou et A. Carle, Affichage aé (...)

23L’affichage publicitaire est en général perçu comme un élément néfaste et pollueur défigurant nos espaces urbains et nos paysages. Dans une étude consacrée principalement au phénomène de l’affichage à Montréal, on a donc adopté l’hypothèse inverse selon laquelle l’affichage possède au contraire des potentialités susceptibles de générer des espaces publics de qualité et d’induire une image positive et une bonne perception du paysage urbain20. À partir de là, on a utilisé une lecture archétypale des différentes situations d’affichage pour susciter des propositions alternatives de projets. On a cherché à utiliser l’affichage comme médium permettant de mettre en relief et de renforcer l’expression sémantique, formelle et sensible du paysage urbain.

24Ici, comme dans les autres projets, aucune norme générale n’a été définie. Chaque proposition se veut une réponse spécifique à son milieu. Ce qui caractérise l’ensemble des interventions, par contre, c’est le recours systématique à l’interprétation et au renforcement archétypal des phénomènes dans le but d’obtenir une meilleure lisibilité du paysage urbain. Les éléments qui ont été retenus sont : les infrastructures métropolitaines, soit le système autoroutier et le système ferroviaire, la trame urbaine, les rues transurbaines, et les quartiers centraux.

25Dans un projet élaboré pour l’échangeur autoroutier Turcot, on a composé avec le contenu sémantique, la polychromie et l’horizontalité, des modes d’affichage pour renforcer l’identité du paysage. Des bandes horizontales colorées portant des marques de produits associées à l’industrie automobile ont été utilisées pour marquer des « moments singuliers » dans un trajet normalement fluide et homogène. Dans un autre projet, on a misé sur le potentiel structurant des affiches de grandes dimensions pour marquer de façon symétrique la présence des carrefours et des ponts traversant l’autoroute Décarie. Ailleurs, on a créé, à l’aide d’une stratégie semblable, un « portail » marquant le phénomène de passage sur un viaduc. Des panneaux d’affichage de grandes dimensions ont aussi été adoptés pour souligner de façon signifiante les ruptures d’échelle entre certaines infrastructures et le milieu urbain. En disposant une séquence d’affiches portant les lettres m, o, n, t, r, é, a, l, sur le terre-plein d’une des autoroutes d’accès au centre-ville, on a voulu renforcer l’expérience de progression graduelle de l’automobiliste qui entre dans la métropole. Enfin, on retrouve souvent en ville des affiches géantes placardées sur les murs des édifices adjacents aux terrains vagues. Dans ces cas, l’affichage, au lieu d’être laissé en prise à toutes sortes d’interventions hétéroclites pourrait, selon cette étude, être utilisé pour annoncer le caractère particulier de certaines rues. On pourrait par exemple souligner l’activité culturelle et commerciale de la rue Saint-Laurent en exploitant à quelques endroits, la force iconique de l’imagerie cinématographique.

26Ces projets misent, au-delà de leur contenu publicitaire, sur le dialogue et les tensions qui résultent de la juxtaposition entre des images et la réalité urbaine comme potentiel de qualification sémantique et critique du paysage. Dans ce sens, elle touche à une dimension fondamentale du paysage qui procède en partie de la mise en figure de la réalité aussi complexe ou fragmentée qu’elle puisse apparaître.

Le territoire transfiguré

  • 21 Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariépy, B. St-Denis, F. Tremblay, C. Montpetit et J. Tellier, Balisage (...)

27Dans cette dernière série de projets, il s’agissait de formuler des stratégies d’interventions paysagères ayant une valeur générique, en rapport avec trois filières de production d’électricité21. Les auteurs se sont d’abord penchés sur le déploiement de champs d’éoliennes sur la côte Nord, ainsi que sur une partie du bas Saint-Laurent et de la Gaspésie. On a également évalué le potentiel paysager des installations de dérivation partielle sur la côte Nord, une région de rivières déjà fortement harnachées. Enfin, on a examiné le cas des petites centrales hydroélectriques que l’on retrouve sur plusieurs rivières à la grandeur du territoire québécois. Comme dans le dossier précédent, les projets de paysage ont été formulés à partir d’un principe visant à utiliser le potentiel des infrastructures technologiques comme médium permettant de révéler les caractéristiques identitaires de chaque lieu, ou en d’autres termes, comme cadre de transfiguration archétypale de la nature.

28Dans le cas du déploiement des éoliennes, on a considéré leur potentiel principalement au niveau de la mise en relief des traits topographiques caractéristiques des territoires d’implantation. On a analysé les possibilités offertes par deux modes principaux « d’implantation d’éoliennes, soit par “champs” ou par “grappes” ». Ces modèles peuvent être utilisés pour produire des effets d’alignement, de courbe, de trame, de modulation, de ponctuation et de trace. Les transformations spatiales qu’ils engendrent donnent lieu à leur tour à cinq types de marquages qui représentent autant de possibilités d’expériences paysagères par rapport au territoire.

29Le premier type consiste à déployer les structures selon une trame volumétrique régulière constituant une sorte de résille aérienne dont la densité, les alignements et l’ordre général déterminent la lisibilité de l’organisation de l’espace.

  • 22 Ibid., p. 21.

Cette stratégie qui s’applique bien aux grandes superficies subordonne le territoire à un univers technique, monumental et fortement structuré dont l’amplitude s’étend jusqu’à l’horizon. Selon l’inclinaison du terrain, la trame agit soit comme un défilement en perspective de structures verticales contre l’horizon, soit comme une ponctuation régulière du sol22.

  • 23 Ibid., p. 22.

30Le deuxième type correspond au mode d’implantation en grappes. Celui-ci permet la création d’espaces circonscrits et autonomes. « Ces espaces sont poreux et apparaîtront plus ou moins denses selon les points de vue et l’inclinaison du sol. Néanmoins ces grappes peuvent donner lieu à des effets de masse importants si les points de vue s’y prêtent. Les grappes ponctuent l’espace à l’échelle du territoire et de ses grandes composantes23 ».

  • 24 Ibid.

31Dans le cas des grappes comme des champs d’éoliennes, l’ordre général d’implantation doit servir à établir des rythmes et des séquences qui moduleront l’espace et l’expérience des parcours en conjugaison avec la structure morphologique et le découpage spatial des différents territoires. « Les éoliennes agiront comme un dispositif d’accompagnement des traits morphologiques du territoire ayant pour effet de rehausser la lisibilité de certaines formes du relief, de modifier la perception des échelles, d’unifier ou de segmenter les arrière-plans, de ponctuer le découpage du sol24 ». Ainsi une grappe d’éoliennes chevauchant une colline en marquera distinctement le sommet et amplifiera sa hauteur. Un ruban d’éoliennes longeant la limite d’une terrasse en découpera dramatiquement le profil sur l’horizon, renforçant ainsi l’identité archétypale du paysage.

32Le déploiement des dispositifs techniques d’une centrale hydroélectrique peut aussi révéler, occulter, protéger ou réinventer les aspects liés à la singularité d’un site. Les qualités de l’inscription des formes construites (ouvrages, bâtiments et infrastructure), la modification et la création de plans d’eau, ou encore l’assèchement partiel de certaines portions de rivières (chutes, cascades, rapides et gorges régulées à l’aide de débit réservé) ont été considérées par rapport à leur potentiel d’opportunités paysagères.

  • 25 Ibid., p. 34. Le concept de transfiguration est utilisé ici dans le sens que lui donne Arthur Dant (...)

33La construction d’une centrale hydroélectrique implique toujours une rupture importante dans les débits et les niveaux normaux d’une rivière. Cette rupture, marquée principalement par la construction du barrage, peut être perçue comme un effet négatif sur l’environnement naturel. Cependant, il ouvre en même temps un nouveau potentiel d’expériences paysagères qu’il est possible d’exploiter de façon positive. Les auteurs de l’étude proposent par exemple d’intégrer la crête des barrages à des parcours publics permettant la découverte et l’interprétation de la centrale dans son contexte. Cette promenade mettrait en valeur, en les rendant accessibles, les vues sur la rivière et les installations techniques de même que les effets dramatiques de rupture aux changements de niveaux. Par ailleurs, plutôt que d’interrompre totalement le débit des rivières harnachées selon une logique purement technique, il est proposé d’utiliser les infrastructures pour mettre en scène l’eau en mouvement, de façon à créer une sorte de « transfiguration technique de l’archétype de la chute ou de la cascade ». Cette stratégie permettrait « d’ancrer le barrage à la rivière et particulièrement de faire valoir les qualités ludiques et utilitaires comme partie intégrante d’un enchaînement de figures spatiales qui ponctuent typiquement les rivières tels que tourbillons, seuils, chutes, rapides et bassin25 ».

  • 26 Poullaouec-Gonidec et al., 1999 (op. cit., note 21), p. 37.

34Les bâtiments et les infrastructures connexes aux barrages, et qui marquent en général l’extrémité des installations hydroélectriques, peuvent aussi contribuer à la réinterprétation des plans d’eau, du relief ou de la végétation par leur forme et leur spatialité. Ainsi « l’expression architecturale de la centrale peut faire écho par les matériaux, aux conditions géologiques locales rendues visibles par l’assèchement de la rivière ou encore au contraire, des effets de transparence et de légèreté pourraient mettre en valeur le plan d’eau comme vecteur de lumière (réflexion, diffraction)26 ».

  • 27 Ibid., p. 38.

35Dans le cas des réservoirs, on propose d’exploiter le dialogue entre les dispositifs techniques, la configuration géométrique nette des bassins et l’apparence naturelle des plans d’eaux. Il s’agit ici d’outrepasser l’opposition traditionnelle entre nature et technique (considérée comme contrenature) en utilisant par exemple le potentiel d’appropriation du bief à des fins récréatives diverses. L’intérêt de cette forme de « requalification par l’usage »27 réside avant tout dans sa capacité à permettre une relecture de l’identité archétypale ambiguë du bassin.

  • 28 Ibid., p. 39.

36Le même type de réappropriation symbolique par l’usage est possible pour les rivières qui ont été partiellement asséchées et qui, par exemple, donnent à voir la nature géologique de la rupture de pente qui caractérise le territoire d’implantation d’une centrale, et qui dévoile, par le fait même, le processus naturel à l’origine du lieu. C’est également dans cette optique qu’ont été imaginées les opportunités de projet de paysage liées aux ouvrages de dérivation partielle. Ces ouvrages permettent selon les auteurs « l’invention de nouvelles expériences de nature, magnifiées par la démesure et la radicalité des changements de niveau et par les points de vues générés en amont et en aval à partir de la crête du barrage, de la vallée et du réservoir »28 (Figure 2).

  • 29 Ibid., p. 51-52.

37Certains réservoirs peuvent donner lieu à un véritable projet global de paysage pour une région entière. Parsemé d’une myriade d’îles, parfois placide, parfois démesuré et imprévisible, le réservoir représente en quelque sorte « l’archétype du pays sauvage, et de la nature vierge ». La construction du réservoir s’apparente à l’invention d’une « seconde nature » qui résulte de la substitution du territoire d’origine par « une nature prégnante qui apparaît plus vraie que nature parce qu’elle réalise (au sens de rendre réel) l’image de contrées sauvages fabuleuses ». Cette seconde nature est une fiction supportée par un vaste dispositif technique qui, tout en alimentant la production hydroélectrique, nourrit également un désir profond de « belle nature ». L’aménagement des grands réservoirs comme celui de Gouin, Baskaton ou Cabonga réalise « le paysage originel mythique de la grande nature sauvage du Nord québécois29 ».

38Dans tous ces projets, la notion d’archétype ne vient pas nourrir une approche normative du paysage. Il ne s’agit pas de concevoir des interventions en fonction de modèles ou de types de référence prédéterminés, ni même de reprendre les qualités particulières d’un lieu pour pouvoir y intégrer harmonieusement une nouvelle intervention. Il s’agit plutôt d’utiliser les moyens de l’aménagement en tant que médium particulier, pour concevoir un projet de paysage mettant en relief les dimensions archétypales d’un lieu. Chaque médium offre des possibilités particulières liées à la fois à sa nature et à ses traditions. Par ailleurs, il existe plusieurs manières de rendre manifeste les archétypes que nous associons aux différentes situations. Nous avons vu comment un schéma, une juxtaposition ou une métaphore peuvent parvenir à régénérer le sens et la valeur d’un lieu. Ici, le projet fait en quelque sorte office d’un rituel préalable à une véritable épiphanie du paysage.

Figure 2 : Ennoyage du réservoir du barrage sm3 — Sainte-Marguerite, Côte-Nord, Québec, 1998 (Source : P. Poullaouec-Gonidec).

LA FONCTION CRITIQUE DU CONCEPT D’ARCHÉTYPE DANS LE PROJET DE PAYSAGE

39L’édification archétypale d’un lieu constitue la finalité du projet de paysage. Cette opération cependant ne vise pas à rendre justice à l’authenticité naturelle ou au caractère originel d’un lieu. Elle résulte plutôt d’un processus réflexif et critique qui agit à plusieurs niveaux dans la validation du projet de paysage.

40Quel que soit notre domaine d’intervention en aménagement, la commande nous parvient presque toujours en termes instrumentaux, qu’il s’agisse par exemple, d’améliorer la sécurité routière, de prévoir le développement d’installations électriques, d’un nouveau quartier ou d’un hôpital. Or, un projet n’est jamais l’unique résultat d’un processus rationnel de résolution de problème. L’aménagiste utilise des outils conceptuels qui lui permettent de penser le projet en termes critiques et créatifs. Ainsi, penser le projet instrumental comme un projet de paysage, nécessite un recadrage conceptuel de la commande. La notion d’archétype joue ici un rôle fondamental. Par exemple, un barrage hydroélectrique n’apparaîtra jamais uniquement comme une source d’énergie située de façon optimale. Elle deviendra plutôt un mode de transfiguration technologique de la nature, offrant une réinterprétation des figures archétypales de la rivière, de la chute ou du bassin. La notion d’archétype introduit une dimension critique dans la conception des rapports entre le projet instrumental et le projet de paysage. Dans une perspective dialectique, il agit comme un cadre de réintégration du projet instrumental dans une logique culturelle et identitaire.

41Un archétype n’est pas un objet matériel. C’est une idée, un paradigme, un cadre conceptuel, qui a une valeur générique. Il n’est toutefois saisissable que dans ses manifestations concrètes et spécifiques. Un archétype se construit d’abord à travers le langage. Une forêt, une chute, une plaine sont des termes qui désignent des entités génériques à travers lesquelles la réalité se forme et prend sens. On a beaucoup insisté sur le caractère spécifique du projet de paysage, sa sensibilité aux qualités locales particulières des lieux d’intervention. Cependant le projet de paysage n’a pas pour but d’exploiter les caractéristiques pittoresques et anecdotiques d’un lieu. Pour que ces caractéristiques particulières aient un sens, il faut qu’elles puissent être perçues et expérimentées en fonction d’un cadre de référence plus générique et plus universel que le projet doit rendre manifeste. Dans le projet de paysage, la prise de conscience d’un archétype permet la redécouverte du particulier. Ou plutôt, il permet, à travers le particulier, d’expérimenter l’universel.

42L’expérience paysagère semble à prime abord fondamentalement subjective. Elle désigne la relation entre un sujet et le monde extérieur. Or, comment est-il possible de valider collectivement un projet qui semble dépendre si étroitement de l’expérience individuelle ? Comment peut-on transcender la dimension subjective de l’expérience pour en tirer quelques connaissances qui puissent aider à la mise en forme des caractères identitaires d’un lieu ? Il existe de nombreuses grilles de lecture et d’analyse des aspects visuels, patrimoniaux et environnementaux du paysage, qui tentent de réduire l’expérience paysagère à un ensemble de données objectives. Ces différentes grilles ont toutes leur valeur relative et peuvent très bien servir à des fins particulières. Elles ne touchent pas cependant à l’essence du projet de paysage qui consiste à rattacher l’expérience individuelle d’un lieu à une réalité culturelle partagée par une collectivité et ainsi donner un sens à l’expérience subjective. La notion d’archétype établit un pont entre les structures de l’esprit humain et celles de la culture. À travers elle, il devient possible de relier l’expérience individuelle et l’expérience collective du monde. Dans cette perspective, l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie et l’ethnologie doivent nourrir notre connaissance des archétypes et de la transformation de leurs significations culturelles.

43Le paysage contemporain est en perpétuelle transformation. Tout projet entraîne un changement. Un lieu laissé à lui-même change aussi constamment. Comment être attentif au changement, l’interpréter et l’orienter à travers le projet ? Le changement n’est pas une valeur en soi. Il ne peut être conçu différemment. Certains y voient l’effet inévitable de l’application des forces dynamiques du développement. D’autres, au contraire, souhaiteraient le minimiser et préserver l’intégrité des milieux qui nous entourent. Le projet de paysage cherche en revanche à alimenter un équilibre dynamique entre les forces du changement et l’inertie positive des milieux. Il propose d’intégrer l’intervention à une logique de renouvellement, de redéfinition ou encore de régénération. Le changement doit être pensé dans son rapport créatif à la continuité et à la permanence de certains caractères identitaires. Le concept d’archétype permet précisément de penser cette relation dialectique entre le changement et la permanence dans le paysage sans contraindre le changement à l’intérieur d’un cadre normatif découlant de priorités environnementales, patrimoniales ou esthétiques. À ce chapitre, le projet de développement d’un système de monitoring des paysages peut tout aussi bien servir à documenter les changements du paysage qu’à en saisir les permanences. Ce système pourrait aider non seulement à anticiper ce que l’on pourrait appeler les crises identitaires du paysage, mais aussi permettre d’entrevoir les opportunités de renouvellement et de mutation archétypale.

44On déplore souvent le caractère éclaté du paysage contemporain. En fait, la notion de paysage reflète déjà une volonté de saisir à travers cet éclatement une certaine unité de sens. L’archétype permet de penser l’unité à travers la diversité pour transcender les impressions d’éclatement et de fragmentation. L’unité d’un lieu ou d’un paysage ne dépend pas d’abord de l’harmonisation esthétique ou fonctionnelle des différentes qualités d’un lieu, mais plutôt de notre capacité à rattacher ces qualités à la présence d’une entité signifiante. L’archétype constitue un cadre de référence existentiel. Et le projet doit viser à infléchir le regard de façon à favoriser l’intelligibilité archétypale d’un lieu. L’unité et l’identité archétypales d’un lieu sont à construire et à maintenir. Il n’existe pas a priori un répertoire fini d’archétypes de référence à mettre en œuvre. Ceux-ci doivent leur existence au temps et à l’imagination humaine capable, à travers le chaos apparent du monde empirique, d’établir des connexions signifiantes entre les objets et les qualités du monde sensible. La pensée archétypale est une pensée analogique qui part de la forme, mais qui vise le sens dans un souci d’unité et d’expression identitaire.

45Cette forme de pensée analogique ne sert donc pas uniquement à unifier l’expérience sensible des qualités particulières d’un lieu. Elle vise également à relier une expérience locale à une conscience plus globale de l’identité d’un territoire, d’une région, d’un pays. Cette idée a bien été soulignée dans l’étude sur les filières d’électricité où l’analyse des sites potentiels d’intervention a été mise en relation avec des territoires géographiques de référence qui apparaissent sous la forme d’archétypes culturels associés à l’identité profonde des territoires concernés.

46Les recherches sur la nature, la signification et la valeur de l’expérience paysagère ont beaucoup progressé ces dernières années. Il est plus difficile cependant de cerner les éléments qui pourraient servir à formuler une théorie cohérente du projet de paysage même si de nombreuses réalisations semblent démontrer une connaissance implicite des mécanismes cognitifs à l’œuvre dans la constitution de l’expérience paysagère. En retraçant le rôle de la pensée archétypale dans le discours paysager ces dernières années, nous avons pu nous rendre compte qu’il opère autant au niveau analytique qu’au niveau synthétique, à la fois comme cadre de perception et de conception. C’est peut-être à travers cette capacité à alimenter la dialectique du regard et de l’action qu’une approche archétypale offre le plus de potentiel pour l’élaboration d’une véritable théorie du projet de paysage.

Notes

1 Sur ce sujet, Beaudet, G., G. Domon et O. Lacasse, « Section 3.2 », Les méthodes de caractérisation du paysage : revue des approches visuelles, écogéographiques et spatio-temporelles, rapport déposé au ministère de la Culture et des Communications, à Hydro-Québec et au ministère de l’Environnement et de la Faune, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, août 1997, p. 85-128.

2 Pensons notamment aux travaux de A. Roger, A. Berque, M. Conan, B. Lassus, en France, J. D. Hunt, L. Olin, J. Corner aux Etats-Unis et des membres de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal.

3 Nous retrouvons différentes versions de cette histoire, dans l’Ancien Testament et chez Platon par exemple. Plus près de nous, E. Cassirer, C. Lévi-Strauss et M. Eliade l’ont repris dans leurs études sur la pensée mythique. Aussi Brill, M., « Archétypes as a “Natural Language” for Place Making », dans Ordering Space, Van Nostrand Reinhold, 1999, p. 61-78.

4 Schama, S., Landscape and Memory, New York, A. A. Knopf, 1995.

5 Eliade, M., The Myth of the Eternal Return, Princeton, Princeton University Press, 1954.

6 Bachelard, G., « Introduction », La poétique de l’espace, Paris, P.U.F., 1957, p. 1.

7 Berque définit le paysage comme une « entité relationnelle ». Berque, A., « Douter du paysage », Jardins et paysages : textes critiques de l’Antiquité à nos jours, Le Dantec, J. P. (dir.), coll. « textes essentiels », Paris, Larousse, 1996, p. 614-624.

8 Sansot, P., « Variations paysagères » [1983], Jardins et paysages : textes critiques de l’Antiquité à nos jours, Le Dantec, J. P. (dir.), coll. « textes essentiels », Paris, Larousse, 1996, p. 479-493.

9 Conan,M., « Généalogie du paysage », La théorie du paysage en France 1974-1994, Roger, A. (dir.), coll. « pays/paysages », Paris, Champ Valon, 1995, p. 363.

10 Berque, 1996 (op. cit., note 7), p. 620.

11 Cueco, H., « Approches du concept de paysage », dans Jardins et paysages : textes critiques de l’Antiquité à nos jours, Le Dantec, J. P. (dir.), coll. « textes essentiels », Paris, Larousse, 1996, p. 520.

12 Conan, 1995 (op. cit., note 9), p. 363-64.

13 Berque, 1996 (op. cit., note 7), p. 426-427.

14 Sansot, 1996 (op. cit., note 8), p. 484.

15 Roncayolo, M., « Le paysage du savant » [1986], Jardins et paysages : textes critiques de l’Antiquité à nos jours, Le Dantec, J. P. (dir.), coll. « textes essentiels », Paris, Larousse, 1996, p. 494.

16 Sur ce projet, entre autres, Poullaouec-Gonidec, P, « La place Berri : propos sur le paysage », Trames, no 7, 1993, p. 10-17 ; Lamoureux, J. « Une scénographie réversible. L’œuvre de Melvin Charney pour la place Berri à Montréal », arq, no 63,1991, p. 12-14.

17 Sur ce projet, entre autres, Jacobs, P., P. Poullaouec-Gonidec et B. St-Denis, « Le paysage de Faubourg Québec », Trames no 9, 1993, p. 35-40.

18 Sur ce projet, Poullaouec-Gonidec, P., « Le projet du paysage de Verchères », arq, no 90, avril 1996 ; Poullaouec-Gonidec, P., « La nature dans la ville : substrats pluriels », La ville en quête de nature, Mercier, G., J. Bethemont et M. Bédard (dir.), coll. « Les Nouveaux cahiers du célat » no 21, Sillery, Septentrion, 1998, p. 117-128.

19 Jacob, P., M. Gariépy, P. Poullaouec-Gonidec, C. Bélanger, N. Desrosiers, L. Lévesque et F. Tremblay, Qualité paysagère des corridors autoroutiers et routiers servant de portes d’entrée importantes du Québec (periq), rapport Activité 1, déposé au ministère des Transports du Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, octobre 1998, p. 5-8.

20 Poullaouec-Gonidec, P., I. Latek, G. Adamczyk, M. Lessard, D. Hadj-Hamou et A. Carle, Affichage aérien et paysage urbain : compréhension des pratiques de l’affichage, rapport déposé à la Société d’affichage OMNI, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, septembre 1998.

21 Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariépy, B. St-Denis, F. Tremblay, C. Montpetit et J. Tellier, Balisage des enjeux de paysage concernant trois filières de production d’électricité — transformation spatiales, représentations et enjeux, rapport déposé à Hydro-Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, avril 1999.

22 Ibid., p. 21.

23 Ibid., p. 22.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 34. Le concept de transfiguration est utilisé ici dans le sens que lui donne Arthur Danto dans sa théorie de l’art considéré comme mode de transfiguration de la banalité. Danto, A., The Transfiguration of the Common Place, Cambridge, Harvard University Press, 1981. Cette idée a été appliquée au paysage par Laurie Olin dans « Form, Meaning and Expression in Landscape Architecture », Landscape Journal, vol. 7, no 2, automne 1988, p. 149-168.

26 Poullaouec-Gonidec et al., 1999 (op. cit., note 21), p. 37.

27 Ibid., p. 38.

28 Ibid., p. 39.

29 Ibid., p. 51-52.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Plan de paysage du village de Verchères, 1994 (Source : P. Poullaouec-Gonidec et P. Jacobs).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Figure 2 : Ennoyage du réservoir du barrage sm3 — Sainte-Marguerite, Côte-Nord, Québec, 1998 (Source : P. Poullaouec-Gonidec).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteur

Professeur agrégé à l’École d’architecture de l’Université de Montréal où il enseigne la conception et la théorie de l’architecture. Son principal champ de recherche est l’épistémologie du projet. Il a publié entre autres Precedents and Design Thinking in an Age of Relativization (École d’architecture de l’Université de Delft, Pays-Bas, 1997), ainsi que Le classicisme en architecture. La poétique de l’ordre (Paris, Dunod, 1985, 1990), en collaboration avec Alexander Tzonis et Liane Lefaivre. Il poursuit actuellement une recherche sur les processus réflexifs en situation de projet à travers l’étude des concours d’architecture au Canada entre 1980 et 2000. En 1997, il a participé au Forum méditerranéen sur la culture à Jérusalem abordant le thème Paysage et identité culturelle. Depuis, il collabore comme chercheur à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Il est aussi membre du Laboratoire pour l’étude de l’architecture potentiel (Université de Montréal), chercheur associé au Design Knowledge System Research Center de l’Université de Delft, et membre de l’Institut de recherche en histoire de l’architecture du Centre canadien d’architecture.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540