Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les temps du paysage

 | 
Philippe Poullaouec-Gonidec
, 
Sylvain Paquette
, 
Gérald Domon

Acteurs et processus du projet de paysage

François Tremblay et Michel Gariépy

Texte intégral

  • 1 Les deux recherches qui servent de référence au présent texte sont les suivantes : Gariépy, M., P. (...)

1Tout geste d’aménagement est, par définition, producteur de formes matérielles. Et, dans la mesure où ces formes seront le support des valeurs qu’y projetteront ceux qui les fréquentent et les habitent, elles peuvent être qualifiées de paysage ou, à tout le moins, de contributions aux paysages. Comment alors évaluer la portée paysagère de projets d’aménagement ? Et, à un autre niveau, quelles sont les modalités selon lesquelles le paysage se construit au cours des actions ou des gestes d’aménagement ? Ce sont les questions qui ont animé deux recherches menées à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal1 et que nous voulons aborder dans ce texte.

  • 2 Boutinet, J. P., Anthropologie du projet, Coll. « Psychologie d’aujourd’hui », Paris, puf, [1990] (...)

2Pour baliser le champ de notre investigation, quelques distinctions liminaires sont de mise : elles renvoient à des caractéristiques inhérentes à la notion même de projet, caractéristiques qui s’inspirent de celles mises de l’avant par Boutinet2.

3La première distinction a pour critère l’intentionnalité sous-jacente au geste. Selon la place qu’y occupe l’intentionnalité explicite, la volonté de conférer un sens spécifique au geste, on peut distinguer trois catégories de paysage :

4 Le paysage « résultante non planifiée », soit celui qui peut résulter de l’accumulation de sens sur des gestes d’aménagement qui ont été réalisés, mais sans que des finalités paysagères ou esthétiques n’aient été explicitement recherchées.

  • 3 Creese, W.L., tva’s Public Planning. The Vision, The Reality, Knoxville, The University of Tenness (...)

5Certains barrages érigés durant les années 1920 au Québec permettent d’illustrer cette première catégorie. En effet, s’ils comportent des formes épurées et s’insèrent aujourd’hui dans un paysage récréotouristique en voie de valorisation, suscitant parfois une qualification paysagère après-coup, ils ont été conçus au départ dans une optique essentiellement fonctionnelle. Et ce, à la différence des barrages construits par la Tennessee Valley Authority dont la conception initiale procédait d’une finalité esthétique explicite3.

  • 4 Nous faisons référence ici à la distinction aménagement-ménagement mise de l’avant par Marié, M. e (...)
  • 5 Gariépy, M., « L’analyse de paysage au sein de l’évaluation environnementale ou l’aménagement à l’ (...)

6 Le paysage « ménagé »4, au cœur des approches contemporaines d’évaluation environnementale : si ces dernières prétendent accorder beaucoup d’importance à la prise en compte des paysages, les méthodologies mises de l’avant en restreignent essentiellement la portée à leurs dimensions visuelles et procèdent surtout selon une logique d’absorption et de camouflage des équipements5.

7 Le paysage « intentionnel » enfin, soit celui qui résulte de projets d’aménagement où la question paysagère a été posée explicitement comme une des principales finalités. Les deux recherches dont nous traitons ici différaient quant à leur objet : des mesures de mise en valeur de l’environnement, issues d’un programme de compensation pour la première, des filières technologiques de production d’électricité pour la seconde. Elles se distinguaient également par la position de ces objets dans leur processus de réalisation : d’une évaluation a posteriori dans la première recherche, nous passions à une étude à caractère générique dans la seconde. Elles avaient néanmoins toutes deux en commun de poser clairement la question paysagère comme finalité.

  • 6 Boutinet, 1992 (op. cit., note 2), p. 101-102.
  • 7 Touraine, A., Sociologie de l’action, Paris, Le Seuil, 1965, p. 243.

8Par contre, pour mener notre évaluation ou notre réflexion, nous ne pouvions nous en tenir aux seules finalités exprimées par les concepteurs ainsi qu’à la vérification de leur expression dans les gestes d’aménagement. Il nous fallait prendre en compte deux autres caractéristiques tout aussi fondamentales que l’intentionnalité et qui renvoient à la spécificité du projet d’aménagement, a fortiori du projet de paysage. En effet, une autre de ses caractéristiques réside dans la temporalité ou dans l’horizon temporel sur lequel il se matérialise. Le propre du projet d’aménagement, à la différence d’autres projets, est de n’être jamais terminé. Il est centré sur « une activité collective de maîtrise progressive d’un espace donné »6. La troisième caractéristique était présente dans ce dernier énoncé : la dimension collective et par conséquent l’intersubjectivité impliquées dans la fabrication du sens du paysage. En effet, tout projet repose sur une médiation entre les intentions individuelles et les intentions collectives7. Par conséquent, le projet doit être considéré comme étant ultimement intersubjectif.

9L’intégration des dimensions paysagères aux pratiques d’aménagement qui sont à la base du projet de paysage résulte donc de la conjugaison de ces trois caractéristiques, intentionnalité, temporalité et intersubjectivité. Pour permettre cette conjugaison, trois conditions sont nécessaires :

  • l’adoption d’un positionnement méthodologique original ;
  • le développement de méthodes et de techniques adaptées à ce positionnement ;
  • l’intégration du processus de projet dans son contexte élargi, relevant tout autant du culturel que du socioéconomique, du politique que du physico-spatial.

POSITIONNEMENT MÉTHODOLOGIQUE

10Le projet de paysage, en tant que modalité de production du paysage, exige un positionnement méthodologique qui le distingue des positionnements sous-jacents aux modalités plus traditionnelles, par exemple la production de paysage par le biais de mesures de mitigation a posteriori ou encore la production de paysage par des mesures de préservation ou de conservation. Cette distinction repose sur trois éléments :

  • la reconnaissance explicite de la portée stratégique que peut avoir le paysage dans les actions d’aménagement ;
  • une compréhension des processus de valorisation au-delà d’une compréhension des formes et des objets ;
  • une compréhension de ces processus par le biais de la rencontre entre deux logiques, soit la logique objet et la logique milieu.
  • 8 Cette initiative du pmve a permis d’aménager une piste multifonctionnelle d’une longueur de 88 kil (...)

11Il est apparu important de considérer ces trois aspects du positionnement méthodologique à la suite d’une recherche de type évaluative, au cours de laquelle on analysait, a posteriori, l’effet structurant sur la qualité du paysage qu’ont pu avoir les initiatives de mise en valeur de l’environnement dans le cadre du programme de mise en valeur de l’environnement (pmve) d’Hydro-Québec. Une des initiatives financées en partie par ce programme, la section Antoine-Labelle du parc linéaire Le P’tit train du Nord8, illustre particulièrement bien la nécessité de recourir à ce positionnement méthodologique. En effet, dans la municipalité régionale de comté (mrc) d’Antoine-Labelle, la conversion de l’emprise ferroviaire en piste multifonctionnelle peut être considérée comme support à de multiples projets de paysage (local ou régional ; formalisé explicitement ou non). En effet, les initiateurs de ce projet ont attribué une portée stratégique à l’enjeu « paysage » au cours des processus de conception, de réalisation et d’appropriation de ce projet d’aménagement récréotouristique. De plus, les processus de valorisation du territoire et des milieux traversés par la piste, processus préexistants ou occasionnés par la conversion ferroviaire-récréotouristique, sont plus déterminants que les valeurs intrinsèques aux formes et aux caractéristiques de ce territoire et de ces milieux. Cette prépondérance des processus de valorisation sur les valeurs intrinsèques s’observe aux endroits spécifiques où la piste semble avoir des effets structurants au plan de la qualité des paysages. Enfin, la reconversion du corridor ferroviaire en emprise récréative provoque la rencontre entre plusieurs logiques : les logiques propres aux milieux (les municipalités traversées et les abords du corridor ferroviaire), les logiques qui régissaient les infrastructures ferroviaires et les logiques auxquelles obéissent les équipements de récréation extensive.

12La portée stratégique de la question du paysage est liée à la fois à l’intentionnalité et à la temporalité inhérentes à la modalité projectuelle d’intégration des dimensions paysagères aux pratiques d’aménagement. En effet, formulées comme projet de paysage d’une ou de plusieurs collectivités, c’est-à-dire en tant que projection intentionnelle d’une demande sociale pour une certaine qualité de paysage, les dimensions paysagères peuvent orienter les actions d’aménagement « en continu » et « à long terme ». Le projet de paysage s’échafaude sur la rencontre permanente et continuelle entre plusieurs intentionnalités et sur leur participation à une qualification des milieux en paysage. L’initiative de mise en valeur qu’est la conversion de l’emprise ferroviaire du P’tit train du Nord en parc linéaire est particulièrement révélatrice à cet égard. En effet, l’inflexion d’une logique ferroviaire vers une logique récréotouristique contribue à transformer le paysage à plusieurs échelles :

  • à l’échelle régionale, par la consolidation d’une image touristique axée sur la qualité, la diversité et l’accessibilité de l’expérience récréative ;
  • à l’échelle municipale, par la mise en valeur des gares, et la disponibilité d’un réseau d’aires de repos ;
  • à l’échelle microlocale, par des mesures de gestion des interfaces entre la piste des usages voisins plus ou moins compatibles.

13Étant donné cette diversité des échelles, les occasions de créer du paysage n’en sont que plus nombreuses. Par conséquent, nous avons observé que cette initiative de conversion a donné lieu à plusieurs constructions de paysages et ce, aux trois moments du processus de conception, de réalisation et d’appropriation de ce projet d’aménagement récréatif par les différents utilisateurs.

  • 9 Poullaouec-Gonidec et al., 1999 (op. cit., note 1), p. 38.

14Le paysage, comme finalité des actions d’aménagement, est explicitement pris en compte dès la conception du projet de conversion. En effet, les objectifs qu’avaient les initiateurs de ce projet étaient de permettre l’expérience d’un paysage qui se déploie selon des séquences linéaires en empruntant un élément emblématique de la région9 et de favoriser l’interprétation historique, naturelle et paysagère pour susciter un nouveau regard sur le territoire des Hautes-Laurentides (Figure 1).

15Le paysage s’est construit également au cours de la réalisation du projet. En effet, lors de la conversion de l’emprise, la gestion de l’interface entre la piste multifonctionnelle et certains usages industriels aux abords de l’emprise a fait l’objet d’une attention particulière qui témoigne d’une intégration des dimensions paysagères aux processus d’aménagement. Des mesures comme la standardisation de l’affichage, la gestion des compatibilités et des incompatibilités par voie de négociation et le maintien réglementaire d’une bande boisée constituent des preuves tangibles que le paysage s’est construit également au cours de la réalisation.

16Le paysage se construit finalement lors de l’appropriation de ce projet récréatif par les différents utilisateurs. En effet, à la suite de la conversion de l’emprise ferroviaire en piste multifonctionnelle, on peut observer un effet structurant sur les formes urbaines de certains secteurs des municipalités traversées. Par exemple, à L’Annonciation, à Nominingue et à Mont-Laurier, le passage de la piste multifonctionnelle devient une opportunité d’aménagement que saisissent les corporations de développement local, les municipalités et les hôteliers, aubergistes et autres commerçants. Ainsi, prennent place des réhabilitations de gare, des actions d’embellissement et des rénovations, autant d’actions menées dans un souci d’amélioration de la qualité du cadre de vie. La forme urbaine prend une inflexion paysagère : progressivement, les arrières-cours des commerces deviennent des espaces aménagés, entretenus et accueillants. Le paysage semble donc se construire au fil de l’appropriation progressive de l’initiative de conversion.

Figure 1 : Le P’tit train du Nord : élément emblématique sur lequel se construisent les paysages le long de cette initiative. Le mobilier et l’aménagement des haltes repositionnent les référents ferroviaires dans une perspective de découverte du territoire (Source : F. Tremblay).

  • 10 Par exemple, dans les pratiques habituelles d’aménagement, les dimensions paysagères du territoire (...)

17Dans ces trois exemples de construction du paysage tirés d’une même initiative, le paysage joue un rôle stratégique qui se distingue du rôle auquel il est restreint habituellement10. Dans la mesure où le paysage peut devenir le lieu d’interface entre plusieurs intentionnalités projetées à l’endroit de nos milieux de vie ou des milieux que nous fréquentons, il apparaît pertinent d’intégrer sa prise en compte le plus en amont possible et de manière continue dans les processus d’aménagement. En effet, le paysage semble être une construction culturelle qui peut supporter un projet en perpétuelle reformulation : reformulation en fonction des étapes de l’initiative (conception, réalisation, appropriation), reformulation en fonction des contextes particuliers (projets régionaux de développement récréotouristique, formes villageoises particulières, mélange d’usages spécifiques).

18Ainsi conçu, le paysage devient un véhicule intéressant pour développer des solutions de ménagement du territoire. En raison de cette dimension stratégique, il est plus important de comprendre les processus de valorisation qui animent le paysage que de développer une connaissance formelle des attributs qui construisent les paysages. En effet, on ne peut expliquer ni comprendre les paysages plus ordinaires, de proximité, du quotidien, de l’ordre de l’identitaire et de l’affectif, uniquement à l’aide d’une connaissance formelle. Par exemple, une forme territoriale extraordinaire du point de vue de l’expert peut ne pas faire l’objet de valorisation spécifique et, ainsi, ne pas participer à la construction du paysage. À l’inverse, une forme somme toute banale du même point de vue de l’expert, peut supporter des qualifications affectives très fortes de la part des communautés qui fréquentent le territoire et, de ce fait, construire le paysage.

19L’exemple du P’tit train du Nord permet encore ici d’illustrer le propos. La piste multifonctionnelle, aménagée et mise en valeur, devient une infrastructure mettant en réseau des lieux qui, a priori, ne font pas l’objet des mêmes processus de valorisation. Les lieux gagnent en qualification du fait que des gens sont appelés à y circuler et qu’une réinterprétation du passé ou des aspects environnementaux est proposée. Ainsi, plusieurs des lieux mis en valeur au long du parcours du P’tit train du Nord ne possèdent pas de valeurs intrinsèques extraordinaires si on ne considère pas le processus de valorisation régional ou local dont il fait l’objet. Par exemple, au plan strictement formel, la gare de L’Annonciation reste une gare parmi toutes les gares des Laurentides. En revanche, sous d’autres aspects, il s’agit d’une gare dont la restauration a été prise en charge localement depuis plus d’une dizaine d’années, au point qu’elle a été intégrée aux stratégies locales de développement de la municipalité. De ce fait, cette gare est devenue quasi emblématique, ou à tout le moins un témoin tangible d’une certaine renaissance de la ville de L’Annonciation.

20Ce dernier exemple illustre l’importance d’une compréhension dynamique qui mettrait l’accent sur les processus de valorisation dont sont l’objet les formes spatiales et territoriales impliquées dans la construction de paysage, plutôt qu’une approche plus statique qui mettrait l’accent sur une description factuelle des caractéristiques formelles, spatiales et physiques.

21L’accent méthodologique qu’il faut mettre sur les processus de valorisation plus que sur les seules formes oblige une meilleure prise en compte de ce qui relève du contexte élargi (autant les dimensions socioéconomiques que culturelles). Elle est nécessaire afin de mettre en évidence le rôle d’interface entre les intentionnalités projetées à l’endroit d’un milieu que peut jouer le paysage. Ce biais méthodologique nous mène à postuler une logique inhérente au milieu. Le processus de valorisation prend appui ou réagit à la rencontre de cette « logique-milieu » avec une « logique-objet ». Ainsi, des logiques-objet à finalité technique univoque peuvent, une fois réappropriées, offrir des prises à des projets issus des logiques-milieu ayant été formulés en fonction d’autres finalités que la finalité technique.

22L’exemple du P’tit train du Nord permet encore une fois d’illustrer le propos. D’une forme de corridor imperméable aux usages voisins, nous passons à une inscription spatiale qui favorise les liens avec les terrains adjacents et qui se découpe en tronçons aux identités spécifiques de manière à répondre adéquatement aux attentes récréotouristiques. Dans les Hautes-Laurentides, des logiques récréatives et touristiques spécifiques sont à l’œuvre derrière un projet régional de développement récréatif et touristique à dimension humaine, en contrepoint au développement intensif des stations touristiques comme celle du mont Tremblant. Devant un tel projet, la logique ferroviaire initiale s’infléchit facilement car elle offre des opportunités en congruence avec la logique-milieu. En effet, la logique-objet initiale imposait un parcours en faux plat avec des courbes à grand rayon, ce qui conditionne la nouvelle expérience récréotouristique, en faisant un parcours idéal pour la découverte et pour la détente étant donné son degré de facilité. Or, plusieurs logiques-milieu qui animent les Hautes-Laurentides valorisent précisément ces caractéristiques, qu’il s’agisse des logiques de développement soucieuses de répondre à la demande touristique croissante pour du cyclisme à relais hôtelier ou encore des logiques de développement sociocommunautaire qui misent sur l’accessibilité et la qualité des espaces de récréation pour une population vieillissante.

23Les paysages qui émergent de la rencontre entre des logiques-milieu et-objet doivent être considérés comme des constructions continuelles dans un processus de maîtrise progressive de l’espace. De cette manière, le projet de paysage devient partie intégrante du projet d’aménagement que se donnent les communautés locales et régionales à l’endroit de leur territoire.

MÉTHODES ET TECHNIQUES

24Les trois caractéristiques du positionnement méthodologique conditionnent les outils, les méthodes et les techniques à déployer pour mettre en œuvre des projets de paysage et ce, de deux manières. D’une part, les méthodes et les techniques de caractérisation des paysages doivent refléter la multiplicité des intentionnalités et des logiques à l’œuvre derrière le projet d’aménagement. D’autre part, elles doivent également refléter la temporalité spécifique au projet en général et au projet de paysage en particulier. Cette temporalité propre au projet inscrit les actions d’aménagement dans une perspective à long terme et dans une perspective incrémentale où l’objectif final reste toujours à atteindre.

25Ces deux conditions posent un défi important au plan méthodologique. En effet, selon ces deux conditions, les méthodes et les techniques à déployer doivent être quasi prospectives ; elles doivent caractériser les possibilités de réappropriation des formes et elles doivent mettre en évidence l’émergence de certaines valorisations.

  • 11 Nous faisons référence à Poullaouec-Gonidec et al., 1999, op. cit., note 1. Par ailleurs, une autr (...)

26Au cours de recherches portant sur la définition, de manière ex ante, d’approches de prise en compte du paysage dans les actions d’aménagement11, nous avons développé différentes méthodes de prise en compte du paysage en prenant en considération les balises exposées au paragraphe précédent. D’une part, il s’agit des méthodes de lecture, de caractérisation, d’analyse des logiques inhérentes aux objets et aux formes, dans une perspective anticipatoire. D’autre part, il s’agit des méthodes de lecture, de caractérisation et d’analyse de logiques propres aux milieux, dans une perspective longitudinale de suivi (Figure 2).

  • 12 Dumas, P., « Annexe M », Mémoire de l’Association québécoise des producteurs d’énergie renouvelabl (...)

27Dans le cadre de la recherche portant sur les enjeux de paysage liés aux filières de production d’électricité, la filière des petites centrales illustre avec éloquence les adaptations que nous avons dû faire aux méthodes de lecture afin de comprendre et de prendre en compte les intentionnalités multiples et les temporalités spécifiques. Pour ce qui est d’aborder les questions d’intentionnalité et de temporalité, cette filière est particulièrement intéressante à étudier en raison de son déploiement fréquent au cœur de problématiques d’aménagement relevant de la restauration, de la réhabilitation, de la fréquentation récréative et touristique et de la polyvalence des aménagements. En effet, sur les 52 petites centrales restaurées ou construites dans le cadre de la politique gouvernementale de 1991, les promoteurs ont dû prévoir des aménagements récréatifs dans la moitié des cas (26 petites centrales)12. Cette forte proportion montre bien que l’aménagement de ces petites centrales implique souvent une réinterprétation des lieux selon une logique récréative et touristique. Cette réinterprétation des lieux met en évidence un rapport particulier à la temporalité : sont réaffectés des formes et des objets qui proviennent d’horizons temporels passés en fonction de processus de valorisation du territoire qui s’inscrivent dans des horizons temporels de l’anticipation et de la prospective. Les méthodes et les techniques utilisées pour mettre en œuvre les projets de paysage dans de tels contextes doivent prendre en considération cette temporalité du continuum passé-avenir propre au projet.

Figure 2 : Approche méthodologique visant à comprendre les enjeux de paysage qui émergent de la rencontre entre des logiques-objet et-milieu.

Lecture de la logique-objet

28Les réflexions ex ante visant à produire une approche et des méthodes de lecture de la logique-objet en général et de son rôle dans la construction des paysages en particulier, mettaient l’accent sur la souplesse et les possibilités, de même que sur l’ouverture des objets aux processus de qualification. Dans le cas des petites centrales, cette lecture du degré de souplesse est intéressante, mais reste insatisfaisante, car le degré de souplesse renvoie à une accommodation à la marge de l’apparence d’un équipement. Or, une accommodation à la marge est, elle aussi, insuffisante, car les petites centrales, par les transformations spatiales majeures et quasi permanentes, suscitent des controverses certaines liées à leur présence sur un site et non seulement à leur apparence. Comme les premières méthodes de lecture de la logique inhérente aux objets ne s’attardaient qu’à la souplesse offerte par certains dispositifs ou certaines formes, nous n’en restions qu’à l’apparence. Par conséquent, il était difficile de prendre en charge la question de l’effet structurant ou déstructurant sur l’espace en l’intégrant dans un projet de paysage répondant aux diverses intentionnalités qui se rencontrent dans un même milieu.

29Pour aller au-delà de ces limites, il nous a semblé opportun de nous référer au concept d’opportunités paysagères. Pour ce faire, il convient de mieux connaître les externalités de l’aménagement qui peuvent donner prise à une qualification, qu’elle soit négative ou positive. Nous avons donc caractérisé la filière, autant l’implantation que l’exploitation, en fonction des transformations spatiales susceptibles de recevoir des significations paysagères. Cette caractérisation avait pour but d’identifier ce qui, dans l’ensemble des formes spatiales, à l’aide desquelles se déploie la filière des petites centrales, peut participer à la construction du paysage. Cette caractérisation a permis d’identifier trois types de transformation spatiale susceptibles de faire l’objet de valorisation paysagère :

  1. les transformations spatiales liées à l’inscription territoriale des formes mises en place dans le cadre d’une petite centrale (rapport des bâtiments, des barrages et des canaux avec leur contexte d’inscription) ;
  2. les transformations spatiales qui modifient les qualités de l’interface entre les petites centrales et les milieux adjacents (ouverture, accessibilité, fluidité entre les espaces) ;
  3. les transformations spatiales qui affectent la singularité des lieux au plan culturel (les vestiges industriels, les histoires et légendes locales, les dimensions affectives et emblématiques) et au plan naturel (forme de l’amphithéâtre et dynamisme hydrographique, amplitude des débits).

Lecture de la logique-milieu

30Par ailleurs, les méthodes de lecture visant à caractériser la logique-milieu et son rôle dans la construction des paysages ont évolué. Au départ, ces méthodes mettaient l’accent sur l’identité des acteurs (public, civique, communautaire) et leurs intentions explicitement mentionnées dans les documents de planification afin de cerner les registres de signification. Ce type de caractérisation est apparu insuffisant pour comprendre les logiques-milieu qui orientent la construction des paysages. En effet, certaines logiques inhérentes aux milieux ne sont pas explicites dans les documents de planification ; en outre, l'implication des acteurs peut changer, soit en devenant plus active, soit en devenant plus passive.

31Ensuite, il semblait important de procéder à une lecture socioculturelle des contextes afin de comprendre la dynamique générale qui oriente les choix d’aménagement, les choix de mise en valeur. D’où la nécessité de développer une approche générale au-delà des méthodes spécifiques. La recherche sur les enjeux de paysage et les filières nous a permis d’esquisser une approche. Cette ébauche d’approche se base sur une problématique : la logique-milieu est nécessairement plurielle, d’une part parce que plusieurs groupes d’acteurs valorisent des lieux identiques mais selon des modalités différentes et d’autre part, parce que d’autres groupes d’acteurs valorisent des lieux différents mais voisins. Le phénomène marquant qui semble caractériser la logique-milieu est la spécialisation et la fragmentation de cette logique en une multiplicité et une diversité de logiques qu’elles soient complémentaires, concurrentes, compatibles ou adverses.

  • 13 Poullaouec-Gonidec et al., 1999 (op. cit., note 1), p. 45-46.

32Le phénomène de la fragmentation des logiques-milieu augmente la diversité et le nombre de demandes sociales pour la polyvalence dans l’implantation de la filière des petites centrales en général et pour une qualité de paysage en particulier. En effet, comme les cours d’eau sont des lieux d’appartenance pour les différents groupes qui les utilisent et qui s’y identifient13, il apparaît que plusieurs de ces demandes sociales pour une polyvalence des lieux et des équipements se basent sur le caractère emblématique et identitaire des lieux. De ce fait, plusieurs des logiques-milieu vers lesquels s’infléchit la logique-objet de la filière peuvent trouver des réponses congruentes à leurs attentes dans une prise en compte des dimensions paysagères des lieux, en autant que ces dimensions paysagères relèvent davantage de l’identitaire et de l’emblématique que du simple visuel.

33L’assimilation des dimensions paysagères à ses seules acceptions visuelles fait en sorte que la prise en charge de la qualité du paysage lors de l’implantation de petites centrales ne privilégie qu’une seule logique-milieu (pour laquelle le paysage n’est que visuel) au détriment d’une pluralité d’autres logiques (pour lesquelles les caractéristiques identitaires et emblématiques sont paysagères). Ainsi, une mesure d’ordre esthétique, comme le respect d’un débit d’eau minimum en période de fréquentation touristique, permet de répondre aux attentes très spécifiques d’un petit nombre d’acteurs pour qui le paysage n’est que le spectacle visuel (par exemple, les promoteurs d’activités touristiques traditionnelles qui veulent inclure la visite du site dans leur tour guidé). Cependant, une telle mesure ne répond pas aux attentes des autres acteurs pour qui les dimensions paysagères du site s’étendent aux caractéristiques culturelles (identitaires, emblématique et affectives) qu’une (ou plusieurs) communauté projette sur des sites particuliers.

34Comme les différentes logiques-milieu se trouvent à être en perpétuel ajustement, le projet de paysage doit pouvoir s’appuyer sur des méthodes de lecture des milieux qui mettront l’accent sur la temporalité en continu des dimensions paysagères véhiculées par les logiques-milieu. Il s’agit donc de mettre en évidence les référents historiques et quotidiens des processus de valorisation, les tendances en matière de développement socioculturel ou encore les symboles collectifs sur lesquels on peut s’appuyer. Par exemple, les méthodes de lecture des milieux, conçues lors de la recherche sur la prise en compte des enjeux de paysage dans le déploiement de la filière des petites centrales, répondaient aux objectifs suivants : caractériser les dimensions emblématiques des lieux ; caractériser les processus de valorisation qui se basent sur les caractéristiques environnementales et l’intégrité écologique ; caractériser les liens affectifs et communautaires des lieux. La grille de lecture, conçue pour répondre à ces objectifs, propose une caractérisation des logiques-milieu en fonction de trois éléments :

  • les activités humaines qui ont façonné le territoire et qui peuvent avoir des valeurs emblématiques et identitaires aux plans local, régional ou national ;
  • les aspirations de développement qui orientent les choix d’aménagement et qui conditionnent l’appréciation de certaines caractéristiques du territoire par les populations locales ou de passage ;
  • les objets de valorisation, c’est-à-dire les composantes naturelles et les artefacts, les ambiances, les aménités, etc., qui font l’objet d’une appréciation paysagère.

La lecture de la rencontre entre les logiques-objet et -milieu

35Le concept d’opportunités paysagères permet de lire les milieux en fonction de cet aller-retour entre les formes territoriales dont on hérite, et les formes que l’on veut voir émerger en support aux différents projets d’aménagement qui animent ces milieux. Les opportunités paysagères se créent à la rencontre entre deux logiques, ainsi que nous l’avons mentionné précédemment. Dans le cas de la filière des petites centrales, la logique-objet formulée au départ par l’ingénieur hydraulicien peut supporter (ou à tout le moins infléchir) ses propres qualités paysagères afin de répondre adéquatement (ou non) aux logiques récréatives ou touristiques. Certaines des petites centrales des rivières Magog et Coaticook, dans les Cantons-de-l’Est, offrent des expériences paysagères très fortes qui sont liées à la logique hydroélectrique initiale. La qualité de cette expérience vient rehausser l’expérience qui peut être faite des aménagements récréatifs et touristiques. Afin de bien comprendre en quoi cette logique hydroélectrique met à la disposition des logiques-milieu certaines qualités paysagères sur lesquelles peuvent se formuler des projets de paysage, une typologie des petites centrales a été proposée en accord avec les expériences paysagères potentielles (Figure 3).

  • L’expérience paysagère de « l’écrin » : Cette expérience est rendue possible lorsque la logique-objet conditionne l’implantation de la petite centrale en la transformant en une forme qui encadre et qui s’accroche à l’accident topographique de la rupture de pente et lorsque cette logique-objet rencontre une logique-milieu qui mise sur le déploiement d’un réseau d’espaces publics de qualité. Par exemple, à Rivière-du-Loup, ces deux logiques se rencontrent et il en résulte un projet de parc urbain qui consolide l’importance du paysage de la chute et son intérêt pour les visiteurs.
  • L’expérience paysagère du « cheminement » : Cette expérience est rendue possible lorsque la logique-objet conditionne l’implantation de la centrale en produisant une forme déconcentrée de différents équipements en divers endroits d’un site assez étendu et lorsque cette logique-objet rencontre une logique-milieu qui mise sur le développement d’attraits naturels et culturels et leur arrimage avec des infrastructures de loisirs extensifs. Dans le cas des centrales situées dans les gorges de la rivière Coaticook, ces deux logiques se rencontrent et il en résulte une initiative de mise en valeur des gorges de la rivière qui invite à la découverte progressive de ces paysages.
  • L’expérience paysagère du « panorama » : Cette expérience est rendue possible lorsque la logique-objet conditionne l’implantation de la centrale en produisant une forme d’un seul tenant qui s’inscrit perpendiculairement au cours d’eau. Lorsque cette logique-objet rencontre une logique-milieu qui mise sur l’aménagement de routes panoramiques, il en résulte un paysage du panorama ouvert où les questions d’harmonie visuelle, formelle et chromatique seront prépondérantes dans son appréciation.

Figure 3 : Typologie de l’implantation spatiale des petites centrales hydroélectriques : a) l’implantation encadrant la rupture de pente ; b) l’implantation déconcentrée sur le site ; c) l’implantation d’un seul tenant. Ces trois types d’implantation conditionnent les expériences paysagères possibles : l’écrin, le cheminement et le panorama.

36Par contre, la logique-objet hydroélectrique reste le plus souvent relativement fermée à la logique-milieu en ne laissant pas d’espace à des appropriations de type paysager. Dans ces cas où les logiques-objet et -milieu ne réussissent pas à se rencontrer, nous observons que les petites centrales participent ainsi à la déstructuration des paysages. Une telle déstructuration survient lorsque la fonctionnalité constitue le seul critère de décision dans les choix d’aménagement, au détriment d’une prise en compte de la diversité des utilisateurs. En effet, à notre avis, la très grande majorité des cinquante-deux petites centrales implantées depuis 1991 limite l’appropriation paysagère en raison de ce manque d’ouverture de la logique-objet. Beaucoup de petites centrales contribuent à restreindre la fluidité et l’accessibilité des différents lieux d’un site et des lieux voisins et ce, même si les promoteurs se proposaient de participer à l’aménagement ou à l’entretien de sentiers destinés à permettre la fréquentation des sites. La fluidité et l’accessibilité des différents lieux d’un site se trouvent restreintes parce que les promoteurs répondent de façon inadéquate aux appropriations paysagères sous-entendues par les logiques-milieu. Par exemple, avec la mise en place de clôtures aux endroits les plus dangereux sans égard à la qualité paysagère des lieux. Un même genre de problème d’inadéquation entre la logique-objet et les logiques-milieu se pose également lorsque les choix de matériaux et des dispositifs techniques de la nouvelle petite centrale s’inscrivent sur des éléments témoins d’un passé industriel qui appartient à la mémoire locale.

37Que l’on considère les quelques exemples de petites centrales qui peuvent être intéressants du point de vue de la qualité du paysage ou alors les exemples beaucoup plus nombreux, de piètre qualité, il demeure que, dans tous les cas, c’est la rencontre entre les deux logiques qui donne lieu à la qualification paysagère, qu’elle soit positive ou négative. Phénomène complexe que les méthodes développées au cours de nos recherches tentent de comprendre, par des méthodes de lecture spécifiques à la logique-objet, par des méthodes spécifiques à la logique-milieu et par une approche visant à comprendre l’interaction entre les deux logiques.

LE PROJET DE PAYSAGE : UNE CONFIGURATION ÉLARGIE D’ACTEURS ET DES FONCTIONS NOUVELLES POUR LES PAYSAGISTES

38Au terme de ces considérations, une interrogation surgit : faire un projet de paysage se résumerait-il à la mise en relation, à la conjugaison d’une grille-objet, identifiant les caractéristiques potentielles d’implantation de l’objet technique, avec une grille-milieu établie à partir des caractéristiques valorisées d’un territoire ? La démarche est loin d’être aussi mécaniste et réductrice. Certaines pistes peuvent être suggérées.

39En premier heu, un réexamen du processus même de planification et de conception du projet s’impose. Il est clair que penser projet de paysage, adopter la méthodologie dont nous faisions état initialement, exige une remontée des préoccupations paysagères vers l’amont du processus de planification et de réalisation des équipements d’infrastructure.

  • 14 Par exemple, dans les études sur lesquelles s’appuient les audiences publiques relatives au projet (...)

40À tout le moins, il faut bien comprendre comment la question paysagère peut se poser aux différentes phases. À l’étape d’un projet spécifique, le principal enjeu se résumera trop souvent au choix d’un emplacement idéal pour un équipement, la configuration de l’objet technique étant déjà fixée : si la configuration de l’objet peut y être infléchie, c’est alors à la marge, car le choix des principaux paramètres de conception a déjà été effectué. C’est plutôt à l’étape du programme, lorsque se pose le choix d’une filière technologique particulière, que la portée stratégique de ce type d’équipement doit être reconnue. En effet, il importe d’explorer les opportunités paysagères soulevées par l’objet technique. La recherche générique sur les filières de production d’énergie, qu’il s’agisse de la filière des petites centrales ou de la filière éolienne, aura fait ressortir que la panoplie des éléments des objets techniques qui pouvaient se prêter à des opportunités paysagères était beaucoup plus vaste que ce qui avait été considéré dans des projets particuliers14. Dans la terminologie des procédures d’évaluation environnementale, c’est le palier dit d’évaluation stratégique qui s’avère être le palier clé, un palier nouveau cependant pour l’intervention paysagère.

41De même, la configuration des acteurs en présence et la nature de leur arrimage, puis, par conséquent, le rôle des paysagistes doivent être revus. Le paysage est un bien collectif, un produit du sens et des valeurs investies par ceux qui le fréquentent et l’habitent. Sa fabrication ne peut donc être laissée aux seuls experts paysagistes : la portée des gestes risquerait d’être trop limitée. Faire un projet de paysage, à l’occasion de la construction d’équipements, nécessitera donc d’identifier dans un milieu donné quels sont les acteurs réels et potentiels du paysage de même que les tribunes appropriées où les actions porteuses de sens pourront être entreprises, et de créer un contexte où l’intersubjectivité pourra s’exercer. Ce contexte dépasse, il va de soi, les strictes dimensions physicospatiales, pour englober, sinon relever davantage du culturel, du socioéconomique et du politique. Dans la conversion de l’emprise du P’tit train du Nord, la recherche a fait ressortir la grande qualité de la section Antoine-Labelle, une qualité surprenante de prime abord, considérant l’éloignement et les ressources moindres de cette mrc en comparaison avec les mrc responsables de développer les autres sections du parc linéaire. Le facteur principal de cette réussite, selon les conclusions de la recherche, aura été le fait que la mrc avait su bien articuler le projet aux problématiques d’aménagement locales et miser sur son caractère structurant pour développer un partenariat avec les forces vives du milieu.

  • 15 Donadieu, P., « Du désir de campagne à l’art du paysagiste », L’espace géographique, no 3, 1998, p (...)
  • 16 Ibid., p. 200.

42En quoi peuvent consister les fonctions des paysagistes dans ce contexte d’intervention ? Une première fonction réside sûrement dans le décodage et la compréhension des valeurs et logiques à l’œuvre dans le milieu : un peu à la manière du psychanalyste, le paysagiste va chercher à les faire émerger. Et la pluralité des logiques-milieu comprendra nécessairement l’exercice d’un arbitrage entre les différentes attentes à l’endroit de la qualité paysagère des lieux, entre des logiques souvent fragmentées, mais avec le souci crucial de ne pas chercher dans l’exercice à faire prédominer ses propres valeurs sur celles du milieu. Et alors, plus qu’un simple révélateur ou une courroie de transmission des attentes, le paysagiste aura à les traduire en éléments de l’identité souhaitée d’un paysage, à trouver et à inventer des prises pour les regards sur les lieux15. Tout comme du côté de l’objet technique, il faudra le décomposer dans ses éléments constitutifs susceptibles d’ouvrir des opportunités paysagères. « Le projet de paysage reconstruit la campagne à partir de sa mémoire et de son histoire, sans s’arrêter aux limites des propriétés. Modeste, il cherche à être le produit de la concertation locale, fondatrice d’une identité collective16. »

43La commande est particulièrement exigeante, vraisemblablement au-delà des capacités d’un seul expert. Et, qui dit intersubjectivité entre les acteurs, dit probablement interdisciplinarité du côté des experts : l’établissement des logiques-milieu et-objet pourra demander de faire appel à d’autres expertises plus pointues, telles l’anthropologie et la sociologie d’un côté, l’ingénierie et le design industriel de l’autre, comme ce fut le cas dans les recherches en cause. D’où une autre exigence pour le paysagiste, celle de coordonner ces apports et, encore une fois, d’inventer sur la base de ces derniers, des prises paysagères. Ces fonctions multiples que le paysagiste est appelé à exercer remettent en question enfin, de façon manifeste, la formation dispensée dans les établissements universitaires.

***

  • 17 Hervieu, B. et J. Viard, Au bonheur des campagnes (et des provinces), La Tour d’Aigues, Éditions d (...)

44Faire d’un projet d’équipement un projet de paysage, selon les considérations et les conditions qui ont pu être développées dans ce texte, est sans contredit une tâche complexe. Elle implique des transformations majeures dans les façons de faire, voire même l’implantation d’une nouvelle culture. Pouvons-nous en faire l’économie, sous prétexte qu’un équipement va participer au paysage, qu’il y ait prise en compte explicite ou non de sa contribution paysagère ? Ou, démarche encore plus simple que celle d’un projet de paysage, pouvons-nous nous rabattre sur le paysage ménagé par la localisation bien soignée de l’équipement, par son camouflage ? À notre avis, le choix ne se pose plus. La résistance que les milieux opposent à l’implantation d’équipements d’infrastructures, déjà très vive, va aller en s’accroissant. La transformation des campagnes françaises d’espaces de production agricole en paysages est un phénomène maintenant bien établi dans les perceptions17. Une transformation similaire est en cours au Québec. Or, les attentes face à la campagne paysage sont d’un tout autre ordre que celles qui accompagnaient la transformation de l’espace agricole. Beaucoup plus rigides, elles nécessitent une réflexion et un consensus sur le sens des transformations escomptées. Qu’il prenne place au sein d’un projet de paysage va devenir la condition même de la réalisation d’un projet d’équipement.

Bibliographie

SOURCES DES FIGURES

1. Gariépy, M., P. Poullaouec-Gonidec, F. Tremblay et J. Tellier, Évaluation du volet aménagement du programme de mise en valeur de l’Environnement (pmve) au plan de la qualité du paysage, rapport déposé à Hydro-Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, juillet 1998, p. 40.

2. Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariépy, B. St-Denis, F. Tremblay, C. Montpetit et J. Tellier, Balisage des enjeux de paysage concernant trois filières de production d’électricité Transformations spatiales, représentation et enjeux, rapport déposé à Hydro-Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, avril 1999, p. 6.

3. Ibid., p. 113-115.

Notes

1 Les deux recherches qui servent de référence au présent texte sont les suivantes : Gariépy, M., P. Poullaouec-Gonidec, F. Tremblay et J. Tellier, Évaluation du volet aménagement du programme de mise en valeur de l’environnement (pmve) au plan de la qualité du paysage, rapport déposé à Hydro-Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, juillet 1998 ; Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariépy, B. St-Denis, F. Tremblay, C. Montpetit et J. Tellier, Balisage des enjeux de paysage concernant trois filières de production d’électricité —Transformations spatiales, représentation et enjeux, rapport déposé à Hydro-Québec, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal, avril 1999.

2 Boutinet, J. P., Anthropologie du projet, Coll. « Psychologie d’aujourd’hui », Paris, puf, [1990] 1992.

3 Creese, W.L., tva’s Public Planning. The Vision, The Reality, Knoxville, The University of Tennessee Press, 1990.

4 Nous faisons référence ici à la distinction aménagement-ménagement mise de l’avant par Marié, M. et M. Gariépy, « Introduction générale », Ces réseaux qui nous gouvernent, Gariépy, M. et M. Marié (dir.), 1997, Paris, L’Harmattan, p. 18. Pour ces auteurs, l’aménagement des réseaux d’infrastructures ne peut s’effectuer que s’il s’accompagne d’une forte dose de ménagement, soit de prise en compte des requêtes et intérêts des populations des territoires touchés.

5 Gariépy, M., « L’analyse de paysage au sein de l’évaluation environnementale ou l’aménagement à l’ère de la rectitude politique », Le paysage, territoire d’intentions, Poullaouec-Gonidec, P., M. Gariéfy, et B. Lassus (dir.), Montréal et Paris, L’Harmattan, 1999, p. 95-113.

6 Boutinet, 1992 (op. cit., note 2), p. 101-102.

7 Touraine, A., Sociologie de l’action, Paris, Le Seuil, 1965, p. 243.

8 Cette initiative du pmve a permis d’aménager une piste multifonctionnelle d’une longueur de 88 kilomètres, de construire des aires de repos et le mobilier adapté, de mettre en place 46 panneaux d’interprétation le long de ce tronçon et de publier une brochure d’interprétation historique, naturelle et paysagère.

9 Poullaouec-Gonidec et al., 1999 (op. cit., note 1), p. 38.

10 Par exemple, dans les pratiques habituelles d’aménagement, les dimensions paysagères du territoire sont prises en compte après la réalisation (par des mesures de « mitigation » ou par des améliorations à la marge).

11 Nous faisons référence à Poullaouec-Gonidec et al., 1999, op. cit., note 1. Par ailleurs, une autre recherche, Poullaouec-Gonidec, P., G. Beaudet, M. Gariéfy, A. Leclerc et F. Tremblay, Modalités d’inscription spatiale des équipements — Distribution, rapport déposé à Hydro-Québec, février 1998, nous avait permis d’entreprendre une réflexion sur les outils, les techniques et les méthodes à déployer pour prendre en compte le paysage dans des actions d’aménagement.

12 Dumas, P., « Annexe M », Mémoire de l’Association québécoise des producteurs d’énergie renouvelable, mémoire déposé à la Régie de l’énergie dans le cadre de la requête R-3410-98, 1998.

13 Poullaouec-Gonidec et al., 1999 (op. cit., note 1), p. 45-46.

14 Par exemple, dans les études sur lesquelles s’appuient les audiences publiques relatives au projet de parc éolien en Gaspésie. Voir à ce sujet Bureau d’audiences publiques sur l’environnement du Québec (bape), Projet de parc éolien de la Gaspésie ; rapport d’enquête et d’audience publique, no 109, février 1997.

15 Donadieu, P., « Du désir de campagne à l’art du paysagiste », L’espace géographique, no 3, 1998, p. 197.

16 Ibid., p. 200.

17 Hervieu, B. et J. Viard, Au bonheur des campagnes (et des provinces), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1996.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Le P’tit train du Nord : élément emblématique sur lequel se construisent les paysages le long de cette initiative. Le mobilier et l’aménagement des haltes repositionnent les référents ferroviaires dans une perspective de découverte du territoire (Source : F. Tremblay).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 2 : Approche méthodologique visant à comprendre les enjeux de paysage qui émergent de la rencontre entre des logiques-objet et-milieu.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Figure 3 : Typologie de l’implantation spatiale des petites centrales hydroélectriques : a) l’implantation encadrant la rupture de pente ; b) l’implantation déconcentrée sur le site ; c) l’implantation d’un seul tenant. Ces trois types d’implantation conditionnent les expériences paysagères possibles : l’écrin, le cheminement et le panorama.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/13902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

Auteurs

Détenteur d’un baccalauréat et d’une maîtrise en urbanisme, obtenus à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Montréal. Son projet de thèse, dirigé par Philippe Poullaouec-Gonidec et Michel Gariépy, porte sur le rôle stratégique des représentations paysagères dans la conduite des projets de récupération des rivières à des fins récréatives. Il est boursier du fcar (bourse de doctorat en recherche) et de la fondation Desjardins (subvention de recherche « société et environnement »). Il travaille depuis plus de six ans à la Chaire en paysage et environnement sur des recherches qui lui permettent d’approfondir la lecture des logiques socioculturelles et politico-organisationnelles qui conditionnent les pratiques d’aménagement touchant le paysage.

Professeur titulaire à l’Institut d’urbanisme et cofondateur de la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Il a été doyen de la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal de 1993 à 2000, après avoir été directeur de l’Institut d’urbanisme entre 1989 et 1993. Ingénieur de formation, il s’est spécialisé en urbanisme, puis en planification et évaluation environnementales, domaine sur lequel portait sa thèse de doctorat. Il est codirecteur avec Michel Marié de Ces réseaux qui nous gouvernent ? (Paris, L’Harmattan, 1997).

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540