Version classiqueVersion mobile

Profession lexicographe

 | 
Marie-Éva de Villers

1. La pratique lexicographique

Texte intégral

Une bibliothèque de mots ?

1La lexicographie est la branche de la linguistique appliquée qui a pour objet d’observer, de recueillir, de choisir et de décrire les unités lexicales d’une langue et les interactions qui s’exercent entre elles. L’objet de son étude est donc le lexique, c’est-à-dire l’ensemble des mots, des locutions en ce qui a trait à leurs formes, à leurs significations et à la façon dont ils se combinent entre eux.

2Les lexicographes se contentent-ils d’établir le « catalogue de tous les mots d’une langue », comme l’écrit Antoine Furetière en 1690 ? Au terme de leurs recherches et de leur analyse, se limitent-ils à caser les mots et leurs significations dans leur ouvrage comme sur les rayons bien ordonnés d’une bibliothèque ?

3Comme Furetière, les auteurs de dictionnaires caressent l’ambition de répertorier tous les mots d’une langue. Bien sûr, cette exhaustivité relève de l’utopie. En conséquence, les lexicographes se voient forcés d’opérer des choix, des choix subjectifs, par définition. Même s’ils adoptent une démarche descriptive, ils participent indirectement à la définition de l’usage dominant parce qu’ils ont le pouvoir de reconnaître officiellement un mot, une expression, un sens par sa seule intégration à la nomenclature de leur dictionnaire. Ils deviennent ainsi des arbitres qui consacrent l’existence de certains mots, de certains emplois dans la langue.

4La description lexicographique est difficilement neutre : d’abord, par le choix des unités lexicales ; puis, par les marques d’usage qui les accompagnent ; par la sélection et l’organisation des sens retenus ; par l’homogénéisation des données recueillies. Elle se trouve toujours à légitimer un certain usage : en cela, elle constitue toujours, mais à divers degrés, une activité normative.

Du bel usage au bon usage : la représentation de la norme dans les dictionnaires

La fonction du dictionnaire est de fournir à ses usagers une référence sur la norme.
Alain Rey, « Norme et dictionnaires », La Norme linguistique, 1983

5Ainsi que le rappelle Alain Rey, le dictionnaire constitue un ouvrage de référence dont l’objet est de représenter le plus fidèlement possible la norme de la communauté linguistique à laquelle il est destiné, une norme qui s’inscrit dans le temps et dans l’espace. C’est le grand défi que doivent relever les lexicographes.

6En 1680, Richelet, auteur du premier dictionnaire français monolingue, s’inspire de Vaugelas et définit le bon usage comme « le Tyran, ou le Roi, ou l’Arbitre, le Souverain, ou le Maître des langues ». Cette formule sera reprise dans les deux autres dictionnaires du Grand Siècle, le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière (1690), ainsi que la première édition du Dictionnaire de l’Académie (1694). Il faudra attendre plus d’un demi-siècle pour que paraisse la monumentale Encyclopédie (1751-1772) dont Diderot et D’Alembert furent les concepteurs en même temps que les principaux rédacteurs. Sous la plume éclairée des Encyclopédistes, le statut de l’usage se modifie : le tyran des langues devient le « législateur naturel ». Le bel usage perd son monopole et « la totalité des usages propres à une nation » est maintenant prise en compte.

7Dans le Dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey date de 1165 l’attestation la plus ancienne du nom norme, emprunté au latin norma, signifiant, au sens propre, « équerre » et, au sens figuré, « règle, ligne de conduite ». Le terme norme est âgé de près d’un millénaire, mais il ne figure pas dans le dictionnaire d’Antoine Furetière ni dans les six premières éditions du Dictionnaire de l’Académie ; il faut attendre qu’Émile Littré le consigne dans son Dictionnaire de la langue française publié de 1863 à 1873.

8Si le mot norme est peu usité jusqu’à la fin du xixe siècle, la pratique normative, par contre, existe depuis longtemps, mais sous une autre étiquette, celle du bel usage, celui de la Cour. Pour définir cet usage, le cardinal de Richelieu fonde l’Académie française en 1634 et lui assigne la mission « de fixer la langue française, de lui donner des règles, de la rendre pure et compréhensible par tous », selon les statuts et règlements établis par le Cardinal et les lettres patentes signées par Louis XIII en 1635. La première tâche de l’Académie est de composer un dictionnaire de la langue française.

9En 1647, Claude Favre, seigneur de Vaugelas, publie ses Remarques sur la langue française. Qui est Vaugelas ? C’est un protégé de Richelieu qui fréquente le salon de Mme de Rambouillet où son goût et son jugement sur les questions linguistiques étaient reconnus. Vaugelas dirige les travaux de mise en route du Dictionnaire de l’Académie, dont la première édition ne paraîtra qu’en 1694, alors que le grammairien est disparu depuis 1650. Malgré cela, Vaugelas exercera une influence considérable sur la constitution de la norme du français, car ses Remarques ont été reprises dans toutes les éditions du Dictionnaire de l’Académie et dans la majorité des autres dictionnaires français.

10Il est intéressant de suivre l’évolution du concept de bel usage, puis de celui du bon usage, tel qu’il est défini dans les dictionnaires français au fil des siècles. Premier dictionnaire monolingue, le Dictionnaire françois de Pierre Richelet paraît en Hollande en 1680. Pourquoi en Hollande ? Parce que Louis XIII a conféré à l’Académie française le privilège exclusif de publier un dictionnaire en France. Voyons comment le premier lexicographe définit le nom usage :

USAGE. Ce mot se dit en parlant du langage. [...] Il y a deux sortes d’usages. Le bon et le mauvais. Le mauvais se forme du plus grand nombre des personnes qui ne parlent ni bien ni exactement. Mais le bon usage est la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’écrire de la plus saine partie des Auteurs du temps. Le bon usage est le Tyran, ou le Roi, ou l’Arbitre, le Souverain, ou le Maître des langues.
Richelet, Dictionnaire françois, 1680

11Tout est déjà fixé, dès la publication de ce Dictionnaire françois qui emprunte aux Remarques sur la langue française de Vaugelas la définition du nom usage. Le Dictionnaire universel de Furetière (1690) ainsi que le Dictionnaire de l’Académie française (1694 et éditions subséquentes) reprendront aussi fidèlement la formulation de Vaugelas.

12Le deuxième lexicographe du Grand Siècle, Antoine Furetière, est admis à l’Académie française en 1662, mais il en est exclu en 1685 pour avoir voulu publier son propre dictionnaire et faire ainsi concurrence à celui que préparait l’auguste assemblée des Académiciens. Dans son ouvrage, Furetière ne se limite pas à la description du vocabulaire général de la langue française qui compose la nomenclature du Dictionnaire de l’Académie. Le lexicographe ajoute les vocabulaires spécialisés, c’est-à-dire les termes techniques et pratiques, ce qui rend son Dictionnaire universel, qui paraîtra à titre posthume deux ans après sa mort, infiniment plus riche et complet que celui de l’Académie. Voici comment Furetière définit le mot usage et cite Vaugelas :

USAGE. [...] En ce sens, on le dit particulièrement des langues, de la manière de les parler. Les langues vivantes s’apprennent plutôt par l’usage, que par l’étude. Vaugelas a montré la différence du bon & du mauvais usage, comment il fallait juger du bel usage ; que l’usage était le roi, le tyran, le maître, l’arbitre souverain des langues ; que l’usage l’emportait sur la raison, sur les règles de la Grammaire.
Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1690

13La définition du Dictionnaire de l’Académie est très succincte et reprend simplement les mots de Vaugelas sans nommer le grammairien, contrairement à celui de Furetière. Il s’agit là d’une pratique constante de l’Académie depuis sa création jusqu’à nos jours : elle s’inspirera souvent d’autres lexicographes et auteurs, mais sans jamais le reconnaître nommément parce qu’elle mise sur le prestige et l’autorité de ses Immortels :

USAGE. s. m. Coutume, pratique reçue. L’usage est le maître des langues vivantes. Ce mot n’est pas du bel usage, n’est plus en usage. L’usage l’a reçu. Cela est hors d’usage.
Dictionnaire de l’Académie française, 1694

14L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers est le premier ouvrage qui remet en question la conception de l’auteur des Remarques sur la langue française, Vaugelas, à propos de l’usage. Voici ce qu’écrivent les encyclopédistes à cet égard :

USAGE. L’idée de tyrannie emporte chez nous celle d’une usurpation injuste & d’un gouvernement déraisonnable ; et cependant rien de plus juste que l’empire de l’usage sur quelque idiome que ce soit, puisque lui seul peut donner à la communication des pensées, qui est l’objet de la parole, l’universalité nécessaire ; rien de plus raisonnable que d’obéir à ses décisions, puisque sans cela on ne serait pas entendu, ce qui est le plus contraire à la destination de la parole.
L’usage n’est donc pas le tyran des langues, il en est le législateur naturel, nécessaire et exclusif ; les décisions en sont l’essence : & je dirais d’après cela, qu’une langue est la totalité des usages propres à une nation pour exprimer les pensées par la voix.
Encyclopédie, 1751-1772

15De 1863 à 1873 paraît le Dictionnaire de la langue française, œuvre remarquable d’Émile Littré. Le grand lexicographe rompt avec le conservatisme linguistique de l’Académie française du xixe siècle, un purisme qui se fonde sur des arguments subjectifs tels le talent et le goût. Il ne fait plus état du bel usage ni même du bon usage ; il définit plutôt l’usage comme l’« emploi ordinaire des mots, tel qu’il est dans la bouche du plus grand nombre ». À l’appui de cette définition, Littré cite, entre autres, le philosophe et mathématicien D’Alembert : « En matière de langue, il est une infinité de nuances imperceptibles et fugitives, qui, pour être démêlées, ont besoin, si on peut parler de la sorte, du frottement continuel de l’usage. » En outre, le lexicographe innove lorsqu’il inclut dans son dictionnaire le nom norme qu’il définit ainsi : « Se dit quelquefois pour règle, loi, d’après laquelle on doit se diriger. »

16Né en 1817 dans le village de Toucy, en Bourgogne, Pierre Larousse publie d’abord des ouvrages destinés à l’enseignement de la grammaire. Il fonde en 1852 la Librairie Larousse, maison d’édition qui porte toujours son nom. En 1856, son Nouveau Dictionnaire de la langue française, qui préfigure Le Petit Larousse illustré, connaît un grand succès. De 1866 à 1876 paraît le Grand Dictionnaire encyclopédique du xixe siècle. Le lexicographe a évincé le tyran, le maître des langues et il définit le terme usage d’une façon assez modérée : « Coutume qui règle l’emploi des mots et des tours de phrase. » Ce qui est intéressant, c’est qu’à la suite de Littré Pierre Larousse intègre le terme norme à sa nomenclature et le commente ainsi : « Ce mot est nouveau dans la langue, et il exige de la part de celui qui l’entend prononcer pour la première fois un certain effort d’attention. »

17La publication du Grand Robert de la langue française en 1964 suivie de celle du Petit Robert de la langue française en 1967 constitue, à n’en pas douter, l’événement marquant de la lexicographie française du xxe siècle. Pour le nom norme, Le Petit Robert propose une acception qui appartient au domaine de la linguistique : « Ce qui, dans la parole, le discours, correspond à l’usage général », alors que Le Grand Robert distingue un sens objectif – celui qui figure aussi dans Le Petit Robert – et un sens prescriptif : « Usage d’une langue valorisé et considéré comme préférable. »

18Ce survol historique montre que la pratique normative existe officiellement depuis la création de l’Académie française, et elle existe sans complexe. C’est Vaugelas qui en établit les grandes lignes en 1647 dans ses Remarques sur la langue française, qui ont pour but de dire ce qu’est le bel usage, celui de l’élite sociale et intellectuelle. Tout ce qui est grammaire, dictionnaire décrit la langue et la réglemente : les publications grammaticales ou lexicographiques sont à la fois descriptives et normatives.

19Les Encyclopédistes sont les premiers à s’être quelque peu distanciés de la position de Vaugelas. Mais c’est à Émile Littré, lexicographe véritablement novateur, que nous devons une conception différente du bon usage, une conception qui se démocratise véritablement : du bel usage qui constitue, selon Richelet citant Vaugelas, la « façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’écrire de la plus saine partie des Auteurs du temps », Littré oppose l’usage, tout simplement : « l’emploi ordinaire des mots, tel qu’il est dans la bouche du plus grand nombre ».

20À partir de la fin du xixe siècle, le bon usage est placé en retraite fermée chez les grammairiens dits traditionnels, car l’activité normative est stigmatisée par les linguistes en raison des jugements de valeur qu’elle implique, des considérations de goût et d’esthétique qu’elle fait intervenir. En effet, pour les linguistes, il n’y a pas de bons ou de mauvais usages, mais des usages qu’il faut étudier scientifiquement, à l’instar du botaniste qui observe et identifie les végétaux en se gardant de les cataloguer comme de bonnes ou de mauvaises plantes.

21De nos jours, les lexicographes ne consignent plus « la façon de parler de la plus saine partie de la Cour », mais ils conservent cependant la méthode des premiers auteurs de dictionnaires du Grand Siècle, qui s’inspiraient de « la façon d’écrire de la plus saine partie des Auteurs du temps ». Ainsi, le vaste Trésor de la langue française, qui porte sur la langue française de 1789 à 1960, se fonde majoritairement sur un corpus littéraire. Publié en 16 volumes de 1971 à 1994 et accessible dans Internet depuis l’an 2000, le Trésor ne comprend pas moins de « 500 000 citations précisément identifiées », estime Jean Pruvost dans son « Que sais-je ? » sur Les Dictionnaires de langue française publié en 2002.

22Comme il n’est plus possible de se fonder sur la façon de parler de la plus saine partie de la cour, qui détermine aujourd’hui le bon usage ? La norme contemporaine s’établit à partir d’un modèle que décrit Jean-Claude Corbeil lorsqu’il fait état du principe de la régulation linguistique. Selon cet éminent linguiste québécois, auteur du Dictionnaire visuel, ce phénomène, qui s’exerce au sein de la communauté, suppose qu’un consensus s’établisse sur le modèle à suivre, un modèle illustré à l’oral par les locuteurs prestigieux, à l’écrit par la littérature, mais aussi et peut-être surtout par les journaux.

23Les lexicographes, les grammairiens recensent ces usages et les présentent dans leurs ouvrages selon une hiérarchie qu’ils observent au sein de la communauté. Les organismes chargés de l’application d’une politique linguistique, comme l’Office québécois de la langue française, contribuent également à la diffusion de normes prescriptives par la publication de guides, de recueils, de directives, d’avis officiels. Les chroniqueurs linguistiques prennent le relais et explicitent le modèle à suivre, les formes à privilégier. Ces autorités langagières ne dictent pas la norme ; elles tentent plutôt de la cerner, de la formaliser et, à divers degrés, elles jouent un rôle important dans le processus de standardisation et de normalisation de la langue.

Un exercice de mémoire, de jugement et de synthèse lexicographe

LEXICOCRAPHE. Auteur d’un lexique, d’un dictionnaire. Le travail d’un lexicographe est un travail bien dur et bien ennuyant pour lui, mais bien utile aux autres.
Dictionnaire universel de Trévoux, 1701-1771

24Éditeurs d’un Dictionnaire universel français et latin contenant la signification et la définition des mots de l’une et l’autre langue, qui paraît de 1701 à 1771, les pères jésuites de la ville de Trévoux ne sont pas passionnés par le travail lexicographique, ainsi qu’en témoigne l’exemple illustrant la définition du nom lexicographe dans leur ouvrage.

25Les lexicographes ne partagent évidemment pas du tout cet avis. En fait, il n’est pas de travail intellectuel plus agréable et satisfaisant que l’élaboration d’un dictionnaire. L’objet de cette étude est tellement vaste – la langue – que chaque minute, chaque heure, chaque jour apporte son lot de découvertes, de problèmes passionnants à résoudre, de sens à clarifier, à illustrer par des exemples, de nuances à apporter, de distinctions de sens, de questions à approfondir.

26L’organisation des données suit l’ordre alphabétique, ce qui constitue un plan d’ensemble facile à établir et à respecter. Au fil des jours s’élabore l’œuvre, qui prend forme graduellement, article après article. Cette concrétisation progressive du dictionnaire est très gratifiante. Bien des lexicographes perdent la notion du temps quand ils sont plongés dans la rédaction d’un article et peu échappent à la folie du dictionnaire, exception faite des pères jésuites de la ville de Trévoux.

27Les dictionnaires des prédécesseurs constituent la mémoire de la langue ; ils dessinent déjà une toile de fond que le lexicographe compte mettre à jour, enrichir, éclairer différemment, adapter à une communauté linguistique. Les échanges entre les dictionnaires assurent l’autorité de la norme et concourent à sa représentation.

28Le lexicographe doit exercer son jugement pour extraire des données qu’il a réunies les éléments, les lignes directrices qui lui permettront d’élaborer un modèle linguistique, pour déduire la norme des locuteurs auxquels il destine son ouvrage : il tente de saisir un consensus sur la langue valorisée par la communauté linguistique qu’il vise. À l’occasion du colloque sur la lexicographie québécoise tenu à l’Université Laval en 1985, Claude Poirier, directeur de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec, définit le défi du lexicographe contemporain ainsi :

Le dictionnaire est à la limite du linguistique et du social ; c’est un produit de consommation dont la préparation suppose une certaine forme de consensus. [... ] Le défi du lexicographe contemporain consiste à répondre aux besoins concrets d’une collectivité tout en satisfaisant le mieux possible aux exigences de la linguistique.

29Le dictionnaire sera le lieu de rencontre entre les normes de ses futurs utilisateurs et la propre norme de son auteur. Le pouvoir de légitimation des mots et de leurs significations est en quelque sorte délégué aux lexicographes, aux grammairiens par les locuteurs qui accordent à ces spécialistes leur confiance pour l’élaboration des normes explicitées dans les ouvrages de référence. Par l’intégration à la nomenclature de son dictionnaire et par le choix des marques d’usage, le lexicographe exerce un effet de levier sur l’usage valorisé par sa communauté linguistique.

30Comme le dictionnaire, la grammaire constitue une description de la langue, plus précisément des principes d’organisation de la langue. En 1911, les grammairiens avant-gardistes Jacques Damourette et Édouard Pichon résument bien le rôle des lexicographes et des grammairiens lorsqu’ils écrivent dans Des Mots à la pensée, ouvrage fondamental qui paraît de 1911 à 1927 :

Le grammairien n’a pas le droit d’édicter des dogmes arbitraires basés sur des idées a priori. En revanche, il a le devoir de dresser l’inventaire soigneux des richesses de la langue française, de préciser la nature de ces richesses et la manière dont elles peuvent être utilisées, bref, de présenter aux écrivains, dans une savante ordonnance, le répertoire sémantique dans lequel ils auront à puiser.

31La première étape consiste à établir la nomenclature du dictionnaire, c’est-à-dire à choisir les mots qui y seront répertoriés, à reconnaître officiellement leur existence. Le lexicographe doit ensuite hiérarchiser les significations du mot, en déterminer les sèmes, soit les divers éléments qui composent chacun de ses sens, les illustrer par des exemples ou des citations.

32S’il y a lieu, il doit ensuite ajouter des marques d’usage. Sur la ligne du temps, l’auteur du dictionnaire marque l’appartenance à l’usage contemporain par l’absence de marque spécifique telle que archaïsme, vieux, vieilli ou néologisme. Dans l’espace, il définit son statut par la présence ou l’absence de marques telles que régional, Québec, Belgique, Suisse. Sur l’axe social, il indique sa place dans la hiérarchie sociolangagière par des marques de registre telles que vulgaire, populaire, familier, littéraire ou soutenu. Si le mot ne porte pas d’étiquette, c’est qu’il appartient au français standard, à la langue commune.

33Au cours des dernières décennies, la pratique lexicographique s’est dotée de nouveaux outils : les corpus lexicaux numérisés. Parallèlement à l’exercice de mémoire, de jugement et de synthèse qu’effectuent les auteurs de dictionnaires pour décrire la langue, l’étude de corpus lexicaux ajoute une séance photographique, voire un examen radiographique de la langue. On peut penser que cette nouvelle possibilité atténuera la lenteur d’élaboration des ouvrages lexicographiques (exception faite de celle des Académiciens !), qu’elle permettra aux lexicographes de mettre à jour plus facilement leurs ouvrages, d’obtenir des données inédites et qu’elle favorisera l’intégration plus rapide des néologismes employés par les journalistes pour dire l’actualité. Ce procédé permet de valider le travail lexicographique traditionnel, de l’actualiser dans la mesure où le corpus est contemporain, de préciser les marques d’usage, de mieux circonscrire les faits lexicaux propres à un environnement particulier et de suivre plus précisément l’évolution du lexique.

34Dans l’ensemble de la francophonie, l’élaboration de dictionnaires répond aux mêmes exigences et présente les mêmes défis. À l’égard de la production lexicographique québécoise se dégage cependant un certain consensus qui comprend les éléments suivants :

  • la recherche de l’usage valorisé par la communauté d’une norme langagière québécoise ouverte aux échanges francophones ;
  • la distinction souhaitée entre les emplois lexicaux communs à tous les francophones et ceux qui sont exclusifs aux locuteurs québécois à l’aide de marques géographiques ;
  • le marquage adéquat et clair des emplois afin de signaler les valeurs sociales des mots et des sens ;
  • le rejet d’une intégration dans la nomenclature du dictionnaire d’emplois québécois relevant strictement de l’oral ou des registres très familier ou vulgaire pour donner priorité aux registres courant et soigné ;
  • la nécessité d’une description du français québécois qui repose sur l’usage réel et contemporain de la langue.

35La pratique lexicographique peut emprunter diverses voies : s’attacher à la description des mots, de l’usage de la langue ou à celle des choses nommées par les mots. Elle peut mettre l’accent sur les difficultés qu’éprouvent les usagers et proposer des explications ou recourir à des illustrations, des planches pour faciliter l’accès aux désignations des éléments concrets de notre monde. Elle pourrait encore limiter son champ d’action à celui d’un domaine spécialisé ou encore viser la traduction dans une autre langue. Comme un kaléidoscope, la lexicographie enferme dans les pages des dictionnaires de multiples combinaisons de mots qui sont autant de fragments de la réalité linguistique.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search